Nov
13
SOCIETE : LA PARADE DES GILETS JAUNES DE SAMEDI

Quelle pourrait bien etre la parade des manifestants en gilets jaunes,  lorsqu’il parait que les autorités leur enjoindront de circuler. Et d’ainsi faire bouger leurs véhicules immobilisés.

Les plus cultivés d’entre eux sauront, sinon ce billet le leur apprendra, que le même type de  question a été déjà traité lors du soulèvement national  des années 1860  qui a abouti à la constitution de l’Italie actuelle.

On la doit aux Milanais, qui étaient alors occupés,  comme toute la Lombardie et la Vénétie  aussi, par les Austro-Hongrois. Comment protester pacifiquement pour le grand duc de Savoie, futur roi d’une Italie reconstituée, leur voisin au demeurant, puisqu’il était à Turin, à cent kilomètres de Milan.  

C’était l’époque de Giuseppe VERDI, le célèbre compositeur, qui était lombard,  dont le cœur était tout acquis à la cause de l’indépendance italienne et au futur monarque, VICTOR EMMANUEL.

La solution fut vite trouvée : on placardait et on écrivait sur les murs de Milan et d’ailleurs « Viva VERDI ».

VERDI c’était en effet  pour les protestataires le développement des majuscules  de « VICTOR EMMANUEL ROI D’ITALIE », et non  pas seulement ce qu’ils déclaraient aux Autrichiens leurs occupants, savoir leur amour du bel canto et du compositeur du même nom.

Avec l’aide de NAPOLEON III, ami de VICTIOR EMMANUEL et aussi de VERDI, la question fut réglée.  

Plus que jamais, l’Italie est amie. Alors, vous avez compris que les protestataires de samedi auront toujours la possibilité de prétendre que leurs automobiles sont en panne, toutes en panne. J’en connais même qui vont prétendre – mais là c’est méchant – que ce sera normal, s’agissant de voitures françaises.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA