Oct
10
SOCIETE : LE CUL CONTRE LE FRIC ou INVERSEMENT

 

Bien qu’il existe un décalage,  puisque, première différence,  la date de l’élection n’est pas la même, à six mois près, nous vivons actuellement deux campagnes électorales présidentielles parallèles, l’une aux Etats-Unis, l’autre en France.

L’autre différence est que côté américain, on connait les deux candidats prévus pour le final, tandis qu’en France, on n’en connait qu’une. Un tas de mois encore pour savoir qui sera le second.

Mais on dirait bien que la différence fondamentale est ici.

Les Américains se passionnent pour mes histoires de cul. Les Français pour les affaires tout court.

Finalement, rien n’est changé. Les Américains, c’est le business, les Français, c’est le sentiment.

 

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Pierre DOYEN

 

'' Si vous voyez un banquier se jeter par la fenêtre, sautez derrière lui : vous pouvez être sûr qu'il y

a quelque profit à prendre ''.

Voltaire

 

 

Un jour un confrère obscur nous dit avec condescendance, à un plébéien s'adressait-il sans doute, être spécialiste en divorce. Plût à son rang en la sérénissime réponse qu'il reçût : ''Cher Confrère en vous je salue le noble défenseur de la fesse et du portefeuille !''. O Mazette ! depuis nul écho au palais du spécialiste du triangle et du blé, il a dû pour sûr, s'évanouir en la tourbe bigarrée du Landerneau .

 

A vrai dire, il n'est guère d'activités humaines en lesquelles le triangle et le blé ne soient le sujet, l'objet ou la cause.

 

Le monde de la politique ne déroge nullement à ces mœurs. Quelle que soit la rive de l'Atlantique où vous vivez.

 

Aux USA les citoyens s'intéressent à leurs hommes politiques pèlerins du delta. Car le sexe hors mariage , franchement ce n'est pas beau, cela déplaît fortement au Créateur. Le candidat à une charge publique ne doit pas être un mari adultère, ni un célibataire courant vigoureusement la prétentaine ou bien le giton !

 

Gare à celui qui a tu ses fredaines, avait pris la barque pour s'en aller à Cythère et que le bon peuple l'apprenne, à l'instant même notre homme sera définitivement disqualifié, dit-on pour avoir menti, fût-ce par omission.

 

Le procureur indépendant Kennett STARR avait dépensé cinquante millions de dollars pour enquêter sur la vie privée du président Bill CLINTON. Il voulait savoir si le président n'avait pas menti en déclarant n'avoir pas eu de rapports intimes avec la damoiselle Monica LEWINSKY. Pour cela il fit une enquête au sujet de la liquidation judiciaire de la Caisse d'épargne Whitewater, dont les époux CLINTON avaient été les sociétaires .

 

Car en découvrant quelques irrégularités de gestion, on aurait la preuve que Bill CLINTON ment. Et s'il a menti pour cette affaire de liquidation judiciaire, il ment aussi au sujet de la nature de ses rapports avec sa jeune stagiaire.

 

Kenneth STARR a eu de la chance, car un juge de l'Arkansas aussi mal à l'aise avec le sexe que lui-même, avait fait jurer sous serment à Bill CLINTON de n'avoir eu aucun rapport sexuel avec Monica LEWINSKY.

Ce juge était saisi au civil par Paula JONES qui disait avoir été harcelée sexuellement par le gouverneur de l'Arkansas, devenu postérieurement aux faits à lui reprochés, chef d'Etat fédéral. Une employée de la Maison Blanche révéla à la presse que le président avait bien eu des relations sexuelles avec sa stagiaire.

 

Le président fut condamné pour parjure et la procédure d'impeachement enclenchée. Elle n'aboutit pas. Le Sénat n'ayant pas suivi la Chambre des représentants. Officiellement ce n'était pas pour ses relations avec le beau sexe dans le bureau ovale que le président fut accablé, mais pour être un chef d'Etat parjure. Mentir devant l'Eternel et son peuple : quelle abjection!

 

Un autre menteur états-unien plus heureux , George W. BUSH. En son temps il berna l'opinion publique internationale et nationale, invoquant faussement la détention par l'Irak d'armes de destructions massives, menaçant de ce fait la sécurité des États Unis. G.W. BUSH envoya un corps expéditionnaire occuper l'Irak.

 

D'armes de destructions massives, il n'y en avait point. Le président lorsqu'il sollicita un second mandat fut réélu sans problème. Ses électeurs oublièrent qu'ils avaient été roulés dans la farine par leur chef d'Etat. Mais c'est véniel. Un président adultère qui de surcroît ment, voilà qui est pendable. Envahir illégalement un pays comme l'Irak l'avait fait pour le Koweït trois ans plus tôt, n'est point criminel. Envoyer à la mort ses concitoyens pour faire une guerre illégale, est faire preuve d'une grande vertu démocratique. Qui donc en douterait ?

 

 

Nous, Français, avons un président célibataire qui s'installe à l'Elysée avec armes et bagages, dont une compagne érigée, en la circonstance à l'américaine, première dame ! Cependant les Français ont élu un homme à la fonction de Chef d'Etat, non un couple. La dame fait de la politique, contrarie son amant au sujet des élections législatives en soutenant la candidature opposée à celle qui l'avait précédée en le cœur du chef de l'Etat. La dame pressentait une menace plausible pour son confort triangulaire et frumentaire, qu'elle s'ingénia de la sorte à conjurer.

 

Pendant huit jours notre pays fut la risée de la presse internationale. Le président demeura inerte au sujet de l'affront qu'il subit. Au bout de dix huit mois d'incubation intellectuelle et non sans avoir, sans doute, avalé force couleuvres, il se résolut à congédier la belle, jurant qu'on ne l'y reprendrait plus. Très bien, l'affaire est entendue.

 

Que le président soit marié ou célibataire, nous n'avons pas à avoir de premier sieur ou de première dame, fût-il bougre ou non. Evidemment il en va de même, si le locataire de l'Elysée est de sexe féminin. Que chacun en le monde politique vive en sa personne ses contingences triangulaires ou phalliques. Nous citoyens, de cela nous n'en avons cure.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA