Jul
02
VRAI DOSSIER D.S.K. : FIERTE DE NOS BLOGS (ACTUALISATION)

Je relis ce que j'ai écrit voici quelques semaines, qui finalement était prémonitoire.

--------------------------------------------------------

J'essaie d'élever la réflexion.

Quelle que soit son issue, coupable ou innocent (vous voyez jusqu'où je vais), D.S.K. restera « l'affaire D.S.K. » pendant longtemps. En tout cas, elle a un effet évident et important sur notre blogosphère, si j'en juge par le nombre et la qualité technique des communications, essentiellement celles en provenance des confrères pratiquant le droit américain.

Un fait divers de cette taille, avec des implications indirectes (ou directes suivant les imaginatifs du complot) de nature politique doit être utile à notre blogosphère, en nous obligeant à comparer les systèmes de droit, voire de pensée, que ce soit dans l'organisation de la justice, de la détention, des droits des parties, du rôle des avocats, de la place et de la puissance de la presse, du rôle particulier de la télévision au pénal, etc. Dans le etc., il y a le rôle de la police, celui du parquet, la façon dont les juges sont désignés, le juge d'instruction, le jury populaire, finalement la conception même de la justice.

Je n'ai de leçon à donner à personne, mais j'aimerais que chacun pense à cela désormais aussi. Ne serait-ce que pour qu'on soit bien convaincus et je le suis de l'outil extraordinaire que constituent nos blogs. Soyons en fiers.

-------------------------------------------

J'ajoute ceci : même après le changement à 180° du parquet de New-York, la question fondamentale ici posée est inchangée. Lorsqu'on est directeur général du FONDS MONETAIRE INTERNATONAL, il ne l'est plus, on fait attention à ce qu'on fait pour ne pas avoir à se trouver mêlé à une affaire louche.

On doit ainsi considérer que même un cinq étoiles comme le SOFITEL de NEW YORK peut être le théâtre de scènes d'hôtel de passe, puisque, si on comprend bien maintenant, la vertueuse femme de ménage guinéenne, donnée comme un parangon de vertu par la direction de l 'établissement, était membre d'un réseau accroché au trafic de drogue, voire de finances louches, on espère pas celles du F.M.I.

D.S.K. a manqué de vertu et surtout de la plus élémentaire prudence. La relation sexuelle paraissant établie, avec le consentement de la femme de ménage, si on comprend bien désormais, il s'est donc laissé piéger comme un grand naïf.

C'est désolant pour un personnage de cette taille, avec ses ambitions présidentielles.

Ce n'est pas un homme d'Etat. C'est un énorme beta.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA