bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 05/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 10 mois

Illustration d'un rappel

Comme il a eu raison notre confrère Patrice GIROUD, bâtonnier de GRENOBLE, d'émettre sur son blog des réserves contre la célébration, à la fin de l'année en cours, du bicentenaire du barreau impérial.

C'est carpettes, illuminations à la clé, contre devoir de résistance et d'impertinence de l'avocat. Il est dans ce camp, et moi avec lui.

Le texte dit carrément dans l'exposé des motifs qu'il faut bien nous "séparer de la licence et de l'insubordination" .Une paille.

Organisons une fronde contre cette célébration honteuse.

Mais en attendant, délectons nous d'un seul article de ce décret impérial du 14 décembre 1810, un seul oui.

L'art. 17: en ce temps là les avoués licenciés pouvaient prendre l'état d'avocat, mais seulement en justifiant (de leurs titres) et de leur moralité. Ce n'est pas moi qui l'ai écrit, c'est Napoléon.

Et surtout, dans l'immédiat, battons nous contre le honteux système du R.P.V.A. à la sauce NAVISTA. Meme nos puissants confrères parisiens, qui sont pourtant les premiers à célébrer le décret impérial précité, ont quitté le C.N.B. et son machin de Perpignan. Ils ont tout compris eux.

.

Par bernard.kuchukian le 03/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 10 mois

Quel bonheur, on me lit donc à la chancellerie.

Remarquez moi j'aime bien la place Vendome, mais je n'ai plus l'occasion d'y aller de temps à autre, parce que dans le temps, figurez vous que j'y allais quelquefois voir une grande banque anglaise dont j'étais l'avocat, laquelle a quitté l'Europe continentale, et vendu son bel hotel particulier à CHANEL.

Alors il me reste la consolation de constater que ce que j'écrivais sur mon blog le 12 mars 2009 à propos de la justice musulmane à Mayotte a servi à quelque chose. On va la supprimer et transformer les cadis en je ne sais pas quoi social.

C'est EPAILLY qui l'annonce sur son blog.

Si on pouvait me lire aussi pour le R.P.V.A. et réagir plus vite: j'aimerais bien pouvoir prendre une vraie retraite un jour ...

Par bernard.kuchukian le 03/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 10 mois

Un certain D.S. qui, pas bien courageusement, signe par ses seules initiales nous appelle « avocats gagas », dans l'édition du 2 juin courant du Canard enchainé.

C'est vrai qu'on n'attaque pas le Canard enchainé.

On ne peut même pas lui répondre, parce que la loi de 1881 sur la presse n'a pas prévu le cas présent, d'attaque en général du site du C.N.B. web « avocats.fr ».

Je m'en fous. Et je lui dis ceci à ce crétin de canard. Tant il est vrai que cet animal n'a jamais eu la réputation d'intelligence qu'il siérait ici.

Quoi, vous gaussez de ce que des tapeurs impénitents de renseignements gratuits, mendiants professionnels, pauvres et pas pauvres, il existe même tapeurs inscrits l'I.S.F., sans compter les anonymes mal intentionnés, aient été remis aimablement à leur place de tapeurs fondamentaux par des avocats blogueurs.

Parce que, gens du Canard enchainé, hebdomadaire dont les résultats financiers sont les plus importants de la presse française, 8 millions d'euros de bénéfices par an, dont chaque journaliste gagne au moins des centaines de milliers d'euros par an, les mieux payés de la presse française, vous voulez en plus que les avocats travaillent à l'oeil.

Vous avez vu ça où çà ? Vous-mêmes, vous ne travaillez surtout pas à l'oeil. Les seuls journalistes de ce pays qui travaillent pratiquement à l'oeil sont ceux de La Marseillaise journal communiste de Marseille, à la rédaction remarquable bien qu'elle véhicule des idées malfaisantes, dont tous ceux qui s'intéressent à la presse, se demandent tous les jours comment il peut exister encore. Ce n'est pas parce qu'il est aux antipodes de mes convictions que je dois lui taper dessus.

Au Canard, on paie pour vous lire, vous avez un gros tirage, et c'est bien normal.

Donc vous ne travaillez pas gratis et c'est encore bien normal.

Et vous reprochez à des avocats de mettre en ligne gratis des informations pratiques sur le web, tout en s'arrêtant, là, et en refusant les consultations gratuites.

Dites donc les gars du Canard enchainé, vous en connaissez beaucoup des professionnels qui en font autant que des avocats et travaillent gratuitement ? Moi je n'en connais pas. Par contre, je connais de malheureux confrères qui sont rémunérés quand on finit par les payer avec des poignées de figues sèches à l'aide juridictionnelle : et là, vous en connaissez beaucoup des notaires, des avoués, des huissiers de justice, des experts comptables, des experts judiciaires, des médecins, chirurgiens, dentistes, pharmaciens qui travaillent à moins que le tarif du cout légitime de leur travail et de leur talent, et donnent pourtant des informations en ligne gratuitement. Mais sans consultation gratuite en ligne.

Vous feriez mieux de lire les autres blogs, avec et y compris ceux qui dénoncent l'arnaque informatique du machin NAVISTA, en voilà un beau sujet d'investigation journalistique. Mais le canard a là le bec fermé. Pauvre bête.

Oh, les copains, ça suffit de nous prendre pour ce qu'on appelle à Marseille des cons à la voile.

Par bernard.kuchukian le 03/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 10 mois

Je rappelle que la communication des avocats avec le CONSEIL CONSTITUTIONNEL se fait betement par Internet.

Voici que je découvre à l'instant que c'est idem SANS CE PUTAIN DE BOITIER NAVISTA lorsqu'ils'agit de communiquer avec le TRIBUNAL CORRECTIONNEL d'AIX EN PROVENCE.

Oui, je suis grossier.

Il le faut. Louis Ferdinand CELINE l'était aussi.

Il y a des idées qui ne passent que si on viole les esprits endormis.

La légitimité de NAVISTA dans cette affaire a totalement disparu pour autant qu'elle ait jamais existé.

IL Y EN A MARRE DE NOUS RACONTER DES SALADES. NOUS N'AVONS PAS BESOIN DE NAVISTA, DE SON BOITIER ET DE SES EXACTIONS. Et de nous faire prendre pour des cons à la voile.

Moi , il me monte le Saint-Suffren.

Par bernard.kuchukian le 03/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 10 mois

J'annonce l'ouverture d'un nouveau front violent de combat dans cette affaire, ni amiablement, ni judiciairement.

La suite d'ici à demain.

Par bernard.kuchukian le 03/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 10 mois

La technique étant ce qu'elle est, et le monde ce que nous savons malheureusement, nous avons été à deux doigts, de souhaiter une burqa aux ventes d'immeubles aux enchères du Tribunal.

Pas de panique, explication.

Le progrès aidant, on a supprimé, voici quelques mois, les célèbres bougies historiques qui marquaient le temps de chaque enchère. On est passé du moyen âge aux temps modernes, et on a fait appel au chronomètre électronique.

D'abord, on s'est servi d'un écran cathodique de récupération, bon c'était mieux que rien, et les secondes s 'écoulaient dans la limite de quatre vingt dix.

Et puis, le Tribunal s'est payé un écran mural SPECIAL plus fonctionnel et visible, doté, nec plus ultra, d'une sonnerie retentissante pour annoncer l'expiration de la minute trente, donc la fin des enchères et permettant au juge de déclarer que Maitre UNTEL avait acheté. Grandiose.

Mais la technique est humaine. Voici que notre écran mural spécial ne voulait plus fonctionner ce matin, au point d'annoncer invariablement trente minutes d'enchères. Rien à faire, y compris les deux techniciens de service venus essayer d'y comprendre quelque chose. La salle qui attendait a même pali lorsqu'ils ont sorti un pavé en forme de notice pour y découvrir une solution, qu'ils n'ont pas trouvée. Impossible de remettre en fonction cette foutue machine, qu'on ne pouvait pas débrancher non plus.

Plus personne n'allait comprendre ses trente minutes annoncées et invariablement fixées. Comment cacher l'écran devenu fou ?

On a bien pensé un instant à une burqa, pour mettre dessus et ainsi cacher l'erreur à la salle. Voyez à quelles limites extrêmes nous étions réduits. Mais heureusement, point de burqas pour notre secours dans la salle.

Et puis finalement, on a réussi à déconnecter la machine murale qui s'est éteinte définitivement, enfin pour aujourd'hui.

Faute de pouvoir aller chercher les bougies anciennes, que notre sympathique appariteur a annoncé avoir prudemment rangées dans un placard dont il a le secret, sait-on jamais un jour, on a finalement retrouvé l'écran cathodique qui trainait dans un coin, bidouiller une connexion avec un ordinateur et on a eu finalement notre minute trente.

Dans la salle était le délégué de notre bâtonnier pour les enchères, qui est également notre mentor pour l'informatique, donc maitre à la fois des ventes et de l'informatique, qui a avancé l'idée que ce sabotage ressemble à un coup de NAVISTA.

Après tout, il a peut être raison.

C'est bien NAVISTA, non, qui a interrompu brusquement notre connexion à « e-barreau », nous autres pauvres avocats marseillais.

Par bernard.kuchukian le 03/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 10 mois

S'entête à soutenir NAVISTA, becs et ongles.

Ruy-Blas.

Bon appétit messieurs, O ministres intègres, conseillers vertueux, voilà votre façon de servir, serviteurs qui pilliez la maison.

Victor HUGO

Par bernard.kuchukian le 02/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 10 mois

Attention à la censure du C.N.B. dès fois que Monsieur HATTAB y soit sensible , propos de Figaro:

Pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l'autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l'opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement sous l'inspection de deux ou trois censeurs.

Pierre Augustin CARON de BEAUMARCHAIS.

Par bernard.kuchukian le 02/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 9 mois

Je constate parce que le webmaster m'en donne la possibilité technique que les interventions de critiques violentes et injurieuses sur mon blog au chapitre du projet de votre suppression émanent évidemment de personnes anonymes, qui se disent souvent vos employées. J'ai meme reçu un message d'une secrétaire qui se plaignait de vous, parce que vous n'etes pas supprimés.

Bon, en s'en fiche.

Non, le plus grave est que ces message sont toujours pendant les heures de travail.

Donc, au lieu de bosser, votre personnel fait du web. Quel désordre ...

Par bernard.kuchukian le 02/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 10 mois

Malgré les efforts louables de notre excellente consoeur KERDREBREZ et du barreau du Val d'Oise, il faut bien reconnaitre que le reste du barreau provincial français ne se bouge guère officiellement pour nous aider.

Je sais qu'en coulisse, c'est différent, et aussi ce soir que du coté de CARCASSONNE, on nous a fait gagner un point gigantesque, qui va me permettre d'aller porter le différend rue de l'Echelle.

Donc globalement, on peut dire qu'en apparence tout au moins, la plupart des avocats français hors Marseille et le Val d'Oise ne boustiguent pas. Faudrait-il les pessuguer davantage ; sinon vous serez des coucourdes. Allez venez avec nous.

"Boustiguer"en marseillais(source précédente), c'est "se remuer, se secouer, s'agiter". Et "pessuguer", c'est pincer, titiller. "Coucourde" a trois sens la courge, la personne stupide, et la tete, la cervelle. Un quatrième aussi: s'embrasser avec effusion, comme des courges. Je n'ai jamais vu des courges s'embrasser, et d'ailleurs personne ne veut nous embrasser. Nous qui n'en sommes pas, des courges. Pardon des coucourdes.

On n'est pas non plus des cornichons, dont la fonction principale est d'etre rangés dans des bocaux. Avant d'etre mangés. Ici peut etre par des "gobis".

Et peuchère.

--------------------------------

P.S. Rue de l'Echelle siège à PARIS l'AUTORITE DE LA CONCURRENCE. Attention NAVISTA.