bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 09/12/10
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 5 mois

Je viens de comprendre pourquoi la France entière n'a pas voulu du système astucieux marseillais contre Navista.

C'est que pour la France entière, Marseille, ce sont les niaiseries de la célèbre série télévisée sur F3: "Plus belle la vie".

Qu'on puisse etre intelligent après cette connerie, c'est impossible.

Tu vois, Dominique, ce combat était inégal. Et perdu d'avance.

Par bernard.kuchukian le 09/12/10
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 5 mois

Il n'y a heureusement pas que NEW-YORK, WASHINGTON, MIAMI, SAN FRANCISCO, LOS ANGELES ou CHICAGO aux Etats-unis.

Il y a aussi des trous perdus, comme NASHVILLE.

C'est dans le Tennessee, au milieu du pays en gros. Pour ceux qui ne connaissent pas, le Tennesse c'est un peu leur Ardèche.

On peut voir là-bas deux choses étonnantes.

Bien sur le Grand Ole Opry, salle de concerts de 4.400 places assises et couvertes, Mecque de la musique country.

Et surtout, le studio B dans un quartier non central de la ville, pour autant que le centre ait un sens dans les villes U.S.

C'est en fait une maison style années 50, rez-de-chaussée, toit plat dessus, 100 à 110 m², quelques pièces, archi quelconque.

Ce studio B c'est celui dans lequel où Elvis PRESLEY a commencé et suivi pendant lontgtemps sa carrière discographique. Le rock and roll y a été enregistré là. Cette maison a généré des milliards de dollars, et des centaines de disques d'or.

Le génie y a habité, avec du matériel simple et pas cher. Des trucs arrangés, bidouillés, avec des fils qui trainent, un studio d'enregistrement aux murs bricolés, des instruments de musique quelconques et pas cher.

Des milliards de dollars, des centaines de disque d'or. Je vous dis.

A MARSEILLE, on n'a pas meme eu de studio B pour mettre au point notre système, celui pas cher et tout simple, le plus astucieux suiivant Monsieur HATTAB, dont personne ne veut.

On a simplement un studio J, virtuel, mais intellectuellement identique, sauf que parce que c'est MARSEILLE, lui n'aura ni succès reconnu, ni merci, ni rien du tout.

NASHVILLE c'est mieux que MARSEILLE, non ?

Par bernard.kuchukian le 09/12/10
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 5 mois

Ce matin, j'en ai terminé avec mon audience commerciale à la Cour d'appel d'Aix-en-Provence, je rentre à Marseille, au volant de ma vieille 307.

Brusquement, devant moi, toutes sirènes et tous feux allumés, deux motards et deux berlines françaises gris foncé, dans la première des policiers cagoulés, dans le seconde sans doute quelques personnages d'Etat importants: un préfet peut etre ?

Le tout surement pas des détenus allant au palais (je fais encore la différence entre un fourgon cellulaire et une berline, et on reconnait les véhicules de police ou gendarmerie).

Non c'était bien quelqu'un d'important, dont il fallait non seulement ouvrir la route, mais encore qu'il fallait protéger des manants.

Et dire que sous NAPOLEON III, d'après Alphonse DAUDET et ses Lettres de mon moulin, son sous-préfet en tournée se promenait librement, et pouvait meme gambader dans les bois tout seul pour préparer ses discours devant les oiseaux.

Le progrès et la liberté ont donc fonctionné à l'envers.

Par bernard.kuchukian le 09/12/10
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 5 mois

Sérieux, l'action du barreau de Marseille paie, enfin , réduit progressivement le cout de NAVISTA.

A quarante huit heures des débats en référé à Aix en Provence, et à trois semaines de la fin du batonnat de Dominique MATTEI, coup d'éclat, de tonnerre, de tout ce que vous voulez du C.N.B.:

On baisse à 26 euro; hors clé par mois

Je rappelle qu'on avait commencé à 85 euro; hors taxes. Hors clé.

En vertu des objections de fond qu'on connait, savoir que Navista est le cheval de Troie du C.N.B. dans nos cabinets, sous la gestion d'un tiers pas sur,pour le principe parisien, et tout et tout, meme à zéro, j'en veux pas. Pas de paix honteuse.

Je ne veux pas donner l'impression d'etre un mendiant, face aux puissants Parisiens.

Que ceux qui imaginent qu'à la fin du batonnat MATTEI, ses amis, dont je suis fier d'etre, vont se contenter d'une remise de Noel, je dis qu'ils font fausse route.

Car au delà du R.P.V.A. sauce Navista, tout le monde sait bien qu'il n'y a rien de concret. Et que le problème numérique est bien là.

Dernier point: j'aimerais bien qu'on m'explique qui fait la réduction ici. Navista ou le C.N.B., en tapant ans notre caisse de cotisations diverses et variées pour financer.

Par bernard.kuchukian le 09/12/10
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 5 mois

Un arret tout récent (Cass. comm. 5 octobre 2010, n° 09-16752 www.legifrance.gouv.fr ), vient rappeler une fois encore que le client d'une prestation contractée avant le jugement déclaratif de son prestataire a l'obligation de déclarer l'éventuelle créance qu'il prétend détenir, notamment au titre de l'exception d'inexécution, en compensation, contre le prestataire - lire le liquidateur judiciaire du prestataire - lorsque ce dernier demande paiement du prix de la prestation (de la mauvaise prestation).

Pas de déclaration de créance, pas de compensation.

Pas de déclaration de créance, pas de possibilité d'invoquer l'éventuelle inexécution ou mauvaise exécution du marché,

Dans tous les cas, obligation de payer.

Jurisprudence constante, trop souvent ignorée des juridictions du fond terrorisées quand on fait du droit, surtout devant les juges civils de la construction, qui ne veulent pas comprendre et admettre.

Dommage.

Cette affaire me rappelle les conclusions d'un avocat général près la Cour de cassation, lues dans une vieille R.J.D.A. dont il faudra que je retrouve la trace. Il disait en substance ceci, ce haut magistrat:

Il faut toujours déclarer une créance, meme si on n'en n'a pas ou on n'en n'est pas sur. Car, retirer une déclaration de créance est enfantin. En imposer une est quelquefois et meme le plus souvent impossible.

Par bernard.kuchukian le 08/12/10
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 5 mois

Infogreffe, vous savez ce site allié des puissants greffiers en chef des tribunaux de commerce (dont j'ai écrit et je maintiens souhaiter la nationalisation, comme Jacques ATTALI).

Dans leur superbe monopolitstique inattaquable, ces gens là se foutent maintenant du monde. Le manant qui consulte. Vous et moi (enfin, moi).

Allez voir quand vous cherchez un calendrier d'audience.

Ce matin, il y avait une publicité officiellement pour un n° de téléphone de service. Le 0.891.011.011. Appel gratuit en plus. Le bonheur.

Vous tombez alors sur un répondeur qui vous déclare (je crois que ça s'appelle PROZODI) que pour l'instant: " aucun service n'est disponible sur ce numéro."

Ces choses là ne s'inventent pas.

Par bernard.kuchukian le 07/12/10
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 5 mois

Il va falloir créer une rubrique droit des médias: voyons, le propre président du C.S.A. rappelle que les temps de parole des politiques sur les antennes publiques doivent etre proportionnels, et s'appliquer aussi à leur invitation dans les émissions de variété.

Coté Marine LE PEN, les comptes sont vite faits. Zéro.

Les meneurs des émissions publiques de variétés ne veulent pas. Par ostracisme religieux et/ou politique.

Bon. Et si personne n'en veut, on fait comment ? On ne peut déjà pas tuer tous les électeurs. Ce serait beaucoup...

On fait condamner sous astreinte ANTENNE 2, FR 3, la 5, et ARTE à faire passer Marine LE PEN à l'antenne d'émissions de variétés. Chiche.

Par bernard.kuchukian le 07/12/10
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 5 mois

Oui, à mes crétins de confrères, ceux-là qui viennt de découvrir qu'à nouveau, les experts -comptables veulent nous tailler des croupières, tandis que les notaires recommencent aussi.

Dites-donc les copains, si vous étiez à l'ordinaire un peu plus combatifs, moins crédules, et surtout moins combinards par des combines qui nous retombent sur la gueule, ce serait mieux.

Regardez par exemple les tribunaux de commerce envahis par les juges experts comptables sans compter les présidences.

Vous trouvez ça normal.

Vous faites quoi pour protester ? Rien du tout, moutons belants, enfin, bélants seulement de temps à autre.

Si ce n'était pas dramatique, ce serait risible.

Par bernard.kuchukian le 07/12/10
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 5 mois

De renvoi en renvoi, parce qu'il fallait attendre la promesse du batonnier machin, du président bidule, jusqu'à ce qu'il n'arrive rien du tout et qu'on finisse par etre ridicules, nous avons plaidé ce matin devant la présidente elle meme du président du Tribunal de grande instance d'AIX EN PROVENCE la procédure de référé contre NAVISTA.

Comme il est inconvenant d'attaquer en justice judiciaire le C.N.B., mon ordre des avocats avait contourné l'obstacle, astucieusement, comme tout ce qu'on fait, sans succès déterminant pour l'instant. Il est vrai que l'immense majorité des avocats français sont d'une indifférence totale sur le sujet. Sauf le barreau de METZ, et quelques confrères blogueurs et amis, qui se reconnaitront (dont j'ai déposé les dossiers d'intervention ce matin).

Notre thèse est que NAVISTA a coupé la liaison particulière convenue contractuellement entre le barreau de Marseille et le C.N.B. pour nous en attendant d'avoir trouvé une meilleure solution, que nous avons mais dont personne ne veut en haut lieu tandis que les barreaux de province, j'insiste, s'en foutent complètement, mais alors, sauf un seul que j'ai plaisir à saluer ce soir: METZ.

C'est un fait matériel, meme pas contesté que cette liaison marseillaise n'existe plus. Mon ami José ALLEGRINI a expliqué tout cela sobrement, pour rester sur le terrain de la voie de fait.

Je suis intervenu personnellement, à la fois comme avocat utilisateur enfin qui aimerait bien utiliser encore, et surtout comme historien de la question.

Je me suis en effet rendu compte que cette affaire a commencé il y a près de quatre ans avec mes sorties en public local sur la question, qu'il faut sans arret raconter la meme histoire. Sauf à Paris: ils ont tout compris avant les autres...

Devant des gens qui n'y comprennent rien et ne veulent rien à comprendre.

Il ne fait pas de doute que la présidente va se déclarer incompétente: il fallait entendre son commentaire horrifié à propos de la tarte la crème de la sécurité lorsque j'ai raconté publiquement la conception du propre président du Conseil constitutionnel sur la libre communication par Internet, simplement, sans boitier ni clé, pour la Q.P.C. J'espère qu'elle ne va pas penser que ce que je lui ai raconté était un mensonge, oui cet avocat KUCHUKIAN qui nous raconte ses entretiens avec Monsieur Jean-Louis DEBRé, président du Conseil constitutionnel, et qui parle aussi de la façon de travailler de la Cour de justice de l'union européenne.

Tout au plus, sa décision d'incompétence me permettra-t-elle de réactiver ma plainte à l'AUTORITE DE LA CONCURRENCE, par la nouvelle preuve de la collusion anti-concurrentielle C.N.B. NAVISTA, avec l'agrément illégal de la chancellerie (oui parce que seul le ministre de l'économie et des finances peut déroger, et encore dans des conditions très compliquées, non remplies ici).

Je suis très désabusé ce soir.

Jamais plus que ce soir, j'ai également compris que mon batonnier préféré le soit aussi.

Dominique, plus que jamais, je suis avec toi. Tu as fait tout ce qu'il était légitime de faire, tout en sachant que on resterait bien seuls.

Personne ne connait cependant la fin de l'histoire dans six mois ou un an: l'intelligence ne devra se souvenir que de Dominique MATTEI et de Jacques JANSOLIN son technicien sur ce coup. Soyez admirés tous deux.

Par bernard.kuchukian le 05/12/10
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 5 mois

Il faut vraiment etre complètement dingue pour aller voler le domicile de Madame ROYAL.

Des secrets d'Etat, un programme pour la France ? Que les voleurs les gardent. Nous en serons débarrassés.

Au juste, si ces voleurs, c'était des ...roms. Parce que cette histoire de fille née en Italie qui serait serbe et de son copain qui serait serbe aussi, personne ne parlant le français, ne me parait pas bien claire.

Mais on saura bien un jour. J'en connais quelques uns qui se rouleront parterre de rire si jamais ...

Attendons.