bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 22/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 4 mois

En cherchant sur le droit de présentation, je viens de tomber sur un petit bijou, qui n'a rien à voir.

C'est la réponse du garde des sceaux à une question écrite de Monsieur GODFRAIN, alors député, datée du 16 janvier 1989. Cette histoire a donc 21 ans révolus.

L'honorable parlementaire se faisait l'écho des greffiers qui souhaitaient, je cite "la création d'un schéma informatique cohérent".

Et le ministre de répondre ceci au journal officiel, Réponses Assemblée nationale, du 24.4.1989, p.1949.

"En matière d'informatique (...) un audit a permis de faire le point sur ces imperfections. Un nouveau schéma directeur de l'informatique; pour la période 1990-1994, est actuellement en cours d'élaboration. Il prévoit le développement et l'implantation de chaines civile et pénale complètes dans les juridictions assurant une parfaite cohérence entre les matériels choisis et les programmes."

Deux observations.

1.C'est moi qui ai souligné "complètes".

2. Nous sommes en 2011, vingt-et-un-ans plus tard.

Par bernard.kuchukian le 20/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 4 mois

On apprend aujourd'hui un "trou" de 1,5 tonne d'or fin dans la déclaration mensuelle de la Banque centrale de Tunisie à la filiale du Fonds monétaire internationale à Londres qui par convention internationale inventorie chaque mois les stocks mondiaux. Le trou est entre décembre et maintenant.

L'histoire de Madame BEN ALI allant chercher son magot commence à tenir la route, puisqu'une des premières décisions du nouveau gouvernement tunisien a été de virer le gouverneur de la Banque centrale: comment expliquer autrement qu'une faiblesse la remise de 1,5 d'or, ce qui change la déclaration de la Banque centrale sur un stock parait-il immuable depuis 10 ans...

Il faut gratter plus loin. Il parait maintenant que ce prélèvement daterait de fin décembre. Or, à fin décembre, il n'y avait pas toutes ces manifestations, et ce paroxisme. Donc, les BEN ALI, l'épouse surtout de doutait de quelque chose. Mais de quoi ?

Surement pas de manifestations spontanées prochaines. Qui arriveraient au hasard.

Et si ma thèse du coup d'Etat militaire alors en préparation par manifestations "spontanées ?

Si c'est bien ça, coté quai d'Orsay, Messieurs-dames, pardon, mais quels nullards ...

Par bernard.kuchukian le 20/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 4 mois

"Je crois avoir été l'un des hommes les plus détestés de son époque, ce fût longtemps mon chagrin, c'est aujourd'hui mon orgueil."

Dialogue de Michel AUDIARD, dans la bouche de Jean GABIN, "Le Président "(1961) d'Henri VERNEUIL.

Variante à mon niveau. Je crois avoir été l'un des avocats les plus (etc.)

Par bernard.kuchukian le 20/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 4 mois

Oui, car ce soir le Conseil constitutionnel a rendu sa décision sur le recours en validité de la loi de suppression des avoués.

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/l...

Avec une analyse imparable, dans le droit fil des discussions qui avaient eu lieu en 1971 lors de la suppression des avoués de première instance, que rappelle le très remarquable Jacques ATTALI en les approuvant dans son premier rapport, et de ce que plus modestement - je ne suis rien du tout, moi - j'avais soutenu sur la blogosphère, le Conseil constitutionnel a raboté l'art. 13 de la loi nouvelle, quant au périmètre de l'indemnisation. Il ne va rester que l'indemnisation du droit de présentation, ce qui ne devrait pas faire grand chose lorsqu'on aura bien analysé les choses. C'est quoi ce droit au juste ? Il ne pourra surement pas s'agir du vtransfert du monopole. Puisqu'il a été légalement supprimé dans au dela du besoin de la loi (18ème considérant), qui retient "le but d'intéret général."

Le préjudice de carrière, celui économique et les préjudices accessoires ou généraux sont rayées de l'analyse.

Le 22ème considérant est à encadrer. "Les anciens avoués sont inscrits de plein droit au barreau établi près le T.G.I. dans le ressort de leur office; ils peuvent encore représenter en appel; ils ont de droit la spécialisation d'appel."

Je résume le Conseil constitutionnel : "Bref, ils se plaignent de quoi ? "

Dans l'ordre on peut s'attendre maintenant:

1°. A des bordées injures anonymes à recevoir sur mon blog,

2°. A la promulgation de la loi , rabotée à l'économie d'indemnisation, par notre président de la République,

3°. A une grève prochaine des avoués,

4°. A quelques perturbations dans le fonctionnement des procédures d'appel en cours, qui n'avaient pas besoin de ça avec l'informatique défaillante.

5°. A des décrets facilitant l'intégration de leurs personnels dans la profession d'avocat, avec un délai de pratique professionnelle inférieur aux 8 ans exigés de nos chers juristes de cabinet d'avocat. Là, je grince les dents en attendant de les montrer. Ceci ne concerne pas le Conseil constitutionnel, mais -qui sait- ma prochaine alliance avec le S.A.F. Nous vivons des temps fabuleux, n'est-il pas vrai ?

6°. A terme, à un temps nettement plus réduit de l'application de la honteuse taxe parafiscale, voire peut etre à son abandon dans les mois à venir.

Comme avocat et citoyen payant l'impôt, permet-on ce soir de saluer le Conseil constitutionnel et son si sympathique président Jean-Louis DEBRé ?

J'appelle les confrères à se mobiliser maintenant pour l'abandon de la taxe parafiscale des 150 €. En voila du concret pour le libre accès à la justice d'appel. Les syndicalistes vont etre contents et devraient se souvenir que ce sont d'autres qu'eux qui se sont battus sur le thème.

Par bernard.kuchukian le 19/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 4 mois

Les plus vieux se rappellent le roman de Georges SIMENON, dont Henri VERNEUIL avait fait en 1961, sur des dialogues de Michel AUDIARD, son inoubliable film " Le Président."

Il y a cette longue tirade de GABIN à l'Assemblée nationale qui liste les intérets personnels des députés.

Mais c'est de la gnognote à coté du clan BEN ALI.

Voyez. C'est tout simplement impressionnant. Encore plus que jusqu'ici, personne ne l'ait publié. Merci au Monde d'avoir dit (moi je savais professionnellement un tout petit peu mais c'était microscopique). Voyez plutot:

http://www.lemonde.fr/afrique/infographie/2011/01/19/le-clan-ben-ali-une...

Par bernard.kuchukian le 19/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 4 mois

La France n'a plus d'empire colonial.

Elle n'a plus non plus la Tunisie et le Maroc, ses deux protectorats, qui gardaient à l'est et à l'ouest son Algérie et son Sahara, lesquels étaient mieux que ses colonies, parce que les pieds noirs y étaient nombreux et toute autre chose que des colons, contre l'imaginaire qui leur (nous) a fait autant de mal. Fini la Tunisie et le Maroc depuis 1956, et l'Algérie depuis 1962. A la place, en France, des immigrés de ces terres-là, trop de ces immigrés, beaucoup trop. On sait qui je suis, d'où je viens, quelles sont mes idées politiques. Je ne change pas, surtout en ce moment.

Mais il y a maintenant plus d'une semaine que je me pose cette question. Si tous ces immigrés n'étaient pas en France, la réaction des Français, la mienne comprise, serait-elle la même par rapport à ce qui vient de se passer en Tunisie, et aux gaffes officielles géantes de certains responsables de notre pays. Je crois bien que oui.

Je me rassure ainsi. Les Français ont conservé le sens de la colonie : ce qui se passe dans les anciennes terres françaises les intéresse, les concerne, qu'ils aient peur ou non. Près de 50 ans après la dramatique et honteuse indépendance de l'Algérie.

Et lorsqu'un ministre français a annoncé qu'on allait aider les policiers du général BEN ALI à combattre les manifestants, je crois bien que de l'extrême gauche à l'extrême droite, la base française a été choquée. Ceci vous rappelle-t-il quelque chose ? Moi oui, lorsque la même unanimité a uni les Français contre la seconde intervention américaine en Irak.

La France est-elle pro-arabe ? Le terme pro ne va pas. Le terme arabe non plus, Kabyles et Marocains étant des berbères. Mais on assimile, à tort sans doute.

Le terme très sensible est plus exact. Parce qu'il y a là un peu de notre passé colonial.

Quel dommage que cette sensibilité n'aille pas jusqu'aux Arabes chrétiens, comme nos cousins coptes...

C'est vrai aussi que les Français ne les ont jamais colonisés. Alors ils ne savent pas.

Par bernard.kuchukian le 19/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 4 mois

Il parait que la contribution souhaitée du barreau de MARSEILLE aux festivités qui doivent marquer l'année 2013 de "Marseille capitale européenne de la culture" (mon Dieu, vous avez du vous tromper de sujet) serait dans une exposition de robes d'avocats au musée de la Mode. Oui, parce que notre ville a un musée de la Mode, installé à droite de la Chambre de commerce. Dérision suprême des temps modernes, à coté du passé historique grec, médiéval puis colonial et maritime de la ville. Bon, passons.

Revenons aux robes. Dans un premier temps, j'ai trouvé le sujet dérisoire, indigne.

Et puis, je me suis dit que faute de briller sur autre chose, on pourrait se singulariser ainsi. Faute de mieux.

Faire connaître notre barreau partout en Europe à travers seulement les costumes d'audience des confrères. C'est un début, et mieux de rien du tout.

Bref, je demande publiquement qui va s'occuper de ce projet immense, et de ses dérivés. Déjà, il faut alerter Madame PETIT, PONSARD DUMAS et les autres aussi.

Oui, parce que, hasard des choses -je ne pense pas que la divine Providence s'occupe de cela, ou alors, une révision des installations est nécessaires- je trouve dans la dernière revue sur papier glacé du C.N.B. une publicité d'Avocats sans Frontière, avec la photo d'une robe d'avocat à la française, mais fabriquée d'un tissus à dessins jaunes et marrons et blanc, de sujets que je ne parviens pas à bien reconnaître.

Franchement, on ne voit pas le rapport avec le sujet soit classiquement le thème des droits de certains hommes.

Mais, la robe est amusante.

Alors voilà, je me dis ceci.

Puisque nous en sommes réduits à une exposition de robes d'avocats européens, pourquoi notre ordre ne créerait-il pas un concours de la robe d'avocat la plus originale ?

Je ne sais pas moi, en velours bleu (1), en tissus rouge avec des pois blancs ou inversement, avec des rayures genre bagnard (pour les pénalistes) ou avec des angelots (pour les avocats de l'enfant), à fond de billets de banque (pour les avocats d'affaires avec des nuances, euros, dollars, yen, francs suisses -la mienne je la veux avec les dollars, c'est plus répandu-, ou avec des truelles (pour les avocats de construction), ou avec des équerres et des compas (pour les avocats francs maçons).

J'arrête ici mon délire. Encore que, je ne délire peut être pas tant que cela.

---------------------------

(1) Cette histoire de robe bleue est authentique au moins pour moi. Ma belle soeur aujourd'hui décédée, s'était essayée un temps à la poterie, et en mal d'idées, m'avait fabriqué un bougeoir en forme de robe d'avocat. Mais, maladroite dans le traitement des couleurs, elle n'était pas parvenue à la faire noire.

Alors, la robe de cet avocat bougeoir unique en céramique familiale est ... bleue. D'un beau bleu avec une épitoge barrée de blanc. Pièce unique évidemment, que je suis pret à exposer en effet.

Par bernard.kuchukian le 18/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 4 mois

Puissants bâtonniers,

Je viens de lire en ligne comme tout le monde peut le faire comme moi l'ordre du jour de votre assemblée des 28 et 29 janvier courant au WESTIN de PARIS.

Vous allez élire un vice président, et des membres de remplacement.

Vous allez même recevoir le bâtonnier de TUNIS (ah, la sensibilité à événementiel).

Par contre, je ne trouve nulle pas dans vos projets la moindre discussion sur le SEUL SUJET CERTAIN de cette année 2011 : la préparation de l'absorption des avoués d'appel par notre profession, et les conséquences pratiques qu'il faut d'ores et déjà envisager si on ne veut pas que cette réforme soit impossible, avec comme conséquence son cout exorbitant et le fait que les avoués qu'on aura indemnisés grassement, resteront indispensables matériellement.

Oui, parce que les ordres que vous dirigez ,n'auront rien prévu ni vu venir, et que ce sera l'inconnu comme actuellement depuis le 1er janvier avec la réforme de la procédure d'appel.

Il y en a des choses à faire et si vous le voulez, je pourrai et d'autres que moi pourront vous les lister.

Le premier qui me répond que tout sera réglé par le R.P.V.A. à la sauce NAVISTA 1 (2, 3, etc) mérite la pendaison immédiate.

Parce que (ils vont être rudement contents à PERPIGNAN, pour une fois que j'en dis du bien), NAVISTA n'est en rien, mais alors en rien du tout responsable de l'absence révélée de moyens de traitement informatique des données dans les cours pour le suivi des procédures d'appel. (1)

Insistez pour le garde des sceaux que vous allez recevoir, nous donne à tous (magistrats, greffiers, avocats) les assurances nécessaires de l'utilisation des fonds reçus au budget de 2011 pour cette mission.

____________________________

(1) Vu les circonstances, je pense que cette fois ci je ne serai pas censuré.

Par bernard.kuchukian le 16/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 4 mois

Je me trompe peut etre, mais toute cette affaire est troublante.

Et si tout avait été arrangé par l'armée ? Etonnantes non ces scènes de fraternisation.

BEN ALI vient de l'armée. Par le bas. On m'a meme appris qu'il ne devait sa carrière militaire et politique qu'au père de sa première épouse, l'important général KEFI.

BEN ALI a l'age de passer la main. On le dit malade. Sous la coupe de sa 2ème épouse ("la régente de Carthage, le mot n'est pas de moi), à la fois coiffeuse et maitre en droit par correspondance, d'une faculté française d'une ville dont je tairai le nom qui fabrique des avions . Et surtout de sa belle famille.

Et si l'armée, la meme qui avait mis au pouvoir contre BOURGUIBA par un coup d'Etat le général BEN ALI, voyant que la succession de celui-ci allait etre organisée par sa nouvelle belle famille, les TRABELSI si décriés par ailleurs, n'avait pas voulu tout simplement reprendre la main, et le pouvoir.

Scenario diabolique.

Non, parallélisme des formes comme disent des juristes. On reprend ce qu'on a donné.

On a sans doute tort de sous-estimer l'armée en Afrique du nord. Rappelez vous le Maroc, et le général OUKFIR, qui a manqué son coup d'Etat d'un rien, l'Algérie et ses riches généraux à tirer les ficlles, dont jadis un Saint-Cyrien qui avait tourné sa veste pour prendre le controle de l'armée à l'indépendance, et voici ici et maintenant la paisible Tunisie.

L'armée (française) d'Afrique d'époque a laissé des traces organiques de coups de force dans ces anciens territoires français.

Oui, parce que l'armée française légaliste d'aujour'dhui...

Par bernard.kuchukian le 16/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 4 mois

Le même jour, on apprend que :

1°. Le comité de suivi pour les capitales européennes de la culture, à BRUXELLES, estime qu'un retrait d'Aix-en-Provence du projet MARSEILLE PROVENCE 2013 "pourrait compromettre la réalisation de projets majeurs". "Le comité s'inquiète particulièrement des incertitudes qui entourent la participation d'AIX EN PROVENCE à l'événement pour des raisons qui semblent indépendantes du projet", indique le rapport.

"L'expérience a montré que l'organisation des capitales européennes de la culture pouvait être difficile quand des enjeux politiques extérieurs interféraient avec elle".

Que BRUXELLES ne comprenne guère le rapport entre la décision de la députée-maire d'AIX EN PROVENCE et l'embrouillamini sur la fusion des universités et un siège social unique n'a rien d'une histoire belge. Mais l'engagement à venir de la ville ne saurait tarder avec un chèque de 7,3 M d'euros à la clef.

En fait, les prétentieux Aixois et les opportunistes Toulonnais ne veulent pas de la volcanique et sulfureuse MARSEILLE. Oui, parce que le souffre c'est dangereux pour la santé. Et je ne parle pas des couteaux.

2°. Peut-être pour un différend de coeur (je connais mettons plutôt bien le journaliste de" La Provence", qui l'annonce, et je comprends sa prudence, il risque sa place) une rixe cette nuit dans une boite de nuit du Vieux Port, à 100 m de l'Hôtel Radisson 4 étoiles. Il écrit qu'une Fatoumaté 18 ans a poignardé une Sylviane 16 ans avec un couteau. J'en connais un qui va se faire frapper sur les doigts d'avoir mentionné é les prénoms.

Déjà le maire de secteur, s'était fait remarquer, celui dont j'ai parlé cet été, qui veut mettre un tourniquet à telle plage pour ne pas que ceux des quartiers nord (qui ont les couteaux) viennent ennuyer les bons bourgeois intellectuellement perdus qui ont voté pour lui va enterrer le sujet. Voici maintenant qu'il parle du "travail de la police sur ces thématiques". Je dénonce ce quidam, apparatchik de Ségolène ROYAL, toujours en retard aux réceptions.

Le plus grave est que tous ces gens-là donnent une image pitoyable de MARSEILLE, et que la ville n'en n'a pas besoin.

Evidemment, nous autres avocats de MARSEILLE en faisons les frais.

Tout le talent du monde -et mes confrères locaux n'en manquent pas- ne sont rien du tout face à la moquerie cachée, et au mépris distingué de tous les autres avocats de France, à l'égard du barreau de MARSEILLE. Celui qui fut mon maitre de stage il y a 40 ans et que je considère encore comme le plus grand de nous n'est-il pas maintenant inscrit au barreau de ... PARIS.

J'ai écrit ici voici quelques mois et je le maintiens que l'une des raisons fondamentales l'ostracisme contre le projet informatique génial de notre barreau est qu'il vient d'une ville maudite.

Le pire de l'histoire est que MARSEILLE est un cimetière d'initiatives, et dès que quelqu'un y a une idée, surtout si elle est bonne, on le frappe ou on le tue. On ne laisse que le folklore à trois sous.

Voyez encore notre barreau : la culture, c'est aussi le droit.

Deux exemples. Sait-on que ce sont les édiles de MARSEILLE qui ont inventé la justice consulaire ?

Sait-on qu'avec EMERIGON, avocat en cette ville au 18ème siècle, bien que venu d'AIX EN PROVENCE, MARSEILLE a littéralement « inventé » le droit maritime.

Or, savez-vous pourquoi on envisage d'inviter notre barreau à la célébration de l'année de la culture en 2013 ?

Une exposition de robes d'avocats au musée de la mode.

Ca ne s'invente pas.

Cette ville qui mérite infiniment mieux est aux mains de gâteux ou de faibles, ce qui revient exactement au même.

Moi qui connais infiniment mieux mon amie d'amphithéâtre Maryse JOISSAINS (lisez ce qu'écrivait sur moi son mari, ancien maire de la ville) la députée-maire d'Aix-en-Provence, que notre sénateur-maire local, je suis désespéré de cette situation.

Nous sommes et allons demeurer ridicules. Heureusement finalement, parce que ce n'est pas comparable en taille, que l'autre capitale européenne de la culture soit la charmante petite ville de KOSICE en Slovaquie, que presque personne ne connait, mais où je suis passé par hasard cet été. Je n'ai pas eu alors l'impression que quiconque y risquait sa vie la nuit.