bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 16/02/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

Audience de départition ce matin au conseil de prud'hommes.

Convocation pour 10 H 30. C'est toujours exact. J'arrive à 10 H 20.

Les conseillers patronaux et salariés papotent. Je m'inquiète car je viens de lire dans la cabine d'un des ascenseurs qui fonctionne encore au Tribunal de grande instance (oui, je crois que l'entreprise d'entretien n'est plus payée) un message annonçant la reprise de la grève des magistrats jusqu'au vendredi 18 février compris (je rappelle que la semaine prochaine, c'est les vacances de février pour ... 15 jours).

On me dit que la juge d'instance qui préside, évidemment, puisque c'est le juge départiteur vient de lever l'audience (elle avait pris une première affaire avant la mienne), car elle est allé téléphoner.

Retour à l'audience dudit magistrat un peu genée (dès fois qu'on la prenne pour une jaune). "Je suis en grève et ne le savais pas." Renvoi de mon affaire au 15 novembre prochain (1)

On repapote, oui parce qu'on n'a plus rien à faire sinon. On apprend que demain ce sera pareil partout surtout parce que demain jeudi, le garde des sceaux, Monsieur Michel MERCIER vient à MARSEILLE.

Oui, il vient à MARSEILLE, c'est moi qui ajoute, pour remettre les insignes d'élévation dans l'ordre national de la Légion d'honneur à un ancien bâtonnier Corse et ami (c'est pas MATTEI).

Dis-donc José, ta Légion d'honneur bloque le fonctionnement de la justice et permet des vacances étendues.

Comme tu es colonel de réserve, j'espère que les gendarmes de leur coté, ne feront pas grève demain.

Elle est pas belle la vie à Marseille ? Comme à la télé: plus belle la vie".

--------------------

(1) Je représente ici l'employeur. Comme on dit à Roquevaire, "m'en foutis".

Le salarié était dans la salle. Il n'a pas bronché, alors qu'on a reporté le moment du traitement de son dossier à neuf mois.

Par bernard.kuchukian le 16/02/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

No comment

http://www.barreau-marseille.avocat.fr/emails/7d36fc7d0d8d65b4e1026dfda9...

Si un commentaire, pallier est transitif. On pallie les inconvénients. On ne pallie pas aux inconvénients. On promène les justiciables et les avocats.

A part çà, on est bien tranquiles, il y a eu le feu. Normal. On déménage. Et on a oublié les art. 322-5 et suivants du Code pénal.

Par bernard.kuchukian le 16/02/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

C'est trop injuste à la fin, on le dit sans arret, et ça ne sert à rien. Voyez les débris de notre port, massacré par les mouvements sociaux à répétition.

http://www.econostrum.info/Marseille-pleure-son-port_a4654.html?preactio...

Pendant ce temps, comme si de rien était, on se préoccupe localement surtout de poursuivre systématiquement les dirigeants des sociétés faillies, parce qu'ils ont mal géré leurs entreprises.

Sur un tout autre plan - je reviens à la blogosphère des avocats - quel crédit accorder au barreau de Marseille, qui invente son système de communication électronique avec les tribunaux, qu'on ignore et qu'on refuse, sans aucune justification. C'est un tout, et on nous place tous dans le meme panier.

Quoi leur opposer ? Cerise sur le gateau, il y a le feu (on a mis le feu) au Tribunal, et personne ne dit rien.

C'est d'autant plus odieux que les responsables qui laissent faire ces gachis sont généralement taisants.

NON AU LYNCHAGE.

Par bernard.kuchukian le 15/02/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

Il parait qu'il n'y a pas assez d'argent pour la justice et les juges.

Voici qu'à Marseille, on apprend qu'on va déménager le Tribunal d'instance vers une caserne désaffectée dans un quartier disons pas terrible parce qu'on va faire des travaux importants pendant deux ans au moins au bâtiment qui l'abrite.

Ce bâtiment, c'est celui du Tribunal civil construit sous Napoléon III. Il est si classique avec ses grands escaliers, ses deux ailes à droite à gauche, son fronton triangulaire à la grec, ses colonnades, qu'on le voit tout le temps à la télé, régionale, et même nationale quand il sert de fond d'écran. Devant lui, un bassin. Avec des angelots en bronze. A droite, la statue de BERRYER, le célébre avocat, vous savez, le célébre organisateur de conférences au barreau de PARIS, qui fut un temps député de MARSEILLE. Et oui, c'est comme ça.

En 40 ans d'exercice professionnel, j'y ai connu: le Tribunal de grande instance (sauf chambres correctionnelles) avec des travaux à cause du parking de devant. Puis, le départ de ce Tribunal provisoirement ailleurs, en attendant qu'on construise un bâtiment avec des chambres civiles nouvelles, puis des travaux pour conforter les premiers travaux qui n'avaient pas été bien faits, puis l'arrivée du Tribunal d'instance, puis du Tribunal de police, et comme c'était trop grand pour ceux-ci , on lui a envoyé alors des chambres correctionnelles. Encore un peu de travaux. Puis on a viré l'ordre des avocats qui occupait le premier étage, et l'ordre est allé s'installer chez lui dans la rue devant.

Maintenant, il parait qu'il faut faire à nouveau des travaux, sur les travaux des travaux des travaux.

Putain, je ne sais pas quelles entreprises ont les marchés, mais quel fromage.

___________________________

P.S. sur la statue de BERRYER. Elle a troné là au milieu de la place Montyon, où est le palais de justice dont je parle, pendant près d'un siècle. Et puis à cause de travaux de parking, on l'a mise plus loin en attente. Et puis quand il s'est fallu la remettre à sa place d'origine, où je l'ai connue un tout petit temps, je suppose que la mairie de la ville, socialiste (on était sous Gaston DEFFERRE), s'est enfin rendu compte que ce BERRYER là, bien que défenseur entre autres du maréchal NEY, et de CAMBRONE, avait été surtout le chantre des royalistes, député marseillais "parachuté" de PARIS, parce que MARSEILLE était royaliste en ce temps là. Alors, le sort de la statue et du bonhomme a été scellé, au coin, pardon au piquet, derrière une grille. Ils ont tout de meme mis près de 100 ans avant de se rentre compte que c'était un adversaire de la République.

Par bernard.kuchukian le 15/02/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

Un conseil à tous les confrères.

Pour ceux qui n'en n'ont pas, n'ouvrez pas de blog.

Pour ceux qui en possèdent un, fermez le.

JRM vient de trouver la vérité.

C'est dangereux professionnellement de tenir un blog.

On se fait mal voir des juges professionnels ou non. Il faut se taire, ne rien dire sauf "oui, Monsieur le président" (ou Madame la présidente, si c'est une dame - il n'y a pas de Mademoiselle la présidente).

Pas de vagues. Pas d'histoires. Tous des employés de la sécurité sociale. Et alors, la considération des juges, qui vous rendront de bons jugements. Niveau: petite cour, 1ère année de maternelle. Mon Dieu qu'il est sage ce petit (ou qu'elle est sage cette petite).

Si c'est ça etre avocat, bonjour.

Par bernard.kuchukian le 15/02/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

Oui, parce que les avocats parisiens n'ont pas Navista, mais utilisent depuis quelques années par un système qu'ils ont développé eux memes et pour beaucoup moins cher, une communication avec le R.P.V.A. donc la plateforme e-barreau.

Les avocats marseillais ont copie leur idée ou leur concept, et l'ont adapté à leur façon. Peut etre plus à jour, normal puisque c'est après. C'est la règle en informatique. Intellectuellement, c'est pareil. Sauf que pour Marseille, c'est non, alors que pour Paris, c'est oui.

Bon, on verra plus tard, la suite des bagarres en cours.

Mais maintenant, actuellement, aujourd'hui, peut-on savoir ce que pensent les avocats parisiens de ce R.P.V.A. là ?

Quel est leur témoignage sur son utilité, sur ses lacunes, sur les progrès à y accomplir ?

Que disent -ils lorsqu'on résume comme suit. En l'état actuel, le R.P.V.A. sans boitier ou avec, c'est un poste de télévision.

Oui, mais avec une seule chaine, qui émet seulement la mire et les informations par exemple. Quelques heures par jour. Sans rien d'autre. Pas de variétés, ni de films, ni de documentaires, ni de météo, etc. Les chaines, 24/24, avec ces programmes qu'on n'a pas, ce seraient les logiciels des cours et tribunaux. Qui n'existent pas.

Par bernard.kuchukian le 14/02/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

L'édition générale de La Semaine juridique du 31 janvier 2011 N° 5 publie une communication, plus compilation de textes qu'étude de fond: "Fusion avoués/avocats: pour le meilleur et pour le pire", par Jacques JUNILLON. "Avocat honoraire , avoué à la cour honoraire ". C'est moi qui souligne.

L'intéressé est un ancien avocat, devenu avoué (il était le mien dans mes affaires lyonnaises), et désormais avoué honoraire.

Honoraire au singulier + honoraire au singulier = honoraires au pluriel.

De fait, on ne parle que d'indemnisation et d'argent dans cette communication.

Le pire n'est pas là. Le pire c'est le dessin en page de garde de la revue. On y voit un gros poisson (à gauche) qui va avaler un petit poisson (à droite).

Ce qui m'ennuie, c'est alors de constater que cet ordre gauche droite correspond à l'ordre de la communication : avoués, à gauche, avocats, à droite.

Faut-il s'inquièter ?

Comme on dit à MARSEILLE, "méfi".

Par bernard.kuchukian le 14/02/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

Au moment où il est posé publiquement à la tete de l'Etat la question de la qualité du service de la justice et de la prestation des juges (professionnels), je reçois du Tribunal de commerce de MONTPELLIER, où je plaide assez souvent pour un avocat de MARSEILLE, le petit avis en attache.

Vous lirez qu'on s'y préoccupe d'une démarche de qualité, apparemment auprès des avocats, sans doute auprès d'autres aussi.

C'est peut être purement formel, mais c'est l'intention qui compte. Au moins.

C'est une démarche exceptionnelle, et par exemple, il n'y a rien de tel au Tribunal de commerce de MARSEILLE, où je suis nettement plus souvent. Dire qu'il y en a pourtant bien des choses à lui reprocher ...

A suivre.

Par bernard.kuchukian le 13/02/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

Oui, il est ici question d'identité nationale suisse. Après les minarets.

D'après Wikipedia: 7.787.000 habitants dont 29 % de non Suisses. Nationaux Suisses, donc 6.035.000.

Je n'ose pas imaginer que lorsqu'on n'est pas Suisse, on puisse posséder une arme à la maison.

Nombre d'armes chez les particuliers: 2.000.000. Une tous les trois Suisses. Femmes, hommes, enfants, vieillards.

Votation, oui, on garde nos armes.

Qui dit mieux en matière de démocratie directe ?

Par bernard.kuchukian le 13/02/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 3 mois

Les démocrates de la rue. Et les journalistes naifs. Vous n'alliez pas croire que l'armée ?

Je rappelle qu'elle a fait le meme coup, heureusement, voici pas mal d'années en Algérie.

Dans les pays arabes, l'armée a horreur du vide. Elle n'a pas tous les torts. Le vide c'était ici la succession de trop vieux personnages la tete de l'Etat, qui allaient filer le pouvoir à la famille.

En Algérie, BOUTEF n'a pas d'enfant, on dit meme qu'il n'a pas de femme. Risque nul. On restera entre généraux ou copains des généraux.