bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 31/03/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 6 mois

Il est ici 18 H, en eastern time des Etats-Unis d'Amérique, soit G.M.T. moins 5 et le 31 mars.

Au même moment, il est 3 H en heure centrale européenne soit G.M.T. plus 2, et le 1er avril.

_______________________________________________________

Je déclare prêter allégeance à notre chef Jérôme, et aux membres aimés et courageux de son conseil (sauf les ingrats qui ne votent pas comme lui).

Avec eux, par eux et en eux, je dis : « Vive le boiter individuel Navista à 19 € et la clé à 7 € par mois, seulement pour encore une année. » Et que tout cela est bel et bon.

Je déclare n'avoir jamais lu et encore moins compris l'art. 18 de la loi de 1971 sur la profession d'avocat et les obligations informatiques à la charge exclusive des ordres.

Je déclare que le barreau de PARIS n'existe pas, pardon plus, et qu'il est hors la loi, pour avoir imaginé pouvoir (oh, les scélérats) communiquer avec la plateforme e-barreau de TOUS les avocats sans boiter ni clé, pour quelques euros pris en charge par l'ordre. Et en plus pour y être parvenu.

Je déclare que je suis fâché définitivement avec les deux indignes personnages que sont l'ex- bâtonnier Dominique MATTEI et le confrère (dire qu'il est avocat) Jacques JANSOLIN (ces deux là ...) qu'il faut bannir tous les deux de l'ordre.

Je déclare supposer que l'ancien batonnier (ah celui-là) aurait été mieux inspiré en investissant dans le Patrimonio.

Je déclare (bon sang que puis-je encore déclarer ?) Ah oui, que la réforme applicable au 1er avril (drôle de date non ?) est repoussée au 1er septembre, en attendant une autre date encore.

Je déclare que de toutes façons, elle ne me concernait pas puisque je n'aurais peut être les fonctions de l'actuel avoué d'appel que le 1er janvier 2012.

Je déclare ainsi que je devrais m'en foutre.

Je me dis enfin que si mon grand père Pierre KUCHUKIAN, au lieu de s'arrêter à ALGER, avait rejoint en 1922, ses frères John et Paul à NEW YORK, je n'en serais sans doute pas là.

P.S. Ces déclarations sont valables ce jour, au moins, et j'aimerais pouvoir terminer tranquillement mon voyage. Plus que 5 jours.

Par bernard.kuchukian le 31/03/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 6 mois

Décalage horaire, je n'ai pas suivi. A l'heure qu'il est le conseil national de Metz doit etre terminé.

Meme si j'arrive un peu tard, je le salue d'ici avec considération, soutien et amitié.

Par bernard.kuchukian le 31/03/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 6 mois

Parce qu'ici, c'est seulement technique.

Et comme c'est du fédéral, il faut voir à WASHINGTON. Toutefois, j'étais venu pour FORT ALAMO (1) et Davy Crocket. Donc pas déçu.

Une petite indication, on dirait que ce PACER n'a pas bonne presse, parce qu'il faut s'inscrire et payer. Ca me rappelle quelque chose. Mais bon, il n'y a ni boitier ni clé.

Si l'ordre veut m'envoyer enqueter à WASHINGTON D.C., c'est avec plaisir et à ses frais cette fois-ci. La responsable en charge de l'information est Madame ISHAKIAN. J'y suis pour rien. J'adore WASHINGTON, où je suis déjà allé trois ou quatre fois. Je pourrai meme servir de guide au batonnier. Et lui montrer la ville où je voudrais passer ma retraite si je venais ici: ALEXANDRIA, 5 miles south, Virginia, along the Potomac River.

Bon, salut, maintenant le numéfrique je m'en fous, je visiterai demain le plus grand ranch du monde. Ses clotures couvrent la distance CORPUS CHRISTI( sud - ouest du Texas, à 100 miles du Mexique) jusqu'à BOSTON, sur le haut de la cote est.

____________________

(1) C'est exactement comme me l'avait dit mon fils Nicolas quand il l'avait visité lycéen. C'est tout petit, on attendait quelque chose d'immense. Comme quoi la célébrité est quelquefois sans rapport avec la taille apparente.

Par bernard.kuchukian le 28/03/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 6 mois

De plus en plus souvent, comme c'est bizarre, non pardon révélateur, on me demande de confirmer mes envois numériques en courriel par une copie en support papier.On me dit (on l'a fait encore ce matin) qu'on ne sait pas ouvrir ses messages, ce qui est un comble lorsqu'on dispose d'une adresse courriel.

Ou alors, voila qui veut dire qu'on l'a créée, mais seulement pour faire comme tout le monde, au barreau désormais (c'est chic, et moderne). Tandis qu'en réalité, on n'en veut surtout pas. on est alors post-moderne, suivant cette formule géniale qu'avait utilisée un jour chez moi à MARSEILLE un étudiant américain qui m'avait été envoyé pour quelques jours par le Consulat général local. Un type cultivé, comme savent l'être les Américains, avec du recul sur des choses du monde, une hauteur de vue. Il avait employé ce terme de post-moderne pour définir le plus grand bâtiment administratif construit en France depuis 20 ou 30 ans, le siège du Conseil général des Bouches-du-Rhone. Un machin bleu avec une toile, des vitres, qui ne ressemble à rien. Post-moderne. L'étudiant était de WACO où j'étais ce matin. En plus il était Texan.

Revenons à nos moutons. Autre explication possible à cette aversion: la ladrerie, oui vouloir conserver le document pour le lire à la maison, là où on n'a pas d'ordinateur et économiser l'ordinateur, le papier, l'imprimante et l'encre.

C'est du post-numérique. Un peu comme le système qui parait plaire au délégué numérique de la Cour d'appel d'AIX EN PROVENCE: on fait appel par Internet, donc sur un registre, et ensuite on envoie des conclusions sur du papier et peut être même en courriers recommandés.

Oui, c'est çà, c'est du post-numérique.

Par bernard.kuchukian le 28/03/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 6 mois

La tarte à la crème de la formation professionnelle obligatoire, qui permet à certains de se révéler comme des formateurs, ou organisateurs de voyages, généralement toujours dans des lieux bien touristiques comme il faut, jamais au KREMLIN-BICETRE ou à DOUAI, par exemple, fait se poser la question d'apprécier individuellement qui sont les conférenciers ou formateurs. Quel est leur passé, leur pédigrée. Oui, ces gens là viennent délivrer leur prétendu savoir à des avocats, un peu passifs certes, obnubilés, comme à la faculté, qu'ils n'ont pas vraiment quittée, par l'obtention des 20 heures comme quand il fallait obtenir ses unités de valeur, mais pour la très immense majorité d'entre eux, aux casiers judiciaires vierges, et à la situation financière en difficulté souvent, mais toujours en restant in bonis. Modestes mais honnêtes.

Peut-on alors accepter que des conférences de formation professionnelle soient servies par des gens supérieurs qui ont été en liquidation judiciaire, et qui, parce que cette situation, si elle n'a pas été suivie de sanction spéciale sous forme d'interdiction de gérer, ont pu recommencer, le plus tranquillement du monde leur même activité. Je mets les pieds dans le plat : un avocat en liquidation judiciaire, dossier de procédure collective clôturé, pas de sanction, passif techniquement définitivement éteint (c'est la loi), s'inscrit à nouveau au barreau et repart pour une nouvelle vie. Il n'y a pas que les avocats, je vous rassure.

Plus généralement, tel professionnel, qui a fait l'objet d'une sanction disciplinaire de suspension, quelle qu'en ait été la gravité, justement grave parce qu'elle est mentionnée à son casier judiciaire, peut -il prétendre venir me donner une leçon de quoi que ce soit, à moi et à d'autres qui avons un casier judiciaire plus blanc que blanc, comme mon dossier disciplinaire aussi (et oui, Mesdames et Messieurs, c'est vrai).

Puis-je recevoir la formation par ceux qui ne paient pas leurs cotisations professionnelles obligatoires, il doit bien y en avoir aussi.

Le cadre, je le rappelle, est que je n'ai pas le droit, j'ai le DEVOIR, c'est dans les textes normatifs du CONSEIL NATIONAL DE BARREAUX de dire ce que je pense de la séance de formation professionnelle à la fin de celle-ci au membre du conseil de l'ordre venu rester pendant toute ladite séance, attendre notre point de vue (ils ne viennent pas les bougres, ils sont dans l'illégalité la plus complète -ce qui convenez en est plutôt gênant pour quelqu'un appelé à statuer sur votre propre situation par rapport à l'obligation des 20 heures).

Voyez vous il me semble qu'on doit appliquer à ces formateurs d'avocats les règles de la perfection de la femme de CESAR.

Ceci est un message général. Que je m'en vais compléter dès mon retour à MARSEILLE par une adresse individuelle aux membres du conseil de mon ordre et à mon bâtonnier, avec évidemment des choses plus précises que je ne peux pas étaler publiquement dans la blogosphère.

Il parait que ça ne se fait pas. Mais je sais.

Par bernard.kuchukian le 26/03/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 6 mois

Enfin, Jacques JANSOLIN est maintenant officiellement sur la blogosphère.

Petit cachotier, il a attendu que je sois ailleurs pour y venir.

Mais là où je suis, c'est simple, on a inventé l'ordinateur, le numérique et le reste. Donc, meme dans ma chambre d'hotel, je sais tout.

Bravo à toi Jacques et vas y. C'est toi qui mérite d'etre le premier.

Par bernard.kuchukian le 25/03/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 6 mois

Oui, parce que depuis un certain temps déjà, pour entrer aux States, il faut s'enregistrer sur le site ESTA et payer 14 euro. C'est valable deux ans, et certes le ministère de l'intérieur américain vous fiche ainsi. Moi, je m'en fous, j'y suis fiché depuis des dizaines d'années à l'époque où j'avais un visa permanent.

14 euro pour deux ans, et ne recevoir que des informations d'une administration américaine, qui vous déclare que vous etes admis, c'est finalement pas cher par rapport à Navista. Laquelle ne fait elle que véhiculer en les faisant payer cher des informations gratuites venues depuis les greffes...

Quant à etre fichés, tous les avocats le sont dans les tribunaux. Il y a les amis, et les autres.

Sauf qu'il est interdit ici aux Etats-unis d'utiliser le mot Navista. Navista est une marque déposée américaine par une autre société de services que nos Navista perpignanaises. Et bien entendu avant elles... Ils ne sont pas bons décidemment.

Par bernard.kuchukian le 24/03/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 6 mois

Etonnant, non ? Sans parler de la victime, qui est finalement ravie, il y a ce matin au moins un avocat marseillais content. Juste moi.

Hier matin, une dame fait des courses dans le centre-ville de MARSEILLE. Il est un peu plus de 9 H. Deux malfaiteurs (j'allais écrire des jeunes, oui des jeunes) lui arrachent par derrière son collier en or.

Un témoin, qui se révélera être une étudiante en droit de nationalité comorienne (la Faculté de la Canebière est tout à côté) voit la scène et accompagne la victime au commissariat (sur La Canebière aussi), au lieu d'aller à son cours de droit public.

Description précise par elle des deux agresseurs. 11 H, appel de la police à la victime. On a retrouvé les deux agresseurs. Venez au commissariat les reconnaitre. 11 H 30, la police à la victime, parce qu'ils se sont faits des confidences au téléphone cellulaire (qu'on a écoutées) on a même retrouvé votre collier dans la chaussette d'un de vos agresseurs. Auditions.

C'est moi avocat qui parle, ce sont des mineurs, on les remettra en liberté. Je vois mal quoi en faire d'autre.

Ce matin, au commissariat, on a rendu son collier à la victime.

Bravo la police. Merci le témoin.

J'ai le nom de l'étudiante. Le cours qu'elle a raté était donné par un professeur copain de faculté, Jean-Claude RICCI. Je vais t'écrire Jean-Claude et te féliciter, tu as au moins une fille très bien dans ton amphithéâtre.

Cette histoire exceptionnelle, parfaitement digne de la police de MONACO, est à MARSEILLE.

Le procureur de la République de cette ville, Monsieur Jacques DALLEST, qui la qualifie avec juste raison de "volcanique" l'appréciera aussi.

Elle est parfaitement vraie. J'en sais quelque chose, la victime, c'est mon épouse.

Par bernard.kuchukian le 23/03/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 6 mois

Lettre ouverte à Madame le député maire d'AIX EN PROVENCE,

Ma Chère Maryse (1),

Tu n'es pas satisfaite de la façon dont on te traite dans l'affaire "Marseille capitale européenne de la culture 2013".

Je ne sais pas si tu as raison.

Mais tout ce qui peut conduire à l'abandon de cette opération imbécile sera le bienvenu.

Une petite grève des éboueurs, une grosse grève des marins et des dockers, une autre des conducteurs de bus et de métro, et nous serons en plus la risée de l'Europe entière.

Personne ne peut prétendre que ces écarts n'auront pas lieu. Tu parles d'une ville dans laquelle le feu est dans les archives du Tribunal tandis que l'affaire correspondante est enterrée.

D'une ville dont le barreau, le plus important de la région, va s'incliner devant l'obscurantisme informatique, alors qu'il a trouvé nationalement la meilleure solution et la moins chère. D'une ville dont le meme barreau, incapable d'organiser le passage au changement, va laisser filer l'avantage et le progrès de la suppression des avoués, au seul bénéfice des avocats (dont tu es) de ta ville.

Tiens bon Maryse. Toi au moins tu te bats et fais marcher tes méninges. Tu mérites de gagner.

Je t'embrasse,

Bernard.

(1) On se connait depuis 45 ans

Par bernard.kuchukian le 23/03/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 6 mois

Moi qui lit les blogs des autres m'aperçoit que les problèmes ne sont pas que chez nous. Oui, figurez-vous, on ne vous le dit pas, qu'une des raisons pratiques du grand blocage informatique général en tout cas des réticences dans les juridictions est une histoire de table. IKEA n'y est pour rien.

La table, c'est ainsi qu'on l'appelle, c'est la liste des avocats, tribunal par tribunal, et bientôt cour d'appel par cour d'appel.

Voici quelques semaines encore (mais les responsables, dont je ne suis plus, changement d'équipe à l'ordre) on avouait une jolie pagaie.

A notre Tribunal de grande instance, il paraissait que le greffe avait enregistré les avocats de MARSEILLE et hors MARSEILLE en vrac, ce qui posait évidemment des problèmes dès lors qu'on n'allait communiquer au titre de la postulation qu'avec les premiers.

Mais ce n'est pas tout. On n'avait jamais suivi de méthode rigoureuse.

Ainsi Bernard KUCHUKIAN pouvait être classé à KUCHUKIAN Bernard, Bernard KUCHUKIAN, Maitre Bernard KUCHUKIAN ou Me. Bernard KUCHUKIAN ou Maitre KUCHUKIAN Bernard ou enfin Me. KUCHUKIAN Bernard. Encore heureux qu'on ait enregistré à chaque fois le prénom et pas seulement l'initiale, ici B. Passons aux associations formelles ou informelles, et aux sociétés civiles ou autres. On classe à société, à S.C.I., à S.E.L.A.R.L. + les noms des associés, ou aux noms des associés. Voici ci-dessus.

L'ordre de MARSEILLE avait proposé quelque chose d'une simplicité enfantine. L'utilisation de la seule liste officielle qui soit, celle de la CAISSE NATIONALE DES BARREAUX qui non seulement nous a tous numérotés (y compris pour être inscrit à la blogosphère), mais aussi classifiés avec précision : exercice individuel, en société, quelle société. Barreau par barreau. J'en suis resté àç l'offre de fournir cette liste régulièrement et gratuitement. A ma connaissance, le greffe n'en n'a pas voulu. Vas comprendre pourquoi.

Voyez maintenant le blog de notre confrère DESMARAIS ce jour. Il vous y explique les affres administratives de celles qui travaillent dans les hôpitaux. Je savais depuis longtemps que l'ASSISTANCE PUBLIQUE ne connait dans les hôpitaux que le nom de jeune fille, et jamais celui de femme mariée. Trop de complications et de changements en cas de divorces si nombreux. Mais il parait que les cliniques prennent les noms d'épouse, et que d'autres laissent choisir.

Oui, parce qu'il faudra aussi régler cette question : on prend quel nom pour les femmes mariées ?

Bon, moi je suggère de faire comme l'ASSISTANCE PUBLIQUE. C'est simple, et clair. C'est même sympathique pour les femmes mariées qu'on appelle alors et encore Mademoiselle. Oui me direz-vous mais pourvu qu'elles ne soient pas trop âgées. Mufles.

Ce mot seulement pour faire toucher du doigt les difficultés à mécaniser les procédures, bien au-delà de la question dérisoire de la complication du boitier Navista et de la clé Certeurope.