bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 22/05/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

On entend çà et là des personnalités bien pensantes, journalistes en vue, hommes politiques de gauche, qui affirment etre convaincus de l'innocence de M. D.S.K.

Je vais les faire hurler par ma référence, qui est celle-ci, le dialogue célèbre entre Philippe Pétain et Pierre Laval: ce dernier "je suis certain de la victoire de l'Allemagne". Pétain; soyez plus précis, "vous etes certain, ou vous souhaitez". Et Laval: "j'en suis convaincu". On connait la fin.

Donc, ne pas confondre le point de vue purement personnel, le souhait nécessairement subjectif, et l'analyse rigoureuse de la situation telle qu'elle est et non pas telle qu'on voudrait bien qu'elle soit.

Par bernard.kuchukian le 22/05/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

Il y a une semaine qu'on n'ose pas le dire.

Le mot est laché: l'arrogance française.

Par bernard.kuchukian le 22/05/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

Le volet américain du dossier M. D.S.K. donne encore à réfléchir.

Voici qu'on apprend maintenant que l'enquete de l'inculpé et détenu (oui parce que D.S.K. n'étant pas libre de ses mouvements, est détenu, en presque luxe et à ses frais) est commandée à une société spécialisée de détectives privés (700 $ de l'heure).

Bien. On est loin de tout cela en France.

Imaginons, subtilité que l'infraction poursuive soit financière et que le juge des libertés (son équivalent U.S., mais on pourra bientot raisonner idem en France) bloque les avoirs et revenus du mis en examen - inculpé. Les juges français n'aiment pas ceux qui ont de l'argent (c'est toujours douteux).

On ferait comment pour se défendre.

Que les affaires américaines de M. D.S.K. nous fassent réfléchir à la justice de classe en France est assez inquiétant.

Par bernard.kuchukian le 22/05/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

Préalable: on peut imaginer que le webmaster va encore essayer de me censurer en parlant de D.S.K., parce que les statistiques de consultation de mon blog ont pulvérisé tout ce que j'imaginais hier.

Ami (je parle au webmaster) du calme. D.S.K. signifie" DOSSIERS SERIEUX DE KUCHUKIAN"D.S.K.

J'avais aussi imagine "DOSSIERS SYMPHONIQUES DE KUCHUKIAN". Mais comme je ne connais pas la musique...

Vous avez compris, j'ai des problèmes avec le "S".

Sujet: la déjudiciarisation. L'affaire D.S.K. (l'autre) sur laquelle j'ai écrit hier à propos de la délégation au privé de la détention au lieu de la prison, rappelle aussi, on ne s'en rend pas compte dans le feu de l'action, l'autre déjudiciarisation américaine.

Qu'on aura peut etre bientot en France si les Français qui investissent tout dans le médecine et rien dans la justice en trouvent le temps. Parce que s'il n'y avait plus de juge d'instruction, il faudrait bien que la défense ait les moyens de recherche et d'enquete face aux parquets et à la police. Il faudrait créer ainsi une véritable culture de liberté d'action, qui n'existe pas le moins du monde dans un pays où tout le monde a peur (je parle de la France) des institutions, et où l'idée meme de s'opposer est considérée comme dangereuse (je suis un terroriste intellectuel).

Au moment où la plupart des avocats croient encore que la déférence respectueuse sert à quelque chose, alors qu'elle est une marque de servilité imbécile, je pose la question.

Par bernard.kuchukian le 21/05/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

Les membres du conseil de l'ordre à qui j'adressais jusqu'ici des communications par courriel se sont donnés la consigne du silence, chut, secret, c'est un terroriste, intellectuel s'entend. Alors je me suis tu. Ils auront des nouvelles dans Le Monde . Ou au Lebon .

Voici que j'apprends maintenant qu'on envisage en réponse d'organiser des réunions ouvertes de conseils de l'ordre.

C'est quoi le conseil de l'ordre ouvert ? J'imagine ceci:

Sur une estrade, par exemple à la maison de l'avocat de Marseille, autour d'une table seront les membres du conseil de l'ordre. Présidés par le bâtonnier.

Dans la salle, assis et je suppose silencieux, seront les avocats ouverts venus regarder et entendre leurs élus traiter de leurs affaires.

Attention, attention, pas n'importe quelles affaires. Pas les disciplinaires (sauf que le conseil n'a plus de pouvoir disciplinaire, ils retardent ...) Objection, mais on nous a toujours dit que c'était secret le conseil de l'ordre ...

Qui pourra venir ? Pas des gens comme moi en tout cas.

Pourra-t-on poser des questions ? Ah ça non alors.

Cette histoire sérieuse me rappelle vous savez le lever de Louis XIV à Versailles: on louait à l'entrée une épée et un chapeau, on payait une petite somme au concierge du palais et on avait le droit de voir le monarque se lever le matin. Pour les lecteurs moins cultivéseen histoire de France, je rappelle que Raymond DEVOS en avait fait un sketch.

Je dis que nos édiles ne sont pas bons en communication sur ce coup.

Je leur donne l'idée suivante.

Faites des conseils ouverts et dînatoires.

Au surplus, un excellent traiteur LORANGER vient d'ouvrir en face de la maison de l'avocat de Marseille.

On paierait X euro; on aurait droit à un plateau-dîner, et l'ordre dégagerait un petit bénéfice. On pourrait aussi exiger le port d'une cravate spéciale (à louer) , ou pour les dames d'un foulard aux couleurs de l'ordre - à créer- (à louer aussi), avec un badge (idem), voire un chapeau (idem)

Dans ces temps prochains où - je vous assure - on va parler beaucoup, je m'y emploie, de la question du droit de présentation, pourquoi ne pas créer un "officier à l'ouverture des conseils". La charge serait payante.

Le prochain qui dit que KUCHUKIAN ne joue pas le jeu avec l'institution, en recherchant des voies nouvelles de financement, je le flingue. Intellectuellement s'entend.

Par bernard.kuchukian le 21/05/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

Je n'ai pas été gentil avec vous. Pardon. Voici d'ailleurs ce qu'on écrit de vous sur Trip.Advisor.

Recommandé Type de voyage : Toutes les autres

"Tout simplement Parfait !" Evalué par Stéphanie P de Issy les Moulineaux le 7 janv. 2011

Tres bon hôtel, très bien situé (sur la 44eme). Hall et chambres très propres, une agréable odeur de propre se diffuse dans tout l'hotel. La literie est exceptionnelle. La chambre est plutot grande pour Times square mais reste de taille "normale". Plein de petites intentions qui rendent cet hotel tres confortable et très cosy. Personnel tres disponible et discret à la fois. Qualité de service haut de gamme. A recommander sans hésiter. Tout le personnel est tres efficace et rapide. J'y retournerai sans hésiter et je le recommanderai vivement.

Par bernard.kuchukian le 21/05/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

La France, toute émotionnée de l'arrestation de D.S.K., de l'injustice de ses menotes, de ses conditions de détention, du complot ourdi contre lui par les forces du mal, du sourire de la pauvre Anne SINCLAIR (1), j'en passe et des plus baveuses, ne dit rien des honoraires de ses avocats américains.

Au moment où on parle chez nous de la présence des avocats en garde à vue, pour quelques euros de l'heure, ce dont on est fier, et où j'ai meme lu que tel confrère dont je ne citerai pas le nom parce que j'ai été baptisé dans la religion catholique et romaine qui prêche malheureusement le pardon, bref au moment où j'ai lu que tel crétin de confrère déclarait etre fier d'etre présent en garde à vue gratuitement,

Je rappelle que les deux grands avocats américains de D.S.K. seront payés chacun 20.000 dollar; le mois, plus quelques allonges pour leur personnel, et 100.000 dollar; de "frais divers" '(ils sont impayables au sens littéral du mot, les confrères américains).

J'ai déjà écrit sur ce blog qu'il y a une trentaine d'années, une arrière petite cousine américaine, Mathilde KUCHUKIAN, veuve O' BRYAN, qui connaissait la musique (2) m'avait dit à MIAMI dans sa propriété: "mais Bernard que faites vous donc en France ? Venez vous installer ici. " Pourquoi ne l'ai-je pas écoutée ?

______________________________

(1) Le terme "pauvre" appliquée à l'épouse de D.S.K. est je crois inexact.

(2) Mathilde était cantatrice et avait chanté Carmen dans les grandes salles de NEW-YORK.

Par bernard.kuchukian le 21/05/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

Cette histoire de changement dans les conditions de détention de D.S.K. (je n'ai pas écrit de liberté conditionnelle, qu'on ne se trompe surtout pas) permet de considérer l'avance américaine en matière de déjudiciarisation. Qui s'exerce en fait sur le terrain carcéral. Décarcéralisation ?

Allez donc voir le site de: www.strozfriedberg.com.

Cette importante société américaine, composée apparemment d'anciens magistrats, policiers, membres de la C.I.A., du F.B.I. et de gardiens de prison, organise la détention privée sous controle judiciaire, aux frais des V.I.P. et sans doute des autres aussi.

L'Etat se désengage ainsi financièrement, pas de prisons à financer, pas de gardiens à payer, pas de repas à fournir. Ce sont les détenus qui paient tout. Au prix fort.

Comme en amont, ils doivent cautionner grassement pour les victimes et le reste, pas de difficulté pour exécuter les condamnations au profit des parties civiles. Pas de Fonds d'indemnisation qui coute la peau des fesses.

Putain, que ces Américains sont forts pour faire du fric avec tout.

Et puis, si vous voulez savoir le sort d'un détenu, pas de mystère. Vous pouvez tout savoir sur lui. Vous allez pour les maisons de correction de NEW YORK sur:

http://a073-ils-web.nyc.gov/inmatelookup/pages/common/find.jsf

Si vous possédez le n° d'écrou, vous l'indiquer, sinon le nom de famille et le prénom. Et ça marche.

Par ailleurs, en France, ce sont les victimes qui vont payer 35 euro; par dossier pour la défense des gardés à vue.

Ceci dit, je ne serais pas étonné que la chancellerie aillle trouver des idées sur le site que je cite ici.

Je lui rappelle à ce sujet à la chancellerie que si elle va voir aux States, elle serait mieux inspirée de regarder aussi le fonctionnement numérique des tribunaux, à la mode américaine. Au lieu d'avoir les yeux rivés sur Perpignan et son boitier.

Par bernard.kuchukian le 21/05/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

Pas bien jolis les commentaires que j'entends et je lis.

Y compris dans ce que rapporte La Provence de ce matin en brèves de son chroniqueur judiciaire en chef.

On rapporte que les truands de MARSEILLE sont choqués de ce que D.S.K. n'ait pas été interrogé a la direction centrale de la police de NEW YORK, et qu'il l'ait été dans un commissariat de Harlem. On n'ose pas ajouter, parce qu'il ne faut surtout pas etre raciste, à Harlem, où il n'y a que des noirs.

On ajoute, c'est comme si un truand marseillais de haut niveau (il va etre content de la comparaison D.S.K.) était interrogé au commissriat de Belsunce ou de La Savine (pour ceux qui ne savent pas, haute proportion de Maghrébins) au lieu de l'etre au commissariat central de MARSEILLE, à l'Eveché.

Où donc va se placer le bling-bling.

i

Par bernard.kuchukian le 20/05/11
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 6 mois

Oui, personne n'a encore apparemment fait la remarque.

Si elle est Guinéenne, il y a toutes les chances pour que la femme de chambre... parle le français.

On est donc resté en famille, bien qu'on soit au SOFITEL de NEW YORK.

Quel bel exemple de francophonie.

______________________

P.S. Et en plus, si le taxi entre le SOFITEL et J.F.K. avait été Haitien ? Hein ?