bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 05/07/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 5 mois

Oui, pourvu que vous soyez NAVISTA ou CERTEUROPE, on s'en bat l'oeil.

Respecter le Code de commerce et un peu le Code pénal, c'est pour les autres.

Par bernard.kuchukian le 03/07/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 5 mois

Au même moment où l'autre crétin de Maitre JUSTIN, notaire publicitaire, fait sa réclame sur les notaires qui sont garantis par l'Etat, Le Monde daté des 3 et 4 juillet traite du procès dont le délibéré est au 7 juillet de la 15ème chambre correctionnelle du Tribunal de NANTERRE.

Une ancienne mandataire judiciaire (oui, on dit une mandataire quand c'est une femme), de cette ville, Me. L.R. (son nom est dans Le Monde) est poursuivie pour des détournements reconnus par elle à hauteur de 7,2 millions d'euros. En famille.

Elle n'est ni la première ni la dernière.

Par exemple local, c'est après sa mort naturelle qu'on a appris, voici une dizaine d'années, qu'un administrateur judiciaire marseillais des plus sympathiques, Me. H. N., qui avait toute l'oreille des tribunaux de commerce de MARSEILLE et aussi de TOULON, et l'amitié de tout le barreau, avait tout de même détourné 4,5 millions d'euros.

Plusieurs observations :

1°. Les administrateurs et mandataires judiciaires gèrent des sommes considérables.

Dans leur célèbre rapport, impossible à trouver désormais à la Documentation française, qui l'a édité dans le temps, mais heureusement en ligne sur le site de l'Assemblée nationale, les députés COLCOMBET et MONTEBOURG (« une justice commerciale en faillite ») expliquent même que la masse globale des mandataires est supérieure à celle des notaires.

2°. Les assurances de représentation de ces fonds sont plafonnées, avec, certes, des déplafonnements exceptionnels de secours, mais, à ce que je sais, toutes ces limites sont dépassées depuis des années, par la multiplication d'incidents gravissimes. Ce qui oblige la profession honnête à mettre la main à la poche. Pour compléter. Et évidemment, on fait la gueule.

3°. Ceci ressemble, mais en beaucoup plus grand aux problèmes qu'ont connus certaines caisses de règlements des avocats, RODEZ voici pas mal de temps, et BASTIA, voici peu. Il a bien fallu abonder collectivement.

Heureusement, les chiffres n'avaient rien de commun.

Et pourtant à BASTIA, de désespoir, un malheureux bâtonnier s'est même donné la mort.

4°. Rien de tout cela chez les administrateurs et mandataires, dont les mécanismes de contrôle tels que décrits par le rapport COLCOMBET MONTEBOURG voici plus de 15 ans ne paraissent pas avoir changé, puisque des affaires comme celle de NANTERRE peuvent encore arriver. L'efficacité de tels contrôles est impossible, du moins, c'est la conclusion à laquelle on parvient. Alors pourquoi ne pas les changer ?

5°. Finalement, et j'en reviens à JUSTIN, derrière tout cela, il y a bien l'Etat.

Parce que voyons, les procédures collectives, c'est bien une affaire d'Etat, dans laquelle ce dernier délègue à des professionnels de haute qualité et à la probité en principe absolue doivent gérer les faillites.

Et si problème il y a, c'est bien un dysfonctionnement dont l'Etat est responsable. A commencer par la représentation des fonds. Mais ce ne doit pas être que cela : je soutiens qu'il n'est pas admissible qu'on considère que certains de ces professionnels considèrent pouvoir faire travailler d'autres professionnels des avocats par exemple, gratuitement.

Un tel raisonnement révèle un état d'esprit qui peut ouvrir n'importe quoi. Suivez mon regard.

6°. Toujours, c'est le chantage légitime de l'Etat contre les professionnels : réglez ce linge sale en famille, sinon je vous réforme.

7°. Pour les caisses d'avocats (heureusement, on ne gère pas individuellement les mêmes encours), uniquement pour la représentation des fonds des clients, c'est bien la même chose.

La chancellerie dit aux caisses de règlements, via les parquets généraux, réglez ces affaires entre vous.

Sinon, ce sera dans un premier temps la Caisse des dépôts et consignations -où sont déjà les administrateurs et mandataires, donc ce n'est pas suffisant- et autres réformes plus sévères encore.

8°. Il a un peu raison JUSTIN, sauf que l'Etat est derrière tout le monde, pas seulement derrière les notaires. Parce que chapitre contentieux, les notaires ont leur (gros lot). C'est une autre affaire.

Par bernard.kuchukian le 03/07/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 4 mois

Je retrouve ce que j'ai écrit sur le blog voici quelque temps.

-----------------------------------------------------------------

Parce qu'il est détenu, selon lui et ses amis injustement, le directeur général du F.M.I. démissionne. Quel que soit son poste, il est un salarié de l'institution.

Quid alors de l'obligation de respecter un préavis envers son employeur, qui en aucun cas n'est responsable de ses problèmes, sauf à démontrer que la femme de ménage du SOFITEL était un agent ennemi voulant déstabiliser la haute finance internationale. Après tout, on n'en sait rien.

--------------------------------------------------------------------------------

Il est bien possible que l'imprudence coupable de M. D.S.K. lui soit totalement pardonnée parce que son accusatrice aurait menti sur le contexte. Oublier de signaler qu'on est liée à un dealer, c'est grave. C'est que rien n'est plus grave aux Etats-Unis que de mentir. Surtout en justice.

Exactement le contraire de notre pays, qui cultive lui le mensonge comme une qualité suprême et à tous les niveaux. Je rappelle qu'en France, le fait de mentir en matière pénale n'est pas sanctionnable en soi même.

C'est même un moyen de défense, comme un autre, pardon, meilleur qu'un autre. De l'autre côté de l'Atlantique, mentir fait régler définitivement votre cas.

Si vous le trouvez encore en librairie, lisez donc sur le sujet « Ma vérité sur le mensonge » du plus grand d'entre nous, Paul LOMBARD, qui fut mon maitre (et que je salue au passage, à ses 84 ans passés).

Il vous expliquera tout sur la question, y compris en politique: après le mensonge de Vichy, il écrit que le mensonge algérien a traumatisé une génération, contraint un million de pieds noirs à devenir des émules de Jean sans Terre et condamné 50.000 harkis, abandonnés dans des conditions déshonorantes, au supplice et à la mort. Cette guerre commença par un mensonge, l'Algérie française, se poursuivit par un mensonge, je vous ai compris, et se termina en eau de boudin, pusique le boudin c'est avant tout du sang, par un dernier mensonge, les accords d'Evian.

Par bernard.kuchukian le 03/07/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 5 mois

Oui, vous savez bien, dans quelques semaines, il va falloir payer 35 € au début de chaque procès civil et commercial, et 150 € par partie pour un appel. Ce sera d'ailleurs pour l'appel 35 + 150 + 150 au minimum, puisqu'en principe, il y a au moins deux parties en appel. Peut etre davantage s'il y a plus de parties à l'appel.

Puisqu'il faudra payer, on fera comment ?

Le boitier magique NAVISTA n'a pas prévu ce machin là que je sache. On passera sans doute par Internet et la carte de crédit. Comme le système ESTA des visas pour les Etats-unis.

Ah bon, il existe donc des systèmes surs par Internet avec un simple code d'accès comme à la banque ?

On dirait que le C.N.B. et la chancellerie ne le savent pas encore. Les financiers vont donc le leur rappeler. Du coup, tous se diront peut etre qu'après tout, ce boitier NAVISTA, ils avaient raison les Marseillais, ce n'était pas la panacée.

Par bernard.kuchukian le 03/07/11
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 11 mois

C'est du moins ce qu'on lit ce matin au journal officiel qui mentionne la nomination d'une avouée comme nouveau magistrat quelque part.

Du coup, on constate aussi que les choses se mettent en place, enfin, qu'un avoué (pardon une avouée) quitte la profession.

Je rappelle par ailleurs en féminisation des mots de notre langue, qu'il y avait déjà les avocates, et surtout les huissières.

Et la vieille objection d'Henri TROYAT quant aux sapeuses pompières.

Par bernard.kuchukian le 02/07/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 5 mois

Voici que le célèbre Maitre JUSTIN, celui du film, avec la secrétaire vieille fille amoureuse transie de son patron, à machine I.B.M. à boule, est de retour. Pour l'instant, seulement dans un magazine de télévision. Mais ailleurs sans doute prochainement.

Au secours, voici qu'on annonce qu'avec l'acte authentique votre notaire s'engage au nom de l'Etat. Rien de moins, les copains.

Et c'est signé « Notaires de France, surement pour longtemps. »

Le Justin pose devant une statue en plâtre d'une Marianne tout ce qu'il y a de plus sérieux, et il parait, je cite « qu'il agit pour le compte de l'Etat, il est nommé par le garde des sceaux ».

Oh la la, voici donc des notaires fonctionnaires de Staline.

J'appelle le président WICKERS à poser devant une statue de qui il veut (je propose la Marianne Brigitte Bardot) pour expliquer que l'acte d'avocat est au nom de (au juste, c'est au nom de qui ?)

Quelle prochaine bagarre les amis. On va voir ce qu'on va voir.

Par bernard.kuchukian le 02/07/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 5 mois

Je lis que sitot libre mais toujours en accusation, D.S.K. est allé diner à New-York évidemment dans un restaurant italien chic (c'est sympa pour les autres) avec des amis.

Du coup, on ne parle plus de ses avocats.

Ah, ah, y-aurait-il de la contestation d'honoraires dans l'air ?

A suivre.

Par bernard.kuchukian le 02/07/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 5 mois

Je relis ce que j'ai écrit voici quelques semaines, qui finalement était prémonitoire.

--------------------------------------------------------

J'essaie d'élever la réflexion.

Quelle que soit son issue, coupable ou innocent (vous voyez jusqu'où je vais), D.S.K. restera « l'affaire D.S.K. » pendant longtemps. En tout cas, elle a un effet évident et important sur notre blogosphère, si j'en juge par le nombre et la qualité technique des communications, essentiellement celles en provenance des confrères pratiquant le droit américain.

Un fait divers de cette taille, avec des implications indirectes (ou directes suivant les imaginatifs du complot) de nature politique doit être utile à notre blogosphère, en nous obligeant à comparer les systèmes de droit, voire de pensée, que ce soit dans l'organisation de la justice, de la détention, des droits des parties, du rôle des avocats, de la place et de la puissance de la presse, du rôle particulier de la télévision au pénal, etc. Dans le etc., il y a le rôle de la police, celui du parquet, la façon dont les juges sont désignés, le juge d'instruction, le jury populaire, finalement la conception même de la justice.

Je n'ai de leçon à donner à personne, mais j'aimerais que chacun pense à cela désormais aussi. Ne serait-ce que pour qu'on soit bien convaincus et je le suis de l'outil extraordinaire que constituent nos blogs. Soyons en fiers.

-------------------------------------------

J'ajoute ceci : même après le changement à 180° du parquet de New-York, la question fondamentale ici posée est inchangée. Lorsqu'on est directeur général du FONDS MONETAIRE INTERNATONAL, il ne l'est plus, on fait attention à ce qu'on fait pour ne pas avoir à se trouver mêlé à une affaire louche.

On doit ainsi considérer que même un cinq étoiles comme le SOFITEL de NEW YORK peut être le théâtre de scènes d'hôtel de passe, puisque, si on comprend bien maintenant, la vertueuse femme de ménage guinéenne, donnée comme un parangon de vertu par la direction de l 'établissement, était membre d'un réseau accroché au trafic de drogue, voire de finances louches, on espère pas celles du F.M.I.

D.S.K. a manqué de vertu et surtout de la plus élémentaire prudence. La relation sexuelle paraissant établie, avec le consentement de la femme de ménage, si on comprend bien désormais, il s'est donc laissé piéger comme un grand naïf.

C'est désolant pour un personnage de cette taille, avec ses ambitions présidentielles.

Ce n'est pas un homme d'Etat. C'est un énorme beta.

Par bernard.kuchukian le 02/07/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 5 mois

Ca va etre dur l'annéde prochaine en haut lieu de concilier l'anniversaire des 50 ans de la fin de l'Algérie française, et la peche aux voix du Front national pour sauver Monsieur SARKOZY.

C'est qu'il en reste des pieds-noirs, de leurs amis, de leurs enfants, des nostalgiques, et des autres. Pas que moi. Et Madame LE PEN a démontré jusqu'ici qu'elle était excellente à la manoeuvre.

Pendant ce temps là, voici que la France déterre les pieds noirs morts en Algérie, vide leurs cimetières et les envoie en fosse communes. Une certaine forme de nazisme.

Voici le premier arreté publié au journal officiel du jour. Il faut évidemment traduire les noms des communes, mais les familles intéressées savent.

J'ai cependant bien lu, et pour l'instant, mais pour l'instant seulement, on envisage de laisser en paix les os de trois de mes grands parents et au delà, puisque BIRMANDREIS et SAINT EUGENE ne sont pas encore touchés. Mais, c'est seulement pour plus tard.

Le premier connard qui me parle de discrimination religieuse et de droits en tous genre pour la protection des immigrés, je lui fais boufer l'arreté en question. Voilà qu'on tue les morts, enfin certains morts. Et j'attends les grands reportages télévisés.

Par bernard.kuchukian le 01/07/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 4 mois

Journée qui pourrait bien etre capitale ce 1er juillet.

Il s'en paserait de belles au SOFITEL de NEW YORK, et M. D.S.K. aurait eu de droles de fréquentations. Par manque évident de prudence. A tout le moins.

A suivre.