bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 11/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 8 mois

Journée d'hommage aux victimes des attentats du 11 septembre 2011 à NEW YORK. A tous les morts, ceux des avions, ceux des tours, les policiers, les pompiers.

Mais aussi aux survivants, et à ceux-ci qui réussi pu sauver un grand nombre d'occupants des tours, avant qu'elles ne s'effondrent.

Parmi tant d'autres, l'un de ces héros presque anonyme est : John MC CONNACHIE (de la caserne de Battle Street, si je ne me trompe pas).

Il est d'ailleurs l'un des dix-huit pompiers vus et entendus par les frères NAUDET dans leur célèbre film reportage sur les pompiers de New York.

Pourquoi, John MC CONNACHIE ?

Parce que c'est un de mes cousins d'Amérique.

Sa mère est Marylou KUCHUKIAN. Petite cousine de mon père.

Il est mon arrière-arrière petit cousin.

C'est loin. Ça ne change rien. C'est un des miens. J'en suis fier.

Salut John.

Par bernard.kuchukian le 10/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 8 mois

Sous le titre de corruption d'Etat, Slate.fr évoque à nouveau l'affaire des frégates de Taiwan, dont on n'a pas assez parlé. Et pour cause. Quelques politiques de haut rang, sous couvert de secret défense, ont arrosé des intermédiaires, on ne saura jamais exactement lesquels, pour vendre illégalement des navires de guerre. L'Etat français - c'est vous et moi - doit donc payer et a payé 460.000.000 € d'amende qu'il a fallu aller chercher dans le budget général. Rien n'est plus légal.

Quelles tètes propriétaires des poches de destination des commissions sont-elles tombées ? Aucune, mon capitaine. Les élus peuvent tout.

Corruptions ordinales ?

Bien sur je ne parle pas ici de l'absence de sanctions contre certain barreau insulaire qui n'a pas su surveiller sa caisse, et que les autres ont du renflouer, en emm. leurs confrères sur les points et les virgules dans les opérations normales elles.

Flash-back, par exemple dans un barreau comme le mien. Mais il n'y a pas que le mien : allez donc chercher sur le site jurisprudentiel de l'Autorité de la concurrence au mot « ordre des avocats ». Vous en verrez tout plein.

Et puis Marseille, au moins deux fois (sans compter ce que je ne sais pas, s'il y a eu des transactions dans d'autres affaires, vous vous doutez bien, on me cache tout, on ne me dit rien).

1°. Décision 98-D-07 du 14 janvier 1998, amende de 1.500.000 F. Faites le calcul en euros.

2°. Décision 05-D-37 du 5 juillet 2005, amende de 50.000 euroS;.

Les bâtonniers et membres des conseils responsables sont toujours là, avec la vénération statutaire qu'on leur doit avec déférence.

J'avertis, outre la plainte sur le R.P.V.A. en cours de traitement, j'en prépare une autre sur la désorganisation du marché ses dossiers en matière de ventes à la barre et plus généralement en contentgieux bancaire dans mon barreau, au profit de quelques avocats à peine, en fait d'un seul, donc sur une section bien déterminée. J'ai averti qui de droit, qui ne veut pas comprendre. Il ne me reste plus que la rue de l'Echelle.

Par bernard.kuchukian le 08/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 8 mois

Débats très courtois devant une Cour d'appel. Fin des plaidoiries. Devant cette juridiction, les dossiers de plaidoirie ont été déposés avant les débats. C'est très bien.

L'autre avocat, que je ne suis pas, essaie cependant de déposer un autre dossier, mais avec des cotes de plaidoirie.

« Non, cher maitre, on ne veut pas de vos cotes de plaidoirie. Elles n'ont pas été communiquées. Et puis, c'est conclu. Il suffit. »

Tout cela avec le sourire. Il faut approuver cette conduite. Et tuer définitivement la cote de plaidoirie.

Attention alors et non plus à ne pas la remplacer par le surlignage des pièces du moins de celles transmises aux juges.

L'idéal serait en effet de souligner les points importants au surligneur » (là on peut citer une célèbre marque dont le nom commence par S et se termine par O qui fabrique ces machins multicolores).

Je réponds certes, mais alors pour respecter le contradictoire, dès lors qu'on aurait insisté sur un point au surligneur, il faudrait communiquer à la partie adverse les pièces surlignées en couleur.

Oui, parce que le surligneur n'est pas en noir et blanc. En photocopie noir et blanc, ça devient illisible.

Et aucune disposition du Code de procédure civile n'impose à la fois la couleur dans les pièces, voire les conclusions et le surligneur.

A moins que... quand on sera passé au numérique, et qu'on communiquera en ligne ses pièces à la fois à la partie adverse et à la juridiction (c'est comme ça au Texas, je vous l'ai appris voici six mois) peut être.

En surlignant en couleur, ça passe à l'écran. Mais pour l'instant, pas d'écran.

En plus, s'il fallait imprimer, il faudrait des imprimantes couleur au tribunal, et les cartouches de couleur, c'est cher.

Elle en a de beaux jours devant elle la procédure civile.

Par bernard.kuchukian le 07/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 8 mois

Bien sur que non.

Puisqu'on a acheté, qu'on est propriétaire et qu'on fait de la chose achetée ce qu'on en veut, à la limite à la condition que ce soit conforme à sa destination. Allez chercher dans le Code civil. Et puis, qui peut m'interdire de dire que ce que j'ai acheté est bon et que j'en suis content ?

Je suppose que le Code civil norvégien dit pareil, en norvégien.

Toutefois, le fabricant des chemises LACOSTE n'est pas d'accord, à ce que je lis sur Slate,parce que BREIVIK, le tueur d'OSLO, porte ses chemises avec le crocodile. Et qu'il en est non seulement content mais fier.

Mais enfin, ils se melent de quoi les gens de LACOSTE. Parce que leur crocodile, ils ne l'ont pas inventé: ils l'ont pris aux armes de la ville de NIMES, dans laquelle ont été fabriquées dans le temps les premières chemises en question. Le Norvégien peut bien ainsi rendre hommage aussi à NIMES. Par exemple.

Et puis, tant qu'il n'est pas condamné, je suppose que les règles sont pareilles en Norvège que partout ailleurs, le quidam précité est présumé innocent et n'a pas à porter un costume spécial.

Extrapolant le raisonnement débile d'interdiction, vous voyez aux Etats-unis les fabricants de tissus de couleur orange protester contre le port des combinaisons de la meme couleur par certains condamnés qui ne leur plairaient pas en raison des crimes commis (une fois condamnés, les détenus américains portent des vetements de couleur orange).

Par bernard.kuchukian le 06/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 8 mois

Il parait que les Burkinabé (du Burkina Faso, pour ceux qui ont dans leurs greniers de vieilles cartes VIDAL LABLACHE avec les colonies d'Afrique, la Haute-Volta) ne veulent pas du colonel KHADAFI.

Si j'osais, je lui proposerais bien le Togo.

J'attends les commentaires de mon ami Il dottore, grand connaisseur des célébrités vivant au Togo. Je ne crois pas cependant que KHADAFI joue du piano.

Par bernard.kuchukian le 06/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 8 mois

Bizarres coincidences, non ?

Voyons, on apprend ce jour que les Turcs sont fachés avec les Israeliens, au point de cesser tous rapports économiques et autres,(ainsi, la chasse israelienne ne pourra plus s'entrainer dans le ciel turc), au moment meme où les Russes mettent en charge le gazodoc de Baltique, appelé "Nord Stream", surtout sans passer par l'Ukraine, pour alimenter l'Europe occidentale.

Tandis que l'accord sur l'équivalent, au sud, appelé "Sud stream", sera signé dans une semaine, sans Ukraine non plus et surtout sans passage en Turquie.

Du coup, le projet "Nabucco", pour transporter des hydrocarbures via la Turquie, je crois au départ d'Azerbaidjan, vers les memes destinations, a du plomb dans l'aile.

Les Russes (qui protégent les Arméniens), n'aiment pas fondamentalement les Turcs. Ils aiment bien les Iraniens, qui eux memes aiment bien les Arméniens. D'ailleurs, les Turcs n'aiment ni les Arméniens (on sait ce que ça a couté), ni les Iraniens, enfin les Persans. Quant auxdits Persans, ils n'aiment plus du tout les Américains. Ils détestent les Israeliens, mais apparement ne font pas de mal aux Juifs chez eux.

Quant aux Américains, on a l'impression qu'ils ne savent plus très bien qui ils aiment.

Encore que le plan politique arabe qui m'avait été suggéré par des amis tunisiens en mars dernier à Tunis donne l'impression de se mettre tout doucement en place.

Le tout pour calmer le jeu des anti-Israeliens à la condition de règler ainsi avec les Arabes modérés la question palestinienne.

Dans ce coup là, c'est certain, les Turcs n'ont plus de role à jouer. Ils sont doublés.

Autre remarque, à part les Turcs, les pauvres Arméniens, et les Israeliens (et encore), dont les détestations sont quelquefois croisées, bien que les Israeliens n'ont rien contre les Arméniens, au point que la discographie du compositeur Aram KATCHATOURIAN soit le plus souvent le fait du le Grand Orchestre d'Israel , ils font tous leur business dans le pétrole et le gaz naturel.

J'aurais du faire diplomate. C'est rigolo par là bas.

Par bernard.kuchukian le 06/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 8 mois

Il parait que la Banque Centrale Européenne à Francfort regorge des milliards d'euros, arretez n'en jetez plus, que les banques déposent chez elle, parce qu'elles ont tendance à ne ne plus faire confiance.

On explique ainsi le système.

La banque A place à la B.C.E., et c'est la B.C.E. qui prete ensuite à la banque B.

Si B. est défaillante, c'est seulement l'affaire de la B.C.E., par principe et définition irréprochable. A n'a rien à craindre.

Et ce d'autant plus que la Banque Nationale Suisse, pour d'évidentes raisons économiques, vient de décider de créer un cours plancher dans les échéanges euro/franc suisse. Toutes choses qui vont encore faire affluer vers Francfort ce qu'on allait placer à Berne. Du coup, plongeon du franc suisse.

Donc, comment faire pour placer mes économies à la Banque Centrale Européenne ?

Par bernard.kuchukian le 06/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 8 mois

Un grand journal d'annonces légales de la place de Marseille, le plus grand meme, du si puissant groupe monopolistique RICOBONO, à qui je laisse beaucoup d'argent, contraint et forcé, en frais d'affiches de ventes aux enchères depuis des années, sponsorise la Juris-cup de mon vieill ami Denis REBUFAT (46 ans) et à ce titre organise une réception annuelle pour tous les avocats.

A laquelle on ne m'invite pas depuis des années.

Me bouderait-on parce que j'ai osé imaginer que le système actuel est à revoir au temps du numérique ? Ou alors, on n'aime pas mon blog, trop bien fait pour eux.

Quel mercantilisme... Tiens, je vais écrire à la chancellerie. Ou saisir l'Autorité de la concurrence. Une idée...

Salut.

Par bernard.kuchukian le 06/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 8 mois

Résumons.

Grace à la double intervention du bâtonnier Dominique MATTEI, et notre ami Jacques JANSOLIN (mettons que je les ai un peu poussés, non ?), nous avions mis au point à Marseille un système original d'accès au R.P.V.A.

Quand j'écris nous, c'est l'ordre des avocats, pas Dominique et Jacques, en cachette dans un coin. Tout a été public, et on a rarement communiqué sur le sujet comme l'a fait Dominique. Unique dans les annales. Tout sur la place publique. Rien en combine dans les coulisses.

Inlassablement, je rappelle que pour accéder au R.P.V.A., donc à la plateforme de la chancellerie, on (le C.N.B. qui a reçu ce pouvoir anormal de celle-ci) exigeait et on exige toujours des avocats non-parisiens qu'ils passent individuellement par le boitier Navista. Alors que les bienheureux Parisiens n'en n'ont pas besoin.

Alors, les Marseillais ont imaginé deux choses.

La première, créer un système d'accès direct au R.P.V.A., sans boitier, presque comme le système parisien. Même idée. Mêmes moyens. Pratiquement le même prix, très bas (2 euros environ par avocat et par mois). Ce système a été approuvé intellectuellement, techniquement et financièrement par le rapport HATTAB, mais il se heurte toujours à l'obstruction nationale : » non, vous n'avez pas le droit, vous, non Parisiens », et la chancellerie en a ajouté une couche en passant un accord scélérat avec le C.N.B. Que mon ordre, et une douzaine d'avocats, dont je suis, avons attaqué au Palais royal.

Cette affaire est toujours pendante en Conseil d'Etat, non encore jugée.

La seconde, parce qu'il fallait bien faire quelque chose, car nous n'allions pas attendre sans rien faire la réponse des tribunaux, et de l'Autorité de la concurrence qui ne parait pas avancer (encore qu'on ne sait jamais avec elle), la second donc, mutualiser l'accès au R.P.V.A. en employant collectivement à l'ordre un boitier Navista. Puisqu'il n'y avait pas moyen de faire autrement.

Face à un monopole injuste, on ne peut qu'attaquer, c'est fait, et faire valoir d'autres droits. Donc celui de la résistance. C'est fait aussi.

L'ordre dont c'est la mission légale en vertu de l'art. 18 de la loi du 31 décembre 1971, comme le barreau de Paris l'a compris parfaitement avant nous, l'ordre a donc financé le travail, et on a installé une connexion mutuelle avec le R.P.V.A. à notre bibliothèque.

Puis, ceux qui ont voulu participer à ce système, solution officielle de l'ordre des avocats face au diktat national, indépendamment du recours en Conseil d'Etat, se sont vu délivrer par ledit ordre une clé codée individuelle d'accès.

Libre et gratuite. C'est compris dans les dépenses ordinaires de l'ordre et nos cotisations.

Nous sommes ainsi 402. Comme chacun de ces 402, aux frais et sous la responsabilité de mon ordre, présidé par son bâtonnier actuel, j'ai accès au R.P.V.A. en allant à la bibliothèque. Pour moi, c'est pas bien compliqué : l'ordre est de l'autre côté de la rue, je le vois même de ma fenêtre.

Il parait que de temps à autre, ce système défaille. C'est donc en panne quelquefois. Il parait ainsi que c'était en panne vendredi. Ce matin ca marchait tellement bien que j'ai ainsi reçu sur une imprimante de la bibliothèque de l'ordre la copie d'une ordonnance de référé rendue hier. Sauf que j'ai eu la grosse correspondante dans l'après-midi. Quand ça va mal ailleurs, ça va bien ici, et réciproquement.

Revenons au système. C'était si bien fait qu'on avait même réussi à se connecter à la bibliothèque par la clé à code, au départ de n'importe quel ordinateur.

Jacques JANSOLIN avait ainsi créé la connexion nomade avant que Navista, et même Paris je crois la découvrent. Mais comme c'est Marseille qui avait trouvé, on nous a coupé cet avantage nomade. Je fréquente donc régulièrement la bibliothèque.

La situation actuelle est donc celle que je viens de décrire.

Heureux 1/402 à avoir suivi le projet MATTEI-JANSOLIN-KUCHUKIAN ( ? pour moi), je ne suis pas mécontent du système actuel. Je me fous pas mal de savoir par quel machin on passe, pourquoi que ce soit l'ordre qui organise. Bien sûr, je préfère un système plus dynamique, avec la consultation de partout où je le veux.

Et puis, je continue à refuser en droit le monopole du boitier Navista. Je veux comme Paris, rien que Paris, encore Paris. Et si jamais Paris m'accepte, j'en serais ravi.

Je ne sais pas ce que ferons les 401 autres, moi je me battrai pour moi : j'exige à ce propos que mon ordre me trouve à ses frais les moyens de communication avec le R.P.V.A. C'est sa mission, et je le poursuivrai en justice s'il ne la remplit pas lorsque ce sera obligatoire.

Je ne comprendrais pas que ce qui a été compris et organisé par le bâtonnier A soit désorganisé et détruit sous le bâtonnat de B, alors que non seulement les textes n'ont pas changé, mais encore que dans l'art. 18, au rang des obligations ordinales, il y aura à compter du 1er janvier prochain, non seulement littéralement l'informatique, mais aussi « la communication numérique ».

Soyons bien clairs, pour l'instant, les acquis de A ne paraissent pas remis en cause par B.

Nous voterons les 3 et 10 novembre prochains pour un dauphin fonctions à prendre le 1er janvier 2013 : le dauphin futur bâtonnier C devra prendre parti clairement sur le sujet.Il faut que B et C sachent bien que le boitier Navista a été rejeté par la moitié du barreau français, soit celui de Paris, et qu'on l'impose et encore difficilement et avec des moyens contestés en droit, à l'autre moitié. Le choix est vite fait non ?

Par bernard.kuchukian le 05/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 8 mois

Je suis presque harcelé par des confrères qui me demandent ce qu'on doit faire maintenant.

Je vais leur répondre que nous avons un batonnier et des élus.

Qu'ils s'adressent donc à eux.

Après tout, des gens comme moi (et moi ami Jacques) ne sommes rien du tout, face à l'intelligence conférée par l'élection.

Chacun chez soi.

Non, c'est vrai, c'est fatigant de passer toujours à l'attaque dans le role de l'emmerdeur de service pour que les autres viennent ensuite dire, KUCHUKIAN ceci, JANSOLIN cela. Ou encore, ah, je ne savais pas.

Débrouillez-vous. Je ne sais pas moi, écrivez à l'ordre à Marseille, adhérez à Paris. Achetez Navista. Dites nous ce qui se passera le 1er janvier prochain s'il se passe quelque chose. Tiens, par exemple réunissez-vous et demandez aux membres du conseil de l'ordre et au batonnier de communiquer sur le sujet publiquement. Après tout, ils sont là pour ça, pas pour se plaindre des recours que je fais, et qu'ils classent, parce qu'eux, ils savent mieux. Prouvez le .