bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 05/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

Libre ou presque pour diriger l'administration d'un grand ordre.

Ecrire à: M. le batonnier, Ordre des avocats, Marseille.

Par bernard.kuchukian le 05/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

C'est gagné.

Pour D.S.K., il faut encore attendre un peu.

Par bernard.kuchukian le 05/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 10 mois

On sait que j'ai l'habitude de la franchise. Je la paie cher souvent.

Quand çà ne va pas, je ne le cache pas. Et j'adresse dans la mesure de mes prérogatives les volées de bois vert à qui les mérite. Et çà grince.

Mais je sais aussi féliciter et mettre en avant quand c'est bien. Alors, voici:

Le Tribunal de commerce de Salon de Provence a décidé d'informer par courriel les avocats du suivi de leurs affaires.

C'est ainsi que pour deux dossiers renvoyés lors de l'audience du vendredi 2 septembre, sans avoir rien demandé, je viens de recevoir deux courriels avec dates de renvoi et précisions qu'il s'agit encore de mise en état.

Point de boitier spécial, ni de code, ni de rien du tout.

Je remercie et félicite publiquement le greffe du Tribunal de commerce de Salon de Provence et j'invite tous les autres juridictions de partout à faire pareil.

Par bernard.kuchukian le 04/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

On sait que MARSEILLE doit être capitale européenne de la culture en 2013, avec une petite ville slovaque, jadis hongroise, que je connais, KOVICE, avec nettement moins de choses à voir qu'ici. Sauf une fontaine musicale.

On sait les vives réserves des uns et des autres contre ce projet incongru. Voici que la ville a désigné le si sympathique député Renaud MUSELIER, ancien ministre et candidat malheureux à la présidence de la région, pour gérer cette affaire. Il a forte partie contre les mairies D'AIX-EN-PROVENCE (bonjour Maryse) et de TOULON, sans compter la Chambre de commerce. Qui trainent les pieds. La crise actuelle risque de ne rien arranger.

Monsieur MUSELIER que je salue bien cordialement ici et au passage pour le connaitre un peu personnellement, vient d'avoir une envolée à la marseillaise, en annonçant rien moins que 10 millions de touristes en 2013.

Bigre. Il va les prendre où ?

Voyons, d'après son office du tourisme, c'est en ligne sur Internet, notre ville aurait 4 millions de touristes par an. Valeur 2010.

Je ne sais pas comment on les a comptés et on les a vus, parce que le même site annonce que la ville disposera d'un peu moins de 6.500 chambres d'hôtel en 2012 (exactement : 6355). Coefficient d'occupation: 85 % chapeau.

En 2013, on passerait à 2,5 fois plus de visiteurs, pour le même nombre de chambres d'hôtel, ce qui ferait... Comment fera-t-on ?

Oh, bien sur, tout le monde ne va pas à l'hôtel, mais déjà sur la statistique 2010, il faudrait expliquer de tels chiffres et les justifier dans le détail. Car, à part la taxe de séjour payée à l'hôtel, personne ne peut savoir exactement comment on compte.

Quant à certains comptages maritimes, la double billetterie est finie.

Dites, par les temps qui courent, cher ami, vos touristes futurs ne seraient -ils pas alors ces gens venus du sud, via La Libye, qu'on risque désormais d'avoir du mal à arrêter à LAMPEDUSA. Parce que si vous appelez touristes des demandeurs d'asile, de logements, de travail, venus en hordes africaines vers l'aspirateur encore riche que reste l'Europe, vous êtes un plaisantin dangereux.

Relisez donc ce qu'écrivait avant sa mort le colonel Houari BOUMEDIENNE sur les hordes africaines qui viendront un jour en Europe. Relisez aussi l'histoire de la fin de l'empire romain.

Je sais bien qu'à MARSEILLE, on exagère, avec le sourire. Je connais l'histoire de la sardine qui a bouché le port, sauf que c'est une plaisanterie historique sans rapport (1).

Mais il y a des limites à tout. A ce niveau, ce n'est plus de l'erreur, c'est au mieux de la galéjade. Mais ces affaires sont graves et il est interdit de les traiter avec le sourire et l'accent.

Afin de ne pas attirer les foudres de mes détracteurs, je n'emploie pas d'autre mot que la galéjade. Pourtant ...

-------------------------

(1) Aucune sardine n'a jamais bouché le port de MARSEILLE.

C'est en effet un vaisseau français « La Sartine », (et non « La Sardine ») rentrant des Indes, avec des officiers français, qui a été coulé par les perfides Anglais, à l'entrée du Vieux Port sous Louis XVI, empêchant un temps l'entrée par la passe.

En ce temps là, les bassins de la Joliette, ouverts par la passe de Sainte-Marie, considérablement plus grande, n'existaient pas.

De Sartine on a fait Sardine, la suite on la connait.

Par bernard.kuchukian le 04/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

D.S.K. est bien vite rentré au pays. Il me semble qu'il aurait du voir aux States comment se faire indemniser du zéle excessif du procureur... Bon, on verra. Ici et maintenant, comme disait la doublure divine:

1°. Il va se réinscrire au barreau de Paris (je le suppose actuellement simplement omis à sa demande). Si'l n'en n'avait pas l'idée, ce dont on doute, il faudrait le lui conseiller.

2°. Evidemment, la période des règlements de compte au sein du Parti socialiste va s'ouvrir comme le mois du blanc, ou celui des huitres.

Du rififi en perspective. Règlement de comptes à O.K. Corral.

3°. D.S.K. ne pourra sans doute pas etre candidat du parti. Techniquement, c'est impossible. Mais dans cette histoire, rien n'a été normal.

4°. Alors, je le vois bien préparer sa candidature à la présidence de la République, en "candidat libre", comme au baccalauréat ou au permis de conduite. Quelle superbes revanche et pagaie ce serait.

5°. D'ici à ce que D.S.K. s'invite aussi en candidat libre au G7 marseillais et au G20 cannois prochainement, il n'y a qu'un pas.

BREF: coups de zouzguef possibles; attention.

6°. Coté CHIRAC, je vois bien une lettre de représentation. C'est tout simple, et pour ceux qui ne savent pas, qu'ils consultent nos blogs (rien que moi, j'ai du écrire deux ou trois fois sur le thème).

Fini mes prédictions pour l'instant.

Par bernard.kuchukian le 03/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

C'est une petite information, presque inaperçue. Et pourtant. Elle ressemble furieusement aux préliminaires de ce qui a du se passer à la fin de l'Empire romain, avant son transfert à Byzance.

On pense aussi que tout cela était prévu dans le formidable film du canadien Denys ARCAN," Le déclin de l'Empire américain" (1986) avant "Les invasions barbares" plus tard, film qui, lui, a eu la palme d'or à Cannes en 2003 (huit ans déjà).

Voilà: SCHNEIDER ELECTRIC, le fleuron de l'industrie électrique française, vous savez : MERLIN GERIN, La TELEMECANIQUE, LEGRAND, déplace de France à HONG KONG sa direction technique.

Je crains que d'autres suivent.

Pendant ce temps là, on va se battre en Europe, spécialement en France, à coup d'impots nouveaux pour sauver un système social d'avantages acquis injustes obtenus par un syndicalisme de médiocres, soutenus par celles et ceux soucieux avant tout d'avoir à la maison le dernier modèle d'écran plat de télévision... Au demeurant fabriqué en Chine, bientot en Inde.

Par bernard.kuchukian le 03/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

Samedi matin, je fais des courses, pendant que les parlementaires de l'U.M.P. parlementent Parc Chanot, à l'autre bout de la si longue rue Paradis. Dans la rue, trois types d'attroupements.

La queue devant une boutique d'achat d'or (qu'on vient sans doute recéler), celle devant un magasin NESPRESSO (j'en ai déjà parlé) et enfin une série de six clochards dans leurs sacs de couchage, devant une banque, angle de La Canebière.

La banque en question, je la connais bien, c'était jadis l'agence de MARSEILLE de la NATIONAL WESTMINSTER BANK, 1ère ou 2ème banque anglaise du temps, dont j'ai été l'avocat jusqu'à sa fermeture il y quinze ans environ, lorsque ses actionnaires ont décidé de fermer tout le réseau continental européen, et la fusion avec la ROYAL BANK OF SCOTLAND, qui n'exerce pas en réseau d'agences sur le continent.

Morceau d'histoire coloniale en retard.

Au temps de la grande Inde britannique, les Anglais souhaitant y aller ou en revenir s'économisaient une semaine de bateau, en partant du pays ou en y retournant, en passant par MARSEILLE, aller comme retour, train LONDRES - MARSEILLE ou inversement, puis bateau par SUEZ. C'était le temps ou MARSEILLE était un port de mer (1). Je n'ai connu que l'extrême fin de l'histoire, avec mon ami, le directeur de l'agence, qui, anecdote, roulait en Peugeot 405 de fonction, lui qui se lamentait de savoir que son prédécesseur avait bénéficié d'une Rolls-Royce de service.

Temps glorieux où il existait plusieurs banques anglaises dans la ville, et même une église anglicane, dont les murs sont toujours là, rue de Belloi.

Les Anglais ont vendu à la BANQUE POPULAIRE, devant laquelle couchent aujourd'hui les clochards la nuit. Apparemment, ce sont bien des clochards, pas des clients ruinés. Après tout, je n'en sais rien.

Au même moment, je lis que le G7 finances se réunira la semaine prochaine chez nous à MARSEILLE. Mais quelle drôle d'idée, provocation, ou souci de documentation sur la paupérisation ?

Il est bien gentil le président de la République de cette sollicitude envers la ville. Mais elle n'est que superficielle et dans l'apparence, car l'activité est passée ailleurs.

NAPOLEON III et Eugénie son épouse aimaient aussi beaucoup MARSEILLE, et ils l'ont prouvé. Je ne voudrais pas faire le parallèle avec le Second Empire, qui s'est si mal terminé à SEDAN.

____________________________

(1) On connait aussi la formule du général de GAULLE. « Je salue FECAMP, port de mer et qui entend le rester ».

Par bernard.kuchukian le 03/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

Je ne suis pas buveur de café. C'est donc uniquement pour rendre service que je suis allé acheter ce matin des capsules dans un magasin NESPRESSO.

Je lève la main droite et je jure que tout ce que je dis est vrai.

Magasin place de la Bourse angle rue Vacon à Marseille. Ouvre à 10 heures. Dans la rue Vacon, tout un programme, en stationnement, une très vieille Rolls Royce je crois une Silver Phantom bleue. C'est rarissime chez nous. Serait-ce un signe avant coureur ?

Rien à voir, du moins je pense et ne vois pas comment, avec l'autre Rolls Royce dont je parle ailleurs ce jour à propos de banque et de clochards.

Dix personnes au moins font la queue dans la rue en attendant l'ouverture. Je suis la onzième. Le magasin ouvre. Luxe et volupté. On se croirait presque chez Van Cleeps, avec deux différences apparentes au moins. La troisième étant évidemment le prix des produits, mais c'est évident.

1°. On se s'assoit pas. Ou fait la queue debout.

2°. Un appariteur tout noir (serait-ce que parce qu'on vend du café) parfaitement habillé, parfaitement poli, accueille avec sourire et courtoisie les candidats à l'achat des célèbres capsules et répartit comme il peut leur attente. Ici, pas de n° d'ordre, ni de ticket comme à la préfecture...(1)

Car on attend, moi une demi heure pour acheter à une vendeuse habillée avec le plus grand chic, mes 18 cartouches de capsules au prix de 60 et quelques euros.

Dieu que c'est cher. Heureusement que moi je bois du thé.

Donc, la crise, quelle crise, lorsqu'on se ruine en capsules de café ? Monsieur AMOYAL, ancien vice-président du Tribunal de commerce de MARSEILLE, m'avait dit un jour avoir fait ses calculs. NESTLE margeait selon lui à 700 % sur le produit. Chapeau.

Bon j'arrete, parce que NESTLE est mon gigantesque associé dans L'OREAL, que le titre est injustement attaqué en bourse. Et que j'attends qu'on me propose son échange contre des actions NESTLE.

------------------------

(1) En remerciant l'appariteur NESPRESSO de ce matin qui m'indiquait ma file d'attente, je ne pouvais pas m'empêcher de me rappeler la visite que j'avais faite il y a une quinzaine d'années au siège social et à l'usine principale de PHLIPP MORRIS à RICHMOND, délicieuse capitale de la si délicieuse Virginie. Mon Etat américain préféré. Pourquoi ne suis-je pas en retraite dans une maison au bord du Potomack à ALEXANDRIA à 50 km de là (et à 5 de WASHINGTON ?)

Revenons à l'appariteur. J'avais garé ma voiture de location au parking de la réception. Bon comme c'était aux Etats-unis, elle était nettement plus grosse qu'une Renault Clio, pour deux fois mois cher.

Voilà qu'était arrivé un superbe Noir d'un bon mètre 90, en habit à parements rouges S.V.P., gants blanc et haut de forme. Il m'avait ouvert la porte et demandé ce que je venais faire. Presque penaud, on ne sait jamais avec le grand capital, par ailleurs colonialiste des hommes de couleur, je lui avais répondu venir visiter l'usine puisque j'avais lu dans le guide Mobil que c'était possible.

Grandiose, mon hote m'avait répondu, "en effet Monsieur, mais vous n'etes pas au bon parking.Veuillez reprendre votre véhicule et me suivre au parking de la présidence de la société".

Ce que je fis. Et voici que j'étais alors entouré de limousines.

L'histoire n'est pas terminée. Mon appariteur, la classe, quelle classe, bon Dieu, m'accompagna alors jusqu'à l'entrée de l'usine, m'installa et fit appel à une guide, laquelle était navrée de ne pouvoir parler le français. Mais bon, en anglais c'était bien aussi.

Donc, en matière d'appariteurs, avec allure, classe, voire compétence, les Suisses de NESTLE ont encore du travail à faire par rapport aux Sudistes américains de PHILIP MORRIS.

Par bernard.kuchukian le 03/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

Ce message s'adresse notamment à Il dottore , en raison de ses très hautes compétences de droit public.

La caserne du Muy, un tribunal dans une caserne, tout un programme, n'est-ce pas ?, la caserne du Muy est donc dans la rue Bugeaud.

En matière de colonialiste, il est dur de faire mieux que BUGEAUD.

La preuve, c'est le copain de KUCHUKIAN, meme quand celui-ci était tout petit. C'est dire...

Tout à l'heure, on va meme savoir que BUGEAUD avait adhéré dans sa jeunesse au Front national, ce qui était quand meme très fort de sa part, à une époque où, en Bretagne, l'arrière grand père de Jean-Marie LE PEN courtisait à peine sa future épouse...

En 2012, c'est le 50ème anniversaire de l'indépendance de l'Algérie. Triste époque.

C'est aussi les élections.

Que se passera-t-il si le M.R.A.P. ou la LICRA ou un truc pareil se réveillent en dénonçant que les immigrés qui ne paient pas les loyers et sont convoqués devant le tribunal dans la rue d'un colonisateur détesté ?

Le conseil municipal de Marseille va-t-il alors changer le nom de la rue pour indignité nationale contre Thomas Robert BUGEAUD de la PICONNERIE, duc d'Isly (oui, il s'appelait ainsi).

Et l'appeler "rue de l'indépendance anti-colonialiste" -tiens c'est une idée-.

Je surveille l'affaire de près, car je veux attaquer la décision éventuelle du conseil municipal.

Ce serait une délibération: ça doit pouvoir s'attaquer comme un acte administratif quelconque.

Suis-je dans le vrai cher dottore ? Je compte sur vous.

Par bernard.kuchukian le 02/09/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 11 mois

On me rapporte que certains liquidateurs judiciaires font travailler les avocats en leur faisant miroiter monts et merveilles, puis qu'ils n'en veulent plus, spécialement au moment où les confrères qui ont attendu et travaillé, demandent à etre payés. On leur dit que, merci de votre aide, mais l'actif ne permet pas de vous payer.

Quelquefois, on leur répond que ce sera plus tard, un jour. A la Saint Glinglin quoi. C'est équivalent.

Car que judiciairement, la Saint Glinglin ce n'est pas jamais, mais c'est le 1er novembre de chaque année, suivant ce qui a été jugé il y a une trentaine d'années par un tribunal de l'est de la France, Strasbourg je crois.

On y a considéré que cette date est la Toussaint parce que c'est la fete de tous les saints chrétiens, les surs et les moins surs. Glinglin est donc dedans.

Ces avocats là, que les liquidateurs judiciaires jettent sans les payer, alors qu'ils sont payés eux, s'appellent des avocats Kleenex. Qu'ils se manifestent donc.

Mais, au juste, mon Dieu, tout cela est-il possible ?