bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 27/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Mieux que les machines à affranchir, dont soit au dit au passage on ferait très bien de s'occuper du scandaleux monopole de distribution et d'exploitation : des rentes de situation nettement plus juteuses que celles des greffes des tribunaux de commerce.

On pourrait donc s'imprimer des timbres-poste.

C'est du moins ce que j'ai compris en lisant une publicité d'H.P. mon fabricant préféré d'imprimantes. J'ai cru comprendre que ces gens-là vous vendent de quoi vous imprimer vous-même vos timbres-poste, à la condition bien sûr de payer la Poste.

Oui, parce que provisoirement tout au moins, la Poste transportera encore (à sa façon) le courrier. Le temps où vous-mêmes imprimerez vos timbres-poste, et où vous apporterez directement le courrier ainsi posté aux destinataires, tout en ayant payé la Poste pour le faire, c'est pour un peu plus tard.

Comme disait jadis Philippe MEYER à la radio, nous vivons des temps modernes.

Et que le ciel nous tienne en joie.

Par bernard.kuchukian le 27/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

En ce temps-là, il y a presque cent ans, les Arméniens et les Assyro-Chaldéens chassés de Turquie, enfin les survivants des massacres de 1915, fuyaient au sud est ... par la Syrie.

Les Turcs annoncent maintenant que des Syriens quittent leur pays pour se réfugier en Turquie, et ajoutent que c'est une charge trop lourde pour eux de les accueillir.

C'est vrai qu'on n'a pas vraiment l'habitude là-bas d'accueillir les réfugiés : ça ne marche pas dans ce sens-là.

Mais, je ferais bien de faire attention à ce que j'écris. Je vais me retrouver poursuivi pour avoir tenu ici des propos antiturcs.

Par bernard.kuchukian le 27/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

La Semaine juridique de ce jour publie la brève étude d'un confrère sur le thème de la libéralisation du marché britannique des services juridiques, que doivent faire les avocats français ? Il cite le « Legal services act » d'outre- Manche.

Je n'ai certes pas la compétence apparente du rédacteur de cette brève étude, à la condition qu'il en ait une vraiment. Il ne faudrait pas en effet que sa communication soit simplement une compilation de textes.

On dit en tout cas que cette libéralisation est faite pour faire baisser les couts.

Là, je comprends déjà mieux, car j'ai été pendant longtemps à MARSEILLE l'avocat d'une grande banque britannique - la NATIONAL WESTMINSTER BANK - juste avant la fermeture totale de son réseau européen continental.

Je reste l'avocat de tel ou tel entrepreneur britannique.

On m'a toujours fait remarquer de ce côté-là que les honoraires des avocats français, ici marseillais, étaient beaucoup moins élevés ceux des confrères britanniques. Dans ces conditions, l'alerte en question est peut être sans objet.

Mais il n'est pas interdit à nos ordres d'être vigilants.

Je dis bien nos ordres, parce que les avocats de France n'ont pas tous les mêmes intérêts et les groupements régionaux en particulier. PARIS n'est pas la France, malheureusement, ou plus exactement la France n'est malheureusement pas PARIS.

Aussi, s'abriter comme le font certains ordres -celui de MARSEILLE en particulier- derrière le CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX, qui n'est pas représentatif de nos intérêts spécifiques est, je suis désolé une fois encore de l'écrire, une forme de trahison de nos intérêts professionnels.

Par bernard.kuchukian le 27/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Voici en effet un peu moins d'une semaine maintenant que le conseil des ministres de la République a décidé de changer la dénomination: "agent judiciaire du Trésor" en :"agent judiciaire de l'Etat".

C'est sans doute dans le droit fil du changement passé de la dénomination: "le commissaire du gouvernement" pour ce qui est désormais: "le rapporteur public".

Ce train de réformes est tout simplement époustouflant.

Par bernard.kuchukian le 27/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Voici que la banque centrale allemande vient de faire cette découverte inouïe :

Les banques ne sont pas là pour financer les Etats.

Et de comprendre enfin les raisons profondes de la crise actuelle.

Alors, ces hauts banquiers allemands suggèrent que les Etats trouvent chez eux les ressources nécessaires pour financer leurs dépenses.

Excusez-moi amis banquiers teutons, mais vous venez de découvrir le B.A. BA des finances publiques et de l'économie politique comme on l'enseignait lorsque j'étais étudiant à la faculté de droit. Les banques financent les entreprises et les particuliers. Or, les Etats ne sont ni des entreprises, ni des particuliers.

Le financement des Etats est fait par l'impôt, et uniquement par lui, et si des besoins existent, par l'emprunt. Oui mais par l'emprunt public. Mis publiquement sur le marché, celui appelé des obligations. Qui permet aux opérateurs, dont les citoyens et contribuables des Etats, d'apprécier du sérieux de ces derniers.

Quand je pense que sous SARKOZY, on a lancé un emprunt d'Etat qui ne pouvait être souscrit que par... les banques elles-mêmes.

Ce que j'écris ci-dessus, c'est aussi de l'application de l'identité nationale.

Par bernard.kuchukian le 26/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Oui, on voit très bien ce dont je parle.

Un quidam pose une question précise sur le blog de l'avocat, lequel lui répond en communiquant une consultation en ligne toute aussi précise. Le tout le plus gratuitement du monde. Au vu et au su de tous.

Voici bien ce qui semble constituer un acte de concurrence déloyale à l'égard des autres avocats, qui, plus bêtement, sont contraints de faire payer leur travail. Car un avocat, c'est avant tout une entreprise soumise aux charges et obligations de toutes les entreprises du commerce, la T.V.A. et la faillite comprise.

Et, il ne s'agit pas là de traiter des sujets d'ordre général intéressant la société, le droit, la justice.

Mais bien de consultations, qui au surplus, sont susceptibles d'engager la responsabilité civile professionnelle du donneur de conseils s'il se trompe, donc la sinistralité de l'ordre auquel il appartient, et donc les primes payées par les confrères ordinaires qui se font payer.

Les beaux principes ont quelquefois de ces revers, n'est-il pas vrai ?

Ah oui, autre chose. Dites moi. Et le sacré saint secret professionnel il devient quoi dans cette affaire ?

Par bernard.kuchukian le 26/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Sait -on jamais, peut-être l'idée lui en est-elle venue en lisant mon blog et la série des mises en ligne voici quelque temps déjà que j'y avais faite des fables de LA FONTAINE. Introduisant ainsi celui-ci avec bonheur dans le monde de l'expression des contestations et de la liberté par Internet et nos blogs.

Voici que Monsieur MELENCHON, qui n'est pas ma tasse de thé, je vous assure (1), vient de terminer le 24 aout courant un discours d'été en région grenobloise, devant ses militants, visiblement emballés, par la citation intégrale de la fable de LA FONTAINE, « Le loup et le chien. »

Il faut dire que MELENCHON est un excellent tribun, et un parfait conteur.

Ses allusions étaient transparentes à la situation politique à gauche dans notre pays, de ce pauvre loup du peuple, à qui le chien bourgeois offre les os qu'on lui réserve dans la demeure de ses maitres, mais qui porte un collier qui le meurtrit, et n'est donc pas libre.

Le thème est dans son propos celui de la liberté d'expression, sans aucune muselière.

Voilà qui nous rappelle quelque chose non ?

------------------------

(1) Et pour qui j'ai de la sympathie pourtant, parce que premièrement il est né au Maroc, et que deuxièmement il est un homme libre.

Par bernard.kuchukian le 26/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Qui de vous à moi est devenu totalement obsolète.

C'est en effet cette disposition qui réprime le fait de jeter le discrédit publiquement par actes, paroles, écrits ou images de toute nature, sur un acte ou une décision juridictionnelle, dans des conditions de nature à porter atteinte à l'autorité de la justice.

Sauf que le texte lui-même se donne ses exceptions, qui en fait l'annulent.

Car ces dispositions ne s'appliquent pas aux commentaires techniques, ni aux actes, paroles écrits ou images de toute nature tendant à la réformation, la cassation, ou la révision d'une décision. Le délit a le statut de presse, trois mois révolus de la date de l'infraction.

On suppose que le texte vise les décisions françaises.

On le voit mal s'appliquer en tout cas aux décisions extranationales.

Donc, il parait inapplicable aux décisions européennes, STRASBOURG et LUXEMBOURG. Lesquelles sont donc dans le champ de la plus totale liberté. Idem pour la Cour de LA HAYE.

Ensuite, à partir du moment où en droit interne français, par la Q.P.C. au moins, et au-dessus en droit européen des droits de l'homme voire en droit communautaire, le contenu des décisions françaises peut être revu et corrigé, critiqué en tout cas, à travers les condamnations prononcées contre l'Etat français (1) cette disposition du Code pénal a-t-elle encore un sens ?

Je dois être dans le vrai en disant non : rarissimes sont d'ailleurs les décisions rendues en pareille matière.

__________________

(1) Trop souvent n'est-il pas vrai ?

Par bernard.kuchukian le 26/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Ainsi donc, il parait que 300.000 personnes consultent chaque mois les blogs de notre blogosphère. Ce n'est pas assez.

Quand on sait qu'il soit bien exister 150.000 .000 de sites de blog enregistrés dans le monde.

C'est sûr que ce n'est pas en censurant KUCHUKIAN qu'on va faire de l'audience.

Salut, webmaster.

Par bernard.kuchukian le 26/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Dans une dépêche d'hier soir, la très sérieuse AGENCE FRANCE PRESSE nous annonce qu' à MARSEILLE, on vient encore de tuer par balle dans la rue par un tireur en deux roues, que cette fois on a changé de secteur, et qu'on est même passé en secteur réputé calme.

Dans un premier temps, il paraissait que la victime n'était pas connue des services de police. Puis dans un deuxième temps, les policiers se sont réveillés et ont découvert que la victime, titulaire d'un bracelet électronique (1) venait de sortir de prison (2).

D'une autre, pas celle de MARSEILLE, dont les belles statues de Gaston CASTEL sur les murs d'enceinte contribuent mal à chasser le commentaire peu flatteur (« endroit répugnant ») sur elle donnée voici quelques années par le Conseil de l'Europe.

Notre ville sera parait-il dans à peine quatre mois, capitale européenne de la culture.

Question : le règlement de comptes est-il un acte culturel ? C'est qu'on dénombre à ce jour officiellement au moins 18 assassinats dans des règlements de compte à MARSEILLE.

Peut être que oui après tout.

______________________________________

(1) Y aurait-il un rapport entre l'emploi de ce machin là et le suivi des victimes ?

(2) Comme quoi, rien n'est plus sur désormais et en principe que la prison.