bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 28/02/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

Je plaide devant un tribunal, qui a préalablement reçu mes longs mémoires distincts, détaillés, expliquant dans tous les sens possibles et imaginables et sous tous les tons, la matière, non pas une, mais deux Q.P.C.

J'y soulève des points fondamentaux de liberté, de droits de l'homme. Je rappelle les grands principes de 1789, puis ceux de 1946, bref le bloc de constitutionnalité de 1958, heureusement redécouvert voici quelques années.

L'histoire finira par reconnaitre que Sarkozy, injustement si décrié par ailleurs, qui seul a permis cela.

J'argumente, j'explique le pourquoi et le comment.

Je veux faire comprendre qu'à travers la Q.P.C., ceux qui ont parlé en son nom, ont dit quelque part que la France en avait assez de constater qu'au classement des Etats signataires de la convention européenne des droits de l'homme, elle se place encore deuxième, derrière la Turquie pour la sanction de leur violation.

Et tout d'un coup, je suis interrompu par le président, agacé : « ça suffit avec 1789, c'est trop long, au fait, maintenant... »

Je m'arrête un instant. Je fais un effort inoui sur moi pour éviter l'incident qu'on cherche à provoquer.

Dans ce moment, c'est seulement ici plus long, certes, c'est le même sentiment qu'on ressent - je l'ai connu- quand on est en l'air, projeté dans un grave accident de moto, et qu'on ne sait pas, dans ce si bref morceau de seconde, où on a plus que jamais sa totale lucidité, et où tout tourne à une vitesse incroyable, on ne sait pas comment on va retomber au sol.

Mal, on frappe la bordure en ciment, on est mort. Bien, on tape ailleurs, pas de grande casse.

La main de Dieu, merci à Lui, passe alors comme l'éclair. On se retrouve en vie.

Ici, on pense au tribunal révolutionnaire populaire qui va condamner à mort Louis XVI, malgré le vieux, sage et talentueux Malesherbes, qu'on finira par guillotiner lui aussi peu de temps après.

On pense à Berryer, qui n'est parvenu pas à sauver Ney.

On ne les connait pas tous, mais on sait qu'ils existent, tous ceux qui ont osé affronter les tribunaux des dictatures.

Et puis, le doigt divin peut être, on pense, je pense, à mon préféré, car lui, je l'ai un tout petit peu connu, modestement.

On pense et c'est pourquoi on est là, à Tixier-Vignancour, qui sauve la tète de Salan devant un tribunal spécialement composé de juges également occasionnels pour le condamner à mort.

Alors, on reprend son souffle, pour poursuivre aussi tranquillement qu'il est possible devant un président et des assesseurs dont l'espoir conduit l'avocat qu'on doit rester, sinon à quoi servirions nous, à imaginer qu'ils comprendront enfin, peut être.

On se dit à la fin qu'on n'est pas aux assises, où la Q.P.C. n'existe peut être pas pour cela justement, et qu'heureusement sans doute, la peine de mort y est abolie.

On n'est pas rassuré pour autant.

Par bernard.kuchukian le 27/02/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

Cher directeur,

Vous qui me faisiez censurer jadis, vous vous êtes bien calmé depuis lors, ne croyez vous pas que vous devriez plutôt modifier maintenant le règlement de la blogosphère.

On peut éviter d'aller jusqu'à reprendre le merveilleux mot du regretté bâtonnier FILIPPI, répondant à Aix en Provence à un Parisien pointu qui lui demandait « mais comment plaide-t-on ici » par « debout et en français ».

Mais enfin, il faudrait imposer le français au moins comme langue de traduction intégrale du texte rédigé en une autre langue. Avec une exigence absolue : que le titre soit entièrement rédigé en français.

Par bernard.kuchukian le 27/02/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

Et celle de quelques autres.

Par les temps actuels, tout part à vau l'eau. Ca a commencé par les lasagnes du cheval, et puis je ne sais plus quoi qu'il ne faudrait plus manger.

Voici maintenant qu'il parait que Budweiser, l'immense Budweiser tricherait et mettrait trop d'eau dans sa célèbre bière. A l'opposé de la Sam Adams par exemple. Miller au milieu.

Oui, mais alors pourquoi tout ce tapage maintenant, parce que tout le monde sait bien que la « Bud » est la plus légère de toutes les « lager ».

Chères lectrices et lecteurs, sachez qu'à coté de tous ces abus de votre confiance, il subsiste sur la blogosphère des gens authentiques. Qui ne se contentent pas de recopier, ou de citer. Qui commentent et s'engagent.

J'en suis un.

Je sais bien qu'on me conseille sans arrêt de mettre de l'eau dans mon vin. Avec toutes ces affaires alimentaires, c'est désormais impossible, non ?

Par bernard.kuchukian le 27/02/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

REUTERS, encore elle, ma préférée, nous annonce que la justice russe accuse maintenant un blogueur local anti-corruption et opposant d'avoir produit de faux documents pour obtenir sa licence d'avocat.

Il paraitrait donc qu'il aurait obtenu de manière illicite son titre d'avocat.

L'intéressé, qui a travaillé comme avocat d'affaires avant de se lancer dans le militantisme politique, nie avoir enfreint la loi et affirme que ces accusations sont de nature... justement politique.

Diantre, il se passe de ces choses dans le monde.

Mais nous, sur la blogosphère, nous sommes tous de vrais avocats, n'est-il pas vrai ?

Par bernard.kuchukian le 27/02/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

Au moment où le gouvernement de la République annonce la constitution d'une commission « pour l'avenir des retraites », formule audacieuse, ce qui convenez-en avec moi ne s'invente pas,

Au moment où l'Union des jeunes avocats demande une subvention, qu'on veut lui accorder,

J'appelle à la constitution d'une UNION DES VIEUX AVOCATS (U.V.A.)

Laquelle ferait comme tout le monde, demanderait aussi sa subvention, et pourrait irait se plaindre utilement à la commission pour l'avenir des retraites, en rappelant que eux, les vieux actuels, ont financé, et même financent encore les vieux anciens.

Par bernard.kuchukian le 27/02/13
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 4 mois

Il faut impérativement s'arrêter un gros instant à cette information grave. Elle est en effet la preuve d'un changement radical dans l'économie générale, après la naissance du e-commerce.

Tous les magasins Pixmania du Portugal, d'Espagne, de France et de Belgique ont en effet fermé le 23 février. En brut, il n'y a pas de quoi fouetter un chat.

Si, pardon, parce que ce groupe, britannique sauf erreur de ma part, avait commencé dans le e-commerce, donc sans boutiques. Puis avait ouvert des boutiques, celles qu'il ferme toutes aujourd'hui. Tout en poursuivant son activité de e-commerce en ligne.

On doit y voir la démonstration de la fin progressive d'un grand commerce de détail impossible ou plutot inintéressant à poursuivre. Avec, je vous le dis, des soucis futurs pour les grands centres commerciaux et ce type d'activité. La crise économique actuelle n'est que l'accélérateur du mouvement irréversible du e-commerce.

Ce n'est pas tout : il faut compter avec le e-commerce hors la France, quelquefois plus combatif et à meilleur prix qu'ici. Sur du produit identique. Ce qui signifie que les importateurs français conservent des marges anormales, et que le réseau reste anti concurrentiel.

Je donne un exemple, un seul.

Il est révélateur que pour renouveler une partie de la flotte du bureau, j'ai pu acheter en ligne voici deux mois un assez gros scanner de documents, d'une autre très grande marque japonaise archi-connue connue, à un grand revendeur italien, qui n'a rien de confidentiel ou de louche, trouvé sur Internet à 20 % hors taxes moins cher que sur les sites français.

Matériel parti de Milan le lundi, arrivé à Marseille le mercredi. Le tout avec bien entendu la garantie internationale de la marque.

Et qu'on ne me dise pas qu'il y manquait quoi que ce soit : les 85 pages de la notice sont en 12 langues, dont bien sur le français. Sans compter tous les accessoires possibles et imaginables, certains inutiles par exemple un câble alimentation avec une prise à broches anglaise,

Par bernard.kuchukian le 26/02/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

Je ne sais plus sur quelle chaine de télévision hier soir, une émission consacrée aux crimes.

Tiens comme par hasard on commence la série par Marseille. Bien sur, MORANDINI et son copain d'école TROSSERO (oui, ils sont copains d'école) vous expliquent que la ville n'est pas pire que les autres. C'est surement vrai. Sauf que, comme par hasard, c'est de Marseille et de Marseille seulement qu'on parle EN PREMIER, et qu'on retiendra donc. Tu parles d'une incitation à l'investissement. Dans le négoce des gilets pare-balles ?

Vous en voulez d'autres ? Le tableau des affaires affichées au rôle général du Tribunal de commerce ce mardi, jour des premiers appels. Calcul approximatif, sur 180 affaires nouvelles, 150 ou 160 je ne sais plus pour une seule institution, qui va prochainement procéder par injonctions de payer. Ce contentieux là sera également perdu.

Parce que la situation économique de la ville est une catastrophe cachée. Les dirigeants quels qu'ils soient sont des démagogues. Chambre de commerce toutes catégories en tète et donc tous ses élus.

Le sénateur maire est gentil comme tout mais parfaitement hors sujet.

Le président du conseil général gère son contentieux pénal personnel.

Le président du conseil régional peut être content de lui, puisque lui c'est la région. Ailleurs, c'est moins pire.

La société civile est servile, pardon futile. La société civile ce sont aussi les avocats. Bling bling, l'année de la culture. Oh, quelle belle réception nous avons eue... Et toutes celles que nous aurons bientôt.

Et puis tous ces jeunes et brillants avocats qui vont nous faire de si beaux discours. Le onzième sujet de plaidoirie à la prochaine manifestation, vous savez celle où on est ravi de bander, le onzième sujet devrait être : « Les discours imposés par les élus sont-ils débiles ? «

Il y aura pourtant bientôt plus d'avocats que d'affaires à traiter.

Ah, ils peuvent être fiers les gouvernants passés et présents.

Par bernard.kuchukian le 26/02/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

Vingt cinq pour cent dans un vote, voilà qui est bien sérieux pour cet humoriste décapant italien qui vient de faire un pied de nez à tout le monde.

Aux dernières nouvelles, il serait populiste, aie, là, c'est grave, enfin aux yeux des mêmes qui :

1. Ont organisé souvent à leur profit personnel la situation actuelle

2. N'oint rien vu venir

3. Se sont bien gardés de démissionner

4. Prétendent conserver le pouvoir et trouver des solutions à des problèmes qu'ils ont créés sans même comprendre pourquoi ils les ont créés.

Jadis un syndic de faillite aujourd'hui très âgé nous disait tout le temps : mais comment voulez -vous qu'un commerçant qui ne sait faire que dans telle activité, qui fait faillite, puisse se redresser le même, avec les mêmes, la même activité, la même façon, de travailler, les mêmes clients, etc.

Par bernard.kuchukian le 25/02/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

Un sondage sérieux je l'espère nous apprend que 60 % au moins des Allemands sont contre l'intégration de la Turquie dans l'Union européenne, et que les partisans sans réserves du projet sont très minoritaires.

Par bernard.kuchukian le 25/02/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

Je reçois une circulaire du barreau de Marseille me proposant comme à tout le monde de venir participer à une commission ouverte.

Je sais qu'il existe également des commissions fermées.

Là, je n'ai pas d'invitation. Pardon, je n'ai plus d'invitation.

Ce parallélisme avec les portes ouvertes et fermées me fait refuser à l'avance si on venait à me les proposer les commissions des courants d'air.