bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 08/04/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 10 mois

Faisons de la morale jusqu'au bout. De la vertu. Rien que de la vertu.

Au nom de la délicatesse, et de la courtoisie par exemple.

Et si le bâtonnier et les membres du conseil de l'ordre déclaraient publiquement leur patrimoine, voire leurs revenus ?

C'est ce que je leur demande ici.

Par bernard.kuchukian le 08/04/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 10 mois

Nous avons abondamment traité la question de la Légion d'honneur sur ce blog, celle qu'on donne, pardon qu'on donnait jamais systématiquement au bâtonnier sortant de Marseille. Trois ne l'ont pas eue, ayant fait savoir publiquement qu'ils n'en voulaient pas. Un troisième l'a surement demandée mais ne l'a pas eue.

Et puis voilà que nous nous faisons à nouveau remarquer.

Les élections du dauphin n'auront lieu qu'en novembre prochain, alors qu'il existe déjà sept ou oui candidats annoncés.

L'un d'eux, pardon l'une d'eux, si jamais elle était élue, n'aura elle pas le souci du ruban rouge.

Mon amie, Geneviève MAILLET, c'est d'elle dont je parle, l'a déjà.

Intéressant, non ? J'adore.

Par bernard.kuchukian le 07/04/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 10 mois

Il n'y aura donc pas de première, une région alsacienne unique au lieu et place des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.

Le Haut-Rhin, Mulhouse, a gagné en mettant en échec la consultation.

La Cour d'appel de Colmar n'est donc pas prete non plus à déménager à Strasbourg.

Quelques tensions chez nos sympathiques confrères alsaciens.

Par bernard.kuchukian le 07/04/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 10 mois

C'est exactement la même chose.

Une loi de 2002 permet à Monsieur GUERRINI de faire financer sa défense pénale (il parait que c'est une partie seulement) par le Conseil général dont il est l'élu et le président.

Une autre loi, elle de 2008, permet à Monsieur CAHUZAC, ancien ministre, ancien président de la commission des finances du temps de Monsieur SARKOZY, de reprendre son siège, si la législature n'a pas pris fin.

Que je sache, vous n'avez entendu personne, mais alors personne, y compris parmi les détracteurs de l'un et de l'autre, pour demander à ce que les lois précitées soient changées. On aurait pu entendre par hasard le vertueux président de l'Assemblée nationale déclarer qu'il fallait changer la loi de 2008 et en revenir à la situation antérieure. Que nenni. Sait-on jamais de quoi sera fait demain, n'est ce pas ?

Mais enfin pourquoi voulez-vous que ces élus, parfaitement intelligents, et bien conseillés, ce qui est bien normal justement parce qu'ils sont bien payés pour cela, abandonnent, au nom de je ne sais quelle morale de prisunic (je parle librement de la marque prisunic, des magasins, celle qui a disparu) les avantages qui sont les leurs.

Pour ne pas qu'on vienne interpréter en aveu de culpabilité, à destination des foules électorales aussi bien pensantes qu'imbéciles, poussées par des gentils journalistes jusqu'ici endormis (attention aux prescriptions pour CAHUZAC), il faut justement que GUERRINI fasse payer ses avocats par le Conseil général, autrement dit le contribuable), et que CAHUZAC redevienne député. En même temps qu'il empochera ses six mois de traitement comme ancien ministre, il siègera au banc des non inscrits, à coté de Marion MARECHAL et de Gilbert COLLARD. Et en plus question procédure, si COLLARD le veut bien, il aura droit à ce remarquable confrère.

Elle est pas belle la vie ?

Par bernard.kuchukian le 05/04/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 10 mois

Vous vous souvenez des tartarinades tarasconnaises d'il y a quelques semaines au MALI. Le défilé grandiose de notre président à BAMAKO. Avec le triomphe de TOMBOUCTOU.

Rares étaient ceux qui osaient écrire, je l'ai fait, le danger de cette intervention. Politiquement et militaire, on verra plus tard, je crains fort qu'on ait eu raison avant les autres.

Déjà, au présent, il se révèle le bide de la mise en scène triomphale. Vous vous souvenez qu'on avait offert un chameau au président. Lequel avait peut être hésité à l'envoyer dans les jardins de l'Elysée, ou à Tulle. Tiens, pourquoi pas chez notre amie LO-RE ?

Non, la bête a été laissée sur place et confiée à de gentils Maliens.

Ils sont gentils les Maliens. On apprend ce jour qu'ils ont bouffé le chameau.

Par bernard.kuchukian le 05/04/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 10 mois

Oui, au portable, quoi.

Historiens et sociologues devraient en effet se poser la question.

C'est MOTOROLA qui le premier a inventé et mis en circulation, dans une rue de New-York en 1973, le premier téléphone libre, voici donc 40 ans maintenant. Or, c'est à partir de cette époque qu'a commencé, tout doucement au début, le déclin. Les plus vieux confrères, comme moi, voient parfaitement de quoi je parle.

MOTOROLA responsable du déclin de l'empire américain ?

Réfléchissons, le raisonnement n'est pas absurde du tout.

C'est, quant à moi, une forme de réflexion conforme à ce qu'ai appris en doctorat dans le temps de ma jeunesse.

Le professeur Edmond BERTRAND, pionner de l'informatique juridique, et champion du plan matériel, que je cite régulièrement, expliquait que le responsable de la Révolution française était PARMENTIER.

Explication. Jusqu'alors, les cultures nourricières prenaient un temps fou, exigeaient des bras et des bras. Ceux des manouvriers, c'est ainsi qu'on appelait les ouvriers agricoles.

Et puis, PARMENTIER a introduit la culture de la pomme de terre. Tubercule facile à cultiver, grande productivité, on mange beaucoup mieux. Alors chromage dans les campagnes. Les manouvriers vont à la ville, mais il n'y a pas de travail suffisant. Alors, ils poussent les petits bourgeois à la révolution.

C'est très loin d'être idiot. Non ?

Par bernard.kuchukian le 05/04/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 10 mois

On sait l'affaire marseillaise, en cours d'instruction des prestations juridiques des sociétés d'H.L.M. locales. La révélation de ma constitution de partie civile a conduit l'ex-bâtonnier, qui soutenait publiquement les personnes poursuivies au pénal, à ouvrir des poursuites disciplinaires contre moi parce que je parle et écris trop librement. Bien sur officiellement pour autre chose. J'ai eu beau expliquer que des pressions sur une partie civile constituent un délit. Rien n'y fait. Bon, on continue, je suis droit dans mes bottes.

Sauf que, l'information m'avait échappé, je découvre que la Mission interministérielle d'inspection du logement social (M.I.I.L.O.S.) à la base des poursuites pénales marseillaises d'abus en tout genre, s'est intéressée à l'Office d'H.L.M. de Vaucluse, et a déposé fin janvier 2013 un rapport parait-il accablant (dont j'avoue n'avoir pas encore la copie complète : mais on va me la fournir, non ?).

Ainsi donc, les abus marseillais se seraient-ils exportés en Avignon.

Remarquez, en marseillais vernaculaire contemporain commun, le « nord » ne commence qu'après Avignon.

Donc, là bas, c'est bien chez nous aussi. Normal.

Par bernard.kuchukian le 05/04/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 mois 4 semaines

Spécialement ceux de Messieurs Jean-François GUERINI, très sympathique sénateur et président de Conseil général, et Jérôme CAHUZAC, ancien ministre.

Voici que Monsieur CAHUZAC veut redevenir député comme la loi le lui permet depuis quelques années qu'on a supprimé la règle d'origine dans la constitution de 1958,à savoir l'abandon définitif de son siège par le député devenu ministre. Le suppléant réduit à l'état de potiche officielle.

On s'indigne en haut lieu, sauf qu'on voit mal comment empêcher le retour de Monsieur CAHUZAC au Palais Bourbon. Il y disserterait sans doute sur le mensonge en politique. Un conseil, qu'il lise « Ma vérité sur le mensonge » par notre confrère (et mon maitre) Paul LOMBARD. Excellent achat.

Voici d'autre part que nous nous agitons parce que le Conseil général des B.D.R. va financer la défense pénale de Monsieur Jean-François GUERINI. Moi le premier qui envisage un recours au Tribunal administratif contre la décision de l'assemblée départementale si le préfet ne bouge pas après notre pétition.

Dur, dur KUCHUKIAN. Ce sera dur.

Par bernard.kuchukian le 05/04/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 10 mois

C'est tout simple. Le département des B .D.R. n'a plus qu'une seule grande entreprise : EUROCOPTER. Le géant mondial de l'hélicoptère. Filiale d'E.A.D.S. dont je dois bien avoir quelques actions.

Alors voilà, la société ( à moitié allemande) est sur le point de décider d'aller créer une chaine de montage en Pologne, où certainement le personnel est moins cher payé.

Et tout le monde de la presse affiche son contentement, comme d'hab.

Oui, style télé, où les journalistes remercient ceux qui les ont invités à venir filmer la signature des contrats. Vous avez remarqué que la signature ne se fait jamais en France. C'est toujours hors de France, un voyage de payé, gratos. C'est bien pour eux.

La même EUROCOPTER qui vient d'ouvrir une usine de montage au Mexique. Là encore bravo, déplacements et voyage compris.

Alors, au risque que je prends de me faire encore poursuivre, je dis ceci.

Que les grands entrepreneurs français fassent tout pour sauver ce qui peut l'être, ceux qui ont les moyens d'externaliser leur activité, ne laissant en France que les pauvres crétins, ceux ne peuvent pas faire autrement, lesquels financent les régimes sociaux et le chômage, pourquoi pas. Nous subirons. Mais attention, il ne faut pas en plus à nous obliger à fermer nos gueules.

Car que les mêmes, qui contrôlent les chambres de commerce, envoient dans les tribunaux de commerce leurs représentants pour juger les pauvres crétins précités ceux qui n'ont pas les moyens d'externaliser, et qui finalement sont conduits à la faillite parce qu'ils ont du croire à la France du dedans, rien ne va plus. Il y a mal donne.

J'ai récemment écrit mon souci, dans tel dossier de responsabilité de dirigeant d'entreprise, parce que la formation du Tribunal de commerce devant lequel j'ai déjà plaidé deux Q.P.C. (qu'on a rejetées bien sur, sans aucune motivation) comportait un ancien directeur d'une banque italienne à 5 milliards d'euros de pertes, avec les conséquences actuelles et futures.

Si maintenant je fais remarquer que le propre président de ce Tribunal, celui à qui le procureur de la République (qui s'en va ailleurs) demandait les tètes de dirigeants d'entreprise par des sanctions, est un haut cadre d'EUROCOPTER, que va-t-on considérer ?

Peut -on sérieusement prétendre juger des commerçants lorsque soi même on a participé ou on participe peut être même contraint et forcé à la désagrégation générale du tissus économique ?

Voilà la question que je vais inlassablement poser aux juges consulaires, qui ne manqueront pas de me faire la gueule, tandis que le parquetier de service s'offusquera parce que la question aura été posée par un KUCHUKIAN ?

Le degré d'après c'est celui-ci.

Et si le dirigeant qui a certes fait faillite, qui a également perdu sa mise, son outil de travail, et qu'on désigne comme un voleur parce qu'il n'a pas payé l'U.R.S.S.A.F. tandis que le chiffre d'affaires qui aurait pu le permettre a été envoyé, cadeau, ailleurs par ceux-là mêmes qui prétendent le juger maintenant, si ce dirigeant au bout du rouleau, vient leur dire à l'audience : « cassez-vous, pov. cons », ils vont faire quoi ?

Par bernard.kuchukian le 05/04/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 10 mois

Voici qu'on apprend que le parquet de Bordeaux a pris des réquisitions de non lieu au profit de Monsieur SARKOZY dans l'affaire BETTANCOURT.

Il ne va pas manquer maintenant de belles âmes pour s'en offusquer. Je n'en suis certainement pas. Bien au contraire.

L'instrumentalisation lamentable de cette affaire depuis son départ révèle tout au plus le degré général de veulerie hypocrite qui est celui de gens bien pensants, y compris dans le milieu judiciaire, dès lors qu'on touche à l'argent. Sous fond de haine.

Que cette femme, qui possède une des plus belles fortunes qui soient, tirée soit dit au passage du capital d'une des plus belles sociétés qui soient, je parle de L'OREAL, distribue une petite partie de son argent à un mouvement politique, en insistant sur son militantisme ne plait pas. On aurait sans doute préféré que la distribution soit faite par la Caisse d'allocations familiales par priorité aux familles pauvres du tiers monde, par exemple.

Depuis le départ, mon blog en est le témoin, personne n'est surtout venu se plaindre de ce que la vie privée de l'associée n° 1, ex-æquo avec NESTLE-ALIMENTANA, dans le capital de L'OREAL ait eu un effet négatif sur notre société, son activité, son capital, son personnel.

Alors qu'on foute la paix à l'ancien président de la République, et à cette vieille dame.

Il en restera bien suffisamment à son héritière lorsque Madame BETTANCOURT sera morte.

On espère aussi et surtout que toute cette affaire n'est pas la recherche l'élément d'une grande manoeuvre minable pour flouer les actionnaires à ce moment là : je prends date.