bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 30/09/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

Ils ont arrêté des élus d'un mouvement d'extrême droite, ont trouvé chez eux une photo d'Hitler, ils vont faire voter une loi antiraciste.

Et hop, fini la crise ...

Ils sont impayables (le terme est bon) les Grecs.

P.S. Je signale la vente libre chez tous les brocanteurs et les marchés de tous les anciens pays de l'est, xdces portraitts et des statues d'HITLER, de LENINE, et de STALINE.

Et qu'en Italie, on peut acheter en toute tranquilité des bustes de MUSSOLINI. J'en ai meme offert un petit à un liquidateur judiciaire local qui est si fier en public d'avoir la meme date de naissance que le Ducc (sauf l'année bien sur), et qui ne me l'a surtout pas retourné.

Par bernard.kuchukian le 30/09/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

Pourquoi les journalistes généralement si bien pensants sont-ils dans l'ensemble des pleutres, sans courage, sans mémoire, aux ordres du moment ?

Enfin, il n'y en a aucun pour rappeler qu'il n'y a pas si longtemps, cette Madame Ségolène ROYAL, présidente de la région Poitou Charente à défaut d'autre chose, allait nous montrer au moins localement ce qu'elle savait faire, après avoir perdu l'élection présidentielle.

Alors, elle a envoyé de l'argent public, beaucoup d'argent public pour sauver HEULIEZ. On allait voir ce qu'on allait voir en économique socialiste moderne, blabla.

HEULIEZ (véhicules spéciaux) est en liquidation judiciaire cde jour.

C'est quand que prendront fin la prétention, le mensonge, l'incompétence et surtout l'irresponsabilité surtout la collective ?

Par bernard.kuchukian le 30/09/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

On apprend ainsi que le célèbre et sérieux groupe PARTOUCHE de casinos est désormais sous sauvegarde. Aie, c'est l'anti-chambre de quelque chose de beaucoup plus grave.

J'espère qu'il ne faudra pas aller jouer au casino pour le sauver.

Quoi qu'il en soit, celle-ci je ne voulais surtout pas la rater. Rien ne va plus chez PARTOUCHE.

Par bernard.kuchukian le 30/09/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

Sous -titre. Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?

Voici qu'un confrère aixois du nom de Dominique CHABAS prétend me transmettre cet après-midi des conclusions dans la procédure qui vient à l'audience solennelle de la Cour d'appel d'AIX EN PROVENCE le 4 octobre dans quelques jours.

C'est pour le CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX, que j'ai assigné en intervention forcée depuis juin dernier, dont l'avocat parisien a reçu mes pièces en même temps que mon assignation.

Première observation. Du joli monde Mesdames et Messieurs, et l'exemple vient d'en haut, toujours conclure la veille pour le lendemain.

Ce n'est pas tout.

Deuxième observation. On a prétendu me transmettre le tout en télécopie. Las, mon télécopieur est tombé en panne en cours de transmission. Le pauvre.

La maison CANON qui le soigne n'étant pas elle à la disposition du CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX et de ses avocats, le technicien viendra demain matin.

Troisième observation. J'ai donc prié le susdit confrère de me transmettre ses pièces et ses conclusions en numérique, à mon adresse courriel de communication électronique. Que bien entendu, il a déclaré ne pas connaitre. Il ne sait pas lire les documents. C'est en effet marqué dans mon assignation. Alors il a fallu expliquer au confrère aussi désinvolte que prétentieux.

A l'instant, ce soit, je n'ai rien reçu et suis donc en mesure d'annoncer à la France entière des avocats que le CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ne sait pas se servir d'Internet pour transmettre pièces et conclusions dans une affaire qui concerne rien moins que le sort de la convention nationale de procédure et le R.P.V.A., ensuite tout de même d'un arrêt du Conseil d'Etat, audience à AIX dans quatre jours.

Ecoeuré, je suis rentré à la maison. Chez moi, je peux suivre tout ce qui arrive à mon adresse de courrier électronique au cabinet. Rien à l'instant.

Par contre, ce qui arrive par le R.P.V.A. non, puisque je ne suis pas Parisien et donc que je n'ai pas droit au nomadisme.

Calmes-toi Bernard, tu dois bien te douter que si on n'est pas capable de te transmettre des documents et des conclusions par l'Internet de base encore appelé vous savez « e-mail », alors le R.P.V.A. tu parles...

Par bernard.kuchukian le 30/09/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

Il est d'ancienne tradition au barreau de MARSEILLE d'organiser un débat à la maison de l'avocat juste avant l'élection du dauphin.

Jusqu'ici, c'était l'U.J.A. locale qui organisait ce machin là.

J'avais participé dans le temps comme candidat à cette organisation : les gens de l'U.J.A. se croyaient carrément dans le studio de télévision d'Antenne 2, avant le débat final de l'élection à la présidence de la République.

Sauf évidemment la fois où il n'a pas eu lieu, parce que le courageux Monsieur Jacques CHIRAC n'avait pas osé affronter l'abominable Monsieur Jean-Marie LE PEN.

Aux dernières nouvelles, il semblerait que ce soit la même chose chez nous cette année. Cherchez donc qui est notre LE PEN avocat local.

Moi j'ai mon idée, voyez plus bas.

Il n'y aurait pas de débat à six, puisqu'il y a six candidats, si j'ai bien compté (car je ne compte pas la vice dauphine putative, avec son dauphin putatif)

Et voici que ce dernier proteste, mollement, mais qu'il proteste. Il s'appelle Pascal BRIN.

Je suis assez embêté d'avoir à écrire ici qu'il a raison de protester, car à considérer son comportement dans mon affaire disciplinaire, le protestataire du moment n'est digne d'absolument aucun égard. Disqualifié. Voir les archives de ce blog et son comportement à la première audience.

Alors il écrit une lettre à ses confrères candidats, laquelle tombe entre mes mains, et je la commente bien entendu.

Il parait que la cause de ce refus de débat collectif est dans le fait qu'un chef de l'U.J.A. serait candidat au dauphinat.

C'est vrai, sauf que ce n'est pas la première fois.

Non, la vérité vraie me semble-t-il est qu'un autre des candidats au dauphinat, Philippe KRIKORIAN, va venir me soutenir vendredi 4 octobre à la Cour d'appel pour lui demander d'annuler entre autres subventions, celle accordée généreusement et justement à... l'U.J.A.

Allez, bâtonnier Erick CAMPANA, un bon geste.

Organises la toi directement la réunion, mais peut être as-tu peur de l'ambiance publique sans doute alors détestable.

Par bernard.kuchukian le 30/09/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

On n'a vu personne ou presque commenter la toute récente décision du Tribunal de grande instance de Paris, réglant le contentieux interne à la maison d'Orléans, au titre de la succession du comte de Paris.

Ces aristocrates se sont donc pliés aux lois ordinaires de la République, spécialement celle d'un Code civil préparé, sous la direction d'un BONAPARTE, petit caporal corse, condottiere (suivant la définition d'Henri GUILLEMIN), par un PORTALIS, fils d'un modeste notaire varois, devenu avocat à Aix en Provence, après des études secondaires à ...Marseille. Y compris aux lois de procédure, comme n'importe quel citoyen.

Mais alors, qui donc peut encore soutenir la nécessité d'un droit disciplinaire spécifique par des juridictions spécialisées hors droit commun.

Qui va jusqu'au paroxysme du scandaleux avec la constitution du bâtonnier juge de droit commun du contentieux entre avocats...

Par bernard.kuchukian le 29/09/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

Non, c'est vrai à la fin. Toujours on parle de nous, à travers la grande délinquance. Ca suffit à la fin.

Bon, en quarante huit heures, on apprend qu'on a flingué à ROGNAC (30 km) deux vigiles. Bon, il n'y a pas de quoi en faire un flan. Ils ne sont que blessés. Pas même morts.

Ensuite, on a découvert un arsenal à CABRIES (20 Km). Jusqu'ici, petite commune tranquille, paisible, et sans histoire. De la Kalachnikov, du 9,65, et d'autres jouets inoffensifs.

Pour CABRIES, je pense aussi au regretté bâtonnier Raymond MARTIN, qui après son père Honoré MARTIN, en fut le maire pendant tant de lustres. Je dis à ses deux filles mes amies qu'elles ne sont pas les seuls à imaginer ce que pense leur père dans l'au-delà si ce dernier existe.

Voici que l'Express visite à nouveau les hôpitaux.

Bon, c'est l'horreur, en ambiance et violences, et menaces. Mais pour l'instant, il n'y a pas encore de mort par balle ou couteau. Oui, la spécialité locale c'est le couteau d'importation.

Et s'il y avait des blessés, on pourrait les soigner sur place.

Non, Monsieur GAUDIN, cher sénateur maire, tout va bien.

Par bernard.kuchukian le 29/09/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

Le Conseil National d'Arménie Occidentale me communique un dossier de presse tout à fait remarquable sur l'histoire des Arméniens en Syrie, qui est notamment celle de la France en Syrie, et des accords SYKES - PICOT, ministres des affaires étrangères de Grande Bretagne, l'un, et de France, l'autre. Il y a 100 ans.

J'ai plaisir à l'accueillir sur mon site, et invite mes lecteurs à le consulter.

Ils apprendront ainsi que la France a été une grande puissance dans l'orient jadis. Avant d'abandonner peu à peu son role de puissance protectrice des Chrétiens d'Orient. Ce qu'a enfin découvert Le Figaro ces jours-ci.

Par bernard.kuchukian le 29/09/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

Je cite la très sérieuse Agence France Presse :

L'armée suisse a imaginé une attaque de la France contre la Confédération dans l'exercice 2013 des brigades blindées de Suisse romande, qui s'est déroulé du 26 au 28 août, révèle le journal « Le Matin Dimanche ».

Concrètement, l'armée a imaginé que la France, en complète déroute financière, s'est désintégrée en plusieurs entités régionales, sous l'effet de la crise, et l'une d'elle, baptisée "la Saônia" a décidé d'attaquer la Suisse, forcée ainsi de se défendre, selon le scenario retenu.

L'exercice, appelée « Duplex-Barbara », est fondé sur une invasion de la "Saônia", soit le territoire du Jura français, à partir de trois points de passage, proches de Neuchâtel, Lausanne et Genève, selon une carte reproduite par le journal, qui a pu consulter les détails de l'opération.

Une organisation paramilitaire proche du gouvernement de la Saônia, et appelée BLD (Brigade Libre de Dijon) veut "venir chercher l'argent que la Suisse a volé à Saônia", selon l'exercice militaire et organise des attentats en Suisse.

En 2012, l'exercice militaire suisse, appelé "Stabilo Due", prévoyait la chute de l'euro, entraînant un chaos social en Europe et un afflux de réfugiés en Suisse.

Selon Daniel BERGER, commandant de la brigade blindée suisse, "l'exercice n'a strictement rien à voir avec la France que nous apprécions, il a été préparé en 2012, alors que les relations fiscales franco-suisses étaient moins tendues".

Dimanche dernier, les Suisses ont voté à une très large majorité le maintien de leur système d'armée de milice, basé sur la conscription militaire obligatoire.

Ainsi, 73,2% des votants ont dit non à la proposition du Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA), qui demandait la fin du service militaire obligatoire et de le remplacer soit par des volontaires, soit par une petite armée de métier.

L'armée de milice constituée de citoyens-soldats est considérée comme l'un des piliers fondateurs de la nation suisse. Ses effectifs sont de 155.000 aujourd'hui.

En Europe, la majorité des pays ont abandonné le service militaire au profit d'une armée de métier.

------------------------------------------------

Mon commentaire est le suivant. C'est idiot d'attaquer les Suisses.

Ils nous battront. Trop forts. En tout cas, ce sera un bonheur d'être fait prisonnier par les Suisses.

Non plus simple : attaquer la principauté de MONACO.

Plus facile, certes moins d'argent, mais pas mal aussi.

La suite. On en revient au comté de Nice. Du fleuve Var aux Alpes. Capitale NICE ou MONACO.

Autre solution, celle que je préfère, de loin. Menacer la principauté.

Alors, les carabiniers monégasques envahissent d'abord le comté de NICE.

Ils annexent le territoire local niçois à la principauté. Puis, ils menacent de passer le fleuve Var. Ainsi d'entrer en Provence.

Alors, réunis d'urgence en congrès spécial à MARSEILLE, capitale de la région, les conseillers de la région PROVENCE ALPES COTE D'AZUR prennent acte de l'envahissement du comté de NICE, et ne serait-ce que par solidarité (1), ils votent à l'unanimité le rattachement de toute la région à la principauté de MONACO.

Je comprends mieux maintenant, tout s'explique, pourquoi le prince ALBERT II était récemment à MARSEILLE. Moi, je suis pret, j'ai meme mon Code Litec de la législation monégasqque. Alors ...

Pour l'instant, pas question de traiter le cas de la Corse, ni du Dauphiné, voisin au nord qui sans doute aimerait bien aussi l'annexion. J'en suis désolé pour notre ami Patrice GIROUD.

(1) Vous voyez que je suis solidaire.

Par bernard.kuchukian le 29/09/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

Des suggestions délirantes me passent par la tète.

Si on taxait le chiffre d'affaires des cabinets d'avocats, de tous, l'injustice serait totale pour les plus petits et les plus jeunes.

Non, on n'osera pas taxer le chiffre d'affaires de l'avocat qui vit seulement des indemnités d'aide juridictionnelle et/ou encore des rétrocessions, s'il est collaborateur.

Premier casse tète. Il va falloir déterminer des barres et des seuils. Déterminer ce qu'est le client personnel non aidé. On peut compliquer encore, en sous divisant les aides juridictionnelles totales et les partielles. Bonjour les calculs.

Attaquons nous maintenant aux plus gros. Les anciens, les vieux.

Ceux qui ne traitent pas les dossiers d'aide juridictionnelle, et en laissent le nombre et le revenu aux autres. Qui aident ainsi leurs jeunes confrères, sans compter les rétrocessions.

Qu'ils crèvent cependant.

Sérieusement, pourra-t-on taxer la partie du chiffre d'affaires qui ne fait chez eux qu'un aller retour, autrement dit ce qui a été rétrocédé aux collaborateurs, aux jeunes, etc.

Non surement.

Pour autant, pourquoi les patrons ne déduiraient-ils pas alors cette taxe des rétrocessions aux collaborateurs ? Après tout, raisonnons social et juste jusqu'au bout.

Quelle superbe guerre civile on nous promet...