bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 28/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 3 mois

Il parait que Monsieur M'BALA M'BALA a même protégé, je ne sais pas comment, la marque « quenelle ». En annexe, en voici la preuve.

Du coup, il parait aussi que les producteurs de quenelles se plaignent désormais de la contre publicité faite à leurs produits, laquelle est à base de mélange de poissons, surtout du brochet des étangs des Dombes. C'est dans l'Ain.

Mais enfin, pourquoi ne les ont-ils pas mis en sureté en vertu du règlement européen N° 510/2006 du conseil du 20 mars 2006, de protection des indications géographiques et des appellations d'origine des produits. Comme l'ont fait par ailleurs les producteurs français de fromages et italiens et espagnols de charcuterie.

Qu'elles soient de Nantua, ou de Lyon, je vous rassure, moi je n'aime pas les quenelles.

Par bernard.kuchukian le 28/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 3 mois

Décidemment, tout le barreau de PARIS est reçu par le pape FRANÇOIS ces temps-ci. On savait pour la bâtonnière sortante. Je découvre maintenant qu'au début décembre, le souverain pontife a reçu également notre excellente consoeur Rachida DATI.

Laquelle a déclaré parait-il à B.F.M. TV ceci :

« Je l'avoue, j'ai été impressionnée pour ne pas dire déstabilisée. J'y ai été avec ma petite fille qu'il a bénie (...) La foi pour moi est importante, c'est pour ça qu'en 2005, je me suis battue pour que les racines chrétiennes de notre pays, de l'Europe, soient inscrites dans la constitution. »

Les voies du représentant sur terre du Seigneur sont décidemment impénétrables.

Enfin, l'essentiel est que la jeune Zohra appartienne désormais et comme moi au club des enfants bénis dans leur jeune âge par le pape du moment.

Amen.

Par bernard.kuchukian le 28/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 3 mois

Pour Monsieur Emmanuel VALLS, «depuis longtemps, DIEUDONNé n'est plus un comique et sa démarche ne relève plus de la création. Pour tout dire, il ne fait plus rire personne. Ses spectacles sont devenus des réunions publiques où il déverse sa haine (1)».

Il parait même que le ministre va donner des instructions, par circulaire s'il vous plait, vous m'avez bien lu, à ses préfets, pour qu'ils « s'occupent » de l'artiste.

Remarquez que si ça marche comme en matière de sécurité publique à MARSEILLE, on peut avoir des doutes d'efficacité.

L'un des avocats de cet abominable M'BALA M'BALA est un copain. Plus qu'un copain. Je lui conseille la prudence car on va l'embêter aussi. J'en connais qui lui reprocheront maintenant, au nom de la délicatesse (pouf) de faire condamner L'Etat ou les collectivités interdiseuses (on dit comme ça ?) à payer des dommages-intérêts pour atteinte à la liberté d'expression. Car des condamnations ont été déjà prononcées au profit de ce DIEUDONNé là.

Et en plus c'est un noir, enfin même pas complet, un demi, parce que sa mère est bretonne.

Mais enfin, qu'est ce qu'ils viennent faire chez nous ? Mais où va-t-on ma bonne dame, je vous le demande?

________________________________

(1) Il était temps que mon compatriote - oui, je sais, il n'aime pas qu'on dise qu'il est pied noir- Guy BEDOS ait pris sa retraite, laissant sa place à son fils.

Par bernard.kuchukian le 27/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 3 mois

Je m'étonne que nos blogs ne traitent jamais de ce qu'on doit bien appeler l'affaire, ou plutôt les affaires M'BALA M'BALA.

DIEUDONNé, quoi.

M'BALA M'BALA, c'est en effet son nom de famille.

Et ça critique et ça s'insurge, et ça proteste, et ça donne des leçons de tout ce qu'on veut.

Mais il n'y a rien à faire contre lui. C'est ainsi. Non seulement en France, mais aussi en Europe, car la liberté qu'il défend, elle est également européenne.

Parce qu'il prononce seulement deux mots parfaitement imparables : « liberté » et « expression ».

Que voulez-vous donc faire contre ces mots là ?

Rien, sauf à vous ridiculiser.

Alors, on nous dit maintenant qu'un ministre, sain et sauf mais aussi matamore est censé s'occuper du bonhomme. On va voir ce qu'on va voir ...

Plouf.

Oh bien sur, le DIEUDONNé n'est surement pas un modèle.

Le tact n'est pas son fort. Certes. Et alors ?

Qu'on lui foute la paix à M'BALA M'BALA.

_______________________

P.S. Racistes, va.

Par bernard.kuchukian le 27/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 3 mois

Merci à notre ami HUVELIN d'avoir mis en ligne sur son blog le vade mecum (1) de la déontologie (2) du numérique, édité en décembre courant par le barreau de Paris, dont je dois avouer n'avoir pas été capable de me le procurer préalablement.

C'est un document de 39 pages qui ne devrait pas changer la face du monde, et qui n'en n'a d'ailleurs pas l'intention. Encore heureux.

Les pages 4 à 8 sont un rappel de conseils techniques informatiques de base. Il y a là des règles prudentielles techniques classiques et sages copiées ça et là. Rien à objecter.

Les pagnes 9 à 14 sont une série de conseils prudentiels appliqués aux cabinets d'avocats. Là non plus, rien d'extraordinaire.

Sauf surement sur la vraie question complètement éludée du stockage des données externes. C'est bien de nous dire qu'il pose des problèmes de protection, sauf qu'on n'a pas la solution.

Laquelle devrait passer par le stockage collectif par la profession toute entière, si on veut que ces règles aient un sens.

Les pages 15 à 24 traitent du web et un peu des blogs. Il est évident que leur contenu est souvent dépassé par l'arrêt du 13 décembre 2013 du Conseil d'Etat, l'arrêt KUCHUKIAN, sur l'interdiction de l'interdiction du démarchage.

C'est tellement compliqué et si contestable souvent et désormais que je n'en dis rien. Pour l'instant.

Les pages 25 à 31 complètent celles qui précèdent et traitent en fait de la publicité. Ce sont des applications pratiques, là encore délicates à mettre en oeuvre en l'état même du verrou ouvert « démarchage ».

Les plus belles pages sont les 32 à 39, sur la sécurité. Là encore, c'est un recueil de règles prudentielles, avec une chose suprême.

L'absence absolue de référence à NAVISTA et à son boitier. Vous me direz qu'à PARIS, ils ont compris avant les autres et ne l'ont pas voulu.

Non, les Parisiens font mieux.

L'ignorance et le mépris total.

On vous dit bien qu'il existe une clé e-barreau (page 38). Mais sans ajouter qu'elle est la panacée de la sécurité.

« Beaucoup de bruit pour rien ». William Shakespeare, 1600.

__________________________

(1) Un pense bête, quoi.

(2) Ah ce mot, comme on l'aime. Car ils veulent tous être déontologues de quelque chose.

Par bernard.kuchukian le 26/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 3 mois

Six cent treize licenciements secs à prévoir, liquidation judiciaire ce jour du secteur des semi-conducteurs de ROUSSET, près d'AIX EN PROVENCE.

C'est infiniment plus grave pour la région que le feuilleton tragi comique et si couteux de la S.N.C.M. à MARSEILLE

Et on dit que pendant ce temps là, on a mis en garde à vue mon amie Maryse JOISSAINS, maire d'AIX EN PROVENCE, parce qu'il parait qu'elle a donné une promotion digne d'un conseiller d'Etat à son chauffeur.

Tout fout le camp. Non ?

Par bernard.kuchukian le 26/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 3 mois

Voici qu'un découvre que le barreau de PARIS se serait ces temps -ci doté d'un code de déontologie.

On le suppose écrit, puisqu'il est mentionné sur son site Internet, cependant et par grand malheur sans être accessible aux pauvres non Parisiens, dont je suis. C'est embêtant.

La déontologie est décidemment une tarte à la crème professionnelle, au point qu'on en parle même pour rapporter la réception de la bâtonnière parisienne, qui termine son mandat, par le pape catholique romain.

Si on lui en a parlé, on ne saura pas puisqu'il parait qu'on a exalté ensemble « le secret », mais enfin, de quoi se mêle le pape ?

Car ce code de déontologie, s'il existe, pose des quantités de problèmes qui sont plus surement de la compétence de la Cour d'appel de PARIS que de celle du Vatican.

A ce propos, je sais bien que la chambre commerciale de la Cour de cassation a jugé voici un grand nombre d'années qu'un code d'usages commerciaux, appliquée dans la bijouterie, avait valeur comme légale, et pouvait même faire obstacle à certaines règles des procédures collectives. Oui, mais, c'était en matière commerciale, avec les règles spécifiques du droit commercial, la reconnaissance des usages, etc. Et que je sache, ce code d'usage ne prévoit pas de sanctions privatives de liberté.

Le code parisien qu'il faudra bien nous communiquer in extenso (1) ne peut surement appartenir à cette catégorie là.

Et puis, si elle est conforme aux lois de l'Union européenne et constitutionnelle en France, la matière ne serait-elle pas normative, alors dans le champ de compétence du Conseil national des barreaux ou plus exactement de ce qui en reste. Certes, c'est-à-dire pas grand-chose, si je comprends bien.

Et puis, ces gens là ont-ils le droit de faire la loi, avec le catalogue des sanctions et des infractions graves contraires aux règles générales du droit positif.

Quoi qu'il en soit, si code de déontologie il y a eu, il a du être approuvé par une délibération du conseil de l'ordre, elle-même susceptible de recours devant la Cour d'appel.

Là, çà devient amusant.

Ubuesque même.

Car on va alors inviter la Cour à statuer en droit. C'est normal.

Oui, mais il va falloir que la Cour dise que les règles écrites du moment du barreau de PARIS sont bien celles en cours d'existence, mais non écrites du même barreau. Or, la Cour n'a aucun texte de base comme référence à appliquer.

Moi, qui croyais que les juges avaient interdiction d'écrire la loi. Ceci s'appelle l'interdiction des arrêts de règlement.

Je suppose que quelque chose a du m'échapper.

A l'aide, Pierre DOYEN.

________________________________

(1) Le latin, comme au Vatican.

Par bernard.kuchukian le 26/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

Oui, on lit, photo à l'appui, que leur bâtonnière, dont j'ai bien compris qu'elle termine son mandat, a été reçue en audience privée et même dans le bureau du pape FRANÇOIS au Vatican.

Certains feront les commentaires nécessaires. Oui pourquoi pas une visite au grand rabbin d'Israël, au mufti de JERUSALEM, au pape arménien d'ETCHMIADZINE ?

Je constate que le barreau de MARSEILLE avait, l'an dernier encore, à pareille époque, un bâtonnier catholique romain, parait-il très bien comme il faut en cette religion.

A ma connaissance, le pape ne l'a jamais reçu.

Je m'interroge alors.

Le Vatican n'aimerait-il pas les avocats de MARSEILLE ? Ou alors est-ce une question de personne ?

Finalement, les mystères de l'expression de la foi nous échappent, nous autres pauvres pécheurs. Amen.

___________________________

P.S. Remarquez, moi, je m'en fous, à dix ans, j'ai eu en privé la bénédiction de PIE XII.

Par bernard.kuchukian le 25/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

Bon, chacun y est allé de son Joyeux Noel, avec des bons sentiments, quelquefois dégoulinants.

Tout le monde est content. Les distributeurs d'excuses en tout genre, qui ont si bien fonctionné ces jours-ci, sont satisfaits. Les marchands de jouets sont heureux. Les petits enfants aussi.

La compassion a joué à plein. J'ai même lu qu'un crétin d'archevêque de BANGUI pourtant africain suggère à ses fidèles catholiques de ne pas répondre aux coups et de ne surtout pas rechercher la paix [ils se défendent les bougres] par l'usage des armes.

Tout va bien. Dormez bien. Laissez faire. Soyez aussi stupides que les propos que vous tenez. Et surtout que les pensées que vous avez.

Mais apprenez cependant ce matin, désolé de vous déranger dans ce bonheur, dans la nuit de Noel, cette nuit donc, à la suite d'attentats perpétrés contre eux dans leurs quartiers et églises, à BAGDAD, mes cousins, les chrétiens d'Orient, ici ceux d'Irak, déplorent déjà vingt morts.

Bien sur, l'islam - quel qu'il soit- n'y sera pour rien. On ne peut pas finir par vous expliquer que ce sont des bandes assyro-chaldéennes rivales qui s'entretuent. On vous dira que c'est la faute aux sunnites, contre les chiites (1)

Remarquez, finissons en, c'est comme des Arabes (2), alors c'est pareil, non ?

_______________________

(1) Mais les chiites ce sont des méchants aussi, non, puisque les Iraniens, en Iran, on ne tue aucun Arménien, au contraire, sont des chiites.

(2) Pardon pour les Iraniens, qui sont des Persans, et non des Arabes

Par bernard.kuchukian le 25/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 10 mois

Les Suisses viennent de découvrir nous dit-on que leur hymne national serait ridicule, parce ce, que si j'ai bien compris, il serait « gnan-gnan » au possible. Un vague coté de cantique pour une paroisse de campagne bouseuse, évidemment sans aucun rapport avec les affaires internationales, et spécialement celles d'argent. Il parait qu'un concours est donc organisé pour trouver un nouvel hymne à la Confédération.

Le coucou paraissait déplacé, voire dégradant, et justement il ne faut pas, j'avais bien pensé tout d'abord au bruit d'un tiroir caisse. Ou à la reconstitution du frémissement des billets de banque qu'on compte. Mais avec l'informatique, tout cela est dépassé, non ?

Si j'osais, parce que je ne suis pas Helvète, je proposerais finalement un hymne conforme à la réputation et à la richesse du pays.

La discrétion.

Alors, cet hymne-là n'aurait ni paroles, ni musique. Un hymne sans hymne, quoi.

Voilà qui rappelle l'affaire des robes d'avocats dont mon barreau a fait la brève exposition récemment : la plus belle y a été tout de même celle des Américains.

Dont je précise à l'attention de tant de gens qui ne savent pas et promènent leur ignorance comme une excuse distinguée et même bien élevée, parait-il, qu'elle n'existe pas.

Au nom de la liberté.