bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 22/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

A défaut du reste, il semblerait que la tradition se soit créée dans l'Algérie indépendante, de l'humour, dans l'expression diplomatique tout au moins.

L'actuel président BOUTEFLIKA, alors ministre des affaires étrangères de mon pays natal, donc beaucoup le mien, a été tout de même été dans le temps l'auteur de cette notion extraordinaire, désormais si courante et sans aucune valeur, non seulement dans la diplomatie, mais finalement partout, y compris dans notre profession : « les paroles verbales ».

A la suite de l'observation présidentielle française d'il y a quelques jours à peine quant aux dangers affrontés et surmontés ALGER par Monsieur VALLS, notre ministre de l'intérieur, voici que ces messieurs de KOUBA (1) communiquent cette admirable chose :

«Le sens de l'humour peut apporter une valeur ajoutée au sens des responsabilités lorsqu'il s'exprime avec élégance, avec mesure et qu'il introduit de la décontraction dans le cadre de cet art souvent austère qui est la pratique de la diplomatie. A l'inverse, le sens de l'humour peut être générateur d'une moins-value lorsqu'il abouti à suggérer que les réalités ne seraient pas celles qui sont à la portée de tous et qui ont pu être vérifiées par tous».

_____________________________________________

(1) Pour ceux qui ne savent pas, KOUBA c'est la grande banlieue d'ALGER. Le ministère y est là, bien loin de la ville.

Par bernard.kuchukian le 22/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

« Le Parisien » rapporte, mais on n'a pas tous les détails, une histoire de boitier. Un quidam très astucieux, mordu de nouvelles technologies, a acheté nous dit-on sur Internet un boitier au prix de 300 euros ; qui lui a permis de voler des milliers de litres de carburant à une station libre service d'une grande surface. Le boitier remplaçait la carte de crédit... Découvert par hasard, voire dénonciation, son utilisateur a été poursuivi. Et condamné.

Il parait, je veux voir, qu'en fin d'audience, son avocat aurait demandé à la présidente « de ne pas être trop clémente » afin de ne pas encourager l'utilisation de ce type d'appareil. Voici quelques jours, le voleur, a écopé d'un an de prison, dont six mois avec sursis. Il parait que le procureur avait requis deux ans d'emprisonnement, dont un an avec sursis. Son complice, qui n'a servi qu'une fois de chauffeur, ou parce qu'on revendait le carburant, a été condamné à un mois d'emprisonnement en semi-liberté.

Je n'aime pas cette histoire.

1°. Parce que l'avocat aurait demandé au Tribunal de ne pas être trop clément avec son client. C'est louche, ça fait minutes du Tribunal révolutionnaire à l'époque (« il n'existe pas de loi assez lourde pour punir mon misérable client : la mort »)

2°. Parce que c'est la preuve que la sécurité numérique et les boitiers, ça se discute. Ne croyez-vous pas ?

Dites donc, du coté de Perpignan, chez NAVISTA, « pourquoi tu tousses ? »

Par bernard.kuchukian le 21/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Voici ce qu'a dit il y a quelques jours à peine le président HOLLANDE, en parlant de Monsieur VALLS, son ministre de l'intérieur, au diner du C.R.I.F., le conseil représentatif des institutions juives de France.

Alors tout le LANDERNEAU de s'interroger, voire de se demander si de tels propos ne sont pas racistes (on n'en sort pas, non ?)

Moi, je dis au contraire que pour une fois, le président est lucide.

Quel dommage qu'il ne le soit que sous forme d'une boutade...

Né à BARCELONE, Français et marié à une juive, ministre de l'intérieur, c'est déjà pas mal que Monsieur VALLS ait pu entrer en Algérie. Tiens au juste, un ministre, ça a besoin d'un visa ?

Par bernard.kuchukian le 21/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Sous-titre: ah ! La Corrèze.

Mon ami Jean de VALON évoque sur son blog les épisodes tragi-comiques des réformes internes et judiciaires du département de la Corrèze. Faut-il a nouveau deux barreaux différents comme l'exige la garde des sceaux, ou un seul unifié ? La Corrèze, c'est certes plus grand que Manhattan, mais c'est tout ce qu'on peut en dire.

Sur cette affaire de l'obligation des avocats d'appartenir à un barreau collé à un Tribunal de grande instance, et je dis non, j'ai comme d'habitude quelques années ou décennies d'avance.

Voici la Q.P.C. que j'ai posée à la Cour d'appel d'AIX EN PROVENCE il y a plusieurs mois et qu'il impossible de traiter avant le 28 février prochain en audience solennelle, ce qui est un déni de justice constitutionnelle.

Par bernard.kuchukian le 21/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Sous-titre : Ils nous emmerdent, les Arméniens.

Pendant que, plus outrées les unes que les autres, les bonnes âmes et belles pensées de ce pays attaquent l'humoriste DIEUDONNé, dont on ne sait plus par quelle amende et sanction faire taire ses odieux propos anti-juifs, et que toute la presse recherche le moindre soupir d'anti-sémitisme dans tout ce qu'on dit et écrit,

La Cour européenne des droits de l'homme, oui celle de STRASBOURG, a rendu en arrêt de chambre le 17 décembre courant une décision discrète (1). Dont les vertueux personnages précités se sont bien gardés de parler.

Moi j'en parle, et je me dis qu'il vaut mieux être classé dans la catégorie Shoah que génocide arménien pour être considéré.

Un sympathique Turc (mais ils le sont tous), originaire d'ANKARA, président du Parti des travailleurs turcs (ils sont bolchéviques en plus) a participé en 2005 en Suisse à des conférences au cours desquelles il a nié publiquement l'existence de tout génocide de l'Empire ottoman (vous savez, TALAT PACHA) contre le peuple arménien en 1915 et les années suivantes. Il a qualifié de « mensonge international » l'idée d'un génocide arménien. Soit dit au passage, je me demande comment je suis arrivé ici. Mais, ceci me concerne.

Le Tribunal de police de LAUSANNE l'a condamné pour discrimination raciale. Recours devant la Cour de cassation pénale du Tribunal du canton de VAUD. Rejet. Pourvoi devant le Tribunal fédéral de BERNE. Rejet par un arrêt du 12 décembre 2007.

Alors recours du Turc, il s'appelle PERINCK, contre la Suisse. Présidée par un Italien, avec des juges danois, serbe, suisse (???), hongrois, monténégrin et portugais -ces deux derniers ayant exprimé une opinion partiellement dissidente(2), la Cour européenne des droits de l'homme dit ceci.

La Suisse est condamnée.

Dire en effet que « Le mensonge international » soit le génocide arménien, n'est pas un abus de droit.

La Cour ajoute que :

« « Le libre exercice du droit de débattre ouvertement de questions sensibles et susceptibles de déplaire est l'un des aspects fondamentaux de la liberté d'expression et distingue une société démocratique, tolérante et pluraliste d'un régime totalitaire ou dictatorial (3)

Et encore" " que les Etats qui ont reconnu le génocide arménien n'ont pas jugé nécessaire d'adopter des lois prévoyant une répression pénale pour des personnes mettant en cause le point de vue officiel, conscients que l'un des buts principaux de la liberté d'expression est de protéger les points de vie minoritaires, susceptibles d'animer le débat sur des questions d'intérêt général qui ne sont pas entièrement établies. » »

Vous avez bien lu, on peut donc « animer le débat ».

Lorsque DIEUDONNé parle, il « anime le débat ».

Non, pour lui c'est interdit.

Comme disait l'autre dans le temps en parlant du Danemark, y a quelque chose de pourri dans le Royaume d'EUROPE.

_________________________________

(1) Mes amis activistes Arméniens, et ils ont bien raison, font pression pour que la Confédération helvétique en fasse appel.

(2) Reconnaissance à la Fondation GULBENKIAN ?

(3) Ils feraient bien de lire, les conseils des ordres.

Par bernard.kuchukian le 20/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Alors comme ça, il parait que le comédien Gérard DARMON a été condamné aujourd'hui à te payer 500 euros d'amende avec sursis pour t'avoir qualifié de "petit con", mais qu'il a, en revanche, été relaxé pour avoir dit que tu étais "légèrement à la droite d'HITLER au niveau des idées".

Pour HITLER, moi qui te connais un peu, et même plus, je ne le voyais pas comme ça. Il va falloir totalement réécrire les livres d'histoire.

Bon passons.

Non, c'est le « petit « con qui ne me plait pas. Parce que cons, on l'est tous aux yeux des autres. Mais pas petit pour toi, non, il ne tient pas la distance DARMON, lui c'est alors un sous- nain. Ca existe ?

Remarques, cher Gilbert, qu'après avoir gagné mon procès sur l'interdiction de l'interdiction du démarchage (ça ne peut que te faire plaisir), que je viens d'être traité de gros Kon.

Par un haut déontologue du barreau de Marseille. Con mais avec un K.

Gros, pourquoi pas. Non, c'est le K du con qui me gène.

Bon, on en discutera prochainement à table. Ou ailleurs.

Je vous embrasse, Anne-Marie et toi.

Par bernard.kuchukian le 20/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Voici un billet qui devrait passionner l'équipe CASTON : je les rassure, ma fille Sophie et moi n'avons malheureusement pas leur superficie de clientèle en droit de la construction.

Provinciaux minables que nous sommes, on se débrouille avec ce qu'on nous laisse. Même si maintenant on va pourvoir démarcher, je me doute bien que les grands ne vont pas se bousculer. Pas Parisien, tu meurs.

Ces prolégomènes écrits, venons en à ce propos. L'histoire est grandiosement toute simple. Nous avons comme clients un grand menuisier industriel, technique et pointu. Il fait dans le bâtiment industriel.

Expertise on lui reproche la faiblesse des gonds des portes du bâtiment, qu'il a réalisées avant l'interdiction de fumer. Constats de l'expertise en cours : en raison de l'interdiction de fumer dans le bâtiment, le personnel (150 personnes au moins) a pris l'habitude de faire des pauses et de sortir dans les cours. Alors, il le fait plusieurs fois par jour en passant par les deux portes, oui mais par celles de secours, évidemment pas prévues par le concepteur pour un tel trafic.

C'est que, des portes de secours, on ne les ouvre heureusement qu'exceptionnellement, s'il y a le feu, ou une inondation, ou en cas d'essais avec les marins pompiers. Pas des centaines de fois par jour.

Résultat des courses, évidemment, ça ne fonctionne plus, tellement c'est sollicité puisque ça n'a pas été prévu pour aller fumer sa clope dehors.

Beau sujet de responsabilité de l'architecte qui a conçu le bâtiment, préparé le cahier des charges et a du mal penser à compter l'usage des portes d'entrée. Et de sortie.

Par bernard.kuchukian le 20/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 2 mois

Enfin on sait qui est A.B. Puis Bernard K.

Par bernard.kuchukian le 19/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 2 mois

Notre excellent confrère parisien Etienne TARRIDE, dont l'humour est décapant, m'écrit ceci aujourd'hui et à quelques autres aussi

« « Je dois vous informer d'un progrès considérable dans l'exercice de la profession, qui va réjouir tous ceux que l'avenir radieux préoccupe.

Des représentants qualifiés de notre ordre ont été reçus par Madame la garde des sceaux et Monsieur le ministre de l'agriculture.

Ces hauts personnages auraient fait observer aux instances ordinales que les avocats ne respectaient pas les disciplines nécessaires à l'équilibre du commerce extérieur de la France, notamment en ce qui concerne l'exportation des betteraves sucrières. Le ministre de l'agriculture aurait déclaré que s'il continuait à en être ainsi, les nombreux avantages consentis à la profession en matière fiscale et sociale ne pourraient pas être maintenus.

La garde des sceaux se serait étonnée que les avocats ne réduisent pas, comme l'ont déjà fait les notaires et les experts comptables, leur consommation de sucre.

Convaincus par ces arguments, les membres du conseil de l'ordre et le bâtonnier (de Paris, je suppose) auraient par conséquent décidé que les avocats seraient désormais privés de dessert à l'heure du déjeuner.

La buvette et les restaurants autour du palais auraient déjà répercuté la consigne et le dessert ne serait plus accessible qu'aux clients qui présentent des cartes de magistrats ou de policiers. Il resterait alors le lourd problème des avocats qui déjeunent à la maison ou au cabinet.

Pour mettre la nouvelle règle déontologique en oeuvre, l'ordre aurait dans ces conditions formé des membres et des anciens membres, qui bénéficient ainsi d'heures de formation professionnelle continue, en devenant des goûteurs spécialisés. Ils se présenteraient chez les avocats qui déjeunent chez eux et constateraient que les plats ne sont pas sucrés. « «

TARRIDE d'ajouter : « « Nous pourrons de surcroit élargir ainsi à une nouvelle fonction, avocat goûteur, la palette chatoyante du barreau entrepreneurial.

Les avocats ainsi vérifiés seront tirés au sort à raison de cent par an.

Ceux qui n'accepteront pas que ce contrôle convivial soit effectué seront impitoyablement renvoyés devant notre juridiction disciplinaire. » »

Et TARRIDE de suggérer finalement « « que ne soient contrôlés que les candidats à des fonctions ordinales associatives ou syndicales plutôt que d'avoir recours au tirage au sort. On lui aurait répondu qu'il était un vieux con. Réflexion faite, ajoute-t-il ce n'est pas impossible. » »

J'aime les vieux cons.

Par bernard.kuchukian le 19/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 2 mois

Comme une rafale de déceptions.