bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 28/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Voici que le très sérieux journal Le Monde nous apprend hier, j'avoue que jamais au grand jamais personne ne m'en avait jamais parlé dans la communauté, que l'actuelle demeure présidentielle à ANKARA, à l'époque ANGORA, était jadis avant 1915 la propriété des KASAPYAN, une famille de riches commerçants arméniens .

Ceux-ci ont été contraints à l'exil. Leurs biens, comme ceux de centaines de milliers d'autres Arméniens de l'empire ottoman, ont été spoliés par l'Etat turc naissant. En 1923, la maison fut « offerte » au fondateur de la Turquie, moderne et républicaine, Mustafa KEMAL.

Du coup, je regrette n'y pas y avoir été voir.

Alors voilà, je me dis ceci ce soir.

1°. Pourquoi tout ce silence pendant 100 ans ?

2°. Après tout, pas d'étonnement. A l'époque, ANGORA quelques dizaines de milliers d'habitants, en plein coeur de l'Anatolie, pas si loin que cela de la Capadoce, c'est plein d'Arméniens.

Certains de leurs descendants sont à MARSEILLE aujourd'hui, des proches à moi, et même une consoeur qui fut ma collaboratrice.

3°. Ils sont devenus quoi les descendants des KASAPYAN ?

4°. Et pourquoi ne pas revendiquer leurs biens spoliés ?

Et puis j'ajoute ceci. Je me souviens d'un défilé avenue du Prado pour un 24 avril.

Certains criaient : « rendez-nous nos terres ». Il y avait avec moi Armand AMANATIAN, mon ami et menuisier préféré, qui rétorquait, « mais on va en faire quoi Bernard ? ».

Armand, toi et moi, tu vois, on se trompait.

Et puis j'ajoute encore ceci. Après qu'on ait inauguré le monument aux morts de la cathédrale apostolique en 1975, celui des 1.500.000, on m'a demandé un discours, que j'ai prononcé sur la seule base du droit, moi qui ne suis qu'un Arménien d'eau douce, puisque si mélangé. Et je disais devant plusieurs centaines de personnes interloquées : mais un jour viendra où la petite république d'Arménie sera. Personne n'y croyait, pas même moi, et pourtant elle existe.

Alors, j'ajoute enfin ceci. Imaginez une fraction de seconde qu'on ait découvert que la présidence fédérale de l'Allemagne à BERLIN est un ancien bâtiment propriété d'une famille juive, volé par les nazis, et les juifs propriétaires exterminés.

Vous auriez tous les jours, plusieurs fois pare jour, des films, des reportages, tout ce que vous voulez et sans arrêt partout. Pour fustiger, dénoncer. Et ce serait justice.

Moi, je veux la même justice pour les Arméniens, à commencer, c'est un détail mais quel détail pour les KASAPYAN.

Par bernard.kuchukian le 28/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Mon ami Jean-Baptiste DAGRON l'a signalé voici plusieurs mois dans un commentaire sur ce blog. Les Canadiens les premiers ont annoncé la suppression, à terme prochain, de leurs facteurs, la distribution étant remplacé par les messages de courriel.

Que chacun s'équipe donc d'un ordinateur et d'une ligne Internet. D'une imprimante aussi avec du papier et de l'encre.

Voici quelques jours, je signalais ici la prochaine privatisation de la poste italienne.

Maintenant, ce soir on en sait plus sur les difficultés de la poste française. Entre 2007 et 2020 son volume d'affaires en courrier doit être divisé par deux. En principe, car il est fort possible qu'on nous mente sur la réalité. Et que la division soit plus importante encore.

Déjà on annonce que le cout de la distribution du courrier ne correspond désormais plus aux recettes, et que La Poste ne peut s'équilibrer qu'avec ses services financiers et ses colis. J'ajouterais avec les lettres recommandées aussi.

Pour les premiers, je veux bien. Pour les seconds, j'en doute, tant la concurrence de gens sérieux est rude en matière de colis, face aux plaisantins de chronopost. Pour le courrier recommandé, je ne sais pas. En tout cas, on n'a rien trouvé de bien.

Voici donc un défi de plus pour nous tous. A ce sujet, il sera déplacé que les journalistes fassent pleurer prochainement les foules télévisées par la suppression des facteurs.

Pour les avocats, il est fondamental, je sais c'est dur, de commencer désormais le premier mot du premier contact avec son client ainsi :

« « Quelle est votre adresse de courrier électronique ? » »

Et dire que certains avocats n'en n'ont même pas une.

C'est à désespérer.

Par bernard.kuchukian le 28/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Voici qu'on a distribué dans nos boites aux lettres cet après-midi la carte de voeux annuels du bâtonnier et de son conseil de l'ordre. In extremis puisque nous sommes le 28 janvier et qu'il ne restait donc que trois jours avant le 31 janvier.

On nous souhaite une bonne année 2014 (enfin pour 11 mois et trois jours).

Merci. Moi aussi tous mes voeux. Surtout dans cette composition.

L'un d'eux est déjà exaucé.

Sur la photo, il manque en effet déjà le bâtonnier J. G., que je poursuis en correctionnelle le 4 février, pour à mon préjudice entrave à la liberté d'expression et dénonciation calomnieuse, et un autre, F. M. qui aurait tant aimé « se faire » B.K.

Cette photo est un bon signe.

Par bernard.kuchukian le 28/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

On prétend que le pantalon est historiquement une invention arménienne. Passée ensuite par l'Italie.

Copiée par les Turcs leurs envahisseurs. Toujours est-il que pantalon se dit et s'écrit « pantalon » en turc moderne aussi.

Alors, je puis donc parler de celui de notre président de la République, hier en visite officielle hier à ANKARA.

Lamentable photo officielle aussi, sur laquelle on voit la poignée de main des deux présidents.

A notre droite, Monsieur GÜL, c'est le Turc. Un long manteau impeccable. Il a surement l'habitude, car à ANKARA, il fait froid. J'y étais en novembre, je sais. Sous le long manteau, on voit le bas de son pantalon. Impeccable tombée sur une paire de chaussures parfaite.

Ces Turcs là sont bien les fils d'ATATURK : noeud papillon, habit, chapeau, gants blancs.

A notre gauche (normal), Monsieur HOLLANDE, notre président. Pas de manteau, mais un trois quarts vaguement froissé. Tombant mal en tout cas.

Apparemment, le président de la République française ne sait pas qu'à ANKARA, on est sur le plateau anatolien et qu'en janvier, il y fait très froid. Sous ce trois quarts, un pantalon froissé, fripé , s'effondrant sur une paire de chaussures qui donne le sentiment du quelconque.

La présidence française de la République, dont jadis sous Monsieur SARKOZY, le chef du protocole était un ambassadeur de France, au nom arménien, Jean- Pierre ASVAZADOURIAN, auteur d'ouvrages de référence, serait bien inspirée, pour l'image de notre pays, de s'intéresser plus aux traités en la matière et à ce qu'ils conseillent qu'à la tenue de livraison des pizzas sur scooter nocturne.

Par bernard.kuchukian le 28/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

J'ai changé la page de garde de mon blog, et j'y ai introduit ma revendication d'avocat fada.

En marseillais vernaculaire, un fada c'est un fou, un dérangé, voire un simple d'esprit.

Dans Angèle, Marcel PAGNOL, écrit ceci :

« « Oh moi tu sais, ça ne veut rien dire ... J'ai toujours été un peu fada. Il y en a qui sont des lumières, il y en a qui éclairent comme le phare de Planier, il y en a d'autres qui éclairent pas plus qu'une allumette. Chacun éclaire comme il peut. » »

Il faut être fou, oui fou comme je le suis et le sont, sans le savoir quelques autres, si rares sur la blogosphère et autour de moi, pour se livrer aux combats pratiquement isolés qui consistent simplement à se révolter, et à protester contre la médiocrité de l'ordinaire. Spécialement celui de l'ordinaire institutionnel.

Tandis que finalement, mais si longtemps après, les choses avancent enfin. A la gloire des couillons (2) qui s'étaient contentés de ne rien faire et d'attendre.

Par exemple, je l'ai même dit une fois, au Conseil constitutionnel, à Paris, en lui plaidant qu'il fallait être fou, oui vraiment fou, pour venir soutenir devant lui, comme pourtant l'avait suggéré la chambre commerciale de la Cour de cassation, qu'il fallait remettre en cause la compétence, l'indépendance, et l'impartialité des juges consulaires.

Et bien, soit, je suis fou. Comme devrait l'être tout avocat.

Finalement, j'aime autant être un fada comme on dit par chez nous, plutôt qu'une favouille (2)

_________________________

(1) Le Planier est le grand et célèbre phare qui commande, au large, en pleine mer, l'entrée du Port de Marseille, depuis qu'en 1320 René d'Anjou (le bon roi René) y fit construire un tour à feu.

(2) Allez donc chercher le sens du mot en marseillais vernaculaire.

Par bernard.kuchukian le 27/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

D'après LE POINT,

En visite en Turquie, le président a abordé le sort des Arméniens en 1915, mais il est resté flou sur une éventuelle pénalisation du négationnisme.

Lors de la première journée de sa visite d'État en Turquie, le président français, François HOLLANDE, a exhorté la Turquie à faire son "travail de mémoire" sur les massacres de centaines de milliers d'Arméniens par l'empire ottoman en 1915. "Le travail de mémoire est toujours douloureux, mais doit être fait", a déclaré François HOLLANDE lors d'une conférence de presse avec son homologue turc, Abdullah GÜL, dont le pays refuse de qualifier les événements de 1915 de "génocide".

Interrogé sur une éventuelle nouvelle loi française réprimant la négation du génocide, le chef de l'État français a assuré que la France "fera le droit et rien que le droit" (1)

Les relations franco-turques sont émaillées de crises à répétition depuis l'adoption en 2001 par le Parlement français d'une loi reconnaissant le génocide arménien, suivie de tentatives législatives avortées pour en réprimer la négation. La dernière en date, adoptée en décembre 2011 par le Parlement avec le soutien du précédent président français, Nicolas SARKOZY, a été invalidée en février par le Conseil constitutionnel. Juste après son élection, François HOLLANDE avait confirmé son engagement à pénaliser la négation du génocide arménien.

"Il ne faut pas faire revivre aux générations futures les souffrances vécues il y a cent ans", a pour sa part déclaré lundi M. GÜL, "il faut laisser cette affaire aux historiens". La Turquie reconnaît le "massacre" de plusieurs centaines de milliers d'Arméniens en 1915-1916 dans les territoires alors administrés par l'Empire ottoman, dont elle est l'héritière, mais récuse le terme de génocide. Les Arméniens avancent, eux, le chiffre de 1,5 million de morts dans un génocide.

Trois commentaires seulement :

1. On est à deux ans du centenaire du génocide arménien. Le « devoir de mémoire » et surtout « l'affaires aux historiens », ça commence à faire long. Non ?

2. Massacrer plusieurs centaines de milliers de personnes de la même religion et de la même origine ce n'est pas un génocide. Non, c'est une opération de police.

3. Et SMYRNE en 1922 ?

Et un quatrième. Je lis ça et là que le chiffre de 1.500.000 est faux et on critique à ce sujet sa mention sur le monument aux morts arméniens de MARSEILLE, édifié par la communauté en 1975 que l'Etat français a obligé pratiquement à placer à l'intérieur de la cour de la cathédrale apostolique marseillaise, donc en territoire strictement privé. Surtout pour ne pas "choquer" le consul général de Turquie, dont le résidence est du meme coté de l'avenur du Prado, à deux cents mètres plus loin.

Ce monument, réalisé sous la direction de mon grand ami, le regretté VARJAN, j y 'ai contribué, j'avais 28 ans, comme d'autres. Comme tous ceux qui ont participé à cet évènement à l'époque, j'affirme que les informations historiques que nous avions ne nous ont pas trompés. Putain, TOYNBEE, (2) et MORGENTHAU (3), qui ont tant écrit sur le sujet, ils ont rêvé ou quoi ?

________________________________________________

(1) Notre ami KRIKORIAN en connait un chapitre sur le sujet, sans succès malheureusement. Le droit est bien défaillant.

(2) TOYNBEE, le célèbre historien, alors premier secrétaire de l'ambassade britannique à CONSTANTINOPOLE,

(3) MORGENTHAU, juif et ambassadeur des Etats -unis à CONSTANTINOPLE également.

Par bernard.kuchukian le 27/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

C'est du moins la question sinon la conclusion à laquelle on parvient en lisant la dépêche de ce jour de la très sérieuse A.F.P. qui nous annonce des professeurs mieux formés pour enseigner la shoah. Si j'ai bien lu dans une déclaration faite prés de DIEUFELIT, il ne parle que du génocide des Juifs. Pas des autres.

Spécialement pas de celui des Arméniens.

De deux choses l'une.

Ou Monsieur Vincent PEILLON, le ministre, est raciste.

Ou il est opportuniste, ce qui est bien vilain aussi, car sa déclaration a lieu aujourd'hui au moment même où son président de la République est chez les Turcs à ANKARA.

ET là bas, les Arméniens, ça n'existe pas non plus.

Bon, je suis rassuré ce soir, j'ai lu que Monsieur François HOLLANDE était allé tout à l'heure au mausolée de Kemal ATATURK (très beau mausolée, je connais, je vous le recommande dans la capitale turque, où il n'y a pratiquement que cela à voir).

Et qu'il n'a pas été par exemple à celui nettement plus petit à ISTANBUL à la mémoire de TALAT PACHA, le bourreau des Arméniens.

C'est une piètre consolation pour moi et les miens.

Par bernard.kuchukian le 27/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Voulez-vous me dire pourquoi l'accès au R.P.V.A. est bloqué si on se trompe trois fois en utilisant le code d'accès ?

Réponse : c'est parce que la clé n'est qu'une banale puce électronique comme dans les cartes de crédit ordinaires.

Autre question : oui, mais alors pourquoi avoir utilisé un tel procédé, qui n'est destiné qu'à garantir la sécurité des transactions financières, dans les distributeurs automatiques de banque et donc dans les rues. Alors que les avocats sont dans la sécurité de leurs cabinets, barricadés devant les boitiers Navista, mieux que des coffres-forts ?

Réponse : euh ...

On ne sait pas.

Par bernard.kuchukian le 27/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Tiens, on commence à en parler davantage.

Par exemple, dans SLATE, le journal électronique, qui reproduit les grands journaux d'Amérique.

On vous y explique [sur le même sujet, voir aussi mes propos du début janvier sur ce blog] que l'aspiration à l'indépendance de la Catalogne, espagnole pour l'instant seulement (vous verrez la française suivra) est désormais traitée par des universitaires de très haut niveau. Ceuxi-ci expliquent qu'elle est d'autant plus possible qu'actuellement cette province espagnole finance plus que les autres le fonctionnement du pays tout entier. C'est exact.

Aux Etats-Unis, on appelle cela désormais, appliqué à la Catalogne : « la Wilson Initiative ».

Woodrow WILSON, c'était le 28ème président des Etats-Unis d'Amérique, dans les années 1920. Il était le champion de l'indépendance des uns et des autres, et même de la première petite République d'Arménie, considérée comme un Etat tampon entre la Russie soviétique et la Turquie nouvelle, celle née à SEVRES, morte à LAUSANNE, et entretemps dépecée à KARS et à TREBIZONDE. L'Arménie occidentale comme l'appellent quelques amis nostalgiques et lettrés.

Nos amis Catalans devraient s'en souvenir et se rappeler le propos du même WILSON :

« Il existe quelque part un pouvoir si bien organisé, si subtil, si vigilant et si subversif que ceux qui le condamnent feraient bien de ne pas élever la voix quand ils le condamnent. »

Par bernard.kuchukian le 27/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

Sous titre : Les bons scandales et les autres.

Dans le dernier Point, enfin, celui daté du 23 janvier 2014, le célèbre Bernard Henri LEVY s'insurge contre l'UNESCO. Non parce que ses locaux ont été trop petits parait-il pour accueillir récemment les avocats qui comme moi auraient bien voulu parler de la justice au XXIème siècle.

Non, parce qu'il parait que cette noble assemblée ne veut finalement pas organiser, en raison de pressions des pays arabes (grands envahisseurs historiques), une exposition sur « la relation de 3 500 ans du peuple juif avec la terre sainte ».

Alors on titre : « l'Unesco et les juifs : ignominie «

« C'est le scandale de la semaine. Et, étrangement, personne n'en parle. »

Mais, cher Monsieur LEVY : des Juifs, vous vous trompez, non, tout le monde en parle tout le temps.

Mais des Arméniens, presque jamais personne.

Or, c'est bizarre, votre billet est écrit quelques jours avant le voyage d'aujourd'hui du président de notre République en Turquie.

Croyez vous qu'on parle à cette occasion ne serait-ce que pour une fois du génocide « oublié » des Arméniens ? Surement pas.

Oui, parce que s'agissant de la relation du peuple et de la terre (votre sujet), on pourrait par exemple parler de la relation du peuple d'Arménie avec l'Anatolie (1), la Turquie d'aujourd'hui, qui doit bien remonter à 3.000 ans, sans problème, et peut être même plus. Sauf que cette terre là a été occupée par l'invasion des Turcs, lorsqu'ils ont chassé le pouvoir byzantin.

Monsieur HOLLANDE pourrait alors parler aux Turcs des peuplades gauloises venues de l'actuel territoire français il y a 2.500 ans sur l'actuel territoire turc. On les appelait les Galates. Et qui sait si les Arméniens d'aujourd'hui ne sont pas un peu Galates ?

Voyez vous, l'histoire est à tout le monde, pas à certains seulement.

______________________________________

(1) Parfaitement résumée du moins à mon égard par l'observation pertinente de ce grand bourgeois propriétaire d'une maison d'hôte de charme où j'étais descendu à SAFRANBOLU voici quelques semaines. Il me faisait justement remarquer que mon nom de famille est « anatolien ». En effet.