bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 01/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 10 mois

J'ai découvert par le plus grand hasard (sur une excellente idée de mon épouse) cet après-midi la Fondation MONTICELLI à MARSEILLE.

Pour une fois, quelque chose de discret et de beau dans la ville, évidemment, c'est privé. Heureusement.

MONTICELLI est un peintre local marseillais du XIXème siècle, célèbre ici. Style d'aquarelliste, mais à l'huile, avec les personnages très colorés. On devine l'impressionnisme qui viendra à peine plus tard. Du coup, la ville a donné son nom à une de ses places les plus distinguées.

La famille STAMEGNA, grands collecteurs et experts, qui a organisé tout cela l'a fait dans un fort construit en 1860, en bordure de cote, en surplomb de la mer, qui a été parfaitement et magnifiquement rénové.

C'est dans un quartier de la ville, pourri ou presque (oui parce qu'il y a eu des progrès), après l'Estaque, peinte jadis et à peine plus tard par CEZANNE, sur la petite route de la cote bleue, sous une arche de la ligne du chemin de fer.

Le cadre est superbe, unique, avec une vue magnifique, exceptionnelle, sur MARSEILLE, sa rade, le FRIOUL, et les tableaux actuellement publiquement exposés sont à voir.

_________________________________

(1) Voilà qui m'a rappelé une petite histoire d'avocat [il faut toujours « coller » à la blogosphère des avocats.] Absolument vraie. Il y a des années, le bureau du bâtonnier était encore à l'étage du palais de justice, avant qu'on nous en chasse, et que nous allions nous installer dans notre maison de l'avocat bien chez nous, un peu plus loin.

Il y avait là au mur un joli tableau de MONTICELLI. Bien coloré.

Vous savez comme je suis, un peu à poser les questions qu'il ne faut pas. Grossièrement, on appelle cela : « fouille merde ».

Pierre MONLAU était le bâtonnier et je lui demande, « dis-donc Pierre, ce tableau a sans aucun doute de la valeur ; on est assuré au moins en cas de vol ? ».

Et superbe le bâtonnier de me répondre, « sois tranquille Bernard, moi aussi je me suis posé la même question. Sachant que le tableau nous avait été laissé en dépôt par la mairie, je me suis renseigné. Et on m'y a répondu alors que je n'avais pas de souci à me faire. Le tableau en question n'est qu'une copie ... »

Remarquez, depuis lors, prudente, la mairie l'a repris.

Par bernard.kuchukian le 01/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 10 mois

Le congé de maternité de ma fille, parce celle-ci tient habituellement la comptabilité du cabinet, m'a obligé à passer à sa place mes écritures de saisie de janvier.

Finalement, facile, je suis fils de comptable.

Sauf que j'avoue avoir buté sur la facture de « cnb.com », vous savez celle par laquelle il me faut prendre en location et payer, contre mon gré et malgré mes batailles, le célèbre boitier Navista à la con et la clé machin qui va avec.

Je suis donc allé donc chercher dans le plan comptable, sachant que le poste de contrepartie de l'écriture bancaire était en classe 6. Il m'est alors apparu le plus logiquement du monde que c'était bien sur le poste « informatique ». Mieux qu' « abonnements ».

Non vient de me dire ma fille, au téléphone d'ailleurs, non papa, c'est, d'après les exigences de l'A.N.A.A.F.A., dans sa nomenclature : « téléphone ».

Ah, bon, je vais donc corriger.

Mais contraint et forcé.

Enfin, vous imaginez une fraction de seconde que le service de ce machin ultra perfectionné de haute sécurité qui est le boitier Navista et la clé machin qui va avec pour la haute défense des avocats et de leurs clients soit considéré comptablement comme l'abonnement banal au téléphone de papa.

Et c'est l'A.N.A.A.F.A., c'est -à-dire les avocats les plus sérieux qui soient, enfin à ce qu'il parait, qui le disent.