bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 31/08/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 3 mois

 

Le romancier royaliste Michel MOHRT aurait eu 100 ans cette année. J’ignorais jusqu’ici qu’il avait été avocat, et même avocat au barreau de MARSEILLE, où il s’était inscrit, démobilisé, abasourdi par la défaite de 1940. Il se consacra plus tard seulement à l’écriture, introduit dans le monde de l’édition par Robert LAFFONT, lui aussi installé à MARSEILLE en ce temps là.

Plus tard encore MOHRT fut élu à l’Académie française où il siégea pendant 26 ans, jusqu’à son décès en 2011.

C’est à ma connaissance le seul membre de notre barreau, fut-il de passage, à  avoir jamais revêtu l’habit vert.

Nous avons eu certes  aussi le bâtonnier Pierre GUERRE, qui fut le secrétaire particulier et l’héritier littéraire de       SAINT JOHN PERSE, le prix Nobel de littérature.

Et puis, nous avons tous regretté à l’époque que le grand Paul LOMBARD ait « raté » son entrée sous la Coupole.

Par bernard.kuchukian le 31/08/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 3 mois

 

 

 

 

Non qu’ils soient capables d’écrire et de comprendre une autre langue que le français, mais comme çà, pour le plaisir de la contradiction de principe, certains vont s’essayer à soutenir que l’expression sur « blog avocats » sera  en d’autres langues que la notre.

Voilà qui donnera lieu à d’autres discussions, notamment si par exemple on parvient à trouver un quidam à écrire en volapuk.

Et qui me rappelle la célèbre altercation du bâtonnier FILIPPI que j’ai un peu connu dans ma jeunesse.

Un confrère parisien un peu pincé (comme souvent les Parisiens) était là qui lui demandait comment on plaidait à AIX EN PROVENCE.

FILIPPI lui répondit alors du tac au tac : « debout et en français ».

Par bernard.kuchukian le 31/08/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 3 mois

 

Comme chacun le voit bien, j’ai désormais un contradicteur attitré sur la nouvelle blogosphère.

Il dit en effet systématiquement le contraire de tout ce que je soutiens. La seule exception n'a guère été qu' à propos de l’eau de mer, dont j’ai publiquement récemment déclaré quelle était salée. Je n'avais rien inventé, je sais. Là, il n’a pas osé contredire.

En droit, il aurait été pulvérisé, car  en matière de sel, j’en connais un rayon.

Il se trouve qu’étudiant en doctorat, j’ai soutenu, oui,  avec un certain succès, en 1970, un mémoire de D.E.S. sur « la condition juridiques  des étangs salés du littoral méditerranéen » (archives de la Faculté de droit d’AIX EN PROVENCE).

Maintenant, mon contradicteur officiel s’attaque au français, parce que j’ai écrit qu’il faut considérer que les conditions générales d’utilisation de la nouvelle blogosphère imposent l’expression en français.

Bien sur, ce n’est pas par hasard total qu’un autre gars de la Marine a pris la mairie de VILLERS COTTERETS, là où jadis FRANCOIS 1er a imposé aux hommes de loi et à l’administration,  le français.   A peine de sanctions.

Comme l’autre madame du barreau de PARIS va me faire encore reproche de ne pas faire de droit, on va la noyer.

En effet, il est tout d’abord presque cocasse, à défaut d’être dramatique, de constater que cette discussion puisse avoir lieu en France. Parce que notre pays n’est plus le premier du monde à avoir le français comme langue officielle.

Le premier de tous est en effet la République démocratique du Congo KINSHASA (jadis Congo belge) avec ses 77.500.000 habitants, dont l’art. 1er de la constitution impose le français comme langue officielle. Avec plus de 8.000.000 habitants, sa capitale est le plus grande ville parlant en principe le français dans le monde. PARIS n’est que deuxième, et MONTREAL troisième.

Il faudra d’ailleurs bien un jour ou l’autre que l’Académie française appelle officiellement des auteurs congolais et canadiens en plus grand nombre, très exactement comme l’a fait l’Académie royale espagnole de la langue, avec les auteurs d’Amérique latine (pour les Philippines, je ne sais pas).

Le français est langue officielle du Canada, tellement officielle que vous y êtes en droit d’exiger la présence d’un fonctionnaire parlant le français en n’importe quelle circonstance : et ce n’est pas du théorique. J’ai pratiqué jadis sur une autoroute de Colombie britannique où je roulais un peu trop vite. Et je ne manque jamais de le faire au passage à la frontière,  si c’est du coté britannique.

Et la France dans tout cela ? L’art. 2 de notre constitution impose le français comme langue officielle.

Certes, certains s’amusent de temps à autre à parler en autre chose. Les Corses notamment, mais entre eux, et quand ils sont en colère.

C’est bien  un phénomène amusant. Quand on est en colère, on essaie de parler en autre chose.

Ecoutez PANISSE après la partie de cartes, qui engueule CESAR en provençal. 

C’est aussi  courant  avec le français en Tunisie, et en Algérie. J’ai le souvenir d’un embouteillage monstre à Casablanca, dans lequel le policier marocain n’arrivait plus à démêler les voitures dont les conducteurs ne voulaient pas bouger, et qui,  finalement, à bout d’arguments, leur donnait ses ordres en français.

« Blog avocats » ne peut pas échapper à cette règle.

Et si certains s’en amusent, il faudra créer les incidents. Car à moins de soutenir que l’institution de contrôle parle couramment l’autre langue, comment imposer à ceux qui parlent le français en France chez eux, de subir des textes au demeurant non traduits, dans une autre langue.

J’avertis qu’il n’y aura pas qu’à VILLERS COTTERETS que les gars de la Marine resteront en veille.

Par bernard.kuchukian le 31/08/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 3 mois

 

Le départ en fanfare et précipitation de notre confrère Arnaud MONTEBOURG du gouvernement, entrainant la crise de régime que nous allons vivre, n’a que partiellement quelque chose à voir avec ce qui va suivre. Il  a en tout cas quelque peu occulté le débat qui allait s’ouvrir sur la rémunération des professionnels indépendants, ensuite du rapport de l’Inspection générale des finances qu’on  sait.  Ce dernier document a été mis en ligne pour la première fois sur le blog de notre confrère HUVELIN. Moi aussi, je le remets en ligne ici.

Une seule phrase peut le résumer :  « « Les professions réglementées étudiées se distinguent par des niveaux élevés de rentabilité, de revenus et des évolutions qui ne trouvent, dans certains cas pas d'autre explication que la réglementation en vigueur. » »

A la vérité, il n’y a là rien de bien nouveau, le phénomène étant connu depuis des décennies, et tout récemment encore analysé par l’excellent premier rapport ATTALI, que je dois bien avoir été le seul à défendre dans la profession. C’est dire…

En gros, plus une profession indépendante est fermée, plus elle rapporte. Plus elle est ouverte, moins en rapporte. C’est aussi bête que cela.

Voyez les tableaux des pp. 10 et 11 du rapport.

En tête,  toutes catégories confondues, par mois, valeurs 2010,

Les greffiers en chef des tribunaux de commerce : 27.200   €,

Les  administrateurs et mandataires judiciaires : 25.729 €,

Les notaires : 13.284 €,

Les pharmaciens biologistes : 10.591 €,

Les pharmaciens d’officine : 7.671 €,

Les huissiers de justice : 6.722  €.

Et encore, ces chiffres sont-ils à revoir, car sans aucun doute convenablement minorés.  Les inspecteurs des finances qui disent s’être basés uniquement sur les déclarations faites par eux,   corrigent alors  chiffres pour le quart des professionnels cités  ce qui donne :

Greffiers en chef des tribunaux de commerce : 27.200 €, inchangé,

Administrateurs et mandataires judiciaires : 33.700 €,

Notaires : 19.722 €,

Pharmaciens biologistes : 19.157 €,

Pharmaciens : 11.911 €,

Huissiers de justice : 10.125  €.

C’est sur qu’à coté de cela, la rémunération  médiane des avocats est de 3.271 €/mois et pour le quart supérieur d’entre eux de 5.407 €/mois.

Ces chiffres sont surement faux, plus exactement ils ne révèlent pas les écarts considérables de la réalité, fondés sur les régions d’exercice et la forme de celle-ci.

La situation des avocats au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation n’a pas été évoquée et il y a certainement beaucoup à y redire.

Et puis surtout, le rapport n’insiste pas assez sur le fait que les monopoles de certains, j’évoque spécialement les notaires et les avocats précités, n’ont aucune raison technique.  

Je rappelle inlassablement à mes confrères le rapport du Z.E.R.P. s’agissant des actes dont les notaires ont le monopole. Je prêche pourtant dans le désert des conseils des ordres,  dont les élus représentent avant tout les plus modestes des confrères lesquels  ne cherchent surtout pas la bagarre et à s’approprier d’autres secteurs d’activité. Qui attendent tout de l’aide d’Etat, ah la sainte aide juridictionnelle, et donc  de la collectivisation. Qui aimeraient bien finalement être fonctionnaires de justice.

Voilà ce qui arrive lorsqu’on ouvre les portes de la profession à grands battants, en tirant par le bas des ambitions individuelles, ce qui passe, je vais encore me faire lyncher, par l’extrême féminisation. Le phénomène sociologique correspondant est parfaitement connu dans l’éducation nationale.

A coté de cela, l’insistance forcenée de formation professionnelle continue est dérisoire. Quand on pense que le revenu médian déclaré (on imagine sans effort le surplus) d’un dirigeant de débit de boissons est de 2.322 €/mois, on est pris de vertige  quant aux obligations imposées à l’avocat de base pour être payé trois fois le S.M.I.C.

Au lieu de s’offusquer par vertu attaquée, par exemple  lorsque de  vieux avocats comme moi leur disent qu’ils sont mauvais, et trahissent les intérêts professionnels de tous, les conseils des ordres feraient bien de réfléchir à ces chiffres.

Aussi à ravaler leurs prétentions qui n’ont aucune justification, et à se remettre très sérieusement en question, à moins que la recherche de la médiocrité soit devenue une vertu cardinale.

Par bernard.kuchukian le 30/08/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 3 mois

Voilà qui n'est pas pour me déplaire, bien au contraire.

Dans la Marine,  voyez-vous, on aime bien le français.

Le dernier des articles des conditions générales d'utilisation de blog avocats  impose le français comme langue  des blogs.

Bravo.

Par bernard.kuchukian le 30/08/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 3 mois

 

Et l’appui de Marcel PAGNOL.

En effet, le CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX  a attendu ce  samedi 30 aout pour mettre enfin  en ligne le texte daté du 29 aout, des 14 articles des  conditions générales d’utilisation du nouveau site de la blogosphère,  appelé « blog avocats ».

Il en aura fallu du temps, et surtout des efforts, uniquement les miens, puisque c’est sous la pression de mes  seules conclusions devant la Cour d’appel de Paris  (audience du 15   septembre) qu’enfin la nouvelle règle du jeu est connue.

Mais pourquoi avoir  donc attendu tout ce temps ?

Moi, je sais.

Mon anniversaire est demain, 31 aout.

J’aurai alors 67 ans.

Et le C.N.B. m’a fait ce cadeau d’anniversaire.

Comme ils sont délicats nos élus nationaux.

Quant au reste, soyons sérieux,  je n’ai rien trouvé de fondamentalement anormal dans ce texte. Evidemment, les détails techniques du genre classement des blogs, listes de noms, etc. n’y sont pas traitées, et quelque part je suppose que le C.N.B. se le garde comme son imperium.

Du coup, je  ne me sens pas les moyens juridiques pour les imposer. Un peu aux autres.

A ce sujet :

A celui qui était voici quelques mois encore mon ami, et qui,  depuis que je suis sorti presque indemne de l’hôpital, voici quatre mois à peine,  un rein en moins et le cancer dessus aussi, ne cesse de baver sur moi, et de se moquer, qui aujourd’hui même suggère que je doive faire quelque chose de plus, j’ai bien envie de répondre en pensant à notre confrère GUILLOT qui a bien voulu comparer certains de nos échanges à la trilogie de Marcel PAGNOL.

Dans cette comparaison, je suis donc le gars de la MARINE. Oui, avec plaisir.

Un peu pour les citations seulement, comme ce pauvre ESCARTEFIGUE, officier de marine, puisqu’il est le capitaine du Ferry Boat, et qu’il dit à son chauffeur, le technicien, qui a décroché le sifflet du bateau « o jobastre, o imbécile, o idiot ».

Tandis qu’enfin, alors qu’on s’est tant moqué de lui si facilement, et qu’on lui déclare comme pour de faire pardonner qu’on l’aime la marine française, on sait sa célèbre réponse :

 

"Il se peut que tu aimes la marine française, mais la marine française te dit merde".

 
Par bernard.kuchukian le 29/08/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 3 mois

 

 

Voici ce qu’écrit  ce soir  le secrétariat général du Front national, qui ne passe  pourtant pas pour encenser les  hommes politiques adverses.

 

« « La sortie lucide d'Arnaud Montebourg sur la politique économique menée par François Hollande et Manuel Valls a eu le mérite de clarifier les choses. Si Arnaud Montebourg, feignant la candeur face à l'ultralibéralisme professé et appliqué par le gouvernement, est dans une démarche toute opportuniste, il a donné l'occasion aux socialistes de confirmer leur autisme et leur abandon du peuple français.

La composition du gouvernement Valls 2 est un cas d'école en matière de négation de la gravité de la situation et de mépris des opinions manifestées par nos compatriotes. Hollande et Valls n'essayent même plus de faire croire au changement, ils ont clairement décidé que la France tournerait en roue libre jusqu'à la fin du mandat, dans un délire d'orgueil dont les Français seront les victimes.

Le maintien de Taubira à la justice est emblématique, tant pour sa détestation traditionnelle de notre nation et de son histoire que pour le rejet qu'elle suscite chez nos compatriotes. Sa politique carcérale et pénale idéologue et laxiste exaspère et accable les plus fragiles d'entre nous, mais les socialistes persisteront jusqu'au bout dans ce qui apparaît être de plus en plus clairement une stratégie de la terre brûlée.

2017 sera une année charnière de l'histoire de notre pays. Elle pourra être le théâtre du redressement durable de notre pays comme celui du point de non-retour. Les Français auront d'ici là quelques occasions de donner les signes du changement qu'ils souhaitent : nous sommes prêts à y répondre ! » »

Par bernard.kuchukian le 29/08/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 3 mois

Un, je ne sais pas quoi y écrire.

Deux, je ne peux rien y écrire, sauf que tout est facilement écrit  et complètement dans l'onglet "accueil".

 

Bref, ca sert à quoi l'onglet contacts ?

 

Par bernard.kuchukian le 29/08/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 3 mois

 

Non, elle n’est toujours pas la réponse à toutes les objections listées dans mes conclusions d’appel, mais l’évènement démontre  qu’on donne l’impression de suivre mais mal encore  au C.N.B.

Voici en effet qu’une ligne a été ajoutée depuis hier à droite de la page d’accueil,  sous le nom de « Note technique ».

Si vous l’ouvrez, vous retrouvez le texte qui nous avait été circularisé voici quelques mois,   plus ou moins  avec des indications intéressantes. A l’évidence, la note technique n’est pas à jour, et ne concerne que la migration des anciens blogueurs.

Je reproche à cette note de n’être toujours pas le texte des conditions générales d’utilisation. Par exemple, on ne sait toujours pas qui est le responsable du site, tout en sachant que son hébergeur est en France (on ne sait pas qui il est) et qu’il ne s’agit donc plus d’une société de droit fédéral américain.

Malheureusement, on ne dit rien à propos d’inscriptions de nouveaux blogueurs, sauf peut être à  étendre la formule suivant laquelle les développements sont faits à la demande des avocats après validation des spécifications.

Les futurs blogueurs intéressés seraient bien inspirés de multiplier leurs démarches auprès du C.N.B., et de prévoir des interventions sinon judiciaires (il parait que je fais peur) du moins lors du prochain congrès de Montpellier. Je lance l’idée.

Par bernard.kuchukian le 28/08/14
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 3 mois

 

Notre confrère Pierre LAGAILLARDE,  qui fut un temps bâtonnier d’AUCH, où il était retiré,  est décédé ce mois-ci, à l’âge de 83 ans.  

Il fut un de ceux qui s’engagèrent avec conviction, honneur et surtout courage dans le combat.

Michel DEBRé (le père du président du Conseil constitutionnel) écrivait bien en 1957 que :  « «  Le combat pour l'Algérie française est le combat légal, l'insurrection pour l'Algérie française est l'insurrection légale « » .

Jeune avocat, LAGAILLARDE fit donc les barricades à ALGER en 1960. Mais ce fut un fiasco. Il dut perdre son mandat de député et fuir. Plus tard, il put revenir en France. Amnistié, réhabilité.

Il n’est certes pas dans la liste des très grands avocats qui  eux n’étaient pas dans le combat direct, ne serait-ce que parce  qu’ils étaient plus âgés, et qui défendirent ceux de l’O.A.S., dont  l’immense TIXIER VIGNANCOUR, qui sauva la tète du général SALAN,  les  LE COROLLER, GUTTERMANOFF,  MENUET, ISORNI et le bâtonnier CHARPENTIER. Et plus modestement à MARSEILLE, COPPOLANI.

Mais il était avocat, et  au nom de ses idées, de mes idées, mon blog n’en n’exclut aucun, surtout pas ceux de cette taille.

In memoriam à tous.