bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 24/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

 

On rapporte que l’un des fils de notre confrère et ancien président de la République aurait peine à accéder à notre belle profession.

Je ne suis pas étonné, dans les circonstances passées et actuelles, il y a pas mal de choses à dire sur les centres de formation des avocats.

On nous dit aussi que Jean SARKOZY, c’est de lui qu’il s’agit, prendrait,  en attendant,  la voie de sécurité, soit celle de la qualité de juriste dans le cabinet d’avocat de son présidentiel papa, en y purgeant sa peine pendant huit années. Avant de devenir avocat.

C’est en effet l’art. 98 du décret de 1991, alinéa 5, tel qu’issu du décret du 5 novembre 2005.

On ne pourra même pas dire que c’est papa qui l’a voulu, puisqu’il n’était pas aux affaires à l’époque.

Certains,  qui savent le dessous des cartes l’ont même appelé le décret KUCHUKIAN. Il n’est pas sûr à 100 % qu’il l’était à l’époque de sa promulgation. On  est certain qu’il l’a été à 100 % lors de sa validation par le Conseil d’Etat  sur intervention de Sophie K.      ainsi, 25 juillet 2007, Lebon 384 ; A.J.D.A. 2007, 1501 ; J.C.P. 2007, actu. 373 ; L.PA. 17 décembre 2007, p.15 ; J.C.P. 2007,I, 206, n°1 (ouf).  Contre le S.A.F.

Salut Jean

Par bernard.kuchukian le 24/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

 

Parce que je constate de plus en plus souvent des défaillances de fonctionnement.

Ces temps –ci, nous avons eu à la Cour d’appel d’AIX EN PROVENCE, un coup, les déclarations d’appel qui  ne passaient pas, un coup, c’étaient les conclusions.

Voici qu’hier, je n’ai pas vérifié aujourd’hui, c’est tout le système qui était défaillant. Plus rien ne fonctionnait du tout.

On avait bien l’air c… avec nos boitiers et nos clés super-machin…

Je dois dire avoir ri, mais jaune, en recevant hier justement un message de courriel par tel confrère à qui j’avais rappelé que j’attendais ses pièces.

Et qui malicieusement m’a répondu qu’il avait bien essayé de me les adresser par le susdit R.P.V.A., mais que comme ça ne marchait pas, il me les adressait à mon adresse électronique commerciale banale, celle qu’on a tous et gratos. Ce qu’il a fait, mais devra réitérer peut être quand ça marchera par le système R.P.V.A. On marche sur la tête, non ?

Je n’ose plus parler du nomadisme, tout le monde s’en fout ici, avec et y compris son astucieux inventeur local marseillais, qui parait avoir désormais changé de camp.

Pendant ce temps, les hasards des dossiers me placent à la tête d’une collection de recours administratifs partout en France, et je goute aux délices de Télé Recours, gratuit, rapide, nomade, qui fonctionne tout le temps.

Et qui offre même, je ne l’avais pas vu jusqu’ici, des trucs géniaux tellement ils sont bêtes, comme les sauvegardes de saisie des données, histoire de prendre son temps si on veut pour vérifier ce qu’on envoie, et qu’on ne valide que lorsqu’on le veut.

Voyons, que fait la profession ?

Surtout au moment où nous allons passer à la postulation générale au moins par cour d’appel pour tous les tribunaux de grande instance du ressort ?

Ah oui, comment alors savoir quelles seront les conventions locales de procédure électronique ? Au juste, ne faudra-t-il pas plutôt prévoir un texte réglementaire général comme pour les cours d’appel.

Franchement, ne croyez-vous pas que le temps du bricolage général si cher à nos élus – qui ne veulent surtout rien y comprendre – pourrait cesser.

La Cour d’appel d’AIX EN PROVENCE doit examiner un bout de cette question en audience solennelle  fin février, je le rappelle. Sur renvoi d’un arrêt du Conseil d’Etat où, comme c’est bizarre, le barreau de MARSEILLE disait comme moi, mais c’était à l’époque.

Je vois bien que je vieillis, je ne comprends plus rien.

Mais au juste, ai-je jamais compris quelque chose ?

Et au fait, y -t-il quelque chose à comprendre ?

Par bernard.kuchukian le 23/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

SERIE LES GREFFES

Il attend quoi mon copain  X, Y, Z (là vous mettez le nom que vous voulez) pour le radier ? Hein ?

Non, mais on n’est plus chez nous, entre nous, dans notre propriété privée, dans la justice consulaire ?

Mais dans quel monde vit-on ? Je vous le demande.

 

Autre version possible, "KUKUCHIAN, il porte bien son nom celui-là."

Par bernard.kuchukian le 23/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

SERIE, LES GREFFES

Personne ne m’a jamais demandé quel était mon film préféré.

Je crois bien que seule mon épouse le sait.

Alors, je vais vous le lire maintenant.

C’est un  film de John FORD, excusez du peu, 1962 :

« The man who killed Liberty Valance »,  avec  John WAYNE, et surtout  James STEWART.

Dans le rôle de l’avocat.

En français traduit,  exactement mot à mot :

« L’homme qui tua Liberty Valance ».

 

Par bernard.kuchukian le 23/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

 

Faute de pouvoir l’organiser ailleurs, le débat national sur l’existence même du Conseil national des barreaux est donc judiciaire et viendra à l’audience solennelle de la 1ère chambre de la Cour d’appel de Paris, le 12 février.

L’audiencement a en effet traité à part, comme c’est le droit constitutionnel, les questions prioritaires de constitutionnalité que Philippe KRIKORIAN, d’une part, candidat impossible, et moi-même,  de l’autre, un peu pareil, avons posées en termes strictement identiques.

Notre argumentaire n’est pas exactement le meme chacun a son style.

Voici déjà mon mémoire à moi. Qui ai largement copié Philippe: on ne peut faire mieux que mieux.

Par bernard.kuchukian le 23/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

 

Voici qu’on va mettre en examen rien moins qu’un ancien avocat devenu conseiller d’Etat, je ne sais pas si je puis écrire alors notre confrère  Arno KLARSFELD pour rien moins qu’atteinte à la considération et à l’honneur des jeunes de banlieue.

Diable !!!

D’emblée, KLARSFLED permettez-moi de vous donner toute ma sympathie, même si vous n’en n’avez que faire. Vous auriez d’ailleurs tort, car je suis sincère.

Au surplus, je  découvre dans l’extravagant acte de votre convocation quelque chose de nouveau, l’existence « du noyau  dur de l’extrême droite ».

Donc, si je comprends bien, la droite, c’est correct. L’extrême droite, aussi. Marine LE PEN, qui s’en défend justement, doit boire du petit lait : on l’a enfin comprise).  Quant à Gilbert COLLARD, il doit rigoler de bonheur.

Non, désormais ce qui n’est pas admissible, c’est « le noyau dur » de l’extrême droite.

Diantre.

Moi, je proclame que je suis mou.  Car vous  avez maintenant compris que tout est permis, sauf être dur.

Seuls les oeufs peuvent etre durs.

Par bernard.kuchukian le 23/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

 

La décision de ce matin du Conseil constitutionnel en matière de déchéance de nationalité française acquise par décret de naturalisation peut être appelée « sous toutes réserves ».

Les sages de la rue Montpensier jugent en effet que l’acquisition de la nationalité française par décret est toujours susceptible de retrait, en cas de circonstances graves et justifiées.

C’est une partie de la réponse à la grande question de l’acquisition de la nationalité automatique de la nationalité française par la naissance en France,  alors que les parents ne sont pas déjà Français ou au moins l’un d’eux. Le débat sur le droit du sol n’est pas terminé.

Je cite toujours cette question,  reçue  d’un ami d’enfance de mon père au Collège des écoles chrétiennes de SMYRNE , qui m’avait interpelé lorsque j’étais tout  jeune.  

« Si une chatte met bas dans un four de boulanger, fait-elle des chatons ou des petits pains ? »

Par bernard.kuchukian le 23/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

 

Je ne reproduis pas tout, bien que je sois plutôt épaté de la qualité des débats parlementaires, spécialement des interventions de Madame UNTERMAIER, députée que j’ai citée souvent dans mes billets.

Je constate que, s’agissant des greffiers des tribunaux de commerce,  l’accord est clair sur le seul accès à la profession par le concours. Le droit de présentation est mort.

C’est une idée ancienne, que j’ai reprise et longuement  développée dans des mémoires d’intervention au Conseil constitutionnel dans l’affaire des notaires. Ces mémoires n’ont pas été admis, mais ont laissé des  traces et ont dû brasser les idées.

L’idée est désormais la règle retenue, de telle sorte qu’il est possible qu’au moment de plaider bientôt la Q.P.C. des greffiers  audit Conseil constitutionnel, je ne ferai que défoncer des portes ouvertes, un peu par moi.

Au fil des lectures, je note aussi avec intérêt, ceci ne concerne plus les greffiers,  qu’on s’est rendu compte que la matière spécifique et oh oui, elle est spécifique et combien, des procédures collectives, ne donne pas lieu à diplômes universitaires spécialisés. Sauf deux, dont un à Nice.

Pourquoi Nice, parce que son université,  créée après l’indépendance de l’Algérie, a reçu à l’époque de très brillants universitaires de la Faculté de droit d’Alger. Je ne les ai connus que brièvement de passage à Aix-en-Provence, mais j’avais été comment dire « ébloui » par leurs qualités.  René Jean DUPUY (à sciences po, il terminera professeur au Collège de France).

Et aussi bien sur Fernand DERRIDA, ce dernier qui a toujours eu passion pour cette matière. Le pape des faillites.

Une école de la procédure collective s’est ainsi créée à NICE, avec désormais le professeur LE CORRE.

A ce propos, j’ai toujours déploré de constater que la profession d’avocat n’ait pas reconnu cette spécialité chez nous, la matière étant englobée dans le droit des affaires.

A mon âge, et à mes qualités (et oui, mon vieux, c’est vrai) je constate que sont en nombre dérisoire les avocats qui peuvent prétendre bien connaitre la matière. Message au C.N.B.  

Et aussi au barreau de MARSEILLE, intransigeant toujours dès lors qu’il convient de se tromper de guerre.

Par bernard.kuchukian le 22/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

 

Il y a quelquefois  un peu des studios d’HOLLYWOOD, puis d’ORLANDO, sur  la blogosphère des avocats.

Je pense  en effet depuis des mois au JIMINY CRICKET, inventé par WALT DISNEY,  ce criquet aussi sympathique qu’inutile,  qui intervient sur tout pour tout critiquer et savoir, se moquer, dans le dessin animé de PINOCCHIO en  1940.

Qui a dit que la blogosphère des avocats doit être triste ?

C’est que nous avions déjà le lapin blanc de Lewis CARROLL.

Par bernard.kuchukian le 22/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 4 mois

 

Non, mais vous imaginez.

Le célèbre WHOS WHO, annuaire de tout ce qu’il y a de plus chic et de plus bien comme il faut, top niveau, j’en passe et des meilleurs, on se bat pour y être inscrit.

Je  n’y suis pas, et j’imagine qu’il doit y avoir des désaffections en masse, puisque je reçois un message de « déstockage », ça ne s’invente pas.

Ils bradent leur machin à 50 %.

Les soldes de casse au WHOS WHO, non mais où va-t-on.