bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 25/07/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 2 mois

 

De tout temps, dans tous les pays (hors islam), on a édifié des statues à la gloire des puissants.

Les Romains étaient passés maitres en la matière, plus producteurs sans doute que les Grecs.

Mieux organisés aussi. Un guide tunisien aussi sympathique que rigolard et compétent  m’a appris un jour à DOUGA (je vous recommande le site) comment ça fonctionnait dans les provinces de l’empire romain.

On fabriquait de grandes statues en pierre ou marbre  pour les dignitaires nationaux ou locaux, dont on changeait la tête à chaque nomination ou bouleversement politique.

C’est ainsi qu’on a trouvé sur des tas de sites romains des tas de têtes prétendant un demi-cercle presque normalisé sous le cou, pour s’adapter au demi-cercle en creux du surplus de la statue, dont le drapé restait identique quelle que soit la tête. Un coup de mortier, et c’était joué.

A DOUGA, on a ainsi trouvé dans les sables des stocks de têtes normalisées, nettement plus importants que les statues.

Chez nous, bien sur la Révolution a du faire tomber, quel dommage, quelques statues monarchiques. Puis napoléoniennes.

On a du se calmer ensuite, je vous signale ainsi qu’il traine quelque part dans une allée du Père Lachaise, un CHARLES X, monarque destitué avant l’installation de sa statue, qui a ainsi terminé dans un cimetière.

Les innombrables statues de   HITLER ont toutes été détruites.

Celles de FRANCO  sont certainement cachées quelque part en Espagne.

Moi, je milite pour les statues et leur maintien en vie.

C’est déjà assez d’avoir subi l’humiliation du déménagement des statues de mon pays natal.

D’ALGER,  mon duc d’Orléans équestre  jadis sur la place du Gouvernement  a fini  sur une place quelconque à  la gloire des snobinards, qui ne sont pas les miens,  de NEUILLY SUR SEINE. Ma Jeanne d’Arc également équestre,   jadis sur le square du plateau des Glières  méritait autre chose que la commune en forme de trou perdu qu’est VAUCOULEURS. J’en passe d’autres.

Avec une réserve pour le monument aux Morts d’ORAN, heureusement sauvé à LYON par Napoléon BULUKIAN.

Avec la chute du mur de BERLIN, le même phénomène a repris. On dirait qu’il a été géré plus intelligemment.

Au lieu de tout détruire, on a rassemblé. A ma connaissance, suivant mes voyages, les plus forts ont été les Lituaniens, qui ont construit un superbe parc de statues de dignitaires communistes, à quelques kilomètres de VILNIUS. Les Hongrois ont fait de même en grande banlieue de BUDAPEST. En plus petit, sauf une statue de LENINE totalement délirante de taille.

Non, si j’écris ce billet, c’est qu’on apprend que les Allemands s’apprêtent à faire de même à BERLIN, avec  aussi la récupération sensationnelle du LENINE en pierre de 19 mètres de  haut, dont le voyage de la tête et du buste ont été  célébrés dans le film « Byebye LENINE ».

J’irai voir et recommande à l’avance la connaissance de ces marques de ce qu’a été la dictature absolue et pompeuse.

Par bernard.kuchukian le 23/07/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 10 mois

 

On nous rebat les oreilles,  sans compter qu’on aspire nos portefeuilles,  avec la crise grecque.

Ces pauvres gens,  qui ne paient pas d’impôt foncier, presque rien, et ne rembourseront rien du tout de leurs dettes, sauf ce qu’on leur prêtera  pour faire ces remboursements, se décideraient enfin à  faire quelques  réformes chez eux.

Remarquez qu’on se garde bien  de nous dire quoi dans le détail.

C’est tout de même embêtant car on va encore leur filer 80 milliards d’euros.

Alors pour faire plaisir à la madame du barreau de PARIS qui prétend que mon blog n’est pas juridique, j’ai essayé de savoir ce qu’il y a dans les prochaines réformes grecques.

On annonce ainsi des mesures d’allégement du cout de la justice locale. Je n’ai pas le détail, mais je connais pour l’avoir souvent commenté (dans le désert de la blogosphère) le rapport du ZERP. Sur les couts des actes de mutation immobilière.

Le ZERP.,  (ce n’est pas une injure – j’écris cela à l’attention du surveillant de mon blog au conseil de l’ordre de MARSEILLE), le ZERP.

C’est l’institut d’études immobilières de l’université de BREME, qui a établi voici quelques années  un rapport accablant.

La Grèce est en tête des Etats les plus inutilement couteux en frais de mutation.

N’y aurait-il pas un sous-entendu ici ?

On imagine que les Allemands grands bailleurs de fonds aimeraient bien que le cout des actes des achats des immeubles qu’ils vont acquérir en Grèce, soit plus raisonnable.

Ah, le dessous des cartes …

Par bernard.kuchukian le 23/07/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 10 mois

       

Voici que le journal gay TETU dont j’ignorais jusqu’ici  jusqu’à l’existence, je m’en portais très bien,  et dont je découvre qu’Il tirait à 33.000 exemplaires est en liquidation judiciaire.

Et dire que je viens de recevoir un communiqué spécial de France Info sur le sujet.

Non franchement, on s’en fout.

Par bernard.kuchukian le 23/07/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 10 mois

 

« « L'ardoise laissée par les patients non-résidents venus se faire soigner dans des hôpitaux parisiens est colossale. Elle tient de la tradition française qui consiste à traiter d'abord et présenter la facture ensuite.

« « Dès septembre, Algériens, Américains ou Italiens devront s'acquitter des frais avant d'être hospitalisés.

« « La Pitié-Salpétrière, Pompidou, Necker ou encore Cochin, ces quatre hôpitaux parisiens reçoivent de nombreux patients étrangers qui, durant des années, ont laissé derrière eux des notes impayées.

« « 118,6 millions d'euros non payés

« « Les règles dans les hôpitaux de l'AP-HP viennent de changer car la dette est lourde :

« « 118,6 millions d'euros en 2014.

« « A l'hôpital Georges Pompidou, tous les patients étrangers payent désormais d'avance.

« « En tête des mauvais payeurs, l'Algérie avec 31,6 millions d'euros, suivi par le Maroc, 11 millions, mais aussi les Etats-Unis, 5,7 millions d'euros non payés. Ces restrictions budgétaires ne concernent que les hospitalisations programmées, pas les urgences. « « 

C’est bien de GAULLE qui avait  dit là-bas, c’est grand, c’est beau, c’est généreux, la France. A la vérité, on ne peut rien reprocher aux profiteurs du système, puisque les élus de la République vantent  la générosité de nos portefeuilles. Et je ne  parle pas des journalistes.

La France, c’est con, oui.

Par bernard.kuchukian le 23/07/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 10 mois

 

« Le Monde » d’hier, sous la signature de l’excellente Hélène BEKMEZIAN, donne une page consacrée à la déclaration de patrimoine des élus de notre belle république.

Depuis le 10 juillet est en effet en application la loi qui permet aux citoyens que nous sommes ne consulter en préfecture les situations patrimoniales de leurs élus.

La journaliste précitée a suivi le parcours du combattant correspondant, révélant les réticences,  réserves et contradictions de l’administration.

Car, figurez-vous que sont publics les documents consultables en préfecture,   seulement après a pris rendez-vous,  et bien entendu réussi à faire comprendre à des fonctionnaires bornés, ou incompétents, en tout cas réticents par principe et définition,  les droits du citoyen.

Bien, sauf que légalement ils ne sont pas publiables, au risque même d’une amende de 45.000 €.

On imagine la terreur des fonctionnaires recevant la journaliste faisant la recherche …

Il parait que ça s’arrangera.

A l’instant, je ne manque pas de penser à la situation des avocats, dont le droit de libre expression est reconnu. Enfin, à Strasbourg et devant la Cour européenne. Pas chez nous.

Bien mieux, voyez le barreau de Marseille dont le 1er lauréat de l’an dernier a eu comme sujet de discours  « la liberté d’expression ».

Le confrère s’appelle Thomas GAGOSSIAN, et il a été brillant. Sauf qu’il a été censuré. Enfin, censuré par intimidation implicite.

Tu parles de liberté d’expression.

Parce que moi, Bernard KUCHUKIAN, au nom de cette curieuse  liberté d’expression, je suis poursuivi au disciplinaire et au pénal aussi pour injure,  parce que j’ai écrit et maintiens que le barreau de Marseille n’aime pas les Arméniens, qui n’y sont jamais élus, entre autres choses. Quant au génocide, alors là…

Ceux qui me poursuivent ne voient pas même la contradiction de leur conduite.

Oui, ils poursuivent celui qui leur reproche de ne pas l’apprécier.

Par leur poursuite même, ils démontrent que celui-ci a raison : on ne l’aime pas.

C’est à suivre, bien sûr, et je suis. Je demeure même.

Par bernard.kuchukian le 22/07/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 10 mois

 

Voici plein de  mois, avant sa promotion méritée  au parquet général de CHAMBERY, l’ancien procureur de la République de MARSEILLE si médiatique et sympathique par ailleurs, avait organisé pour un cout financier délirant le procès ici, de Jean-Claude MAS, propriétaire et dirigeant d’une société de TOULON de prothèses mammaires.

Vous imaginez qu’on avait même déplacé une chambre du Tribunal correctionnel dans les locaux de la Foire internationale de MARSEILLE, au Parc Chanot. 

La suite actuelle, révélée par le Canard enchainé du jour, toujours bien dans le coup, suggère que cette proximité foire-justice a mal tourné.

Certes, ce Monsieur MAS a été condamné, mais il est en appel. Quant à sa société, elle est parfaitement insolvable, en faillite totale.

Des dizaines ou des centaines de désignations d’aide juridictionnelle ont été délivrées car les victimes se disaient par milliers à l’international. Bon, c’est bien, mais à quoi cela a-t-il servi ? Les grands avocats, les trompettes.

Une des victimes a bien compris la situation et veut poursuivre au civil une société allemande appelée T.U.V. qui nous dit-on avait certifié les produits appelés P.I.P.

Il parait que la Cour d’appel d’AIX EN PROVENCE vient de refuser l’aide juridictionnelle ainsi :  « il appartient à chacun d’assumer les conséquences de ses choix lorsque ceux-ci sont guidés par des critères de confort personnel, et il n’est pas contestable que la volonté de voir augmenter son volume mammaire s’apparente à une décision de confort ».

Et ce n’est pas tout. La même Cour d’appel a débouté 1.600 plaignantes qui demandaient réparation à la société de certification. Il reste juger 10.000 de plus prochainement au Tribunal de commerce de TOULON.

Beaucoup de bruit pour rien (Much Ado About Nothing)  SHAKESPEARE.

Par bernard.kuchukian le 22/07/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 10 mois

 

Je découvre par DALLOZ,  un arrêt n° 14/12332 du  2 juillet courant,  de la 1ère chambre de la Cour d’appel d’AIX EN PROVENCE, qui confirme une ordonnance de référé civile.

Les hasards font que je connais personnellement l’affaire, puisque j’avais été consulté par le client  à l’époque mais que nous n’avions pas pu nous mettre d’accord sur les conditions de mon intervention.

L’histoire que résume l’arrêt  précité est simple.

Un quidam le client  je crois me souvenir qu’il était cadre ou assimilé fait l’objet d’un licenciement économique par une grande enseigne de distribution, dont on taira le nom. C’est un petit oiseau.

Il n’est pas le seul à être ainsi licencié, d’autres le sont avec lui dans les mêmes circonstances.

Ils vont tous  au prudhomme, ils perdent. Tous sauf le client font appel.

Le client  demande en effet  de faire appel à son avocat, lequel pourtant informé en temps utile, laisse passer les délais et fait appel,  mais c’est trop tard.

En appel des autres, tous gagnent, et obtiennent  la nullité des licenciements économiques  avec des indemnités.

Le client le sait, bien sûr, car tout le monde se connait.

Alors il va devant le juge des référés pour lui demander non seulement d’apprécier la faute évidente de l’avocat avec  l’indemnisation correspondante ce qui s’appelle la perte de chance. Alors le juge des référés de comparer les chiffres et d’accorder provisionnellement  45.000 € au client.

Il y a appel et notre assureur de R.C.P., COVEA RISKS, voici son nom,  reconnait,  c’est admirable,  la faute du confrère,  mais n’offre que 25.000 €. Pas assez dit la Cour d’appel qui fustige, confirme l’ordonnance de référé et ajoute de l’art. 700.

Bref, notre assureur de R.C.P. va donc payer par nos cotisations et à la place de l’employeur qui se porte bien merci.

Comme c’est mignon.

Ah oui, une question encore.

Ce confrère qui a commis cette faute si grossière que l’assureur est bien obligé de le reconnaitre sera-t-il sanctionné par le Conseil régional de discipline ?

Je pose la question pour la forme.

Parce que je sais qui il est, avec qui il est associé, et que le bâtonnier ne fera rien.

Remarquez, je ne lui en fais pas le reproche. Au bâtonnier. 

Non, je lui reproche par contre de poursuivre le confrère qui a été payé une fois services rendus, suivant conventions d’honoraires acceptées, au prétexte qu’il aurait été trop cher, tandis qu’il n’y a pas eu de sinistre ni de déclaration de sinistre.

Deux poids, deux mesures.

Voila,  voila.

Voilà qui me rappelle une affaire d’il y a quelques bonnes années déjà.

J’avais un bien  vilain dossier, sauf que j’avais découvert une clause de délai d’action contre mon client locataire de matériel de travaux publics. Il se trouve que l’action aurait du être engagée avant le 31 décembre de telle année (puisque le sinistre entrainant une réclamation de 100.000 € contre mon client, non assuré le malheureux,  avait eu lieu un 31 décembre et que la prescription était d’une année).

Tout démontre que la partie adverse, le bailleur du matériel, plus exactement son assureur de dommages,  avait donné instructions d’engager l’action à la veille des vacances de fin d’année et qu’alors l’avocat était au ski.

Le confrère avait eu beau faire assigner à son retour de vacances. C’était trop tard.  Mon client s'en était sorti avec les honneurs, couvert par la prescription jugée en première instance puis en appel.

Je sais qu’il m’en veut encore, puisque devenu dans l’intervalle membre du conseil de l’ordre, on l’avait  chargé de la commission des assurances. Oui, oui.

Alors, de rage (ou de règlement de compte, allez savoir)  s’emparant d’un autre jugement relatif à la recherche de ma R.C.P. il avait déclaré un sinistre pour une faite que j’aurais commise.

Las, le bougre n’avait pas bien lu le jugement du moins jusqu’au dispositif. Parce que non seulement ma R.C.P. n’avait pas été retenue, l’adversaire avait été débouté, et on m’avait même accordé 2.000 €    au titre de l’art. 700.

J’en suis donc resté à ce jour à zéro sinistre.

Par bernard.kuchukian le 20/07/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 10 mois

 

Voici que les Américains deviennent aussi stupides que nous, qui prétendent interdire le drapeau confédéré dans les Etats sudistes.

Oh bien sûr, je ne suis pas Américain et n’ai pas à me mêler de leurs affaires.

Encore que je rappelle que la France est l’auteur juridique de l’indépendance des Etats-Unis par le traité de PARIS,  d’ailleurs signé à VERSAILLES,  suivant les exigences de LOUIS XVI, qui voulait ainsi venger le précédant traité de PARIS ayant marqué l’abandon du CANADA.

Aux  termes du 2ème traité de PARIS-VERSAILLES, peu de gens le savent, nous sommes garants militairement (et les Espagnols avec nous) de l’indépendance américaine. Riez un bon coup, et respirez.

C’est triste cette histoire de drapeau.

Je suppose que la suite va être de déboulonner les statues  du général LEE, notamment celle équestre de ce défenseur des Confédérés, la plus grande de toutes celles si nombreuses et belles de la grande allée longue de plusieurs kilomètres par laquelle on arrive à RICHMOND en Virginie.

Tout fout le camp, même aux States.

 

Par bernard.kuchukian le 20/07/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 10 mois

 

Non, la blogosphère ne sert à rien.

Ceux qui pensent que grâce aux billets que nous écrivons, ici sur nos blogs,  notre célébrité nous amène en plus des clients,  se trompent superbement.

Je le constate depuis des années.

Voulez-vous que je vous parle de moi ?

Volontiers. Non seulement mon travail en ligne ne m’a jamais apporté de clients, mais encore il été le support d’une mine d’emmerdements avec l’organisation ordinale.

Et pourquoi donc ?

Parce que ces gens-là une fois élus, quelquefois intelligents,  deviennent  des médiocres pontifiants, bien incapables d’écrire quoi que ce soit.  Alors ils surveillent, ils censurent. Enfin ils essaient.

Pourquoi ce billet ?

Parce que tel ami de blogosphère bien connu, qui nous a exposé ses graves ennuis de santé et professionnels pensait que ses efforts ADMIRABLES sur la toile lui serviraient à quelque chose. Il déchante et constate qu’ils ne lui ont servi à rien.

Si, pardon, voyez donc le nombre des consultants à son dernier billet.

Ils ne viennent surtout pas pour l’aider. Ils sont des voyeurs, tous content de considérer ses misères.

Par bernard.kuchukian le 17/07/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 10 mois

 

Ne cherchez pas où est PARABIAGO, c’est une petite ville qui colle à MILAN. Elle fut la  capitale de la chaussure de luxe,  et jadis du temps où cette activité était prospère, j’y avais des clients. 

J’y suis parce que c’est tout à côté de l’Expo internationale MILAN 2015.

Je vous la recommande, c’est très bien, avec un thème imposé aux Etats participants.

L’agriculture, l’alimentation.

J’ai l’habitude de critiquer notre pays, qui en a bien besoin.

Et bien ce soir, ici je vais complimenter ceux qui ont réalisé  le pavillon français de cette exposition, CREDIT AGRICOLE compris, bien qu’il ne soit pas trop grand.

Non seulement on   a fait pile dans le sujet, mais en plus c’est remarquable et même sympathique.