bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 28/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

 

Je ne peux pas manquer de penser à Bruno MEGRET,  et  son épouse, qui ont été tellement   montrés  du doigt à l’époque lors de  leur passage à VITROLLES.

Pénal à l’appui.

 

Ils voulaient restreindre le périmètre d’attribution des prestations familiales aux seuls ressortissants français  ou à ceux des  Etats de l’Union européenne.

Or, je  lis que  dans un arrêt du 1er octobre 2015, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé que la législation française actuelle  qui restreint le bénéfice des prestations familiales aux enfants nés en France ou venus sur le territoire français par le biais du regroupement familial n'est pas discriminatoire.

Selon la Cour cette législation repose sur une "justification objective et raisonnable".

La Cour précise aussi que cette différence de traitement "n'est pas exclusivement fondée sur la nationalité, les requérants s'étant vu refuser les allocations familiales en raison du caractère irrégulier de l'entrée en France de leurs enfants, conséquence d'un comportement volontaire contraire à la loi."

Salut à Bruno MEGRET : vos idées avancent doucement.

Par bernard.kuchukian le 28/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

Tant de beaux esprits, de gauche le plus souvent,  me reprochent de sans arrêt faire référence à l’histoire et aux documents de l’histoire.

C’est vrai que c’est facile d’oublier les sales coups, pour pouvoir les continuer tranquillement.

Des  procédures en cours m’ont obligé de faire ce que doit faire tout juriste digne de ce nom,  chercher. Et avoir référence à l’histoire.

Je retrouve ainsi  la célèbre déclaration commune de la Grande-Bretagne, de la France et de la Russie, le  24 mai 1915,  qu’on voudrait bien oublier cependant, dont le texte est :

« Les gouvernements France, d’Angleterre et de Russie ont décidé en  commun de faire les déclarations suivantes.

« « Depuis un mois, les populations turque et kurde, de concert avec les agents du gouvernement turc, et souvent avec leur aide, sont en train de massacrer les Arméniens. En particulier des massacres ont eu lieu vers la mi-avril à ERZERUM, TERDJAN, BITLIS, MOUCH,  SASSOUN, ZEITOUN, et dans toute la Cilicie.

« « Dans les environs  de VAN, la population  de plus de cent villages a été massacrée en masse. Le gouvernement turc est aussi en train de persécuter population arménienne de la capitale. En présence de ces nouveaux crimes de la Turquie contre l’humanité et la civilisation, les gouvernements alliés font savoir publiquement à la Sublime Porte  qu’ils tiendront personnellement responsables les membres du gouvernement ottoman ainsi que ceux des agents qui se trouveraient impliqués dans de pareils massacres » ».

 

Voici en particulier pour les Kurdes, qui furent les assassins des Arméniens, sur ordres des Ottomans qui,  souvent,  ne voulaient pas faire la sale besogne.

Par bernard.kuchukian le 27/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

En 2011, le budget total de la sécurité sociale, c'est 411 milliards d'euros.

En 2016, on annonce un budget total de l'A.J. à 405 millions d'euros.

Mille fois moins.

Voilà des arguments pour nos élus.

Par bernard.kuchukian le 27/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

Tribunal de commerce de Marseille,  ce jour, 27 octobre 2015, audience de 14 H 30,  salle B.

Il y a là cinq juges consulaires.

Et plein de confrères dans la salle, soit pour plaider, soit surtout pour suivre les calendriers de procédure des affaires.

Tiens au juste pourquoi cinq juges consulaires,  simplement pour suivre un calendrier de procédure ?

Le président AVRAM s’inquiète.

« On parle de grève des avocats » dit-il.

« N’y a-t-il pas dans la salle un représentant du conseil de l’ordre ? »

Personne ne répond. Il n’y a donc personne du conseil.

 J’ose  alors :

« Président, le conseil de l’ordre doit être  en grève lui aussi, vous voyez, c’est l’abomination de la désolation ».

Et l’audience se poursuit normalement.

Par bernard.kuchukian le 27/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 6 mois

 

Il faut continuer.

La liberté d’expression ne doit pas être toujours pour les mêmes.

Je t’embrasse.

P.S. Maintenant, tu imagines ce qu’ils vont développer sur la phrase ci-dessus…

 

Par bernard.kuchukian le 27/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 6 mois

 

Le projet de privatisation de quelques plages marseillaises est évidemment la conséquence de leur occupation massive par  ceux dont la loi interdit de dire… qui ils sont.

On en est arrivé là au bout de tant de démagogie et de manque de courage. Alors, le pauvre maire de la ville ne sait plus quoi faire…

 J’ai noté quelques commentaires savoureux et,  mon Dieu,  si vrais sur le sujet.

« Quelle faute de gout d'être riche et de vouloir aller à Marseille,  au milieu de la racaille,  pour tremper ses pieds dans une eau dégueulasse.

« Bien sûr, plages qui en outre seraient sécurisées avec des barbelés et des agents de surveillance accompagnés de leur chien, avec fouille au corps obligatoire à l'arrivée (canifs et autres interdits) et au départ (vol de sable interdit)....

« C'est pas la France ça ! Une plage pour les riches / une plage pour les pauvres , mais où va t-on ? »

 

Par bernard.kuchukian le 26/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 6 mois

 

Voici qu’on apprend que FAYARD rééditera,  en français,  à compter du 1er janvier prochain Le « Mein Kampf » d’Adolphe HITLER.

Il n’y a pas de coïncidence.

Cette nouvelle vient en effet  après la décision toute récente de la Cour européenne des droits de l’homme, l’arrêt PERINCEK, qui nous dit que la loi suisse sur le racisme a condamné à tort un Turc,  lequel soutenait que le génocide arménien n’avait pas eu lieu.

Et comme les coïncidences n’existent pas, on est également au moment où,  quelques jours avant la Cour de Strasbourg, la Cour française de cassation a retenu et transmis la question prioritaire de constitutionnalité de la loi GAYSSOT.

S’y retrouver est alors chose difficile, pardon subtile.

On pose  que la liberté d’expression est totale et doit le rester.

Non, on dirait que la liberté totale trouve sa limite dans l’expression de l’intérêt public, qui peut être par exemple l’exemplarité,  pour éviter le renouvellement de crimes graves. Tout est alors relatif, pays par pays. La Suisse n’a jamais été en guerre contre l’Allemagne. Ni contre la Turquie. La France oui.

Bien, pour autant la liberté totale permet-elle de critiquer ou de nier ce qui a été jugé par les tribunaux ?

On est ici passé en plein dans l’affaire GAYSSOT.

Si on interdit la critique par la négation de ce qui a été jugé par les tribunaux, peut-on alors nier ce que la loi a établi ?

« La France reconnait publiquement le génocide arménien de 1915. »

Ainsi est rédigée en article unique la loi française de 2001.

Elle doit avoir exactement le même effet que les condamnations du Tribunal de NURENBERG.

Autrement dit, la remise en cause d’un génocide reconnu par la loi et donc les tribunaux est impossible.

Voici bien le sujet du contentieux pendant actuellement devant le Conseil constitutionnel.

Car, si on valide,  telle qu’elle la loi GAYSSOT, on crée une autre infraction,  aussi grave que la perte de la liberté d’expression : celle de la rupture de l’égalité.

C’est que toutes les victimes ont droit à la considération, pas seulement les Juifs dans la Shoah.

Et c’est bien exactement le sens  de la Q.P.C. de la  Cour de cassation.

Par bernard.kuchukian le 26/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 6 mois

 

De source bien et sérieusement informée, on me rapporte  qu’une jeune femme s’est vu opposer quatre refus,  auprès de quatre avocates,  dont elle demandait le service, pour mener une procédure de divorce contre son mari, un journaliste local  à la fois talentueux, donc connu et même renommé. 

On imagine que les avocates en question, par-dessus tout soucieuses de bonnes relations avec le mari journaliste,  et demanderesses d’articles flatteurs sur elles dans la presse,  ont ainsi réagi pour cela.

C’est bien vilain, ma foi.

Certes, on ne va pas jusqu’à invoquer, ici à l’envers,  l’affaire du divorce du marquis de Mirabeau et les démarches intempestives de Madame de (Covet de) Marignane,  son épouse.

On imagine simplement   que  les quatre avocates, dont la culture historique ne doit pas dépasser le niveau du certificat d’études primaires,  n’en n’ont jamais entendu parler.

Peut-on imaginer  cependant une extension du domaine d’application de l’art. 47 du Code de procédure civile, permettant alors, dans ce genre d’hypothèse, de donner aux journalistes le statut correspondant, donnant alors aux plaideurs,  ici les plaideuses,   une plus grande liberté d’action ?

Par bernard.kuchukian le 26/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

Vous m’avez bien lu.

Voyons, il y a quelques mois, les élus de la profession ont bien fait descendre dans la rue les traditionnels braillards, étudiants très attardés,  manifestant contre la réforme MACRON, qui défilaient les malheureux ou les imbéciles (le deuxième mot est plus juste) aux coté des notaires, des huissiers et le pire était bien là, des greffiers.

Ils avaient déjà oublié le rapport de l’Inspection générale des finances pourtant rendu public indiquant que les avocats sont dans leur immense unanimité des tout petits joueurs question honoraires et revenus à côté des autres. L’absence des experts comptables a été remarquée.

Les voici dont maintenant à combattre cette fois-ci Madame TAUBIRA avec l’A.J.

On a changé de cour d’école, on est passé dans la petite, celle d’en bas, alors que les autres étaient dans celle d’en haut.

Question, vous les avez vus les autres des membres professions libérales venir soutenir les avocats pleurnicheurs de l’A.J.

Rien du tout, ils s’en foutent et ils ont bien raison.

Une trop grande majorité d’avocats sont des ânes.

C’est désespérant, car lorsque vous ne faites que leur dire la vérité pour qu’enfin ils se réveillent un jour, on vous accuse de manquer de délicatesse.

Restez médiocres, soyez heureux, mais de grâce, fichez nous la paix.

Par bernard.kuchukian le 26/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 6 mois

 

C’est quoi cette affaire ?

KOA, le bâtonnier de Paris aurait maintenant besoin d’un portevoix de location de surcroit pour s’exprimer en public ?

Mais dites-moi, où sont donc passés nos grands principes, ici je suppose celui de la délicatesse ?

Ma parole, on se croirait dans une manifestation de la C.G.T.

Tout fout le camp, je vous assure, tout fout le camp.

Il ne manque plus qu’à faire venir le syndicat Sud avec son matériel audio, ses bidons sur lesquels on tape fort, etc. Un conseil : le président de la Conférence des bâtonniers, avait jadis son cabinet à Marseille exactement en face de la préfecture à laquelle échouent toutes les manifestations syndicales ici. Il est donc capable d’expliquer à tous ses collègues anciens bâtonniers et batonniers en exercice comment on organise le spectacle musclé dans notre ville.