bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 20/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

Ma vie professionnelle m’a fait fréquenter de près, au cours des dernières années et mois,  deux grands confrères pénalistes.

J’ai parlé avec eux, on s’est souvent entendu, je les ai écoutés aussi.

Deux adjectifs sont habituellement dans leur vocabulaire :

Il y a quelques années, c’était « magique » pour le premier

Depuis quelques mois, c’est « effroyable » pour le second.

Le premier adjectif était le plus beau.

Je crains fort que le second soit le plus vrai.

Par bernard.kuchukian le 19/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

Voici qu’on a décidé de publier la photo en couleur, techniquement quelconque,  des intervenants en commissions des honoraires en page de garde de la revue du barreau, sans aucun doute parce que j’ai attaqué cette sous-institution.

Je ne suis pas sur que l’initiative de la photo  soit simplement opportune.

Car on découvre alors que la commission, secrétaires comprises,  celles-ci au nombre de deux,  sauf erreur de ma part, se  compose de onze participants.  

Dont  neuf avocats.

Je devrais écrire participantes,  surtout sans mettre en cause leur sexe, puisque les représentants du sexe male,  parfaitement minoritaires, ridiculement minoritaires, sont au nombre de deux, seulement,  deux confrères certainement pas représentatifs, l’un surement, il est à la retraite,  après une carrière comme  brillant avocat de la C.G.T., et l’autre,  ça peut se discuter (mais c’est aussi un ami, alors je me tais).

En tout cas, c’est l’objet de ce billet, vous  m’avez compris, on n’est plus du tout dans la parité.

Et on est  donc passés  dans la  commission Tupperware.

Par bernard.kuchukian le 19/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

C’est comme à chaque élection, sauf que cette fois-ci c’est plus sérieux.

Voici qu’on apprend que le chanteur, l’impayable  Enrico MACIAS annonce que si Marine LE PEN est élue présidente de la République, il quittera le pays,  le nôtre,  pour aller ailleurs dans un autre,  qui n’est pas le nôtre, entrainait avec lui toute la communauté juive. Et puis quoi encore ???

Ces propos,  d’un raciste anti-français abominable, sont inadmissibles.

Comme il est inadmissible que tels autres baladins de la chanson viennent essayer de nous impressionner avec leurs affaires de départ.

Mais qu’ils s’en aillent tous les balladins et les autres s'ils veulent suivre. Ça nous fera plus de place, c’est évident.

Le pauvre Enrico MACIAS, je crois ruiné par des mauvais placements hautement spéculatifs auxquels il n’a rien compris, cherche en vérité à se soustraire à ses obligations financières. Pas bien joli-joli ce coup là, non ?

Par bernard.kuchukian le 19/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

La saisine de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) peut se faire par voie numérique.

C’est ainsi que j’ai procédé le 9 octobre courant, pour disposer d’informations à me fournir par une caisse de retraite obligatoire.

Je suis agréablement surpris d’apprendre  que l’examen de ma demande sera traité le 5 novembre.  Dans une quinzaine de jours maintenant à peine.

Si en plus,  je pouvais avoir satisfaction, ce serait un bonheur parfait.

Par bernard.kuchukian le 19/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

Oh, ce n’est pas bien nouveau.

Pour moi en tout cas qui l’ai su avant même les écrits que je vais rapporter.

DE GAULLE que modestement par mes applaudissements et mes cris d’enfant de 11 ans, j’avais rappelé au pouvoir le 13 mai 1958 sur l’Esplanade du Forum d’ALGER,  devant  les magnifiques bâtiments du gouvernement général de l’Algérie.

DE GAULLE,  qui l’a appris à tous,  lorsqu’il a décidé de séparer l’Algérie du reste de la France, en 1962, parce qu’il ne voulait pas de l’envahissement par l’islam, compte tenu du différentiel des naissances entre Français de part et d’autre de la Méditerranée.

On a donc enlevé de force  leur pays aux Pieds noirs,  et on  l’a laissé aux Arabes et aux Kabyles, pensant ainsi arrêter le mouvement historique.

J’ai rapporté ici  les propos du général  avec Jacques SOUSTELLE et Alain PEYREFITTE sur le sujet.

Et on finira un jour ou l’autre, j’en ai bien peur, que DE GAULLE visionnaire n’ait pas été jusqu’au terme de son raisonnement.

Dans ses mémoires d’espoir, tome I, page 181, DE GAULLE écrit en parlant de l’Europe:

« « Pour moi, j’ai de tout temps, mais aujourd’hui plus que jamais, ressenti ce qu’ont en commun les nations qui la peuplent. Toutes étant de même race blanche, de même origine chrétienne, de même manière de vivre, liées entre elles depuis toujours par d’innombrables relations de pensée, d’art, de science, de politique, de commerce, il est conforme à leur nature qu’elles en viennent à former un tout, ayant au milieu du monde, son caractère et son organisation. » »

On en arrive à ce paradoxe inouï que le seul vrai gaulliste aujourd’hui s’appelle Jean – Marie LE PEN.

Par bernard.kuchukian le 18/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

On rapporte qu’un  citoyen  américain,  fatigué ou déçu,  ou les deux,  par la campagne présidentielle actuelle, en vue du renouvellement du président,  à la fin de l’année prochaine, a écrit récemment à la reine d’Angleterre, pour lui demander de ré-annexer les Etats-unis.

On a la réponse écrite du monarque :

« «Si nous avons bien pris note de votre avis, vous comprendrez, j’en suis sûr, qu’il ne peut être question pour la reine d’intervenir dans les affaire d’un autre Etat souverain» ».

Le fait même que la reine ait répondu,  plutôt fait répondre,  est distingué, mais il y manque peut-être la touche « british », ce je ne sais quoi d’unique d’outre-Manche.

Je préfère celle-ci.

Il y une vingtaine d’années, j’avais remarqué que le titre Euro-Disney était très chahuté en bourse, très bas même.  

Par ailleurs une très grande banque anglaise,  dont j’étais alors l’avocat,  figurait  dans son tour de table.

Mes enfants étaient encore jeunes et j’avais donc imaginé leur  acheter des paquets d’actions, susceptibles de se revaloriser avec le temps. Donc j’avais fait   demander un conseil privilégié à Londres.

Comment dire, ce n’était pas une bonne idée.

J’avais reçu en effet  le jour même de ma demande une réponse,  par télécopie  adressée à la filiale française de la banque, qui écrivait ceci :

« Vous conseillerez à notre avocat à Marseille de s’intéresser à des affaires plus sérieuses ».

J’avais abandonné le projet. Et le temps a démontré qu’ils avaient raison.

Par bernard.kuchukian le 17/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

L'arret PERINCEK de la grande chambre de la Cour européenne des droits de l'homme,   rendu ces jours ci,  sur le thème de la répression de la contestation du génocide arménien,   présente cet avantage de permettre  en interne des critiques.

La Cour européenne  de Strasbourg  donne en effet,  comme la Cour supreme de Washington,  la possibilité à ses juges d'exprimer publiquement une opinion différente,  voire critique,  contre ce qui a été jugé.

C'est très exactement ce qui s'est passé ici,  sauf c'est exceptionnel, qu'un peu moins d'un juge sur deux a exprimé publiquement ses réserves aussi sérieuses que détaillées contre la décision rendue.

Voici,  à la réflexion,  ce qu'il faut sommairement en retenir.

Maintenant, si vous souhaitez en savoir davantage, j'ai annexé l'étude de synthèse sur le sujet, réalisée en quelques pages, par mon ami Philippe KRIKORIAN.

Par bernard.kuchukian le 17/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

En tout cas, ils  marchent comme les écrevisses.

Un arrêté de ce matin,  au journal officiel, le numérique, parce que l’autre,  sur papier,  n’existe plus,  nous apprend que  les buralistes vont pouvoir vendre maintenant  les  timbres fiscaux dématérialisés des passeports numériques.

L’arrêté n’explique pas le pourquoi de la chose,  qui est le suivant :

La plupart des Français sont incapables d’utiliser un ordinateur.

Et dire qu’il existe un ministre chargé de développer le numérique.

Il est aussi nul que les autres, à l’évidence.

Par bernard.kuchukian le 17/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

 

 

 

Benoit RAYSKI, il me le pardonnera, c’est pour la bonne cause,  Benoit RAYSKI,  que je reproduis,  in extenso, dans une contribution qu’il donne ce jour à l’excellent quotidien en ligne ATLANTICO, auquel nous participons tous les deux, moi comme abonné, et auquel je conseille tous mes lecteurs de s’abonner aussi,  y écrit ceci :

 

« « L’islamophobie est une  vilaine maladie. Mais elle se soigne. Et le remède – résultats garantis – se trouve dans « Libération ». Ce journal est en pointe dans la recherche visant à éradiquer l'islamophobie.

« » C'est pourquoi dans sa rubrique "Desintox",  en partenariat avec Arte (son et image),  il a consacré plusieurs minutes à cette terrible maladie,  dont on sait qu'elle est dangereusement contagieuse.

« « Pasteur avait découvert le vaccin contre la rage.  « Libération » a trouvé le vaccin contre l'islamophobie.

« « Et c'est titré : "Non Allahou Akbar n'est pas un cri de guerre !".

« « Nous, intoxiqués que nous étions, on ne savait pas.  Le poison était dans nos veines.

« « Quand les égorgeurs de Daesh tranchaient la gorge de leurs prisonniers,  nous avions entendus sur leurs vidéos : "Allahou Akbar !".

« « Les mêmes mots avaient accompagné dans leur travail Mohammed Merah, Mehdi Nemmouche, les frères Kouachi, Coulibaly. On avait entendu "Alahou Akbar !" quand les guerriers de Boko Haram convertissaient de force les jeunes chrétiennes qu'ils avaient enlevées.

« « C'est, nous avait-il semblé, en criant "Allahou Akbar !" que les chébabs somaliens avaient démembrés des enfants (non musulmans) dans un hôtel de Nairobi.

« « Et telles furent les derniers mots, nous avait-on dit, de ceux qui écrasèrent leurs avions le 11 Septembre 2001 sur les Twin Towers.

« « Des dizaines d'autres exemples nous sont fournis par les radios et les télés, toutes apparemment islamophobes.

 

« « Comment n'aurions-nous pas été intoxiqués ?

« « Heureusement, « Libération » est là pour nous expliquer qu'en dépit de ces très fâcheuses coïncidences, que "Allahou Akbar n'est pas un cri de guerre !". «

« « Des détails nous sont donnés par le journal.

« « Un musulman voyant son équipe marquer un but lors d'un match de foot manifestera sa joie par "Allahou Akbar !".

« « Et les premiers mots qu'un musulman murmure à l'oreille de son nouveau-né c'est aussi "Allahou Akbar !".

« « Rien que de la joie et de la tendresse.

« « Le zèle de « Libération » a quelque chose de pathétique.

« « Que ne ferait-on pas pour recouvrir d'un voile épais une mare de sang ?

« « Il faut maintenant aller plus loin et arrêter avec Daesh et consorts.

« Libération » a certainement assez d'influence pour exiger de « Canal + » la retransmission intégrale des matchs de foot des équipes du Golfe avec les "Allahou Akbar !" des supporters.

« « Il parait indispensable que les chaines de télé diffusent les images touchantes des papas musulmans chuchotant "Allahou Akbar !" dans l'oreille de leur nouveau-né.

« « Comme ça on pourra oublier que c'est également ce que chuchotent les hommes de Daesh dans les oreilles des filles yazidis avant de les violer… » »

Par bernard.kuchukian le 17/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 7 mois

 

Je viens de visionner, comme  d’ailleurs chacun peut le faire, la discussion sur l’art. 15 du projet de budget général de 2016 à l’Assemblée nationale, sur le site Internet de celle-ci.

Journée du 15 octobre, art. 15.

C’est parfaitement édifiant.

D’abord,  le sujet  n’intéresse vraiment personne.

Il n’y avait guère qu’une dizaine de personnes dans l’hémicycle à ce moment-là,  y compris les trois députés dont je vais parler.

Les autres n’étaient pas là, parce qu’ils  s’en foutent complètement.

Ils ont parfaitement raison.

Alors qu’une fois encore, on va nous inciter à protester et même à faire grève, quelles conneries, il serait au moins honnête de dire quels sont  les chiffres.

Madame TAUBIRA, la ministre,  qui n’a  surtout été contredite par personne non plus, annonce que le budget total, tout compris, de l’A.J. en 2016 sera de 405 millions d’euros.

Un rapide calcul par tète d’avocat en général sur 60.000  que nous sommes au total  donne un chiffre étonnant : c’est 6.750 € par an et par avocat.

On ne dispose pas des « sous-chiffres » quant à savoir si ces 405.000.000 € vont seulement aux avocats, alors qu’une partie est également destinée aux huissiers de justice et aux experts, dont je rappelle charitablement qu’eux, sont payés plein pot. Pas comme les avocats.

On ne dispose pas non plus de l’indication précise du nombre d’avocats exerçant partiellement ou totalement à  l’A.J. Car tous les avocats ne sont pas concernés. 

S’ils sont 10 % des avocats, voici que les 6.750 € individuels deviennent 67.500 € par an, ce qui est très confortable.

Mettons qu’ils soient 30 %, c’est encore 20.250 € par an, ce qui est très bien.

Moi, je me souviens du  temps de l’aide judiciaire et de ce que pendant trois ans, j’ai travaillé GRATUITEMENT.

Car, en plus de l’A.J., ces confrères ne  doivent surtout pas faire seulement dans le damné de la société, dont le tarif est désormais connu : 1.000 € par mois ou moins de revenus.

Alors, je dis à tous que cette discussion pseudo misérabiliste est minable, et empreinte de la plus grande démagogie qui soit.

Qu’on supprime donc l’A.J.

Ou qu’on nous foute la paix.

Que tout le monde se débrouille comme nous le faisions dans le temps.

Il restait  aussi le détail de la discussion sur les prélèvements des produits des CARPA.

Tiens au passage, on ne prélève rien sur les produits des comptes clients des huissiers de justice, on ne peut pas, ce serait voler leurs clients.

Quant aux experts, pas bêtes, ils n’ont pas de comptes clients, c’est tout pour eux.

Mais au juste, de quoi parle-t-on ?

La rapporteure (rapporteuse, non, ça ne va pas) du budget a déclaré avant-hier qu’à sa connaissance, les produits des CARPA s’élèvent à 40 millions d’euros.  Par an. Même si elle ne donnait pas l’impression d’être bien sure d’elle, voici qui fait du 666,66 € par avocat et par an.

C’est une moyenne.

Qui ne veut rien dire, car des comptes clients sont nettement plus garnis que d’autres.   Et donc meilleurs producteurs.

On va donc prélever 5 millions d’euros sur ces 40 là, ce qui fera un point moyen de 83.33 € par avocat et par an. Ce n’est pas cher.

En ce cas, tout ce que j’ai écrit ces jours-ci serait  de la science-fiction financière. J’ai été trompé.

Parce  que ces prélèvements sont dans la nature même de collectivisation des CARPA.

Bref, une fois encore, Madame TAUBIRA n’est surtout pas l’idiote de service qu’on veut bien nous décrire.

Certes, démagogue,  mais qui ne l’est pas en politique,  elle sait admirablement  ce qu’elle fait. Et elle a des longueurs d'avance sur nous.

C’est tellement exact que la profession a brillé  de mille feux éteints dans cette affaire. Où étaient donc nos lobbyistes à l’Assemblée  sur la discussion de l’art. 15 ?

Trois députés et trois seulement sont intervenus.

Monsieur de COURSON, il a un très joli nom, la République aime bien surtout dans notre profession, les particules.

Haut fonctionnaire, célibataire, catholique, il a bredouillé le seul amendement subsistant, le n° 269 (tel autre inconnu ayant été retiré), tellement bredouillé qu’on n’a pas compris ce qu’il demandait.  

Peut-être de supprimer le prélèvement. Il a  suggéré une vague notion d’attaque du droit de propriété. Les mauvais esprits auraient pu parler d’attaque du  recel.

A l’évidence, le député précité faisait de la figuration, tout à fait médiocre au demeurant.

Madame DALLOZ, employée de banque, sans doute choisie en raison de son grand nom de famille.

Elle a anoné des banalités,  pour terminer en souhaitant le rétablissement du droit de 35 €. De l’immense n’importe quoi. Je peux d’autant plus l’écrire que je rappelle à la profession avoir été l’un des avocats à attaquer les 35 € (et aussi les 150 €) devant le Conseil constitutionnel.  DALLOZ a été  lamentable.

Madame LOUWAGIE, enfin, expert-comptable.

Là, c’était à se demander si elle ne venait pas faire de la figuration, pure et simple, oui pour justifier, dans sa statistique parlementaire, qu’elle est intervenue tant de minutes dans un débat.

C’est au point que la présidente de séance l’a invitée à terminer, tant elle exprimait de banalités sans intérêt.

Mais ce n’est pas terminé, voici qu’on a reparlé un peu de l’indemnisation des anciens avoués, pour apprendre que les 200 millions d’euros que nos gouvernants antérieurs leur ont offerts  en cadeaux d’indemnisation ne sont pas totalement  financés.

On s’est parait-il trompé dans les calculs,  et les recettes ne suffisent pas à rembourser l’emprunt que l’Etat a souscrit auprès de la Caisse des dépôts, d’où l’augmentation de 150 à 225 € de la scandaleuse taxe.

On connait mon point de vue sur le sujet : outre les considérations techniques (ma plaidoirie sur le sujet est toujours dans les archives vidéo en ligne du Conseil constitutionnel),  le gouvernement précédent a fait des cadeaux scandaleux aux avoués, malgré la décision du Conseil constitutionnel,  qui,  désormais vit  d’ailleurs dans la terreur  de l’indemnisation du droit de présentation pour d’autres professions à monopole médiéval.

Ceux qui combattent ce scandale et j’en suis, en ont fait les frais. 

Remarquez que Madame TAUBIRA ne pouvait rien dire non plus  sur le sujet, car ce sont les sénateurs socialistes qui ont défendu le droit de propriété et  les avoués sur le droit de présentation lorsqu’ils ont envoyé tout le texte de la loi de fusion rue de Montpensier. Alors…

Une seule conclusion, nos élus d’avocats du moment  feraient bien d’apprendre ce qu’est le lobbying.

C’est bien désespéré, tandis que  mon contact à l’Assemblée était en Corse au même moment, en campagne électorale.

Il a fort bien fait, là,  au moins,  ça servait à quelque chose.