bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 16/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 12 mois

 

Vingt pour cent,  pour la T.V.A. comme pour les honoraires d’avocat.

Alors il était question d’abaisser le taux des tampons, pas celui des avocats, à 5,50 %.

Non,  vient-on de dire à l’Assemblée.

J’imagine que ce non franc et massif est la double réaction de l’électoral du sexe masculin, moins intéressé que celui féminin, avec l’appoint non négligeable de celui du sexe neutre, incertain sur le sujet.

Par bernard.kuchukian le 16/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 12 mois

 

Quelle que soit votre appartenance religieuse, nous avons en effet besoin d’un appui quasi divin pour nous y retrouver.

Voyons, la Cour européenne qui vous dit que le génocide arménien  est indiscutable, mais que le discuter est libre. D’ailleurs, ils sont tous morts.

Bientôt, confirmant la loi GAYSSOT, le Conseil constitutionnel va vous dire que la Shoah est indiscutable, mais par contre que la discuter reste pénalement répréhensible. D’ailleurs, ils seront bientôt presque tous morts.

Mais ce n’est pas fini. Autre forme de contradiction :

Un tout autre sujet.

Voici que le C.N.B. appelle à la grève des avocats.  Et surtout à celle des A.J. 

Dans le même temps, le gouvernement fait tout ce qu’il peut pour ne plus payer les A.J.

On imagine donc la ministre ravie : puisqu’il n’y a plus d’A. J. à payer à des  avocats puisqu’ils  ne la pratiquent plus, il n’y a plus non plus à s’emmerder avec le budget de l’A.J.

Qu’on pourra donc ainsi ramener à zéro.

Par bernard.kuchukian le 16/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 semaine

 

 

 

"Je voudrais leur dire qu'on a reçu le coup de pied au derrière, mais c'est pas parce que vous renversez la table que vous descendez de la voiture dont vous abstenez de choisir le chauffeur."

 

Et nous on cherche ce qu’il a bien pu vouloir dire.

Par bernard.kuchukian le 16/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 semaine

 

Je lis ce que les autres écrivent.

Et je ne puis m’empêcher de penser  gentiment bien sur au mot savoureux de VAN DE MOORTEL.

Chabadabada.

Par bernard.kuchukian le 16/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 semaine

 

Depuis que la Cour de Strasbourg a jugé hier l’horreur contre la cause arménienne et le respect dû aux morts  sans compter  la considération minimale au moins intellectuelle ,  qu’on doit avoir pour leur mémoire et leur considération, sans compter celle des leurs qui les défendent,  outre bien sur mes deux billets successifs, et maintenant celui-ci,

Je constate le silence de la blogosphère. Tout au plus quelques commentaires gêné pour l’un, offensif,  mais dans une cohérence logique sans agressivité de l’autre.

Ne soyez pas gênés, restez surtout  comme vous êtes.

Et gardez des forces pour la suite, car il va y avoir maintenant l’épisode du Conseil constitutionnel.

Car quelque part, en lui renvoyant la Q.P.C. de la loi GAYSSOT, la Cour de cassation savait ce qu’elle faisait.

Finalement, vous  verrez bien dans quelque temps qu’on  finira par accuser la communauté arménienne de racisme anti-juif et antiturc.  Et même anti Tutsi.

Encore un peu de patience, ça vient.

Par bernard.kuchukian le 15/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 12 mois

 

Pour avoir entre autres choses déclaré ceci :

« Les allégations de génocide arménien sont un mensonge international. Un mensonge international peut-il exister ? Oui, Hitler fut à une époque le maitre de ces mensonges, »

Un homme politique turc, chef d’un petit parti tout en rouge, c’est la couleur du drapeau turc, avait été condamné par un tribunal suisse à des jours-amende,  substituant 30 jours de privation de liberté.

Ayant formé un recours devant la Cour de Strasbourg, on sait que par son arrêt de grande chambre du jour,  cent onze pages, un record, notre Turc a été absout, en vertu de l’art. 10 de la convention européenne des droits de l’homme, ceci constituant pour lui une satisfaction équitable. Point final.

Je résume  donc  en trois propositions :

1. Ainsi donc, tous les Arméniens,  morts et vivants, sommes des menteurs. Pire, il parait même qu’Hitler était notre copain.

2. Pour avoir le respect  des morts massacrés dans ces conditions, et la considération qu'on leur doit, il  fallait être Juifs. 

3. Quant aux Tutsi, des Noirs,  autres malheureux exterminés dans un autre génocide, que voulez-vous qu’on en fasse.

Quelle horreur en vérité,   cette discrimination entre  toutes les victimes,  telle qu’elle est organisée au plus haut niveau.

Dans notre malheur, il reste à remarquer que  cependant de nombreux juges européens ont émis des réserves et avis différents sur la décision rendue.

Oui parce qu’à Strasbourg, la règle est exactement celle contraire des tribunaux français. Il n’y a pas de secret du délibéré,  quant aux décisions rendues.

Alors la juge NUSSBERGER, qui représente l‘Allemagne à la Cour européenne,  est plus gênée que les autres, on l’imagine facilement  pourquoi, en raison d’une double longue tradition dans son pays. Elle  interroge dans ses réserves officielles :

 « Pourquoi des sanctions pénales pour refus de qualifier de génocide les massacres d’Arméniens en Turquie en 1915,   emportent-elle violation de la liberté d’expression, alors que des sanctions pénales pour négation de l’Holocauste ont été jugées compatibles avec la convention ? »

Je vous pose à tous la question.

Et le racisme des vivants s’additionne alors à celui des vivants.

Ah oui, une petite chose encore, je viens de prendre connaissance de la liste des juges européens. 

La République d’Arménie,  qui est membre du Conseil de l’Europe,  a donc droit à un juge à la Cour européenne.

On apprend ce soir que le poste correspondant est vacant.

Par bernard.kuchukian le 15/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 2 semaines

 

Voici qu’il y a quelques instants, la grande chambre de la Cour européenne des droits de l’homme a rejeté le recours de la Confédération helvétique contre la (première) décision qui avait reconnu le bien fondé de la thèse d’un Turc du nom de PERINCEK, contestataire du (seul)  génocide arménien.

 Lequel avait été condamné par un tribunal suisse et même deux  pour avoir qualifié le génocide arménien de mensonge international.

D’après « Le Matin » de Lausanne, la Cour retient le principe de liberté et même de liberté d’expression.

Les négationnistes français sont désormais heureux.

Quant au  Conseil constitutionnel  on l’imagine mal ne pas déclarer la loi GAYSSOT inconstitutionnelle, faute de quoi les négationnistes de la Shoah  iront à STRASBOURG.

Par bernard.kuchukian le 15/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 12 mois

 

Ceci est un tout petit billet par le sujet traité, et pourtant il est révélateur de ce qu’on devrait faire collectivement. Il y a longtemps que tout seul dans le désert, je soutiens qu’une des rares utilités des collectivités d’avocats, comme les barreaux actuels ou le C.N.B. comme vous voudrez,  pourrait être dans l’intérêt commun dans des commissions ou cercles de réflexion en matière de procédure. Toutes les procédures. Iraient ceux que ça intéresse ou ceux qui voudraient savoir. Une sorte de formation professionnelle continue non obligatoire, mais drôlement utile puisque faite par les professionnels.

Je reviens sur cette idée,  au moment où,  en catastrophe,  par la faute d’un confrère missionné par un client,  devant une cour d’appel qui n’est pas celle devant laquelle je postule habituellement, je suis obligé de traduire ou faire traduire en une des langues de l’Union européenne une banale déclaration d’appel. Celle-ci est destinée à la signification  vers le pays de destination.

Deux observations.

Pourquoi les greffes ne disposent-ils pas d’un corpus d’actes ou déclarations destinées en formulaires type aux pays de l’Union européenne dans les langues de ceux-ci.

A défaut, pourquoi les barreaux ne rédigent ils pas eux-mêmes ces corpus type de formulaire, avec simplement à compléter, les qualités et les numéros.

Une fois encore, je ne comprends pas que la socialisation de la profession  ne s’intéresse qu’à des choses aussi inutiles que la revendication de l’imposition des obligations à notre charge par nos élus… Incapables par ailleurs de travailler dans l’intérêt UTILE de tous, lequel se mesure aussi aux toutes petites choses.

Par bernard.kuchukian le 14/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 12 mois

 

 

Au moment où un gouvernement en perte de vitesse idéale nous  explique qu’il faut la parité femme-homme ou inversement, en toute chose, électorale surtout, avec et y compris à l’occasion de l’élection des futurs membres des conseils de l’ordre, après le 1er janvier prochain, voilà qu’un tribunal entre dans le jeu, à sa façon, on dirait un peu facétieuse.

Oui, on vient de juger qu’un être humain (vous  lisez ma prudence, donc ni homme ni femme) a un sexe neutre.

Il nous faut donc protester contre tous les textes discriminatoires à venir,  qui prévoient la parité hommes-femmes, en ce qu’ils excluent les homosexuels, et cerise sur le gâteau, les personnes de sexe neutre.

Au nom de l’égalité et de l’art. 6 de la déclaration des droits, les réunions futures des conseils des ordres promettent d’être folkloriques.

Par bernard.kuchukian le 14/10/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 2 semaines

 

Ce midi, j’étais l’invité d’un petit groupe d’avocats intrépides, membres de la commission du jeune barreau, qui venaient écouter ce que j’avais à leur dire quant à ma candidature au bâtonnat.

Je leur disais bien sûr qu’un bâtonnier, ça ne sert à rien d’utile.  D’ailleurs, le terme même bâtonnier est choquant, dabs lequel il y a bâton.

Mais alors pourquoi êtes-vous candidat ? Pour le supprimer ensuite. On se souvient de la formule célèbre de STALINE qui expliquait que le développement du communisme conduirait à la suppression dudit communisme et à la liberté. C’est un peu ça. Ou comme la loi de LAFER à propos des impôts.

On me disait oui mais comment faire pour l’A.J. Je répondais que l’A.J. on s’en fout.

Voici que je reçois à l’instant une circulaire numérique du bâtonnier indiquant qu’il ne désigne plus personne en commission d’office ou aide juridictionnelle.

Mais que pour certaines affaires,  les avocats peuvent être commis par les présidents des juridictions, ou accorder l’A.J. provisoire.

Eh bien voilà la preuve que le bâtonnier ne sert à rien.