bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 28/11/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 4 mois

 

Bon, il parait,  aux explications gênées des fonctionnaires de l’Etat que c’est plus subtil que cela, et que ça n’est pas vraiment des subventions, mais une sorte de droit de tirage sur des contributions obligatoires antérieurement versées – ce qui démontre au passage qu’il en a versées- toujours est-il que DIEUDONNE jubile.

La collectivité,  qui le  déteste, le condamne, le voue à tout ce que vous voudrez de mal, vient nous dit-il de lui verser 27.000 €.

Quelque chose comme au titre d’aide à la liberté d’expression.

DIEUDONNE a rendu hier un  hommage à ses avocats, au rang desquels j’imagine qu’ est notre confrère et mon ami François DANGLEHANT.

Je n’écris rien d’autre.

Par bernard.kuchukian le 28/11/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 4 mois

 

Ce samedi matin, je constate que le petit  drapeau tricolore minable, sur un bout de bois,  que je n’ose pas appeler une  hampe, qu’on a du poser,  sans doute hier matin,  à une fenêtre de la maison de l’avocat de MARSEILLE, en face de mon cabinet, a disparu.

 

Peut être que le bâtonnier en a eu honte. 

Par bernard.kuchukian le 27/11/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 4 mois

 

Le Conseil constitutionnel français est appelé le 8 décembre prochain à apprécier de l’injustice odieuse que constitue,  suivant l’interrogation même de la chambre criminelle de la Cour de cassation,  par  la non répression de la contestation du génocide arménien de 1915, tandis que celui des Juifs dans la Shoah est seul reconnu, lui.

Voilà qu’on apprend,  ces jours-ci,  que le gouvernement de Monsieur Vladimir POUTINE vient d’envoyer à son parlement un projet de loi réprimant la contestation du génocide arménien précité.

La cohérence du raisonnement est parfaite, en exacte application de l’arrêt PERINCEK de la Cour européenne des droits de l’homme,  du mois dernier. On rappelle que la Fédération de Russie est bien membre à part entière du Conseil de l’Europe.

En 1915, en effet, comme la France et la Grande-Bretagne, la Russie était en guerre contre l’empire ottoman.

Ces trois puissances alliées ont bel et bien signé ensemble la condamnation on ne peut plus claire et formelle le  24 mai 1915 du génocide qui avait commencé un mois plus tôt. Voici :

« « Les gouvernements de France, d’Angleterre et de Russie ont décidé en  commun de faire les déclarations suivantes.

« « Depuis un mois, les populations turque et kurde, de concert avec les agents du gouvernement turc, et souvent avec leur aide, sont en train de massacrer les Arméniens. En particulier des massacres ont eu lieu vers la mi-avril à ERZERUM, TERDJAN, BITLIS, MOUCH,  SASSOUN, ZEITOUN, et dans toute la Cilicie.

« « Dans les environs  de VAN, la population  de plus de cent villages a été massacrée en masse. Le gouvernement turc est aussi en train de persécuter population arménienne de la capitale. En présence de ces nouveaux crimes de la Turquie contre l’humanité et la civilisation, les gouvernements alliés font savoir publiquement à la Sublime Porte  qu’ils tiendront personnellement responsables les membres du gouvernement ottoman ainsi que ceux des agents qui se trouveraient impliqués dans de pareils massacres » ».

La déclaration, célèbre et indiscutable,  est notamment  rapportée dans l’ouvrage du professeur  Jean-Baptiste RACINE (Nice Sophia Antipolis, « Le génocide des Arméniens, origine et permanence du crime contre l’humanité », DALLOZ, 2006).

 

La différence est que l’empire ottoman a disparu avec sa Sublime Porte (1), qu’il a été remplacé par la Turquie, et que, la suite vous l’avez dans la presse quotidienne.

 

Comme monument, un encadrement de passage, en marbre, la Sublime Porte n’avait rien d’extraordinaire. On peut s’en rendre compte aujourd’hui, c’est une des entrées inférieures du Palais de Topkapi à Istanbul.

Par bernard.kuchukian le 27/11/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 1 mois

 

La journée du 27 novembre se termine, celle du tricolore officiel. Ce sera sans doute un bide de plus au crédit du pouvoir actuel.

Je voudrais cependant  faire remarquer une seule chose en matière de trois couleurs.

Le seul parti politique qui revendique et il n’a pas eu besoin d’un massacre ignoble pour le faire, donc le parti politique le seul qui revendique les trois couleurs bleu, blanc, rouge, c’est le Front national.

Vous savez, la petite flamme que certains – il faut  être courageux pour le faire, même aujourd’hui- osent agrafer au revers de la veste.

Par bernard.kuchukian le 27/11/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 4 mois

 

Après déjeuner, j’ai fait le tour des bâtiments de justice de notre ville.

J’ai déjà écrit sur le petit drapeau de la maison de l’avocat.

Ailleurs maintenant.

Tout seigneur, tout honneur, oui, vous me lisez bien, le Tribunal de commerce de Marseille. On n’y manque jamais un pavoisement, quels que soient les présidents et les juges successifs.

Son secrétaire de présidence, Monsieur FASCE est parfait.

Un grand et beau drapeau était là, comme à chaque fois qu’il le faut.

Je n’en dirai pas autant du bâtiment pourtant imposant  du Tribunal d’instance, vide de tout pavoisement, ni de celui des chambres correctionnels, pourtant adjacent au Tribunal de commerce, même rue.

Quant au bâtiment abritant les chambres civiles du Tribunal de grande instance, il faut être juste, lui avait  dans son coin, son drapeau, de taille raisonnable.

Je ne suis pas allé voir au Conseil de prudhommes.

Par bernard.kuchukian le 27/11/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 4 mois

 

Je découvre, à l’instant le petit  drapeau tricolore minable, sur un bout de bois,  que je n’ose pas appeler une  hampe, qu’on a du poser,  sans doute ce matin,  à une fenêtre de la maison de l’avocat de MARSEILLE, en face de mon cabinet.

C’est du riquiqui, à la hauteur,  comment dire  événementielle primaire  et de surface de ceux qui ont décidé cela.

 

Je suppose que dans la réalité, on a du trouver à la dernière minute un drapeau chez un marchand en  rupture de stock. C’est vrai que d’habitude on achète  plutôt des tee-shirts pour les coureurs à pied.

On aurait pu me demander, moi j’en ai un très grand et très beau de drapeau français,  acheté il y a des années,  en solde d’ailleurs,  chez AMERICAN FLAG, sur Pier 17 à NEW YORK.

Oui, à la différence des Français,  les Américains,  qui sont d’authentiques patriotes et des gens plus sérieux,  quand on parle de leur pays, de leur nation, achètent tellement de drapeaux de leurs Etats,  de leur Union et  même des autres pays, qu’il y existe une importance société qui ne fait que cela, vendre des drapeaux.

Elle a des boutiques dans tout le pays, et même un site Internet. Allez chercher et achetez en ligne.

Remarquez, je ne peux pas prêter mon drapeau tricolore à ce bâtonnier là et à son conseil de l’ordre. Ils ne m’aiment pas et j’ai ai au  moins autant à leur service.

Je rappelle l’audience relais du Tribunal correctionnel du 1er décembre, ils me poursuivent pour injure car je soutiens qu’ils n’aiment pas les Arméniens. En Arménie, depuis 1919,  pourtant,  le drapeau  est bleu, et rouge, et on a remplacé le blanc par l’orange, couleurs en horizontal plutôt qu’en vertical.

Et puis, je viens de découvrir que Nicolas mon fils m’a m’emprunté ce drapeau français  qui trainait à la maison.

Il n’a d’ailleurs pas attendu Monsieur HOLLANDE et les massacres du Bataclan.

Le drapeau flotte sur son garage depuis des mois.

Par bernard.kuchukian le 27/11/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 4 mois

 

 

Certains,  les plus minables,  soutenaient à l’époque qu’il ne le devait  seulement qu’aux  plus grands whiskys,  dont c’est vrai il était consommateur, raisonnable je crois, j’ai eu la chance dans ma jeunesse de travailler,  lors de mon doctorat,  avec le professeur Edmond BERTRAND. C’était  à la Faculté de droit d’AIX EN PROVENCE.

En ce temps-là, avec les petits moyens du bord, et sans traitement de textes et sans Word, l’équipe qu’il avait constituée autour de lui se lançait pourtant dans la gestion de l’information juridique.

On était encore bien loin de Legifrance ., et pourtant, nous étions les précurseurs,  avec nos vieilles trieuses d’ I.B.M. de cartes perforées et nos catalogues d’abstracts détaillés,  sur la base desquelles nous analysions systématiquement tous les arrêts que nous transmettait la Cour d’appel d’Aix en Provence.

C’était il y plus de 45 ans.

BERTRAND avait  décidé de ranger notamment  toutes les curiosités dans les décisions analysées  dans une catégorie,  que nous avions appelée : « sociologie judiciaire », regroupant évidemment les décisions dans lesquelles les juges sortaient de leur réserve. Souvent avec humour, et sous –entendus.

En ayant mis fin provisoirement au si couteux feuilleton de l’affaire de la S.N.C.M., le Tribunal de commerce de Marseille vient de se surpasser sur le sujet.

Sachant parfaitement que le seul repreneur,  éventuellement possible, à défaut de quoi, c’était immédiatement  la liquidation judiciaire,  est  un homme d’affaires au casier judiciaire déjà bien garni, et pas pour stationnement interdit, ils ont cru devoir s’exprimer.  Pardon, se justifier.

Le Canard enchainé de cette semaine résume comme suit, je le cite.

« Enfin, les magistrats espèrent que ROCCA, qui a un casier judiciaire long comme l’avant-bras, manifestera désormais, on cite « de la droiture dans la gestion de ses différents patrimoines, professionnel et personnel » .

Qu’en termes délicats, aussi naïfs que touchants, ces choses-là sont dites.

Par bernard.kuchukian le 27/11/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 4 mois

 

 

Non, sérieux, je peux écrire cela.

Parce qu’indépendamment que lui,  a fait une brillante carrière politique et a même été président de la République,  nous avons au moins deux points communs. Nous sommes tous les deux avocats.

Mais surtout, tous les deux,  lui totalement, moi seulement du côté paternel, sommes incapables de justifier d’origines franco-françaises de France depuis plusieurs générations.

Nous sommes des Français totalement ou partiellement de fraiche date, la fraicheur s’exprimant en une ou deux générations.

Or, SARKOZY dit ceci, désormais (il a oublié ses conneries de discrimination positive, il a vu les dégâts),

« « Ici, c'est la culture de la France, ce n'est pas la culture multiculturelle. Il n'y a pas d'identité française heureuse si nous ne partageons pas des valeurs morales, un mode de vie, le sentiment d'appartenir à une Nation, d'avoir une histoire, une langue, qui est le français, un imaginaire commun, une politesse et une courtoisie. Une solidarité dans les plus grands succès comme dans les pires épreuves, c'est cela être Français.

« « Je le dis avec gravité; nul ne peut plus désormais vouloir partager le destin français,  sans prendre en compte les valeurs de la France. La France n'est pas un supermarché où l'on choisit ce qui nous convient. La France est un tout qu'on adopte comme tel et à qui on apporte sa contribution. Si ça ne plaît pas, on n'est pas Français » ».

 

Dans la famille LE PEN on  dit cela depuis bien plus longtemps que SARKOZY hier en AVIGNON. Le coup de l’aspirateur, il ne pourra pas le refaire cette fois-ci.

Par bernard.kuchukian le 26/11/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 4 mois

 

En 2010 seulement, on s’est préoccupé de savoir quoi faire en cas d’outrage au drapeau tricolore.

Oh, rassurez-vous, on ne risque pas grand-chose. Une amende.

 

C’est dans le Code pénal :

 

« Art.R. 645-15.-Hors les cas prévus par l'article 433-5-1, est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe le fait, lorsqu'il est commis dans des conditions de nature à troubler l'ordre public et dans l'intention d'outrager le drapeau tricolore :

« 1° De détruire celui-ci, le détériorer ou l'utiliser de manière dégradante, dans un lieu public ou ouvert au public ;

« 2° Pour l'auteur de tels faits, même commis dans un lieu privé, de diffuser ou faire diffuser l'enregistrement d'images relatives à leur commission.

« La récidive des contraventions prévues au présent article est réprimée conformément aux articles 132-11 et 132-15. »

 

Sauf si l’outrage – c’est quoi un outrage ? -  est commis en réunion, alors là on risque six mois d’emprisonnement. Idem pour La Marseillaise.

Je suppose  qu’on va entendre parler de ces textes sous 48 heures.

Par bernard.kuchukian le 26/11/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 4 mois

 

Je viens de passer,  à l’instant,  devant la préfecture des Bouches-du-Rhône, où des Marins pompiers sont chargés de placer des tas de drapeaux tricolores.

Je n’en n’avais jamais vu autant sur cet immeuble-là.

Bizarrement, la préfecture de police de Marseille, l’immeuble de l’autre côté de la rue, n’a qu’un seul drapeau tricolore,  comme d’habitude.

Deux hypothèses.

Ou on a épuisé les réserves de drapeaux tricolores disponibles, ce qui n’a rien d’extravagant,

Ou on ne pavoise pas parce qu’il y a des travaux de façade en cours.

En tout cas, ces manœuvres tranquilles, tranquilles en ce sens qu’aucune arme n’intervient et que seule force est celle des muscles des pompiers, a quelque chose de très hautement dérisoire.

Franchement, croyez-vous qu’on va éradiquer ainsi  le terrorisme ?

Bon, à la limite,  si on formait des commandos pour aller pavoiser en bleu blanc rouge les H.L.M. des banlieues nord de Marseille, au lieu des drapeaux algériens, ce serait au moins courageux à défaut d’être vraiment utile. 

Mais ceci comme aurait dit Kipling, c’est une autre histoire.