bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 30/09/16
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 7 mois

 

PICOT, notre ancien confrère parisien, qui fut aussi  ministre des affaires étrangères, a passé avec son homologue britannique SYKES, les célèbres accords secrets qu’on sait en mai 1916.

En pleine guerre mondiale, ils ont négocié l’arrangement  qui prévoyait le démantèlement de l'empire ottoman,  après la guerre,  et le partage du monde arabe entre les deux Alliés.

Les Français se réservaient le Liban, la Syrie et la région de Mossoul, au nord de la Mésopotamie ; les Britanniques, le reste de la Mésopotamie (Irak) et la Transjordanie.

La Palestine devait devenir zone internationale et le port d'Alexandrette (Syrie) acquérir le statut de port franc...

Ce sont les Soviétiques,  qui venaient d’arriver au pouvoir,  qui ont vendu la mèche,  et torpillé l’accord (et les intérêts français en même temps).

Las, plus personne n’a rien  conservé du temps, c’est la panique complète.

Alexandrette a été offerte à la Turquie par les Français, par abus de confiance   sur la Syrie. Dire qu’on prétend encore se mêler de ce pays là…

Et voilà qu’on apprend que Charles de Gaulle, le porte-avions, va intervenir pour sauver Mossoul…

On peut s’attendre à tout.

Par bernard.kuchukian le 30/09/16
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 7 mois

 

Cette formule n’est pas de moi, je l’ai souvent citée ici. Elle m’avait été dite par une débitrice espagnole pas contente d’une procédure de saisie immobilière qu’une cliente m’avait demandé de suivre il y a bien longtemps avec succès d’ailleurs contre elle.

Que vient-elle faire ici ? Elle s’applique avec évidence et magnificence à la situation actuelle.

Le Conseil national des barreaux nous pourrit la vie avec la recherche du secret sur le R.P.V.A. Les quelques avocats lucides de France dont je suis ont eu beau expliquer que cette recherche était à la fois impossible et stupide, rien n’y a fait ; et elle a fait les choux gras de Navista, malgré les explications lucidissimes de l’expert Nathan HATTAB.

On a remplacé par le cloud, dont la sécurité est nulle au niveau des grands experts mondiaux de l’informatique : on a piraté les chefs d’Etat, alors les avocats …

Dans le même temps, le C.N.B. se demande enfin maintenant si la règle du secret a encore un sens pour la profession. C’est que ce secret qui est sans arrêt attaqué, alors que  franchement tout le monde s’en fiche complètement.

Il y a 30 ans, elle avait bien raison l’Espagnole.

Par bernard.kuchukian le 29/09/16
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 7 mois

 

Je ne sais pas qui des Parisiens ou des Marseillais est le moins cultivé ici, ce que je sais, c’est que dans ses souvenirs, en qualité de doyen des avocats de PARIS, de 1744 à 1838, Pierre-Nicolas BERRYER, référence de la conférence du même nom, dont il parait qu’on va parler prochainement, qui même été un temps député royaliste de MARSEILLE,  était aussi un fieffé  tenant de la colonisation en Algérie.

Voici ce qu’il écrit (pp. 431 et 432)

Début de citation

§ XVI  Colonisation d’Alger

La Providence est venue miraculeusement au secours des faiseurs de constitutions en France, en leur ouvrant, dans les vastes contrées de l’Algérie conquise, une colonie de rechange où ils puissent verser le trop plein de leurs capacités inertes, parasites et menaçantes.

La colonisation, ici, n’est pas seulement un avantage de spéculation ; elle est une nécessité  de conservation pour la métropole.

Le droit de la créer et de la perpétuer n’est disputé à la France, par aucun des Etats européens (…)

Les moyens de coloniser Alger, sans surcharges pour le trésor, surabonderont quand on le voudra. Il ne s’agit que d’adopter les errements suivis dans l’Inde par notre incomparable alliée l’Angleterre (…)

Rétablissons comme elle une compagnie puissante à laquelle nous ferons la cession du sol disponible et du commerce en Algérie, à la charge pour elle, de faire tous les frais de l’occupation territoriale, d’entretenir l’armée sous les ordres du gouvernement, et surtout de négocier avec les naturels du pays, pour les amener peu à peu au degré de notre civilisation.

La vie nomade et son esprit de pillage, le mahométanisme et ses haines contre les chrétiens sont les deux grands ennemis à vaincre par des transactions.

 

Fin de citation.

 

On se calme : la suite c’est que BERRYER explique dans le détail comment il faut revendre aux Arabes les terres qu’on leur a prises.

Par bernard.kuchukian le 29/09/16
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 7 mois

 

 

On apprend que l’Autorité de la concurrence a prononcé ce jour pour près de 2.500.000 € d’amendes contre l’ensemble des  agences parisiennes de mannequins de mode, pour avoir   participé à des réunions,  à l'occasion desquelles elles se sont entendues sur l'élaboration, la diffusion et l'application des grilles tarifaires syndicales, à imposer aux  grandes maisons archi connues.

Ca barde aussi dans la haute couture.

Par bernard.kuchukian le 29/09/16
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 7 mois

 

 

Je me couvre,   quant au mot « hochet »,  de toute  éventuelle poursuite  d’injure  notamment  engagée par tout bâtonnier portant Légion d’honneur.

« C’est avec des hochets qu’on mène les hommes. » 

Ces mots auraient été prononcés par Napoléon Bonaparte devant Cambacérès et Roederer (1) qui s'inquiétaient de sa  décision de créer l'Ordre de la Légion d'Honneur.

Voici que le journal officiel de ce matin nous apprend l’augmentation des tarifs  de chancellerie :

Par brevet de grand ‘croix, c’est 200 €

Par brevet de grand officier, c’est 150 €

Par brevet de commandeur, c’est 100 €

Par brevet d’officier, c’est 75 €

Par brevet de chevalier, c’est 50 €.

C’est tout à fait dans mes moyens.  Mais ça ne suffira pas à ce qu’on me dit.

Pour les décorations étrangères, ça va de 60 € pour  celle  portée en écharpe à 30 € pour celle portée à la boutonnière.

Mais le grand maitre ou le grand chancelier peuvent apprécier  le bien fondé de demandes d’exonération totale ou partielle du versement des droits.

La démocratie est décidément en marche. Encore que.

Pour les ordres bidon, genre associations de la loi de 1901 qui se délivrent des décorations pompeuses du modèle « Ordre pieux de Saint Basile le Bien Heureux », ou plus prosaïquement jadis à Marseille, organisé par la maison Ricard, et son génial pastis,   « L’ordre  des anysetiers », horreur, aucune valeur. Circulez.

---------------------------

Ce Roederer devait être un très proche de Napoléon. Il avait fait carrière au Conseil d’Etat et avait été secrétaire

           du roi de Naples qu’était Murat, le beau –frère de l’empereur.

On le retrouve comme premier et dernier préfet du département du Trasimène,  qui fut  le plus septentrional  de l’empire, à Spolète.  100 km de Rome. J’ai failli bien m’intéresser de très près  à la région, puisqu’avec un peu de malchance, j’aurais pu y finir mes jours cet été. C’est en effet en Ombrie, dans la région du tremblement de terre du mois d’aout où j’étais de passage.

P.S. J’imagine un commentaire sur  un autre liquide. Moi j’arrête là.

Par bernard.kuchukian le 28/09/16
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 7 mois

 

Tiens, si je créais une rubrique technique de l’injure.

Il y a tant de choses à dire sur le sujet.

La constitutionnalité tout d’abord de la répression de l’injure, car aucune Q.P.C. n’a jamais été encore traitée sur le sujet par le Conseil constitutionnel.

La répression de l’injure de l’art. 29 de la loi de 1881 est-elle constitutionnelle.

Pour l’instant, je n’en écris pas davantage. A suivre (oui, j’ai des choses dans les tuyaux).

Ce matin, à la télé, il y avait notre confrère et mon ami  Gilbert COLLARD,  en grande forme.

Les journalistes ne retiendront qu’une seule chose de ce qu’il a dit, savoir que Jean-Marie LE PEN est un emmerdeur, première proposition,  mais un emmerdeur avec beaucoup de panache, deuxième proposition.

Il en a même ajouté une troisième, en disant que s’il arrêtait d’emmerder, il aurait du panache pour la France.

Bon, ça c’est du contentieux interne. On est entre nous.

Les journalistes n’auront pas retenu par contre  sa déclaration suivant laquelle le gouvernement actuel fait du music hall, et que le président de la République, c’est la Grande Zohra.

Je demande donc son avis au bâtonnier GIROUD,  quant à savoir si on peut publiquement déclarer qu’un élu du peuple souverain est un emmerdeur et que le président de la République est une grande Zohra. 

Merci à lui.

Encore qu’il y a risque qu’on ne soit pas d’accord. J’assume.

Par bernard.kuchukian le 27/09/16
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 7 mois

 

En mettant de l’ordre dans une bibliothèque, je tombe sur un ouvrage ancien, le dictionnaire des trucs.

Qui cite évidemment le célèbre faussaire du XIXème siècle, VRAIN LUCAS – qui n’était pas marseillais le moins du monde - lequel fabriquait des milliers de faux documents historiques, spécialement à la demande de sa victime préférée et consentante, le célèbre mathématicien CHASLES (vous savez le théorème).

Il y a là notamment la fameuse lettre, écrite en français tout de même, par Cléopâtre sans doute en Egypte à Jules-César, dont la lecture fit crouler de rire à l’époque le Tribunal correctionnel,  lorsque VRAIN LUCAS y fut poursuivi pour escroquerie. En voici le texte intégral :

« Cléopatre, royne, à son très amé Jules César, empereur.

« Mon très amé, nostre fils Césarion va bien. J’espère que bientost il sera en estat de supporter le voyage d’icy à Marceilles où j’ai besoin de le faire instruire tant à cause du bon air qu’on y respire et des belles choses qu’on y enseigne(…) Le XI mars de l’an de Rome VCCICX, Cléopatre ».

Par bernard.kuchukian le 27/09/16
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 7 mois

 

Et dire qu’il est candidat         à la présidence des Etats-Unis, avec une chance sérieuse de gagner.

Les affaires de l’intéressé n’ont pas toujours été bonnes. Je me souviens être descendu au TRUMP TOWER d’ATLANTIC CITY,   dans le New Jersey,  à une époque où on parlait de la faillite du patron.

Car M. TRUMP a fait faillite une ou deux fois, en profitant des avantages de la protection de la loi américaine.

Ce qui lui a permis de se relever et comment …

Trente secondes, imaginez un instant qu’un des candidats à la présidence française de la République ait jamais été en état de cessation des paiements, redressement judiciaire ou liquidation judiciaire.

C’est tout.

Par bernard.kuchukian le 27/09/16
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 7 mois

 

Dans le débat télévisé d’hier soir contre Monsieur TRUMP, Madame CLINTON, ancienne secrétaire d’Etat, donc ministre des affaires étrangères des Etats unis d’Amérique,  a eu le culot de déclarer que son pays devait être ami des Kurdes.

Quel manque de culture voire de diplomatie.

De diplomatie,  pour commencer.  Les Kurdes sont bien  ce peuple qui terrorise les autres Turcs dans la Turquie actuelle, pour avoir leur indépendance, certes promise par le traité de Sèvres.

Sauf que le traité de Sèvres n’a pas plus eu d’effet pour les Kurdes, les assassins,  que pour les Arméniens, les victimes.

Et puis les Kurdes sont aujourd’hui présents ailleurs en Iran, où on  les  contient avant qu’ils ne reprennent leurs ravages,  en Irak, dans le foutoir général, bêtement voulu par l’Amérique, avec anéantissement de tous les chrétiens,  et désormais aussi en Syrie.  Sauf que grâce aux Russes, qui aussi défendu les chrétiens,  les Syriens ont fait comprendre     aux Turcs, qu’ils pourraient abandonner  une partie de leur territoire aux Kurdes dans le nord.  A la frontière turque,  avec les dangers qu’on imagine, au-delà du sandjak d’Alexandrette.

Et alors, virement à 180 °,  les  Turcs d’ERDOGAN qui sont les alliés des Etats unis dans l'O.T.A.N.  ont enfin compris le message et le danger mortel qu’ils courraient aussi en étant les alliés en Syrie de leurs ennemis en Turquie. 

On ne fait pas des coups de ce genre à un  allié. Alors, on regarde Monsieur POUTINE.

Cessons de prendre Monsieur ERDOGAN pour un imbécile. Il sait parfaitement gérer sa barque.

De culture  aussi, car  les Ottomans de 1915,  qui ne voulaient pas se salir les mains, ont fait assassiner  les Arméniens,  la plupart du temps  par les Kurdes, tandis que ceux-ci en voulaient à leurs terres et à leurs biens, à l’est de la Turquie actuelle,  qu’ils ont eus au demeurant. Cent ans plus tard, ils veulent aussi leur indépendance.

Quelle catastrophe cette diplomatie américaine, qui dit et fait n’importe quoi et défend désormais les petits enfants d’assassins.

Au secours, Monsieur  TRUMP.

Par bernard.kuchukian le 26/09/16
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 7 mois

 

Cette nuit pour nous, il y aura le premier débat télévisé CLINTON – TRUMP (ordre alphabétique). Je ne reçois pas les messages de campagne de Mme. CLINTON. Je ne suis pas abonné, vous n’êtes pas étonnés. Je reçois par contre ceux de M. TRUMP.

La première remarque que je fais, c’est que le candidat TRUMP demande à ses partisans de lui indiquer les sujets dont ils souhaitent qu’ils soient abordés. Quelque part, on en revient aux observations très critiques contre la droite tout au moins de M. MENARD à BEZIERS voici quelques mois : la salle, l’électeur doivent parler, et le message doit venir de ce sens vers le candidat. Pas le contraire. Voyez aussi PODEMOS et compagnie en Espagne.

La seconde, ce sont les thèmes suggérés :

Immigration illégale

Droits du 2ème amendement (je précise que c’est le droit au port d’arme)

Commerce équitable

Terrorisme radical islamique

Réduction des impôts

Réduction de la dette

Création d’emplois

Indépendance énergétique

Soin aux anciens combattants

Sécurité sociale

Protection de la vie avant la naissance (1)

Choix de l’école.

 

C’est très proche de chez nous. A demain.

J’ai maintenant compris pourquoi ma cousine Angèle Kuchukian, bonne sœur en retraite, vote TRUMP.