bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 21/03/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 7 mois

 

Voici maintenant et ce matin l’affaire LE ROUX.

On parait etre  descendu dans l’age des enfants.

Mais où va-t-on arriver ?

On espère simplement pas  aux THENARDIER de  Victor HUGO, dans Les  Misérables, horrible.

« Ces êtres appartenaient à cette classe bâtarde composée de gens grossiers parvenus et de gens intelligents déchus, qui est entre la classe dite moyenne et la classe dite inférieure, et qui combine quelques-uns des défauts de la seconde avec presque tous les vices de la première, sans avoir le généreux élan de l'ouvrier ni l'ordre honnête du bourgeois. C'étaient de ces natures naines qui, si quelque feu sombre les chauffe par hasard, deviennent facilement monstrueuses. Il y avait dans la femme le fond d'une brute et dans l'homme l'étoffe d'un gueux. Tous deux étaient au plus haut degré susceptibles de l'espèce de hideux progrès qui se fait dans le sens du mal. Il existe des âmes écrevisses reculant continuellement vers les ténèbres, rétrogradant dans la vie plutôt qu'elles n'y avancent, employant l'expérience à augmenter leur difformité, empirant sans cesse, et s'empreignant de plus en plus d'une noirceur croissante. Cet homme et cette femme étaient de ces âmes-là. »

Par bernard.kuchukian le 21/03/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 7 mois

 

On dirait que les critiques du past-président DEBRé ont porté. La Cour de cassation en redemande, sur le thème de l’imprécision.

Voici que le 16 mars coruant, la chambre commerciale envoie au Conseil constitutionnel la question suivante :

 

1°/ Les dispositions des articles L. 621-14 et L. 621-15 du code monétaire et financier sont-ils contraires au principe de légalité des délits et des peines ainsi qu’aux principes de clarté et de précision de la loi, de prévisibilité et de sécurité juridique garanti par les articles 8 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et 34 de la Constitution, en ce qu’ils punissent notamment tout manquement à l’obligation édictée par l’article 223-1 du règlement général de l’Autorité des marchés financiers selon lequel « l’information donnée au public doit être exacte, précise et sincère », sans définir avec précision l’un des éléments constitutifs de ce manquement, en l’occurrence l’information donnée au public, laissant ainsi un champ d’application particulièrement large à l’incrimination.

 

C’est clair, la Cour de cassation se plaint sans aucun doute avec juste raison de devoir appliquer des textes imprécis.

Elle se souvient alors de la jurisprudence du Conseil constitutionnel  Conseil constitutionnel (décision QPC -2012-240 du 4 mai 2012) qui avait sanctionné la législation du moment en matièrede harcellement sexuel, préférant tout annuler en créant un vide juridique, que laisser codnamner un quidam dans le doute. Le tout en attendant que le législateur mette de l’ordre dans tout cela, ce qu’il a je crois finalement fait.

Par bernard.kuchukian le 20/03/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 7 mois

 

Si le sujet ne concernait pas deux abominables génocides, d’abord celui des Arméniens  en 1915 –et des Assyro Chaldéens- avec une suite grecque en 1922, ensuite celui des Juifs,  pendant la deuxième guerre mondiale, le sujet préterait à rire.

Le président turc dit en effet que la chancelière allemande est une nazie.

C’est que Monsieur ERDOGAN est bien placé pour parler des nazis, lui dont les lointains prédécesseurs ottomans ont inventé le crime contre l’humanité à travers le génocide arménien de 1915. Dont il est  d’ailleurs connu qu’HITLER s’est inspiré quand il a décidé plus tard de s’occuper des Juifs, suivant sa fameuses déclaration destinée à calmer les inquiets sur le thème :  « mais qui parle encore du génocide arménien ?

Sauf que les Allemands étaient plus organisés et méthodiques, par rapport aux Ottomans. Ah, la supériorité technique germanique …

Il faut se souvenir aussi du pacte entre l’Allemagne et la Turquie de 1941 de la pseudo neutralité turque.

Il est vrai cependant  que les Ottomans  devenus Turcs en 1922 ne s’en sont pas pris physiquement  aux Juifs d’Anatolie.

Cela dit aussi, en contre partie, Madame MERKEL serait bien inspirée de renvoyer Monsieur ERDOGAN dans ses filets,  en lui rappelant que ce sont les siens chez lui qui ont inventé et pratiqué  au XXème siècle le génocide, en partant de celui des Arméniens, et que sur le sujet, il n’a donc rien à reprocher aux Allemands.

La différence est que les Allemands ont fait leur mea culpa. Pas les Turcs.

Pauvres Arméniens.

Par bernard.kuchukian le 19/03/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 7 mois

 

Alors voilà, aujourd’hui,  a été inauguré le chantier du plus grand pont suspendu du monde, livrable en 2013,   ce qui devrait inciter à la réflexion sur le futur de l’Europe.

Ca se passe dans la Turquie d’ERDOGAN, et ça fait partie de ses projets de gigantisme. Qu’il met en place soigneusement.

On aurait tort de traiter le  personnage et sujet par la moquerie,  le mépris, l’indifférence.  Voire le dédain.

Car la Turquie est un grand pays, peuplé de gens  travailleurs, compétents  et meme charmants.

Oui, charmants, « sauf quand ils massacrent les Arméniens », suivant une formule dont mon épouse, qui n’est pas Arménienne du tout, avait eu l’idée si juste, lorsque les amis turcs d’une de ses amies tourangelle, mariée à un juif turc (compliqué non ?) nous avaient reçus il y a longtemps à Constantinople, pardon Istanbul.

On ne peut pas critiquer le retrait du Royaume-Uni  de l’Europe,  telle qu’elle est actuellement organisée, en revant, cauchemard, de la remplacer par la Turquie.

Jamais.      Arméniens ou non. La Turquie est en Asie, une grand puissance asiatique,  et nous sommes en Europe.

De moins en moins cependant. 

Il existe déjà à Istanbul trois grands ponts routiers aériens sur le Bosphore.

Et l’ensemble appelé « Marmaray », une voie ferroviaire et le métro passent déjà sous le meme Bosphore, également à Istanbul. Pour ceux qui connaissent, d’à peu près la station Eminonu, en Europe,à coté de la gare historique d’arrivée du grand Orient exprès, et Scutari (pardon Uskudar) en Asie.

Et on vient d’inaugurer, il y a trois mois à peine un tunnel autoroutier de 5 km appelé Avraysia à deux étages sous le meme Bosphore, pour passer aussi d’Europe en Asie.

Ce qui  remplace  surement pas le charme inoui des « vapeurs », mais c’est intellectuellement impressionnant  (j’ai testé) de passer tranquilement d’Asie en Europe.

Et voila que ce n’est pas fini.

Ce matin donc on a commencé le chantier  mondial du plus grand pont autoroutier sur un bras de mer. Cette fois ci, on est à l’ouest d’Istanbul, à quelques centaine de kilomètres de là.

A l’entrée du détroit des Dardanelles, qui aboutit à la mer de Marmara,  juste après la mer Egée.

Quand ce sera terminé, on passera directement de la cote occidentale de l’Asie mineure à la Thrace.  On aura gagné le parcours de centaines de  kilomètres, pour arriver à l’Alexandropolis grecque, en route vers Salonique. La Bulgarie juste au dessus.

Et on utilisera alors l’autoroute qu’a financée notre communauté européenne actuelle,  au prix de péage à mourir de rire,  pour arriver tranquillement en Grèce. Directreemnt et librement dans l’Europe.

Le reve à l’envers du corps expéditionnaire d’Orient de FRANCHET D’ESPEREY.

Et  si votre connaissance de l’histoire militaire française reste superficielle, sachez alors qu’on sera alors, à un bout du pont nouveau, à quelques dizaines de kilomètres du site de TROIE.

Vous savez, le cheval du meme nom et l’invasion par surprise. Ici, pas de  surprise.

Par bernard.kuchukian le 19/03/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 7 mois

 

On peut dater   au moins du 4 janvier 1955 l’histoire du nouvel art. 1145 du Code civil,  lequel subordonne la capacité des personnes morales à la produxction de leurs statuts écrits.

C’est l’art. 6 du décret du meme jour,  portant la réforme de la publicité foncière qui exigeait au départ la production des statuts pour tout acte soumis à la publicité foncière concernant une personne morale.

Maintenant que toutes les sociétés ont l’obligation d’immatriculation au registre du commerce et que ce dernier impose la production des statuts, il ne reste plus guère à traiter que des associations et syndicats.

Dont la loi n’exige pas nécessairement qu’ils aient des statuts, sauf quand ils ont fait l’objet de déclarations. Auquel cas, ils ont des statuts.

Dans tous les autres cas, l’art. 6 exige … les statuts.

Par bernard.kuchukian le 18/03/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 7 mois

 

Etonnant non, ce confrère,  que je ne connais pas, qui a fait un cadeau  costumier de 13.000 € à M. FILLON.

Quand il s’agit de cadeaux, c’est plutôt  les clients qui les  font aux avocats,  pour ne pas leur payer d’honoraires. Encore que des cadeaux de 13.000 €, voila qui doit faire hurler ces messieurs du fisc. Et rever les confrères.

Sauf que dans le cas présent, c’est l’avocat qui a fait un gros cadeau à un quidam, peut etre son client, peut etre pas. François FILLON.

Sans doute son client, puisqu’on insiste sur le fait que le donateur  est avocat.

Moi, quand j’offre un vélo à mon petit fils (je n’ai pas les moyens du costume de M. FILLON), il ne s’agit pas fiscalement d’un cadeau d’avocat, mais de grand père.

Ici, on a alors  du mal à imaginer qu’un confrère offre une chemise, un pantalon, un costume ou une paire de chaussures à son client. 

Maintenant que la publicité et le démarchage sont autorisés pour les avocats, faut-il s’y mettre et faire comme  mon fils,  qui a fait imprimer des tee shirts  publicitaires pour les clients de son garage.

D’une part, ça ne coute heureusement pas 13.000 €, et ensuite il y a le nom du garage dessus.

Cependant, sur les costumes de M. FILLON, il n’y a rien d’écrit. Sans quoi,  on le verrait, non ?

A suivre cette intéressante affaire, coté réactions professionnelles : la discipline, la déontologie, et toutes ces conneries.

Que ne tolérerait-on pas pour éviter  l’élection de Marine.

Par bernard.kuchukian le 18/03/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 7 mois

 

 

La formule est de Donald TRUMP, hier. Tout est dit.

Par bernard.kuchukian le 17/03/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 7 mois

Voici ce que j’écrivais ici en décelbre 2014

 

Et comme par hasard, ça tombe encore dans la région.

Il y avait bien eu l’affaire de Charles DEBBASCH, brillantissime professeur de droit public,  qui a été un temps mon enseignant, avec qui j’ai du siéger à un conseil quelconque, et à qui je dois de n’avoir pu continuer à l’époque un engagement dans le chemin allant jusqu’à l’agrégation.

Je n’étais pas de ses amis.

J’ignore finalement qui ils étaient. Ou plutôt je sais.

Lui, on sait, par contre, condamné à quelques années de prison pour abus de confiance, et exilé à LOMé au Togo, où il joue du piano dans un bastringue de jazz, bien nous dit-on (je vous ai dit qu’il est brillantissime), quand il n’écrit pas les constitutions des dictateurs des roitelets africains.

Il y a eu  récemment le scandale de l’Université de TOULON-LA GARDE, et les dénégations, finalement on a dû le  virer méchamment, de son président qui vendait les diplômes aux Chinois.

On peut signaler au passage que cette affaire peut remettre en cause tous les diplômes de cette université, notamment ceux des confrères qui en sont titulaires. Et oui. 

Il y a maintenant, le scandale de l’Institut d’études politiques d’AIX EN PROVENCE, dont le directeur un certain Christian DUVAL, a dû démissionner  voici quelques semaines avant d’être viré.

On a nommé un remplaçant comme administrateur provisoire, lequel va évidemment chercher à calmer le jeu.

Mais le mal aura été fait.

Je dis que je n’apprécie pas, et que je vais agir.

Je ne peux tolérer, oui, je suis un vieux con, mais diplômé S.V.P., qu’on puisse ainsi impunément, c’est-dire sans un procès public, laisser cette affaire se terminer en queue de poisson administrative.

Les diplômes ça ne se veut pas plus que les fonctions publiques.

Je suis diplôme de l’I.E.P. d’AIX     en 1968, avec mention.

C’est vrai qu’à l’époque, c’était autre chose, le directeur s’appelait Paul de GEOUFFRE de la PRADELLE, et il ne vendait pas des chaussettes. Lui.

 

Suite et fin : hier la Cour des comptes (voyez son site Internet a rendu public son rapport sur l’I.E.P. d’AIX   et d’autres. C’est accablant.

Des poursuites ? Rien du tout.  Moi j’ai porté plainte comme ancien, la réputation ça compte, entre les mains du procureur de la République d’AIX EN PROVENCE. Rien du tout.

Hautain et dédaigneux. Pas de vagues.

 

 

Par bernard.kuchukian le 17/03/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 7 mois

 

 

 

Comme tout le monde, j’ai reçu récemment une lettre de la C.N.B.F. me demandant en quelle classe  de retraite je veux cotiser cette année.

Comme si je ne le savais pas : figurez vous que si on vous le demande chaque année et qu’on peut en changer,  c’est grace ou à cause de moi, en l’état des observations du rapporteur public lors de mon premier recours en Conseil d’Etat, s’agissant  du statut malhonnete qu’on fait aux  avocats retraités actifs. C’est qu’ils cotisent sans contrepartie.

Alors, on leur a permis,      au moins,  de passer d’une classe haute de cotisation  à moins cher. Autant cotiser pas cher si ça ne sert à rien. Merci B.K. …

Cette année,  j’ai meme  répondu que je voulais cotiser en classe 0.

Oui, parce que 1, c’est déjà trop puisque je n’aurai pas de nouveaux droits.

Alors une responsable du service des cotisants me répond par une lettre savoureuse,  que voici, elle n’a rien compris et pas en particulier que j’essayais d’attirer au moins  par l’humour l’attention sur un vol réel.

Mais en vain.

A la fin, on m’excusera, mais après tout on se moque suffisamment de mon nom de famille en KUKUCHIAN,  pour,  en plus délicat  écrire,  ce que m’inspire ma sympathique correspondante.

L’immense Marcel PAGNOL, Marius, II-3, 1923. On parle de Paris.

César : vous vous etes beaucoup promené là bas.

M. Brun : Oh ! oui, Chaque soir après mes cours, j’allais flaner sur les boulevards.

César : Alors, vous avez vu Landolfi ?

M. Brun : Qui est-ce, ce Landolfi ?

César : Un vieil ami.

Panisse : Il avait un petit magasin de tailleur sur le quai.

César : Et puis, il s’est marié à une Parisienne, qui l’a entrainé là haut. C’est un grand blond, un peu maigre, avec une paupière qui tombe. Allons, vous l’avez surement remarqué.

M. Brun : Et non ! Je n’ai pas vu Landolfi !

Panisse : Et vous alliez vous promener tous les soirs.

M. Brun : Tous les soirs.

César : Alors, il est mort.

Panisse : Peuchère !

César : Et ça ne m’étonne pas… Le climat. Il n’avait pas une santé à supporter ce climat.

Par bernard.kuchukian le 16/03/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 8 mois

 

Reproduction fidèle de La Provence (D.T.)

A Marseille, les marins-pompiers injuriés abandonnent le patient

C'est vrai qu'il l'a cherché, Yasim, 36 ans. C'est vrai qu'il a juste oublié que les marins-pompiers étaient surtout là pour lui sauver la vie. Le 25 mai dernier, sa femme appelle les secours pour la deuxième fois de la soirée. Il vient de faire une nouvelle crise d'épilepsie. Mais dans le camion qui le conduit à La Timone, l'ambiance se fait électrique. Hanan, la femme du patient, est au bord de l'hystérie. Yasim demande de l'eau. Les pompiers refusent, au prétexte que cela va fausser les examens à venir. Il exige d'être détaché.

Puis bondit du fourgon, crache sur les pompiers et porte un coup aux testicules de l'un d'eux, tout en les traitant de "bâtards". Finalement, après accord de leur hiérarchie, les secours abandonneront le patient boulevard Baille (Marseille 5e). Une situation rare qu'ils sont venus évoquer hier devant le tribunal correctionnel de Marseille.

Quand le mis en cause se hausse du col, affirme ne plus trop se souvenir et se fait rebelle, le président Castoldi lui rafraîchit la mémoire. Il lui rappelle qu'il a déjà été condamné pour rébellion et le calme immédiatement : "Ça veut dire, Monsieur, que vous avez un rapport à l'autorité qui est perfectible !" Le procureur Fabron a réclamé hier deux mois avec sursis contre l'épileptique insurgé, qui a fait un nouveau malaise à l'audience, 100 jours amende à 3 € contre sa femme.

Décision le 4 avril. Perfectible regard sur le rôle social de nos pompiers, jamais assez remerciés.

Encore heureux qu’ils n’aient pas été traités de fils de pute. C’est moi qui ai ajouté la ligne.