bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 31/05/17
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 3 semaines

 

Ainsi donc n’importe quel avocat    ,  de n’importe quel barreau de France peut faire appel et occuper en matière prudhommale devant n’importe quelle cour d’appel. Rien de bien nouveau.

Plus intéressant cependant : on juge désormais aussi que  l’absence de connexion au système R.P.V.A. d’un avocat inscrit dans un barreau extérieur  à cette cour d’appel constitue une cause étrangère lui permettant à cet d’établir son acte sur support papier valant remise au sens de l’art. 901 du Code de procédure civile. Donc l’appel est recevable aussi.

MAIS AU JUSTE, on attend quoi,  coté élus, vous savez ces super avocats qui nous représentent si mal, pour exiger la suite de la chancellerie.

Et bien on attend maintenant déjà  une protestation  ordinale contre l’absence d’accès de communication électronique au moins aux chambres sociales de tous les avocats de France, ce qui suppose  une modification du R.P.V.J. et que le R.P.V.A. ait accès au système ainsi modifié. Car à ce que je sais, la faute n’est surtout pas techniquement  au R.P.V.A. ni même au Conseil national des barreaux (pour une fois …)

Par bernard.kuchukian le 31/05/17
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 3 semaines

 

Et sans doute, il y aura le feu.

Quelques lignes que personne n’a   retenues en page 3 du Canard enchaîné de ce matin. On apprend que tout a commencé vendredi dernier quand le confrère avocat des Républicains  est allé déposer une plainte de 74 pages au parquet de Brest. Elle contient parait-il l’énoncé de multiples violations du Code de la mutualité. L’avocat demande l’ouverture d’une enquête. Deux heures plus tard, c’est unique – du jamais vu – le procureur fait savoir qu’il ne donnera pas suite.

ET MAINTENANT ?

Ce sont les articles 85 et suivants du Code de procédure pénale, avec la constitution désormais possible  de partie civile, la désignation d’un juge d’instruction et l’ouverture obligatoire de cette dernière par ce dernier. Il faut simplement espérer que les plaignants d’origine tiendront.

 A suivre.                                                     

Par bernard.kuchukian le 31/05/17
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 3 semaines

 

Et ce n’est surement pas les dirigeants actuels du Front national qui stratégiquement n'ont y compris quoi que ce soit.

Il parait que le Tunisien Salem BEN AMMAR a écrit ceci :

 

Début de citation

     Viendra le jour où nous allons rigoler jaune avec les revendications des musulmans de France : « Nous constituons près du tiers de la population française. En toute logique nous devons prétendre au tiers des sièges dans les différentes institutions nationales et locales représentatives du peuple ».

    
         Or, nous sommes mis sur la touche alors que vous êtes élus grâce à nos voix. Soit vous nous faites de la place sur vos listes soit nous créons nos propres partis politiques, ce qu’ils ont déjà commencé à faire, et nous 
présenterons nos candidats partout en France.

     Un autre péril qui menace la France où ils pourraient un jour ou l’autre mettre la main sur l’Assemblée Nationale et adopter les lois favorables à l’islam. Ils sont des électeurs, aucune loi en France ne saurait étouffer leurs velléités politiques.
 

     Le vrai péril pour la France est quand les musulmans seront 10 millions à voter.
   

    Quand ils seront 10 millions à voter ce qui ne saurait tarder quand on sait qu’un jeune sur 5 au moins est de parents nord-africains, les urnes de la démocratie pourraient se transformer en urnes de ses cendres. Une conquête tranquille de pouvoir sans heurts ni effusion de sang.

 

 

 

    En naturalisant les musulmans à tour de bras, la France n’a peut-être pas imaginé le scénario qu’un jour ils seront des électeurs et des éligibles et qu’ils pourraient ainsi l’achever.

     Un musulman est, par définition, un soldat au service de la cause de sa religion; il n’a que faire de l’intérêt général d’un pays censé être de surcroît un dar al harb, une ère à conquérir, qui naïvement lui offre lui-même les armes de ses lois trop généreuses pour faire triompher la cause de l’islam.

    La France peut toujours fermer ses frontières et durcir les conditions d’accès à sa nationalité mais elle ne peut plus faire grand-chose contre la forte poussée démographique et le poids électoral grandissant de ses musulmans. 

 

   Quelle que soit la force politique qui sera amenée à diriger les affaires du pays aux lendemains des prochaines échéances électorales présidentielles et législatives elle n’aura pas toute la marge politique nécessaire pour les traiter en simple vivier électoral où l’on vient puiser ses voix tous les 5 ans.

 

   C’est fini le temps où ils font figure de simples figurants sur la scène politique française. Ils savent parfaitement que le temps joue pour eux et que statistiquement ils constituent le premier politique en France avec au moins 10 millions de militants déterminés et mus par le même idéal islamiser la France.

     Pour l’heure ils sont capables de se fondre dans le creuset républicain pour ne pas continuer à nourrir les sentiments de rejet et de défiance dont ils font l’objet au sein de la majorité des Français. Ils préfèrent temporiser et poursuivre subrepticement leur stratégie d’araignée qui tisse inlassablement sa toile à l’ombre des tours en béton et s’étendre dans les cœurs des villes comme à Marseille, Paris, Lille et Toulouse où des quartiers entiers sont totalement islamisés.

     Pourquoi vont-ils relever le défi d’une guerre civile qui pourrait leur être fatale alors qu’ils ont tout intérêt à avancer à visage couvert et renforcer leur assise démographique et électorale sans que personne n’y prenne garde ?

     La France islamisée est pour bientôt et les musulmans s’en frottent les mains comme si leur victoire est acquise à 100%. 

 

    Et ce n’est pas des gesticulations verbales enfiévrées et hystériques que les Français soumis aux flux migratoires incessants à forte dominante musulmane vont pouvoir éviter à la France de finir sous les griffes de l’hydre musulmane. 

    Tant que le peuple continue à banaliser le danger de l’islam la France n’échappera pas à son destin musulman.

 

Fin de citation

 

Je n’ai rien à ajouter, et si vous avez entendu l’heure qui lui a été récemment consacrée sur R.M.C., l’ami (et compatriote) Robert MENARD ne dit rien d’autre.

Par bernard.kuchukian le 31/05/17
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 3 semaines

 

Je suppose que mes pairs marseillais lisent mon blog.

Voilà qu’ils organisent alors une réunion, le 6 juin sur le sujet.

Bien sûr, on n’y m’invite surtout pas.

Ils sont vraiment spéciaux à Marseille.

Mais quel est le sujet ? Je rappelle alors  ceci.

 La toute première décision rendue par le conseiller de la mise en état d’une cour d’appel l’a été   le 19 mai 2017 ensuite de l’avis rendu par la Cour de cassation  quelques jours plus tôt. Le 5 mai.

Contraint et forcé, je vous assure qu’il ne donnait pourtant  pas du tout l’impression d’aller juger cela, mais la Cour de cassation n’avait pas encore remis les choses en ordre, la mise en état s’est incliné.

Ainsi donc n’importe quel avocat de n’importe quel barreau de France peut faire appel et occuper en matière prudhommale devant n’importe quelle cour d’appel. Rien de bien nouveau.

Plus intéressant cependant : on juge que  l’absence de connexion au système R.P.V.A. d’un avocat inscrit dans un barreau extérieur constitue une cause étrangère permettant à cet avocat d’établir son acte sur support papier valant remise au sens de l’art. 901. Donc l’appel est recevable aussi.

MAIS AU JUSTE, on attend quoi coté élus, vous savez ces super avocats qui nous représentent si mal, pour exiger la suite de la chancellerie.

Et bien on attend maintenant au moins une protestation  ordinale contre l’absence d’accès de communication électronique au moins aux chambres sociales de tous les avocats de France, ce qui suppose au moins une modification du R.P.V.J. et que le R.P.V.A. ait accès au système ainsi modifié. Car à ce que je sais, la faute n’est surtout pas techniquement  au R.P.V.A. ni même au Conseil national des barreaux (pour une fois …)

Alors, quand il s’agit de protester avec le barreau de là-haut contre l’accès à la salle d’audience des migrants en situation irrégulière dans un aéroport parisien, on sait faire des communiqués. Pour le surplus, dès qu’il faudrait être un peu intelligent, on la ferme.

Et ce n’est pas fini, ce matin  je reçois un communiqué relatif au contentieux inouï des plaques professionnelles d’avocats marseillais. C’est une affaire digne du niveau de Clochemerle qui est désormais celui de la profession localement. Je la connais dans le détail puisque,  bien que non concerné personnellement (ma plaque professionnelle n’est pas en saillie sur la rue Lulli, dont je ne suis pas soumis à une taxe municipale de quelques euros…). La bâtonnière vient d’annoncer solennellement la saisine du Conseil d’Etat, sa décision, la bataille menée et même un conseil de l’ordre spécial sur le sujet.

Diantre.

On essaie finalement tout au plus de copier Marcel PAGNOL, mais le niveau n’y est pas. Les pissotières à roulette, ça avait certes  donné TOPAZE. Et aucun avocat marseillais n’arrivera jamais aux anchois des tropiques comme spécialité locale dans le SPOUNTZ.

Par bernard.kuchukian le 30/05/17
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 3 semaines

 

Sera peut être réglé après l’audience du 7 juin 2014 de la Cour d’appel de Paris dans le contentieux  que,  tout seul,   j’ai initié en prenant les risques, y compris financiers,  pour que les autres en profitent.

Ce sera  comme d’habitude, avec tout le monde des profiteurs pleutres qui composent la majorité  immense des confrères.

Beaucoup de choses peuvent  cependant changer dans l’intervalle, maintenant que Monsieur MACRON est président, et  donc la Cour a raison d’avoir du retard.

Y compris le rappel que je lui ai fait des engagements qu’il avait pris au temps des 300 décisions du rapport ATTALI.

Bon, c’est vrai qu’il  a déclaré aussi qu’il nous avais compris.

Alors, je suis un peu inquiet encore qu’on ne sache pas vraiment ce qu’il a compris.

Par bernard.kuchukian le 30/05/17
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 3 semaines

Voici.

Bon, c'est sur que ça dépasse le niveau intellectuel de 99 % des confrères.

Par bernard.kuchukian le 30/05/17
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 3 semaines

 

Comme tout le monde, il m’arrive de tomber sur un exemplaire de « Point de vue », c’est le plus souvent chez le coiffeur ou dans la salle d’attente du médecin.

C’est l’édition moderne de « France Dimanche » de l’époque, mais c’est plus soft. Mais comme il faut bien se mettre au niveau du manant qui lit les exploits des gens célèbres à particules, on découvre des petites perles.

Ainsi, pour parler des aristocrates du temps,  partis de France à l’époque de la Révolution, on parle de retour des immigrés (au lieu des émigrés).

Encore plus savoureux. Sur des tableaux de photos de pseudo célébrités à particules en réunions de cocktails, à côté des comtes et comtesses de Machin Chose, on découvre, je l’ai lu hier Madame Duboudin, « de la Commission européenne ».

On a la noblesse qu’on peut.

Par bernard.kuchukian le 29/05/17
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 3 semaines

 

Mon ami Philippe KRIKORIAN vient d’écrire une lettre  ouverte de 25 pages techniques et circonstanciées au président du Conseil national des barreaux. C’est que  sa lecture hâtive de la décision récente du Conseil constitutionnel,  révélée par un communiqué, sur le support juridique de l’organisation de la discipline des avocats en dit long quant au double  niveau de médiocrité et d’incompétence.

Allez lire Philippe plutôt.

Enfin, si vous ne souhaitez pas rester  des demeurés.

Par bernard.kuchukian le 29/05/17
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 3 semaines

Le Conseil d’Etat a renvoyé cet après-midi au Conseil constitutionnel la Q.P.C. que l’association En Marche avait eu l’excellente idée de lui poser.

A savoir que n’étant pas déjà représentée aux       assemblées parlementaires, ou listée dans les statistiques, delle n’aurait pas droit aux temps d’antenne de télévision des autres mouvements et partis distribués par le Conseil supérieur de l’audiovisuel.

Qui sont évidemment tous  intervenus devant le Conseil d’Etat pour demander le rejet de la demande, sauf le Front national, lui seulement parce qu’une fois encore, il était ailleurs et n’avait rien vu venir.

Ailleurs,  il va  donc le rester.

Car le débat aura lieu demain 30 mai  à 15 H rue de Montpensier, avec dépôt des mémoires demain matin avant midi ;

Quand on est mauvais, on le reste, surtout quand on est une machine à perdre.

En conclusion, je  tire mon chapeau, une fois encore, à tous les godillots de Monsieur MACRON, au moins eux, ils  se sont choisis un chef de qualité exceptionnelle.

Par bernard.kuchukian le 29/05/17
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 3 semaines

La toute première décision rendue par le conseiller de la mise en état d’une cour d’appel l’a été   le 19 mai 2017 ensuite de l’avis rendu par la Cour de cassation sur le sujet quelques jours plus tôt. Le 5 mai.

Contraint et forcé, je vous assure qu’il ne donnait pourtant  pas du tout l’impression d’aller juger cela, mais la Cour de cassation n’avait pas encore remis les choses en ordre, la mise en état s’est incliné.

Ainsi donc n’importe quel avocat de n’importe quel barreau de France peut faire appel en matière prudhommale devant n’importe quelle cour d’appel. Rien de bien nouveau.

Plus intéressant cependant : on juge que  l’absence de connexion au système R.P.V.A. d’un avocat inscrit dans un barreau extérieur constitue une cause étrangère permettant à cet avocat d’établir son acte sur support papier valant remise au sens de l’art. 901. Donc l’appel est recevable aussi.

Bravo KUCHUKIAN.

Putain, le temps qu’on perd à défoncer des portes ouvertes…