bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 17/04/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 5 mois

 

Chronique musicale, historique et émouvante. Il y a bien les communiqués de l’excellent Palais musical de Paris pour les avocats. Alors moi aussi.

Je viens d’entendre  Radio classique  annoncer  que l’Opéra comique de Paris  va accueillir prochainement le grand orchestre de Bordeaux dans une pièce « Marouf, le savetier du Caire ».  Ce ne devrait pas être un chef d’œuvre.  La musique qu’on en rapporte est pour partie surtout bien connue des plus vieux Pieds noirs encore en vie,  c’est celle écrite  dans les années 40, par Jacques IBERT,  « voyage vers Tunis ».

Les premières phrases ont été l’indicatif de Radio Alger au temps de la Radiodiffusion française, avant l’arrivée de la télévision à Alger en 1956 ou 1957. C’est un thème arabisant oriental, très langoureux, qu’on jouait après La Marseillaise, depuis le studio de la rue Hoche.

Je m’en souviens d’autant plus que j’y étais  allé tout jeune parler dans   des émissions pour enfants. 

Avant que Radio Alger ne devienne France cinq, dans des studios nettement plus grands boulevard Bru (où j’avais été  aussi pour un concours d’adolescents).

Après  l’indépendance, c’est devenu la télévision algérienne.

Par bernard.kuchukian le 17/04/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 5 mois

La lettre ouverte de la présidente du C.N.B. à la garde des sceaux,  à propos de la cage de verre des prévenus du nouveau tribunal de Paris,  n’a pas l’air d’affoler les foules. C’est quelque part cohérent,  car ce matin, le Conseil constitutionnel est appelé à statuer sur la constitutionnalité de la commission d’office de l’avocat par le président de la cour d’assises, et là non plus, les foules ne sont pas passionnées.

En fait, tout  le monde s’en fout parfaitement.

Il faut dire que l’actualité est autrement plus intéressante avec,  par exemple,  le retrait de la Légion d’honneur de Bachar EL ASSAD. Ca, c’est du solide.

On peut même  une variante : imaginez le président syrien avec sa Légion d’honneur, enfermé dans une cage en verre (1) devant une cour d’ assises, tandis que le président devrait commettre un avocat pour le défendre.

 

Bof, dans le temps, il y avait bien eu le cardinal La BALUE,   dans la cage que lui avait préparée LOUIS XI, mais plus tard, il avait été réhabilité. Alors…
Par bernard.kuchukian le 16/04/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 5 mois

 

On commentera ça et là l’entretien télévisé d’hier au somptueux Palais de Chaillot entre le président de la République et deux journalistes. Excellente idée du lieu, l’architecture des années 30, en qualité ici intérieure aussi belle qu’à l’extérieur. Je signale au passage l’équivalent en beaucoup plus modeste,  mais l’esprit y est aussi dans quelques rares réalisations à Marseille à la même époque  (le tribunal correctionnel et celui de commerce, ce dernier avec un essai de lumière superbe à travers un immense vitrail au premier étage). L’Italie a connu ça également avec toute la superbe architecture mussolinienne.

Mon sujet est ici  plus précis. Les drapeaux.

Il y avait derrière le président deux drapeaux, le français  tricolore et l’européen à douze étoiles.  Dans cet ordre précis. Qui a changé à d’autres habitudes jusqu’ici,  l’européen étant placé avant le français.

Voilà qui rappelle finalement les critiques  avisées du Front national sur ce sujet à la fois précis et révélateur de la place de la France.

Par bernard.kuchukian le 15/04/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 5 mois

Sauf qu’elle n’a pas été décidée par lui.

En effet, dès demain, tous les tribunaux d’instance locaux  seront regroupés dans les nouveaux bâtiments du nouveau Tribunal de grande instance de Paris, aux Batignolles, superbe cout financier pour BOUYGUES, et superbe coup sur le budget du ministère de la justice. 88 millions d’euros/an.  La loi de programmation déjà dépassée.

Et tout le monde de s’extasier (moins quelques uns,  encore heureux). Vous allez les entendre les discours  d’excellence à la con dont on sera abreuvé dès demain matin.

Ca va couter 2,35 milliards en tout et  27 ans, mais seulement en loyers. Parce qu’au bout de 27 ans, il faudra non seulement le payer mais encore de refaire à neuf sans doute.

On n’évoque pas ici le cout du déménagement et celui du réaménagement des bâtiments de l’ile de la cité.

Car fondamentalement, tout ce machin là est inutile, et deviendra de plus en plus inutile avec la dématérialisation inévitable des procédures.

Quand je vous dis que les crétins grévistes n’ont toujours pas compris où est le problème : il est seulement dans l’hyper centralisation de la France, tout pour Paris, et le reste, on s’en fout.

Et quelque part, on a bien raison : à voir et entendre les avocats crétins bêlants protester hors  du coup/cout, on comprend.

Par bernard.kuchukian le 15/04/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 5 mois

 

On apprend qu’hier un célèbre avocat américain, champion  de la défense des droits des homosexuels males et femelles,  s’est immolé par le feu, voulant protester contre  la pollution.

Ainsi présentée, l’information est ambigüe,  ce n’est pas notre sympathique consœur Christine BOUTIN    qui pourrait me contredire.

 

 

Par bernard.kuchukian le 15/04/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 5 mois

 

C’est sans  doute en la prévision locale de la célébration du 100ème anniversaire du génocide pontique de 1922, y compris de Smyrne,  qui permettra d’exalter – au point où on en est, pourquoi pas -  formule à suivre, « l’indépendance  et la vaillance du peuple turc » ayant exterminé quelques centaines de milliers de Grecs,  et aussi les derniers Arméniens de Smyrne,   ceux qui n’avaient pas pu fuir.

C’est déjà le moment où le propre président du Conseil régional de Provence, l’impayable Renaud MUSELIER, célèbre à sa façon le 103ème anniversaire du génocide arménien de 1915, en déplorant  en même temps et surtout celui du peuple kurde actuel,  dont les ancêtres ont pourtant été les assassins des  Arméniens  et aussi des Assyro-Chaldéens de l’époque (dans le coin, il n’y en a plus, et leurs biens ont été pillés  par les Kurdes, une fois leurs propriétaires exterminés).

Je  lis  aussi à l’instant que dimanche prochain,  22 avril 2018 à 15 H 30, la cathédrale Notre Dame, accueillera la commémoration, sous la présidence de l'archeveque de Paris, Mgr. Michel AUPETIT,  du 103ème anniversaire du martyre d’un million et demi d’Arméniens victimes du génocide de 1915.

 La liturgie y sera célébrée en rite arménien par Mgr. Jean TEYROUZIAN, éparque  des Arméniens catholiques de France, avec le concours de Mgr. Pascal GOLLNISCH,  vicaire général pour l’ordinariat des catholiques des églises orientales de France, par ailleurs directeur de l’œuvre d’Orient,  qui prononcera l’homélie.

Je rappelle au passage qu’un éparque est un évêque,  désigné directement par le pape pour une communauté catholique particulière (ici celle des Arméniens de France,  deuxième dans la diaspora).  Et que Mgr. GOLLNISH est tout simplement  le frère cadet de Bruno GOLLNISCH, élu et responsable du Front national.

Alors, puisque Paris, c’est ailleurs,  je consulte le site Internet de l’archevêché de Marseille, et constate que son calendrier d’avril 2018 ne comporte aucune mention, aucune célébration, rien du tout à propos du génocide arménien. Une rubrique juive, une rubrique musulmane, mais les autres pourtant chrétiens, rien du tout.

Je me dis finalement  que contrairement au barreau de Paris, qui lui,  a été exemplaire sur le sujet,   le barreau de Marseille, son bâtonnier compris,  sont  racistes à la cause arménienne, comme je l’ai déjà écrit ici, ce qui m’a valu des poursuites disciplinaires définitivement rejetées et une poursuite pénale,   qu’ils maintiennent pourtant,  et qui aura le même sort, vous verrez.

Je constate qu’il  y a même aussi l’archevêque local du moment.

La robe et le goupillon.

Remarquez, je ne suis pas tellement étonné, j’avais déjà jaugé le personnage par  son lamentable comportement à l’égard des  prêtres d’Irak réfugiés à Marseille.

Drôle d‘histoire et drôle de personnage,  non ?

L’église catholique locale a du grand nettoyage à se faire, ne croyez vous pas ?

Par bernard.kuchukian le 15/04/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 5 mois

SAINTE HYPOCRISIE, PRIEZ POUR NOUS

 

Il parait que le Conseil national des barreaux, sous la présidence actuelle,  rien moins que de l’ancienne bâtonnier du barreau de Paris, est allé tenir à Nîmes,  voici un peu plus d’une semaine,    une réunion décentralisée,  pour évoquer la réforme judiciaire. Quel culot !

Oui, parce que tout le monde voit bien que la réforme profitera d’abord et surtout au barreau de Paris, et peut être aussi  un peu à quelques grands barreaux, pour autant qu’ils ne soient pas submergés d’avocats désormais  inutiles par rapport à l’économie locale. Tandis que le critère de la facilité du déplacement par rapport à Paris, qui concentre et concentrera toujours plus,  au détriment de la province, sera un des éléments de la régulation possible.

Ce déplacement parisien en province, c’est donc  très exactement comme si les bourreaux venaient plaindre sur place leurs victimes.

A ce propos, la  ville de Nîmes a été admirablement choisie.

D’abord parce qu’elle est le siège d’une cour d’appel,  dont on sait bien que la survie est en cause depuis des dizaines d’années, et qui économiquement ne se justifie pas. Il n’y a rien de nouveau dans ce propos, et déjà sous le ministère DATI,  le sujet avait été remis d’actualité,  mais provisoirement rangé sur une étagère. Nîmes n’est pas la seule, oui, mais, il y a le T.G.V., tout à fait direct depuis Paris, on vient de terminer les raccords de ligne. C’est ainsi  la destination parfaite pour les Parisiens, en moins de trois heures. J’ai souvenir d’avoir pris le train à Marseille tôt le matin, plaidé à Nîmes (la cour d’appel est en face de la gare, 200 m à pied), repris le train en T.G.V.  pour Paris, plaidé à Paris, et rentré en T.G.V.  le soir à Marseille…

Et puis il y a la Camargue pour le week–end.

Alors, je lis aussi que le bâtonnier local,             notre désormais confrère DIVISIA, est allé sans doute se plaindre au C.N.B.. Il connait parfaitement les fermetures, il était avoué à Montpellier, quand on a supprimé sa profession. Il s’est reconverti en avocat à Nîmes, indemnisation préalablement sans doute reçue en quittant le ressort de la cour d’appel de Montpellier voisine de 30 km à peine. Il faut que ces choses là soient dites quant à l’utilisation des timbres à 225  €.

Son expertise serait quelque part intéressante si,  à l’occasion des grands mouvements prévus, il parvenait à aider à  faire indemniser les avocats qui seront les victimes des réformes. Compte tenu de l’état général des finances et des abus, pardon des exactions commises au profit des anciens avoués, il vaut mieux penser à autre chose.

Je n’ai pas revu mon ami Gilbert COLLARD, député du Gard, depuis quelque temps, et je ne sais pas pourquoi il n’a pas été invité alors que d’autres élus locaux l’ont été. Je suppose que c’est à la fois parce qu’il est élu pas bien pensant, parce qu’il a souvent protesté contre les projets de suppression de la cour d’appel de Nîmes, allez savoir (et oui, c’est au journal officiel et ailleurs), et peut être aussi plus simplement parce qu’il n’est député  que de la 2ème circonscription du département, Saint-Gilles.  A  20 km de Nîmes. On imagine donc facilement que les parisiens organisateurs ont seulement cherché  pour invitation l’élu de la 1ère circonscription, Nîmes, ville, là où est la gare du T.G.V. C’est tout dire.

Par bernard.kuchukian le 14/04/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 5 mois

 

A MOSCOU, voici ce dit M. POUTINE.

« « Emmanuel MACRON essaye de bomber le torse sur la scène internationale,  alors qu’il n’est pas capable dans son pays de déloger 80 zadistes avec 2500 gendarmes.

« « La France veut attaquer la Syrie alors qu’elle n’arrive pas à gérer  trois  gauchistes et un chien dans ses universités. » »

Salut Vladimir Vladimirovitch, et salut aussi Sergei (LAVROV).

Par bernard.kuchukian le 14/04/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 5 mois

ET UNE TOUTE PETITE CERVELLE

Je suis tombé hier,   je vous rassure pas longtemps, puisque dès le début du discours, je me suis levé et je suis parti, tandis qu’aucune correction publique n’était possible, dans un piège électoral.

Le président du Conseil régional de Provence, l’impayable Renaud MUSELIER, dont la majorité n’est due qu’à un accident,  parce que d’autres crétins du Front national n’ont pas réussi à gagner la région – je m’assume bien que n’ayant pas été de ceux-là - m’avait invité avec d’autres à quelque chose de curieux. J’aurais du me méfier.  Une célébration du 103ème anniversaire du génocide arménien de 1915, mais le 13 avril, et non le 24   avril.

On a compris qu’il doit y avoir bagarre entre lui et d’autres de son camp en vu du sort de la mairie de Marseille. Alors chacun organise ses réunions.  Qu’ils se rassurent  et passent à autre chose: ils ne l’auront pas, le prochain maire  sera musulman,  sauf miracle auquel je ne pourrai pas assister.

Alors voilà  on a dévoilé une belle affiche sur le mur d’un bâtiment.

J’ai fait charitablement remarquer qu’il avait fallu trois ans pour reproduire  EXACTEMENT la même, mais en français celle  qui figure sur un des murs de l’enceinte intérieure de la somptueuse cathédrale apostolique arménienne d’ISPAHAN.

Face au tombeau de Jacques ROUSSEAU, cousin du  célèbre Jean-Jacques, qui était,  lui,  horloger  puisque citoyen de GENEVE. Mort à ISPAHAN,   il fallait le mettre au tombeau en terre chrétienne, on est a fait appel aux seuls chrétiens qu’on trouvait localement, les Arméniens.

Revenons à MUSELIER,  que   connais personnellement.  Il est gentil, comment dire,  un peu et même beaucoup genre  benêt, avec l’accent, il plait,  et qui a déclaré que le génocide arménien était à rapprocher de celui du peuple kurde sous entendu par les temps actuels.

Ainsi donc, sans moi,  devant un pare terre de crétins,  heureusement ils n’étaient pas très nombreux,  mais tous attendaient surtout d’aller boire un coup,  sans moi, on est allé célébrer devant les descendants  du martyre des victimes,  les Arméniens,  celui des descendants de leurs bourreaux, les Kurdes.

 

Comment pourtant ignorer la note du 24 mai 1915 du département français des affaires étrangères à l’agence Havas, sur autres initiatives  du tsar de Russie et du gouvernement britannique, qui a créé – malheureusement pour les victimes dont je suis à mon niveau garant du respect de la mémoire – la notion de crime contre l’humanité. Je cite.

 

« « Depuis un mois environ, la population, kurde et turque de l’Arménie procède de connivence et souvent avec l’aide des autorités ottomanes à des massacres des Arméniens. De tels massacres ont eu lieu vers la mi-avril à Erzeroum, Dertchun, Eghine, Akn, Bilitis, Mouch, Sassoun, Zeitoun et dans toute la Cilicie : les habitants d’une centaine de villages aux environs de Van ont tous été assassinés ; dans la ville même, le quartier arménien est assiégé par les Kurdes. En même temps, à Constantinople, le gouvernement ottoman sévit contre la population arménienne inoffensive. »

«  « En présence de ces nouveaux crimes  de la Turquie contre l’humanité et la civilisation, les gouvernements alliés font savoir publiquement à la Sublime Porte qu’ils tiendront personnellement responsables de ces crimes les membres du gouvernement ottoman, ainsi que ses agents. » »

Archives du ministère des affaires étrangères, Paris, guerre 1914-1918, Turquie, tome 887, f .127. In Arthur BEYLERIAN, Les grandes puissances,  l’empire ottoman et les Arméniens dans les archives françaises, » Publications de la Sorbonne,  Paris 1983.

 

Il faut souhaiter que,  le coup d’après, on ne célèbre  au Conseil régional, ou ailleurs, pas les fils des anciens nazis devant les fils des rescapés de la Shoah.

Par bernard.kuchukian le 14/04/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 5 mois

Je cherchais dans quelle rubrique classer l’information du bombardement  d’un Etat souverain en violation du droit international sur de simples suppositions, par d’autres Etats censés plus puissants.

La France vient de se déshonorer par l’envoi de 12 missiles, qui ne changeront à l’issue de cette affaire, le succès de Bachar EL ASSAD.

Alors surtout que la Syrie a été sous mandat de protection de la France jadis, et qu’elle compte tant de chrétiens,  qui ne comprennent plus qu’une seule chose. On veut aussi les exterminer comme on a permis de le faire en Irak.

Même si c’est aux cotés de Jean-Luc MELANCHON, je suis heureux de constater que ceux de mes idées opposées sont les rares à avoir aussi violemment protesté. Bravo à ces derniers.

On en revient, l’aurait-on oublié, au voyage de Jean-Marie LE PEN à BAGDAD jadis.

Bravo aussi au sang froid de M. POUTINE, car ceux,  France comprise, quelle honte,  qui ont violé les autres n’avaient même pas de mandat de l’O.N.U.

La dernière est ici, voici u'on apprend que les frappes en qujestion ont le soutien du présidnt turc, le copain bien connu des Kurdes. Héritier des copains des Arméniens.

 

Bon, je veux bien reconnaitre qu'au fin fond de la Creuse, on est un peu dépasssé.