bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 01/10/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 3 semaines

Descriptions passées  des prédécesseurs,  d’un autre monde (commentaires Wikipedia)

 Le général de Gaulle se tient débout dans la bibliothèque et porte la panoplie complète du chef de l'État (Grands-croix de la Légion d'honneur et le collier de Grand Maître de l'Ordre de la Libération, dont il fut l'unique Grand Maître). Le premier président de la Ve République ne pose pas avec l'« habit » officiel du président de la République comme les deux présidents de la IVe République, Vincent Auriol et René Coty, bien qu'il porte les décorations qui vont avec. On remarquera que le général porte la plaque de grand officier de la Légion d'Honneur (en argent) et non celle de grand-croix (en vermeil et donc de couleur or). Il revêt en dessous son spencer et « grand blanc » d'officier général (veston blanc avec boutons d'arme, fourreaux d'épaules de général de brigade). Le photographe est Jean-Marie Marcel et « se souvient de son peu de goût pour le rôle du modèle ». C'est lui qui lui demande de porter un regard lointain, sur sa gauche. Le portrait est réalisé en couleur ; la prise de vue a eu lieu dans la bibliothèque du palais de l'Élysée, de Gaulle reposant sa main droite sur deux livres épais.

Comme son prédécesseur, Georges Pompidou se tient débout dans la bibliothèque et porte également la panoplie complète du chef de l'État (Grands-croix de la Légion d'honneur et le collier de Grand Maître de la Légion d'Honneur). Le deuxième président de la Ve République choisit le même endroit que son prédécesseur pour la pose photographique, à savoir la bibliothèque du palais. Le photographe, François Pagès, officie habituellement pour le magazine Paris Match. Le président regarde cette fois-ci au loin, sur sa droite.

Valéry Giscard d'Estaing se tient debout devant un drapeau de la France en mouvement et recouvrant toute la surface du cadre. Le troisième président de la Ve République, qui a axé sa campagne sur son jeune âge et sa modernité ne respecte pas la tradition de ses prédécesseurs qui posent dans la bibliothèque du palais. En ce sens, son portrait, réalisé par le photographe Jacques-Henri Lartigue, est innovant. Il regarde, lui, droit devant. C'est la première fois qu'un président pose en costume de ville, la Légion d'honneur n'apparaissant qu'en boutonnière.

François Mitterrand est assis et tient dans ses mains le livre Les Essais de Montaigne. Le quatrième président de la Ve République, et le premier président socialiste du régime fait volontairement appel à « cette photographe née dans une riche famille juive de Berlin, rescapée du nazisme ». Comme son prédécesseur, il s'agit d'un plan coupé, le président regardant droit devant lui.

Jacques Chirac est debout, les mains derrière le dos. À l'arrière-plan se trouve le palais de l'Élysée, avec le drapeau français. Le cinquième président de la Ve République pose pour la première fois dans les jardins du palais, et, comme Giscard d'Estaing et Mitterrand, porte seulement un costume de ville, ce qui rajoute à la décontraction de l'ensemble. La chemise bleue du président fait un rappel avec le ciel bleu de Paris.

Nicolas Sarkozy est debout, avec les drapeaux français et européen à sa droite et la bibliothèque en arrière-plan. Le sixième président de la Ve République pose comme certains de ses prédécesseurs dans la bibliothèque du palais de l'Élysée. La prise de vue est réalisée par Philippe Warrin, photographe habitué des émissions de téléréalité.

François Hollande est debout en mouvement dans le jardin de l'Élysée. En arrière-plan à gauche sur le mur de la salle des fêtes sont déployés un drapeau européen et un drapeau tricolore.

 

Description nouvelle :

Emmanuel MACRON est en chemise blanche à manches longues, cravate sombre. A  ses cotés, deux jeunes hommes de couleur également torses nus. A  gauche, l’un, porte un collier en or ou en matière dorée qui ne parait pas etre le support d’une décoration. A droite, l’autre,  sur l’épaule duquel le président est ostensiblement penché et même collé,   n’arbore rien mais fait un doigt d’honneur à l’objectif. Ils sont tous souriants.