bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 17/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 1 jour

Chronique de l’ami Pierre DOYEN.

Dans un État démocratique,  le pouvoir constituant  a pour titulaire le peuple.  Lequel  seul  souverain fixe  la constitution en vertu de laquelle il garantit sa conservation, sa liberté de  mouvement  matériel comme intellectuel, assurant concomitamment à ses membres leurs droits et libertés selon  la déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789.

 

L'article 3 alinéa I er  de notre constitution  édicte : «  La souveraineté nationale  appartient au peuple, qui l'exerce par ses représentants ou par voie de référendum. »

 

Quoiqu'il eût été plus expédient que le constituant  écrivît : « Le peuple exerce sa souveraineté par voie de référendum ou par ses représentants ».

 

Tout sujet de droit, fût-il le souverain, a la faculté d'exercer ses prérogatives par lui-même ou par la personne de ses représentants,  selon ce que commande le sens de son confort intellectif.

 

Quant à l'article 11 de notre loi fondamentale, par les représentants du souverain,   il a été édicté, pour  conférer l'eunuchat au peuple  proposant l'adoption d'une loi référendaire.

 

Le représentant  ès qualités n'exerce pas ses propres libertés et  droits  subjectifs, mais ceux-là  mêmes de la personne de son commettant, en l'espèce le peuple.

 

L'article  11 sus-évoqué est l'outil magnifique par lequel les parlementaires se sont adjugés les droits du souverain transmué en muet du sérail !

 

Le référendum d'initiative populaire est donc l'exercice de son droit par le titulaire du pouvoir constituant. Cedit titulaire n'a pas à partager l'exercice de son droit avec un corps constitué  qui lui est subordonné, puisqu'il en est le souverain.

 

Pour que le droit à référendum d'initiative populaire ait caractère effectif, il faut d'une part, supprimer l'exigence d'un quelconque consentement parlementaire à l'opération et d'autre part, réduire  au nombre de  cinq cent mille les citoyens requérants. 

 

Qu'une loi soit adoptée par le parlement ou par référendum, elle  ne connaît aucune distinction quant à l'objet  qu'elle régit.

 

Quelle funeste plaisanterie cet article 11 en lequel nous voyons le souverain avoir un pouvoir inférieur à celui de son délégué : le parlement !

 

Il faut dissoudre l'Assemblée nationale. Seul le président de la République dispose de ce pouvoir de dissolution.  Nul ne peut constitutionnellement contraindre le chef de l'Etat à cet exercice du pouvoir, aux fins de s'assurer de la conformité de la volonté du pays réel  à celle du pays légal.

 

Car en dernière analyse, c'est bien le peuple qui élit ses représentants, non ceux-ci qui nomment le   peuple.

 

Le monarque républicain peut demeurer sourd, mépriser le peuple français et de dire,  tel Mac-Mahon «  Ma place est ici, j'y suis, j'y reste. » 

 

Au chef de l’Etat,  il lui faudra conseiller  se soumettre ou se démettre comme avait dit Gambetta de ce même Mac-Mahon royaliste, président de la République devenu, voulant imposer à l'assemblée nationale un gouvernement à elle politiquement hostile. Et in fine qu'advint-il ? Le président se démit.

 

Le refus de  dissoudre  l'Assemblée nationale est susceptible d'accoucher  d'une révolution. 

 

Mieux vaut dissoudre pacifiquement l'Assemblée nationale aux fins d'élire une convention, dont la mission sera de doter la France d'une nouvelle constitution, plutôt que par une révolution aboutir au même résultat avec son cortège inéluctable de violence.

Par bernard.kuchukian le 17/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 1 jour

La nuance est d’importance et une fois encore, la bien-pensance, la main sur le cœur,  va tout mélanger. Surtout en France.

Le pacte de MARRAKECH est une déclaration d’intention protectrice des migrants.

De nombreux pays ont justement  refusé de le signer. Dont Israël. Et les Etats-unis.

Ils ont bien raison.

Car, les migrants ne sont pas des réfugiés, qui bénéficient eux d’un autre statut, né en 1922, avec le passeport NANSEN, inventé pour les Russes blancs, fuyant leur pays, ce passeport  étendu aux Arméniens survivants de la fuite de l’Asie mineure, comme aux Assyriens rattachés.  Pas aux Grecs dans cette période, puisqu’eux,   chassés d’Asie mineure, avaient un  pays à eux,  en face, la Grèce.

Il y a donc d’un coté les réfugiés et de l’autre les migrants.

Dans un récent débat sur i24 news, la télévision israélienne du satellite, l’ambassadeur Avi PAZNER,  qui a plus de 80 ans et donc un sacré recul sur la question, pressé  d’expliquer la différence, l’a fait, justement,  d’un mot.

Le critère de différence, explique-t-il, c’est la  survie physique,  autrement dit le risque de mort en raison de la politique, par idées, religion, race.

Le réfugié est celui qui s’il était resté dans son pays, aurait été tué.

Le migrant,  du moins tel qu’on le voit aujourd’hui n’avait  aucune crainte de ce type.  Et donc raison physique de quitter son pays, il le fait par confort ou pour un mieux etre. Sur place, sa vie même,  éventuellement misérable, n’est pas en cause.

Tel n’est pas le cas du réfugié. Les Juifs qui ont pu quitter l’Allemagne et d’autres pays au temps des persécutions  nazies n’étaient pas des migrants. Ils n’avaient aucune raison économique ou sociale de quitter les pays où ils étaient établis, et où bien au contraire, ils y étaient aisés. Avant eux, les Arméniens  qui ont échappé au génocide étaient exactement  dans la même situation. Evidemment, les Russes blancs des années 20 aussi. Dans tous les cas, ils risquaient d’etre tués.

 

 

Par bernard.kuchukian le 16/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 jours

On le remercie d’autant plus que les hélicoptères en question seront fabriqués à MARIGNANE, à deux pas de MARSEILLE.

 

Alors que la bienpensance française officielle fustige l’abominable populiste – dictateur ORBAN, hou le vilain, Le groupe de VISEGRAD.

 

On apprend que le ministère de la défense hongrois a commandé 16 hélicoptères multi rôles H225M. C'est le neuvième pays à faire confiance au Caracal.

N'en déplaise à la Pologne, le Caracal est bel et bien en train de devenir un best-seller à l'exportation.

C'est au tour du ministère de la défense hongrois de commander 16 hélicoptères multirôles H225M équipés du système d'armes H Force en remplacement d'appareils d'origine russe. La Hongrie devient le neuvième pays à faire le choix du H225M, membre de la famille Super Puma.

Cet appareil, qui est déjà en service en France, au Brésil, au Mexique, en Malaisie, en Indonésie et en Thaïlande, a été récemment commandé par le Koweït et Singapour. Le H225M, dont 88 exemplaires sont actuellement en service, a récemment franchi le cap des 100.000 heures de vol depuis sa première livraison à l'armée de l'air française en 2006.

"Ce nouveau contrat démontre une fois de plus que le H225M, opéré par les clients militaires les plus exigeants dans le monde, est l'appareil multirôle de référence, éprouvé au combat, a estimé le PDG d'Airbus Helicopters Bruno EVEN, cité dans le communiqué. Les forces armées hongroises pourront s'appuyer sur le tandem H145M / H225M qui leur permettra de couvrir de façon économique un large spectre de missions militaires - du transport utilitaire, transport de troupes, sauvetage au combat, jusqu'aux missions d'attaque légère ».

La commande hongroise est assortie d'un programme de formation et de soutien assuré par Airbus dans le but de garantir à ces appareils le plus haut niveau de disponibilité opérationnelle. Les H225M hongrois, qui seront dotés des plus récentes capacités de communication, seront utilisés pour le transport de troupes (jusqu'à 28 soldats), la recherche et le sauvetage au combat et les opérations spéciales.

Il parait même, mais on ne l’a pas entendu à la télé, que la ministre des Armées, Florence PARLY aurait salué l'acquisition de 16 hélicoptères H225M Caracal par la Hongrie. Elle s'est notamment réjouie de cette décision, qui renforce, selon elle, "l'Europe de la défense aux plans opérationnel et industriel". Pour la ministre, il s'agit "d'une opportunité" pour l'Europe de la défense : "l'interopérabilité entre Européens en est renforcée, la base industrielle et technologique de défense européenne consolidée". Ce contrat fait suite à un précédent marché de 20 H145M acquis auprès d'Airbus Helicopters en juin 2018.

"Le choix par les Européens d'équipements européens est plus que jamais le choix de la responsabilité, de la souveraineté", a-t-elle expliqué.

Ils sont curieux les ministres français, vous ne trouvez pas ?

 

Par bernard.kuchukian le 16/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 jours

 

Strasbourg. Cinq  morts ce soir. On est donc  allé dénicher quelque part un vieil arabe, le père de l’assassin.  Que voulez-vous qu’il dise d’autre que ce qu’il a dit ? Sans aucun doute, un menteur de plus.

La question n’est même pas là. Avez-vous vu le bonnet porté par ce bonhomme. Suivant les clichés, il est coupé. Le bonnet.

C’est qu’une photo est passée entre les mailles du filet de la censure bienpensante. Sur le bonnet est en effet l’effigie de Che Guevara (à défaut de celle du prophète, puisqu’heureusement c’est interdit).

Par bernard.kuchukian le 16/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 jours

 

Il est en permanence,  près de moi  et de l’ordinateur de mon domicile,  d’où partent la plupart de mes billets,   un cylindre noir en matière de synthèse,  de  huit centimètres de haut, qui représente un baril de pétrole.

Un truc de deux dollars,  un bidule de rien du tout,  acheté il y a quelques années à la boutique du musée du pétrole de la presqu’ile de Glavestone, un peu au sud de Houston, au Texas.

Passé le temps où une famille de quincaillers arméniens de Kayseri (c’est au centre de la Turquie actuelle) diversifiait,  au milieu du XIXème siècle son activité, en mettant en bidons d’un ou deux litres,  le pétrole livré en vrac et en wagon,  depuis Bakou.

Deux générations plus tard, ils étaient devenus banquiers,  et l’ingénieur Calouste GULBENKIAN, le dernier d’entre eux, avait découvert et mis en valeur tous les pétroles du Proche Orient d’aujourd’hui, devenant un temps l’homme le plus riche du monde.

Le cours du baril de pétrole est désormais  devenu le moteur du monde..

Il a même été  un temps un moyen de pression de politique arabe, qui a déséquilibré le monde occidental, mais n’a pas réussi à l’abattre. 

La terre entière s’est trompée quand elle a cru que le pétrole et les énergies fossiles, c’était terminé.

C’est faux, du pétrole, du gaz, il y en a partout et en quantité. La seule question est le cout de son exploitation. Certains ont imaginé que le cours montrait à l’infini. Alors, on a diversifié, et cherché encore.

Un ingénieur des Ponts et Chaussées, Sid Ahmed GODZALI,  ministre algérien du pétrole,    avait averti,  voici 25 ou 30 ans.  Plus on s’éloignera à l’augmentation d’un prix à 50 $ le baril, plus la recherche nouvelle sera couteuse,  voire ruineuse. Tant d’années après, du pétrole il y en a toujours. On a bien essayé de le monter à plus de 100 €, et alors le pétrole pas cher est revenu. En quantités énormes.

On est ce soir à 51  € le baril. La moindre menace,  ici chinoise,  sur une baisse des achats, c’est la panique. Qui sait si elle ne correspond pas,  en réalité,  au troc,  que font surement  au nez des Américains impuissants, et s’ils le font ils ont bien raison de le faire, les Chinois avec les Iraniens.

Quand on aura terminé avec le pétrole, il y aura à épuiser le gaz naturel. Puis viendra le méthane du très grand est russe. Infini.

La marge est immense devant nous.

Est-ce  une raison pour en faire le support de la fiscalité des Etats. Pourquoi pas, certains Etats le font déjà.

Mais alors, il faut supprimer tous les autres impôts. Bon, je rêve.

Par bernard.kuchukian le 15/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 3 jours

Au moment où il s’étale le lamentable spectacle des violences face à l’obstination d’un pouvoir en place,  devenu totalement  illégitime, qui refuse l’évidence, l’obligation de dissoudre et le retour aux urnes, au moment où il s’étale aussi l’incompétence crasse des politiques sans compter  celles des journalistes de télévision,  moins que rien,

Sur mon blog réputé,  du moins à la documentation du barreau de Paris comme non suffisamment juridique, voici une chronique républicaine et  précise de droit constitutionnel.

Vous entendez parler sans arrêt désormais d’un référendum d’initiative populaire, citoyenne, etc.

Commençons par lire la constitution de la République :

Ca s’appelle le référendum d’initiative partagée. Ce sont les alinéas 3 à 6 dans l’article 11 de la constitution du 4 septembre 1958. Un référendum  est ainsi possible s’il porte sur l’organisation des pouvoirs publics quant aux réformes de politique économique, sociale, économique ou environnementale, et/ou  tendant notamment à la ratification d’un traité, et n’a pas pour objet d’abroger une disposition législative promulguée depuis moins d’un an.

Ca posera difficulté pour la loi de finances. Ca n’en posera pas pour le pacte de Marrakech, lequel pourra etre rejeté tranquillement.

Comment procéder. Il faudra  l’aide d’un cinquième des membres du Parlement, plus un dixième des électeurs inscrits. Le Front national qui,  de longue date,  est pour ce type de référendum trouve qu’un dixième, c’est beaucoup,  seulement  500.000 signatures  et rien d’autre seraient mieux.

Il reste que trouver,  par les temps qui courent, sur un sujet unique,  186 députés et/ou sénateurs (un cinquième de 925), c’est énorme.  On aura beau ajouter tous les parlementaires qu’on voudra, ils ne seront déjà  pas d’accord sur la question.

Ah oui, fenêtre de sortie, peut etre sur la révocation du président de la République.

Par bernard.kuchukian le 15/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 3 jours

 

La formule admirable est ce matin quelque part sur une chaine de télévision d’un « gilet jaune »  barbu au superbe accent  marseillais de La Mède (ou est la raffinerie Total)

Par bernard.kuchukian le 15/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 3 jours

Ce billet est strictement technique.

Il vise à corriger une insuffisance,  qui perdure depuis des dizaines d’années, et qui peut créer confusions, fraudes ou malveillances. Je viens d’en déjouer une.

On rappelle que la CARPA, qui est une  association de la loi de 1901,  n’est jamais que le gestionnaire du compte de règlements de tous les avocats d’un barreau déterminé fonctionnant sous la signature du bâtonnier. Ce dernier est  président de droit l’association CARPA (et non pas de l’ordre, qui, une fois encore, n’existe pas.)

La pratique  actuelle est mauvaise,  voire dangereuse,  lorsqu’un chèque est émis à l’ordre de la CARPA,  sans plus, car ce libellé est  insuffisant en lui-même pour déterminer quelle affectation finale sera donnée à sa provision.

La provision, c’est ainsi que ça s’appelle en droit de la banque  pour la somme destinée au bénéficiaire.  

En effet, la provision  n’a pas à  rester pas en mains du bâtonnier, sauf si celui-ci  est formellement désigné comme séquestre,  mais doit etre affectée au compte de règlements de tel avocat du barreau, et même à un sous compte de cet avocat.

Il convient,  dans ces conditions,  de modifier d’urgence la pratique  dangereuse  actuelle,  en obligeant de compléter toujours  la mention du  bénéficiaire du chèque par le nom de l’avocat  de référence. 

Ce sera :

soit Maitre UNTEL,   c’est à dire l’avocat du client bénéficiaire de la provision du chèque, soit,  pourquoi pas,  un autre,  Maitre TARTEMPION, par exemple,  avocat d’une autre partie,   bénéficiaire finale de la provision du chèque.

Plus simple.

Supprimons  donc les caisses et que les vrais bénéficiaires des chèques et règlements soient mentionnés clairement.

Par bernard.kuchukian le 14/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 4 jours

A vrai dire, je savais ce que j’écrivais il y a un instant en complimentant l’inauguration de la crèche de Béziers. Je rappelle que voici quelques années, l’ami Robert MENARD, maire  de Béziers, ancien séminariste,  avait convié la communauté juive en mairie pour célébrer aussi Hanoukka les lumières qui tombe à l’époque de Noel.

On peut visionner l’inauguration de cette année 2018 et remarquer la présence d’un rabbin au premier rang, accueilli chaleureusement par le maire pour inaugurer la crèche municipale.

Allons plus loin pour ceux qui s’intéressent à notre histoire religieuse. Le puissant mouvement évangéliste américain qui investit et travaille pour Israël, au point pour ceux qui suivent i24 news, la télévision commerciale israélienne du satellite, de financer et organiser des sessions télévisées de débats. Mais aussi de rapports  d’authentiques recherches  archéologiques et bibliques auxquelles  lesquels participent juifs et chrétiens

 

 

Par bernard.kuchukian le 14/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 4 jours

 

Apparemment, on craint en haut lieu des désordres fiscaux dès janvier.

Voici qu’après la circulaire Internet pour les professionnels, les particuliers reçoivent moi ce jour des courriers personnels pourtant datés du 21 novembre indiquant qu’en cas d’évolution personnelle pour les retraités, on pourra changer de taux et de situation dès le … 2 janvier 2019 sur impots.gouv.fr, rubrique gérer mon prélèvement à la source.

Mais qui est le ministre idiot qui a déclaré que le prélèvement à la source allait libérer plein de fonctionnaires. C’est le contraire qui va se passer, vous verrez.