bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 08/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 semaines

 

Je me mets à la place des rédacteurs des P.V. d’audition des casseurs.

Je leur conseille donc  Le Guide pratique et culturel des prénoms arabes, publié par les éditions L’Arganier  à Paris en 2016, que j’ai dans ma bibliothèque.

Par bernard.kuchukian le 08/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 semaines

 

Lundi et mardi 10 et 11 décembre 2018, en l’absence annoncée du présent de la République évidemment retenu à Paris on imagine pourquoi, un obscur secrétaire d’Etat va signer à MARRAKECH, après sans doute un séjour agréable à la MAMOUNIA, le document final de la conférence intergouvernementale des Nations unies chargée d’adopter un pacte mondial pour des migrations sures, ordonnées et régulières.

Alors que plusieurs Etats membres de l’Union européenne disent non (devinez lesquels) d’autres hésitent. La France de MACRON (2/3 des Français aux dernières présidentielle)  fonce dans le mur.

Alors voilà.  Le programme est de collecter des données précises. Ca ne mange pas de pain. Le deuxième objectif est de lutter contre les facteurs négatifs ceux ainsi appelés étant les oppositions aux migrations en question.  Le troisième est de donner aux migrants, considérés comme déjà installés dans les pays de destination, toutes informations pour exiger des droits. Le quatrième objectif est de munir les migrants irréguliers de documents d’identité, et cinquième objectif, faire en sorte que les filières de migration soient plus accessibles et plus souples. En français dans le texte.  Objectif n° 6 : favoriser les pratiques de recrutement justes et éthiques et trouver aux migrants non seulement du travail, mais encore du travail décent, ce qui veut dire que les pays d’accueil doivent reculer pour accepter les migrants.  Le septième objectif est se s’attaquer aux facteurs de vulnérabilité en protégeant les migrants. D’(ailleurs le 8ème objectif est de sauver les vies des migrants, et même de retrouver ceux qui ont disparu.  Objectif neuf, à la limite le seul sérieux, renforcer la lutte transnationale contre le trafic des migrants, avec en objectif n° 10 le combat contre la traite des personnes. C’est seulement au 11ème objectif qu’on parle enfin de gérer les frontières, avec en objectif n° 12 la veille des orientations appropriées ( ???) L’objectif n° 13 est ne pas recourir au placement en rétention et la découverte de solutions de rechange. Comme l’expulsion n’est pas prévue non plus, c’est donc la régularisation systématique. D’ailler objectif n° 14, il faut renforcer la protection consulaire, et même objectif n° 15 assurer l’accès des migrants aux services de base, et objectif n 15 donner aux migrants des moyens de pleine intégration, et encore objectif n° 17, &éliminer toutes formes de discrimination, et organiser un débat public contre les oppositions aux migrants.

J’arrête ici, il y en a encore 6 ou 7 autres.

 

DANS LE MEME TEMPS, ON VIENT DE DECIDER DE LA GRATUITE  TOTALE     POU LES ALGERIENS D’ALGERIE A LA SECURITE SOCIALE FRANÇAISE.

FRANÇAIS, PAYEZ, FERMEZ LA.

HOU LES FASCISTES RACISTES FACTIEUX DU FRONT NATIONAL….

Par bernard.kuchukian le 08/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 semaines

 

Une des fâcheuses conséquences de ces manifestations inévitables,  dues à l’aveuglement général, vieux de quarante ans,  est que ce midi, je n’ai pu manger le couscous que je me  proposais d’offrir à mon épouse.

Notre restaurant tunisien préféré est au début de la rue de la République,  et la station de métro « Vieux Port » était fermée.

Par bernard.kuchukian le 08/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 semaines

 

Ce billet est écrit ce matin samedi 8 décembre de manifestations parisiennes sur blog avocats, où je tiens chronique. Je donne ce préalable, car il va etre reproduit sur mon compte Facebook.

Alors voilà, on apprend des centaines d’interpellations,  sans doute de casseurs professionnels ou d’aspirants casseurs, ce qui démontre au passage qu’on les connait, sauf que jamais on ne nous donne leurs noms et prénoms, dès fois qu’on ferait des rapprochements trop précis avec certaines banlieues,  dans lesquelles on aspire à construire des mosquées. Pourvu qu’on ne transforme pas la cathédrale de Saint-Denis en grande mosquée.

Revenons aux casseurs. Finalement, il va falloir changer  les programmes de contractions des logements pour les héberger, qui coutent si cher à la collectivité, par des programmes de constructions de prisons.

En voilà un beau thème juridique de droit de la construction.

Par bernard.kuchukian le 07/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 semaines

Je me console comme je peux, moi qui ai attiré,  voici des trimestres et d’autres,  l’attention des présidents du Tribunal de grande instance et du Tribunal de commerce de Marseille,  sur l’absence de main courantes,  le long des  volées d’escaliers,  pour accéder aux   chambres correctionnelles et aux chambres commerciales. Pas grand chose, voyez vous.

Le président du Tribunal de commerce m’a répondu que ce n’était pas de son ressort – ce qui est vrai- puisqu’il n’avait pas cette main là sur le bâtiment.

La présidente du Tribunal de grande instance elle concernée, m’a répondu qu’en effet, il y avait problème et qu’il serait résolu prochainement. C’est pourtant moins cher que, voyez la suite.

Prochainement est le terme généralement employé pour la Saint Glin Glin. 

Une jurisprudence ancienne d’un tribunal de Strasbourg, si je ne me trompe, a décidé qu’on la fêtait tous les ans,  à la Toussaint, donc le 1er novembre. C’était d’une logique implacable.

Or, le 1er novembre 2018 est passé depuis plus d’un mois. Rien n’a changé.

Même pas les présidents.

Attendons donc une prochaine chute et l’engagement de la responsabilité de l’Etat défaillant à assurer la sécurité de ses bâtiments,  alors qu’il l’impose aux autres.

Du coup, on tombe (intellectuellement je vous rassure) sur l’affaire du nouveau Tribunal de grande instance des Batignolles à Paris.

Déjà 10 millions de travaux. Interrogée sur ces problèmes, l’Agence pour l’immobilier judiciaire (APIJ) fait répondre par son service presse que le bâtiment a été livré et que ce n’est plus de son ressort. La chancellerie, pour sa part, confirme que des travaux de sécurisation vont être mis en œuvre. Selon une source interne, depuis son ouverture, le bâtiment a déjà donné lieu à 10 millions d’euros de travaux, à la charge du ministère. Cela inclut notamment les frais de démontage des boxes dans les salles d’audience. La facture va donc encore s’allonger. Pour mémoire, la construction a coûté 671 millions d’euros, le loyer annuel s’élève à 90 millions en moyenne sur 27 ans, soit jusqu’en 2043. Montant total de la facture estimée : 2,7 milliards d’euros. Si tout va bien.

Et les incidents ont commencé, chute au delà d’une barre de protection, incendies (il parait que des avocats pourraient en etre les futures victimes).

Je n’ai pas encore mis les pieds aux Batignolles, mais vu de la lointaine province où je croupis,  les échos que j’en ai sont unanimes. C’est moche, mal foutu, inhumain et pour tous dire un superbe ratage.

La chanson est donc  devenue trompeuse elle aussi, et il  n’y a donc plus de costauds aux Batignolles…

Par bernard.kuchukian le 06/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 semaines

 

A 72 ans cette année, pas de chance, Arménien et pied noir, il fallait le faire,  j’ai connu tout jeune  la guerre d’Algérie, avec ses conséquences en direct  sur le Forum d’Alger,  le 13 mai, avec le retour du général de Gaulle, puis le putsch, l’O.A.S., dans laquelle ont été très activement (si on voit ce que ça veut dire) des membres de ma famille, l’indépendance, l’exil, la haine des Français contre les pieds-noirs, les bouleversements sur la vie de la France, avec ensuite  l’immigration du tiers monde et notamment algérienne, sur laquelle il a été progressivement  si bon ton de s’épancher, qui  n’a pas terminé sa guerre face à une France laxiste, désormais sans courage.

J’ai connu à 21 ans mai 1968, tous les bons bourgeois du pouvoir gaulliste terrorisés et ne sachant que faire face aux émeutes de gauche. C’était  aussi le temps de la Russie soviétique, et du rideau de fer.

J’ai connu alors le sursaut du vrai peuple de France, la descente sur les Champs Elysées contre les émeutiers. Sans les banlieues, qui étaient encore dans leurs gourbis d’Algérie. L’obligation pour de Gaulle de gracier le général Salan, parce qu’il fallait désormais rameuter dans les rangs du pouvoir, toujours en leur bavant dessus cependant, les factieux, les fascistes, ma famille sociale et politique par mes événements familiaux.

Toute ma vie jusqu’ici, j’ai vécu ensuite l’ostracisme non seulement en vertu de mon nom de famille, mais aussi et surtout de mes idées politiques. Dans ma profession, tous ceux qui ont fait de la politique, tous pouvoirs en place de gauche comme de droite,  en ont tiré des avantages, moi je n’en n’ai eu que des inconvénients, des mises à l’écart. Au piquet.

Depuis longtemps, je sais, je dénonce avec des amis qui m’informent, la décomposition  télévisée de la société française, par cause d’immigration abusive, couteuse et dangereuse, tandis que les moralistes de bienpensance tendance Bisounours, m’a toujours montré du doigt.

Après avoir passé ma vie à payer de lourds impôts et surtout pas de profiter de la société et de ses avantages, je regarde aujourd’hui la situation ahurissante du pays.

Quoi, deux tiers de crétins qui ont élu  voici 18 mois l’actuel président de la République, deux tiers de cocus, puisqu’il les a compris sans qu’on ait jamais su ce qu’il avait compris. S’il a compris que ses électeurs étaient des imbéciles. A la mémoire courte, car ils n’ont pas choisi un président, ils ont voté au juste sans vraiment savoir pourquoi contre Marine LE PEN. Toujours le même refrain. Débile. 

Alors, on reprend toujours le même vocabulaire, on ment officiellement aux Français,  dont la naïveté constante politique est effrayante, et sera d’ailleurs ridiculisée une fois encore.

Tandis que je demeure dans l’autre tiers, désespéré à l’idée que de mon vivant, nous n’arriverons pas au pouvoir, en raison du formatage intellectuel du peuple français.

Le peule français, pétainiste sous Pétain, modestement gaulliste sous de Gaulle. Ebloui avant tout  par la  Rolex qu’il n’a pas, lecteur assidu de Gala et Voici. Si disposé à pleurnicher sur le sort des immigrés, sur le tiers monde, sans se rendre compte qu’ils le volent, le violent, en en veulent avant tout à ses personnes et biens. Par la peur. Et quand ce n’est pas assez, en allant casser. Servons nous.

En attendant la prochaine suite dont personne ne parle : le pacte de Marrakech. Entrez librement chez nous peuples du Tiers monde, on va vous payer pour cela, vous donner nos biens, nos femmes, et tout ce que vous voudrez. Et si on ne vous les donne pas, vous casserez et on vous le donnera.

 Car le  Français moyen est un trouillard de première. Alors il baisse la tète devant tout, l’impôt, le recul des libertés, le sauvetage inutile des autres, un comportement de riches quand il est pauvre. La compassion pour les autres alors que c’est avant tout pour eux-mêmes qu’elle devrait s’exprimer.

Sauf maintenant ces gilets jaunes, sortis de nulle part,  qui en ont marre de la situation, mais ont encore la langue de bois. Pour eux, Nicolas DUPONT AIGNAN a maintenant  trouvé la formule « cessez de nos emmerder ».

Que les casseurs cassent, ce seront toujours les mêmes qui paieront, les contribuables paieront pour eux. Pourvu qu’ils ne protestent même pas quand on leur expliquera que c’est encore la faute à l’extrême droite. J’écris cela à l’exact moment où le premier ministre parle des factieux. Ah, les factieux, vocabulaire contre l’Algérie française de mes 15-20 ! On a ressorti les vieilles marmites.

D’où il ne sortira rien : vous verrez les casseurs des banlieues casseront encore, et personne ne réagira. On a peur de l’Arabe, voici la vérité.

 

 

Par bernard.kuchukian le 05/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 semaines

 

Voici donc un an que le rocker est mort.

Moi, je dis à toutes celles et à tous ceux qui ont été si sensibles à son décès et le demeurent, tous organes du pouvoir en tète puisque le président était en personne à ses obsèques, qu’ils n’ont pas conscience que celui qu’ils enterraient chantait : « je vous mets le feu ». 

Quelque part, il était en avance. Personne ne l’a compris. Encore heureux que Marine LE PEN n’y soit pas allée (on l’avait refusée). Peut-être aurait-on du écouter ce sympathique sympathisant sosie chanteur de Johnny HALLIDAY, qui entre autres choses, était venu célébrer  avec nous la victoire de mon ami Gilbert COLLARD dans le Gard, l’an dernier.

Le feu c’est celui des gilets jaunes actuellement.

Par bernard.kuchukian le 04/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 semaines

 

Enfin, plus exactement,  leur mur des cons, dont les constructeurs, des magistrats, feront l’objet d’une audience correctionnelle à partir de mardi prochain.

Contre la liberté d’expression qu’ils refusent aux autres – moi compris – tandis qu’ils se la réservent à eux, en raison même de leur contradiction,  ils  doivent avoir tout notre soutien.

 

Par bernard.kuchukian le 04/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 semaines

 

Tout est dit. Salut l’ami ! Et bravo.

Ne pas hésiter à soutenir qu toute contradiction signifierait une manifestation anti-juive. Le petit Jésus était bien juif, non ? Puisqu’il a été circoncis huit jours après sa naissance. Et moi qui me tue à soutenir qu’il manque un rabbin dans la crèche des santons marseillais, à coté du curé.

En attendant, voici la mienne de crèche.

Par bernard.kuchukian le 04/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 2 semaines

Voici que ce soir, son greffe informe par courrier électronique que le Conseil constitutionnel a été saisi   ce jour par la chambre criminelle de la Cour de cassation de la Q.P.C. relative à la disposition suivante du Code de procédure pénale.

 

« « Article 61-1

Créé par LOI n°2014-535 du 27 mai 2014 - art. 1

La personne à l'égard de laquelle il existe des raisons plausibles de soupçonner qu'elle a commis ou tenté de commettre une infraction ne peut être entendue librement sur ces faits qu'après avoir été informée :

1° De la qualification, de la date et du lieu présumés de l'infraction qu'elle est soupçonnée d'avoir commise ou tenté de commettre ;

2° Du droit de quitter à tout moment les locaux où elle est entendue ;

3° Le cas échéant, du droit d'être assistée par un interprète ;

4° Du droit de faire des déclarations, de répondre aux questions qui lui sont posées ou de se taire ;

5° Si l'infraction pour laquelle elle est entendue est un crime ou un délit puni d'une peine d'emprisonnement, du droit d'être assistée au cours de son audition ou de sa confrontation, selon les modalités prévues aux articles 63-4-3 et 63-4-4, par un avocat choisi par elle ou, à sa demande, désigné d'office par le bâtonnier de l'ordre des avocats ; elle est informée que les frais seront à sa charge sauf si elle remplit les conditions d'accès à l'aide juridictionnelle, qui lui sont rappelées par tout moyen ; elle peut accepter expressément de poursuivre l'audition hors la présence de son avocat ;

6° De la possibilité de bénéficier, le cas échéant gratuitement, de conseils juridiques dans une structure d'accès au droit.

La notification des informations données en application du présent article est mentionnée au procès-verbal.

Si le déroulement de l'enquête le permet, lorsqu'une convocation écrite est adressée à la personne en vue de son audition, cette convocation indique l'infraction dont elle est soupçonnée, son droit d'être assistée par un avocat ainsi que les conditions d'accès à l'aide juridictionnelle, les modalités de désignation d'un avocat d'office et les lieux où elle peut obtenir des conseils juridiques avant cette audition.

Le présent article n'est pas applicable si la personne a été conduite, sous contrainte, par la force publique devant l'officier de police judiciaire. » »

 

Ca veut dire quoi ?

Qu’il n’est pas TOLERABLE que police ou gendarmerie s’amusent à convoquer UNTEL par téléphone. Y compris comme témoin. Car en recevant la convocation, l’intéressé ignore pourquoi on doit l’entendre et ce qu’on va peut etre lui reprocher. Ou lui adressent une convocation du genre : « affaire vous concernant ». Que même l’art. 61-1 du Code pénal, qui mettait pourtant un peu d’ordre dans la  dérive ancienne peut etre déclaré incessamment inconstitutionnel. Tchao le téléphone.