bernard.kuchukian

Par bernard.kuchukian le 07/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 6 jours

 

Alors voilà, les Israéliens, les plus forts une fois encore, ont envoyé un engin spatial sur la Lune. On a même eu droit à un selfy.

Le plus génial de ce coup là correspond à ce qu’on pense du peuple juif, excellent en affaires.

Et oui. L’excellence, c’est ici que compte tenu du budget serré, puisque le voyage est fait sur des capitaux privés, on a trouvé des clients pour  déposer du matériel.

Seulement, si j’ai bien compris, ce matériel est lourd.

Alors, par sécurité et prudence, et cout sans doute aussi, on a ralenti le cortège. Il faut attendre le mois prochain pour l’arrivée sur la Lune.

Ainsi, Israël vient d’inventer la conquête spatiale low-cost.

Il fallait le faire.

Par bernard.kuchukian le 04/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 1 semaine

 

Ou lucidité, où je ne sais pas. Un ancien entrepreneur de bâtiment ami, bien agé, vient  de  construire son tombeau dans un cimetière des Hautes-Alpes, et il y a même mentionné ses nom et prénoms. Il a envoyé la photo correspondante à ses enfants, avec la mention : vous n’aurez qu’à ajouter les dates.

Par bernard.kuchukian le 03/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 1 semaine

Bon, les chiffres se précisent, la France, président MACRON en tète, tous vent debout, va réclamer 20.000.000  €  à Ford pour la fermeture de son  site bordelais.

Je viens de convertir en U.S. $, c’est 22.811.000.

Je cite mes sources, documentation Boursorama en ligne.

Chiffre d’affaires annuel de Ford en 2017 : 127.342.424.000 U.S. $,  soit un bénéfice de 6.669.056.000 U.S. $.

Comparée au chiffre d’affaire annuel, la réclamation française c’est  0,020 % environ

Et comparée au bénéfice c’est 0.34 % environ aussi.

Ouaf ouaf.

Par bernard.kuchukian le 03/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 1 semaine

Ce que j’écrivais voici 48 heures : Quelques chaines de télévision seulement annoncent les manifestations géantes prévues aujourd’hui en Algérie. On parle de millions de manifestants dans les rues qui ne veulent plus du président BOUTEKLIFA. C’est pire que cela en réalité. Peut-être iront-ils prendre d’assaut le palais d’été : qu’ils y aillent, il est vide puisque son occupant est hospitalisé à Genève.  S’il en est de facétieux, qu’ils ailleurs donc plutôt que l’esplanade du Forum manifester comme les pieds noirs du 13 mai 1958 devant le bâtiment du Gouvernement général (œuvre des frères PERRET).

A l’instant, ce dimanche, alors que les manifestations sont allées justement jusqu’au au palais d’été, enfin à la présidence algérienne de la République, je ne me suis pas trompé.

Sera-t-il pris d’assaut ?

On n’en sait rien.

J’avoue que je  m’intéresse de tout temps au bâtiment. Tout petit, à la maternelle, je rêvais d’etre pompier ou gouverneur général, ce qui n’était pas pareil. Je ne connais le bâtiment que par témoignages. On sera déçu, c’est du style mauresque pied noir, initiative d’un gouverneur général appelé LUTAUD. Il y avait là jadis les écuries du dey d’ALGER, sous la domination ottomane, dans un très beau parc.

L’intérieur doit etre kitch.

Les Ottomans sont partis, les       Arabes ne sont pas réputés pour la qualité de leurs gouts architecturaux,  sauf un peu au Maroc, mais ce ne sont pas des Arabes, mais des Berbères. J’ai écrit les Arabes, les Perses en Iran et les Ottomans en Turquie,  c’est autre chose). Quant aux pieds-noirs, je suis honnête, ils brillaient plus par l’anisette que par l’art décoratif.

A ce qu’on sait c’est que le bâtiment contient quelques peintures de paysages d’Algérie, peut etre des DINET, plus surement  des NOIRé (l’un de mes arrières grands pères). Il doit y avoir aussi des tableaux animaliers de Paul JOUVE, qui fut célèbre dans les années 30, qui était le père d’un petit cousin à moi.

Par bernard.kuchukian le 02/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 1 semaine
   

Je découvre  une question écrite au premier ministre de Gilbert COLLARD qui  attire l’attention  sur l'allongement significatif du traitement des avis par la CADA.

La commission d'accès aux documents administratifs a été conçue afin de faciliter l'exercice de ce droit de communication introduit par la loi du 17 juillet 1978.

 Cependant, sauf exception, la saisine de la commission constitue un préalable obligatoire à tout recours contentieux relatif à la communication des documents administratifs ; et ce en vertu du livre III du code des relations entre le public et l’administration. Or la CADA qui est actuellement saturée par les saisines, met parfois plus de six mois avant de rendre certains avis.

Il en résulte donc un allongement excessif de certaines procédures administratives contentieuses. Il souhaiterait donc savoir si les services du Premier ministre envisagent de renforcer les effectifs de la CADA, ou bien dans le cas contraire, de rendre sa saisine facultative dans l'hypothèse d'un référé administratif.

Le commentaire est qu’ainsi donc une excellente réforme placée sous contrôle du Conseil d’Etat se trouve privée d’effet par privation de moyens ensuite de son succès mérité. Quel gâchis.

Par bernard.kuchukian le 02/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 1 semaine

 

En grand pourfendeur du capitalisme sauvage américain, voici que notre bienaimé président de la République annonce qu’il sera terrible contre FORD, qui ferme son usine de boite de vitesses près de BORDEAUX, dont, soit dit au passage, on se demande bien pourquoi elle était dans ce coin là où on n’a jamais fabriqué la moindre automobile.

Il parait que l’Etat français va réclamer à FORD  plus de 15.000.000 € d’euros d’aides considérées comme versées à tort à l’Américain.

Les journalistes qui rapportent ces propos guerriers feraient bien de comparer leurs chiffres français avec celui des bénéfices de FORD pour l’an dernier : 7,6 milliards de dollars.

Bon, retournez donc voir vos dessins animés.

Par bernard.kuchukian le 02/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 1 semaine

 

Je cite :

Les nouveaux adhérents ont prêté serment.

La profession légale compte, depuis vendredi 22 février, 10 nouveaux avoués. Ils ont prêté serment devant la Master and Registrar, Renuka Dabee, et la Deputy Master and Registrar, Ratna Seetohul-Toolsee. 

Dans son discours de bienvenue, la présidente de la Mauritius Law Society (Ordre des avoués), Me Zubeida Salajee a déclaré : « désormais, vous devrez garder à l'esprit que quoi que vous fassiez, que ce soit à titre professionnel ou privé, cela ne doit pas porter atteinte à la profession ». 

Elle a rappelé aux nouveaux adhérents que leur signature a une valeur à partir de ce jour. « Vous serez approchés par des avocats qui vous proposeront de l'argent en échange de votre signature. Ils vous diront : Il suffit de signer le document et ne vous inquiétez de rien d'autre, nous prendrons en charge le dossier. En tant qu’avoués, vous êtes les dépositaires des dossiers de vos clients et vous en êtes responsable. Vous devez rencontrer vos clients et instruire un avocat. Ce ne devrait pas être l'inverse. Vous devez agir en tant qu’avoué et non en tant que tampons ». 

La présidente de l’Ordre des avoués a ajouté « qu'en tant que femme - et en tant que première femme présidente de la MLS - je suis heureuse de constater que le sexe dit faible prend le dessus dans la profession légale, que ce soit sur le banc ou au barreau ».

Fin de citation.

Bon, c’est à l’île Maurice. Ils ont gardé les usages britanniques. Finalement, que les Anglais s’en aillent.

Par bernard.kuchukian le 01/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 1 semaine

Des sommes considérables ont été versées  aux  anciens avoués d’appel lors de la suppression de leur profession, tandis qu’une taxe parafiscale désormais de 225 € par affaire et avocat en cause d’appel abonde le fonds d’indemnisation qui a été créé et fonctionne depuis  sept années révolues.

Monsieur Gilbert COLLARD interroge Madame le garde des sceaux, ministre de la justice,  sur le point financier du fonctionnement de ce fonds, voire sur sa suppression prochaine rendue alors  nécessaire par le but sans doute atteint. Il craint en effet que le système d’indemnisation utilisé,   sur lequel  le Conseil constitutionnel avait à l’époque émis des réserves sérieuses, ne conduise un jour prochain la Cour des comptes à émettre des critiques fâcheuses pour les comptes de la collectivité des contribuables et justiciables.

Par bernard.kuchukian le 01/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 1 semaine

 

 Quelques chaines de télévision seulement annoncent les manifestations géantes prévues aujourd’hui en Algérie. On parle de millions de manifestants dans les rues qui ne veulent plus du président BOUTEKLIFA. C’est pire que cela en réalité. Peut-être iront-ils prendre d’assaut le palais d’été : qu’ils y aillent, il est vide puisque son occupant est hospitalisé à Genève.  S’il en est de facétieux, qu’ils ailleurs donc plutôt que l’esplanade du Forum manifester comme les pieds noirs du 13 mai 1958 devant le bâtiment du Gouvernement général (œuvre des frères PERRET).

La suite, non pardon, je recopie moi billet d’il y a deux ans et deux mois.

 Début de citation.

Un très sérieux hebdomadaire, The Spectator,  le plus vieux du Royaume uni, tendance conservatrice, nous donne un scénario  sans appel. « Comment l’Algérie pourrait détruire l’Europe ».

 

La vacance "institutionnelle" causée par la maladie du président Bouteflika et l'absence de successeur entraînera le pays dans le chaos généralisé, à la faveur des islamistes qui vont essayer de prendre le pouvoir, annonce le magazine, mettant en garde l'Europe contre "une autre crise de réfugiés". 

 

Un scénario catastrophe qui s'imposerait avec d'autant plus de force que l'état de santé du président Bouteflika, déjà précaire, s'est aggravé ces derniers jours, relève le journal britannique. Citant une source médicale, il  indique que "l'esprit de Bouteflika est aujourd'hui plus infirme que son corps", mettant ainsi en doute les aptitudes du chef d'Etat algérien, victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013.

 

 

"Officiellement, Bouteflika a subi des «tests médicaux périodiques» standards à Grenoble. Mais personne ne le croit. Parmi les personnes qui connaissent bien l'Algérie, il ne fait aucun doute que le président est gravement touché et qu'il lui reste peu de temps à vivre. Cela signifie que son régime n'a plus beaucoup de temps non plus. Les conséquences de cette situation vont bien au-delà de l’Algérie", avertit la même publication.

 

"Quand Bouteflika s'en ira, l'Algérie va probablement imploser. Les islamistes qui ont été maintenus à distance par sa main de fer exploiteront le vide laissé. Les tensions qui ont été enterrées depuis la guerre civile vont ressurgir. Et puis l'Europe pourrait être submergée par une autre grande vague de réfugiés d'Afrique du Nord", annonce The Spectator.

 

"Une guerre civile algérienne créerait un grand nombre de réfugiés. Un analyste a dit attendre 10 à 15 millions de réfugiés à partir de l'Algérie. Compte tenu de l'histoire de ce pays, ils s'attendraient à être sauvés par une nation: la France. Dans son impact sur l'UE, même une fraction de ce nombre diminuerait l'effet de la guerre civile syrienne. Etant donné le traumatisme politique que la crise des réfugiés a déjà causé en Europe, un exode massif algérien pourrait provoquer une énorme insécurité en Europe", alerte la publication.

 

 

Un scénario bis de la tristement célèbre "décennie noire" risque de se produire, étayé par les messages d'alerte lancés par les services de renseignement occidentaux. "Presque personne en dehors de l'Algérie n'ignore ce qui va se passer. Les agences de renseignement occidentales ont peut-être été prises au dépourvu par le mal nommé printemps arabe en 2011, mais tous sont très conscients des dangers guettant l'Algérie. Dans les coulisses, les gouvernements se préparent à une nouvelle guerre civile et à ses conséquences", indique The spectator.

 

Et d'ajouter: "Il y a seulement 24 ans, 150.000 personnes sont mortes dans une guerre civile algérienne entre les islamistes et l'Etat. Cette fois-ci, les choses seront plus sanglantes, notamment à cause du développement de l'islamisme armé ces dernières années". Le journal britannique pointe du doigt cette forte implantation de groupes terroristes en Algérie, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et Daech.

 

Cette description est faite sur fond de baisse du prix du baril de pétrole, on est toujours autour de 50 dollars, alors que le budget constant de l’Algérie passe sur une estimation des   110 dollars.

 

J’ai écrit depuis des mois ici que l’Algérie en avait pour trois ans avant la débandade financière et sociale. Il ne reste que 18 mois au maximum.

 

J’ignore qui sera alors à l’Elysée. Son occupant actuel n’aura rien vu venir, au contraire.

 

Si jamais mes amis y arrivaient, tous ensemble serions confrontés avec la vérité que nous avons dite  les premiers.

Fin de ma citation.

J’avais prévu en décembre 2016 : 18 mois. Demain on verra si je me suis trompé, et de combien, quatre mois.

 

Par bernard.kuchukian le 27/02/19
Dernier commentaire ajouté il y a 9 mois 2 semaines

Ma lettre au bâtonnier du moment.

 

Monsieur le bâtonnier,

 

Il ne vous a sans doute pas échappé que Monsieur Emmanuel MACRON,  président de la République,  a annoncé publiquement le 6 février dernier que la France allait désormais commémorer officiellement,  chaque année le 24 avril, on imagine dès cette année le 24 avril 2019, le génocide arménien de 1915.

 

Ce dernier a d’ailleurs été reconnu par une loi déjà ancienne de la République. Dont le contenu n’a jamais été remis en cause par le Conseil constitutionnel au contraire même.

 

A ce sujet, voir notamment la décision Q.P.C. 2015-512 du 6 janvier 2016 rendue aussi sur interventions de deux confrères du barreau de Marseille, Philippe KRIKORIAN et moi-même.

 

Vous nous avez tout récemment  transmis officiellement également, à tous confrères et par Internet,  évidemment à un moindre niveau que celui de la présidence de la République,   telle invitation de la Conférence des bâtonniers,  pour manifester tel jour contre l’antisémitisme.

 

En vertu des mêmes grands principes, j’ai l’honneur de vous inviter à m’indiquer quelles dispositions vous prendrez  pour communiquer dans le cadre de cette future commémoration nationale arménienne.

 

Je vous assure, Monsieur le bâtonnier, de ma considération d’usage.