Oct
03
DOSSIER AVOCATS : ET L'EUROPE DE L'AIDE JURIDICTIONNELLE

On va encore brasser du grand vent, défendre des grands principes, faire du grand n'importe quoi, plein de morale vertueuse ou de sanglots pathétiques, sans un instant s'intéresser à ce qui se passe ailleurs dans l'Union européenne.

Oui, nos chers élus dont nous payons les déplacements européens et mondiaux en congrès, agapes, et réceptions, ne nous ont jamais documentés sur une chose toute simple.

Quel est donc le régime de l'aide juridictionnelle dans les Etats membres de l'Union européenne ?

Ils gagnent combien les confrères européens et pour quel travail ?

En voilà de bonnes questions, sérieuse, permettant de discuter autrement qu'en calculant la baisse de 0, quelque chose.

On vous attend là encore les élus voteurs de grève et d'amusement de galerie.

Et pendant ce temps, les avocats parisiens, eux, ne parlent pas de grève. Ils n'en n'ont rien à faire. C'est bien assez d'avoir confisqué toute l'activité et toute l'intelligence du pays. Prudemment, le conseil de l'ordre parisien a donné le 1er octobre tous pouvoirs à sa batonnière " de prendre toute décision utile à la défense des intérêts des avocats du barreau de Paris, y compris par un recours à la grève générale, si le gouvernement persiste dans sa volonté de porter atteinte aux intérêts des avocats et des justiciables." Lisez bien, ça ménage tout le monde et ça ne veut rien dire.

Voici qui n'est pas un appel à la grève, dont l'exigence est d'ailleurs légalement impossible, et qui est tout au plus une menace.

A quoi répond actuellement le pouvoir par le rappel à l'ordre du président de la République aux ministres désobéissants, parait-il si nombreux.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA