Apr
23
DOSSIER AVOCATS : LES ECONOMIES DE LA LIBERTE D'OPINION

La dernière publicité des centres Leclerc est d'affirmer que votre opinion vous fait faire des économies.

Non, Messieurs, surtout pas au barreau et encore moins à celui de Marseille. Suivez mon regard.

Commentaires

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

Non la liberté d'opinion ne fait pas faire d'économies. La liberté d'opinion au barreau est doublement onéreuse, matériellement et psychologiquement. Il n'y a pas qu'à Marseille, c'est aussi le cas à Pontoise. Pour que les choses changent, sans doute nous faut-il attendre la prochaine révolution?

Ne vous faites aucune illusion sur la prochaine révolution voulue d'ailleurs principalement par ceux qui ne cessent d'injurier les autres sous couvert de parler vrai et de respect du peuple !

Nom: 
Pierre DOYEN
Site: 
http://

Quand en 1989 le système communiste s'est effondré, tout le monde a applaudi, comme si le nôtre était excellent pour l'humanité. Notre système politique et social n'a pas plus de vertus que feu son concurrent communiste. L'édifice est vicié, quoique différemment du communisme, à son tour il va s'effondrer.

Pour être remplacé par quoi? Nul ne le sait. Aucune formation politique à droite comme à gauche, n' a de programme social à proposer à ses commettants. La question primordiale des dirigeants politiques, de quelque bord qu'ils soient, est de continuer d'exister.L'intérêt qu'ils portent pour le peuple est analogue à celui d'un berger pour son troupeau. Avant de connaître la révolution, nous allons vivre dans le cahos. Les pauvres vont se révolter pour s'emparer du bien de leurs voisins plus riches. Ceux-ci vont s'assembler pour tenter de conjurer le péril. Ni les uns ni les autres ne seront animés par une quelconque pensée politique. Ce n'est qu'après l'expérience du cahos généralisé, qu'une révolution verra le jour. Quoiqu'il eût été préférable que la pensée révolutionnaire préexistât avant la révolution.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA