Par bernard.kuchukian le 02/12/14

 

Malgré ce qu’on nous dit sur la blogosphère.

Oh, ce n’est pas moi qui le dit, c’est Le Monde d’hier daté d’aujourd’hui. Une page tout de même (avec une photo en couleur tout de même).

Qui nous fait une description d’apocalypse (au niveau d’une préfecture, de 14.000 habitants tout de même, un bloc de maisons dans une ville moyenne).Du calme.

L’effet HOLLANDE c’est terminé et on n’arrive plus à vendre les bols à café ou à thé avec des photos à Sa gloire.

Quel véritable désastre moral, je vous assure.

Vous aurez remarqué que pour ne pas heurter les susceptibilités locales, le s de Sa devant gloire est majuscule.

Par bernard.kuchukian le 28/11/14

 

On apprend ahuris que les prisons allemandes se vident. Plus exactement, qu’elles ne sont remplies qu’aux quatre cinquièmes, et que du coup, on envisage d’en ferler certaines.

On sait que l’Allemagne est un grand pays exportateur.

On déplore que notre pays n’ait pas ces vertus commerciales.

La solution est toute trouvée. Nous avons trop de détenus en France : exportons –en une partie  vers l’Allemagne.

Je ne sais pas comment chiffrer en termes de balance des paiements, mais au moment où on compare les prérogatives du ministre de l’économie par rapport à celui de la justice, il y a certainement quelque chose à faire.

Sur, notre blogueur pénaliste en chef Laurent EPAILLY va travailler le sujet.

Par bernard.kuchukian le 27/11/14

 

Avez-vous remarqué cette campagne publique de publicité, qui doit couter son pesant d’euros, dans les couloirs du métro et ailleurs, d’un institut quelconque de la santé publique, pour  nous inciter à nous laver les mains.

Par des temps qui courent, j’y trouve un sous-entendu subliminal exceptionnel.

A défaut de s’en battre l’œil (plus difficile à conseiller) ou de s’en taper le coquillard (carrément grossier), le massage  est peut-être destiné à nos amis Européens inquiets de notre situation intérieure.

A moins que ce soit à l’intérieur, un message destiné à  ceux qui protestent à l’avance quant aux réformes à venir.

Donc, on s’en lave les mains, et mieux, on vous invite à en faire de même. Sur des affiches en couleur, tiens avec du savon de Marseille. Car celui de la publicité peut être destiné à notre barreau, est en liquide. Je ne comprends pas pourquoi.

Par bernard.kuchukian le 25/11/14

 

On sait quelles ont été mes attaques sur ce blog contre les tribunaux de commerce,  dans leur organisation actuelle.

On sait quelles ont été mes attaques contre la Chambre de commerce de MARSEILLE,  qui est bien loin d’avoir tout fait pour sauver cette région. Et dont les élus sont ceux qui désignent les juges consulaires locaux.

Voici que le  président de cette  Chambre de commerce, Jacques PFISTER, s’exprime ce soir à propos de la S.N.C.M. et qu’il déclare à la presse nationale qu’à part la liquidation judiciaire, il ne voit pas la moindre autre solution.

C’est ici l’histoire classique des montres cassées : deux fois par jour, elles donnent l’heure exacte.

Nous sommes donc parfaitement d’accord avec le président PFISTER, et je dis même que c’est courageux à lui d’avoir fait ses déclarations.

Remarquez qu’on puisse se féliciter simplement d’avoir le courage de reconnaitre  mais si tard l’évidence,  révèle la crise grave de notre société.

Par bernard.kuchukian le 25/11/14

 

Réflexion d’un parlementaire extérieur aux agitations actuelles.

Il n’y a plus de pouvoir central en France. 

Parce que le président, dont on sait qu’il est  amoureux,  laisse faire, ou qu’il est dépassé, ou qu’il sent qu’il a perdu sa légitimité. Ou encore qu’il préfère le système des courants du parti socialiste. Ou finalement qu’il se marre bien de contempler tous ces imbéciles qui l’ont élu.

Alors, chaque ministre fait un peu comme il ressent.

Ainsi donc se crée une lutte de pouvoirs entre les ministères, ce qui explique par exemple l’apparente opposition entre la justice et l’économie.

Jusqu’au moment où quelqu’un de plus fort, mais alors pour le moment,  peut siffler la fin de la récréation. Par les temps actuels, c’est sûr que celui qui met en avant la question de l’argent qu’on n’a plus a tendance à se faire entendre davantage. Et encore, ce n’est pas absolu.

Par bernard.kuchukian le 14/11/14

 

Je rêve de Monaco, mais faute de pouvoir me (faire) payer en principauté, je lis Nice Matin. Tiens son édition en ligne ce matin nous apprend  que Monaco enregistre une croissance de 9,3 % de son produit intérieur brut en 2013.

Vous rêvez avec moi non ?

Car ce  chiffre serait sans doute inchangé si on réintégrait son contentieux criminel, envoyé à Marseille.

 

Par bernard.kuchukian le 11/09/14

 

Ce sont donc les huissiers de justice qui commenceront lundi prochain la grève des rentiers.

Entendons nous bien, des rentiers de situation au sens du droit de la concurrence, voire de la directive services dite BOLKENSTEIN, celle dont personne ne veut entendre parler et dont un bâtonnier du temps m’avait dit que ce n’était rien du tout. Le …

Après les huissiers, on parle des notaires.

Et pourtant, ce sont les greffiers en chef des tribunaux de commerce qui les premiers devraient manifester. Ce serait marrant.

Bon, c’est vrai quoi, en étant avocat, je ne gagne pas ce qu’ils encaissent. Mais il y a des moments oui où je me marre.

Par bernard.kuchukian le 11/09/14

 

Comme un écho en réponse à mon billet d’hier sur la peur des mots et la peur des coups, voici que la Commission européenne fait maintenant des reproches au gouvernement à propos des chiffres du budget de la France, de son déficit, et sans aucun doute de tout ce qui va avec.

Elle emploie un adjectif terrible. Elle demande en effet audit gouvernement  de lui faire  des propositions … CREDIBLES.

Imaginez le poids de cet adjectif qui en dit long, pardon, lourd.

Par bernard.kuchukian le 08/09/14

 

La question n’est pas nouvelle même dans notre pays, surtout dans notre pays, qui a toujours connu des révoltes, et aussi une Révolution, sans compter des coups d’Etat. Ainsi, par exemple, l’actuelle constitution de 1958 n’est jamais que la conséquence directe de la révolte du peuple algérois le 13 mai 1958 sur le Forum,  qui a poussé à la fin de la IVème République et à l’arrivée du général de GAULLE aux affaires  avec  sa Vème République. J’y étais, j’avais 11 ans. François MITTERAND a appelé cela plus tard  le coup d’Etat permanent. Il avait raison.

Sommes-nous  actuellement en situation de révolte, c’est-à-dire en situation de négation du droit existant ? Ca et là,  on dit que lorsque le peuple descendra dans la rue, il se passera quelque chose de moins mou qu’actuellement. C’est plus compliqué que cela, parce que le peuple dans la rue ça ne marche pas tout le temps.

En droit constitutionnel français actuel, le droit à la révolte n’existe pas formellement. Certes l’art.2 de la déclaration des droits de l’homme de 1789, celle qui constitue le préambule de la constitution de 1958 valide bien comme droits fondamentaux la liberté, la propriété, la sureté et la résistance à l’oppression.

C’est quoi l’oppression au juste dans un Etat de droit.  Peut-on aller jusqu’à considérer que c’est le refus d’accepter l’absence de légitimité du pouvoir établi, lorsqu’il ne correspond plus à une majorité d’approbations dans le pays.

Qu’on l’ait aimé ou détesté, de GAULLE n’était pas un dictateur au sens de cette oppression là. Même lorsqu’il a fait application en 1961 de l’art. 16 de la constitution qui lui a donné tous les pouvoirs, et il en a abusé, jamais, absolument jamais malheureusement, il n’existait dans le pays une majorité contraire à sa politique algérienne. De GAULLE a bradé l’Algérie parce que la majorité des Français n’en voulaient plus, et croyaient qu’en scellant par l’abandon et la ruine des Pieds noirs, ils aurait réglé la question arabe. Ils se sont trompés, mais ce sera à voir plus tard. En tout cas, lorsqu’il n’a plus eu de légitimité, le plus légalement du monde de GAULLE a démissionné.

Il existe une autre déclaration des droits de l’homme, autre que celle de 1789. C’est celle de 1793, plus radicale dans son art. 35 : quand le gouvernement viole les lois du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. C’est son art.35.

Sans le savoir, ceux qui sont allés crier  vive de GAULLE au Forum le 13 mai 1958 ont appliqué l’art. 35 de la déclaration de 1793.

En sommes-nous là aujourd’hui ?

Personne ne peut le dire avec sureté. Ce qui est certain est qu’un  fossé s’est maintenant établi, le pouvoir en place, parfaitement légal, n’ayant sans doute plus la moindre légitimité aux yeux du peuple souverain.

Les légalistes de tout poil devraient bien réfléchir à cela : personne n’était plus légal en Allemagne qu’Adolphe HITLER quand il a décidé la Shoah, et  ceux qui alors représentaient les Juifs allemands auraient bien fait d’appliquer la déclaration de 1793

Par bernard.kuchukian le 05/09/14

 

Sans vraiment le vouloir, le président de la République a trouvé la solution pour sortir la France de la crise et du marasme actuels.

Cette sortie, c’est l’édition du « Merci pour ce moment » de Madame TRIERWEILER, son avant dernière compagne officielle.

Le succès correspondant  est tel que le livre  devient difficile à trouver en librairie.

Mon épouse me dit à l’instant  qu’elle a pris le dernier qui restait à la librairie où elle est allée ce matin.

Quant à AMAZON, en ligne sur Internet, il annonce qu’il ne pourra livrer qu’à partir du 13 septembre.

Comme quoi, nos gouvernants actuels savent être bons en créant les conditions durables de la reprise économique, du moins dans l’édition.

Bla bla bla…