Par bernard.kuchukian le 17/01/16

 

Dans son journal au 23 aout 1940 (pp. 151-152).

« « Le désarroi des juifs est effrayant. Au moment de l’avancée allemande, Adhamar, le professeur à la Sorbonne, a échoué à Toulouse avec sa famille. Là, il  a supplié les autorités de lui procurer un avion pour gagner l’Amérique. Il parait que son désarroi et sa véhémence avaient un caractère tragique. Ce grand  savant, comblé d’honneurs, n’imaginait pas que l’on put lui refuser quelque chose. Il se roulait par terre. Il voulait le passage pour douze personnes. Toute une tribu ! On ne voulut rien entendre. Aujourd’hui, il est toujours là-bas  avec les siens. Il n’a plus le sou  et vit dans une baraque. On voit le matin madame Adhamar faire son marché  et prendre la queue à la porte des fournisseurs. » »