Par bernard.kuchukian le 24/07/12

Il existe sur le net un blog extraordinaire appelé : www.alger-roi.fr.

C'est l'oeuvre d'un Algérois un peu plus âgé que moi, mordu d'informatique, et amoureux comme moi de sa terre natale. Il s'appelle Bernard VENIS.

Evidemment, c'est un blog pour pieds noirs, voire pour Algérois. La présentation est totalement fantaisiste en apparence. Mais c'est une mine d'histoire de l'Algérie française. On aime ou on n'aime pas. C'est selon. Moi j'y suis comme membre participant. Evidemment, j'adore.

Le but de ce message est purement technique. Allez donc voir cinq minutes ce qu'un particulier mordu d'informatique arrive à faire seul en ligne.

Bravo Bernard.

Par bernard.kuchukian le 22/07/12

Dans un de ses courriers, le bâtonnier du moment me compare à un dinosaure. Au juste, est-ce bien délicat, je ne sais pas. D'ailleurs, le bâtonnier est-il tenu à la délicatesse et la courtoisie, et toute cette sorte de choses, dites-moi.

Alors, je pense à ce morceau de lettre de Louis-Ferdinand CELINE adressée à Gaston GALLIMARD : « Les vieillards, vous le savez, ont leurs manies. Les miennes sont d'être publié dans la Pléiade ».

Parodiant de très loin CELINE, moi j'écrirais : « Les vieux avocats, vous devriez le savoir, ont leurs manies. Les miennes sont d'avoir avis sur tout, de le faire savoir partout, surtout sur la blogosphère, notre Pléiade à nous ».

Par bernard.kuchukian le 14/07/12

Avec une régularité métronomique, la Cour européenne des droits de l'homme ne cesse pas de condamner les Etats membres pour violations de toutes formes du principe de liberté de l'art. 10 de la convention européenne.

Bien sûr, la France n'est pas la Turquie, bonne première à ce triste palmarès, mais elle se place bien dans le classement des mauvais Etats.

Pas plus tard que le 28 juin 2012 (RESSIOT, 15054/07 et 15066/07), dans un arrêt de chambre, la Cour de STRASBOURG a encore condamné notre pays et cette fois-ci y a ajouté plus de 40.000 € de dommages-intérêts au bénéfice de journalistes de l'Equipe et du Point victimes de perquisitions et de saisies, jugées comme des mesures disproportionnées, compte tenu de l'intérêt d'assurer et de maintenir la liberté de la presse dans une société démocratique.

Elle dit que l'ingérence, autrement dit l'intervention des pouvoirs publics, contraire à la règle de la liberté, ici celle de la presse écrite, ne peut se justifier que par un impératif prépondérant d'intérêt public. Ce qui n'était pas le cas.

Si vous relisez l'arrêt BILGER de la Cour française de cassation du 4 mai 2012, vous retrouvez la même idée : la liberté d'expression de l'avocat est totale, intégrale, absolue, incontournable, sauf pour le seul motif prépondérant de l'intérêt public à sauvegarder soit seulement l'intégrité morale de telle personne physique attaquée.

Tous les principes de courtoisie, délicatesse, modération ont ainsi volé en éclats, battus au poteau par le seul respect de l'intégrité morale de la personne physique attaquée.

Et si on s'occupait aussi des blogs à STRASBOURG ?

Car, en nous exprimant sur nos blogs, nous autres blogueurs, qui sommes comme des journalistes sans carte professionnelle, mais avec les obligations pénales de la loi de 1881 sur la presse à respecter sans doute, nous voulons aussi ce régime général de protection de l'art. 10.

La liberté est libre, si j'ose écrire, qu'elle s'exprime par la parole, l'écrit papier, ou l'écrit numérique.

Par bernard.kuchukian le 12/07/12

Evidemment censurée puisqu'elle est fermée.

Par bernard.kuchukian le 08/07/12

La blogosphère connait depuis quelques jours les si remarquables commentaires de notre confrère Pierre DOYEN. Il les a commencés sur le site de notre ami Patrick GIROUD, et il les poursuit sur le mien.

Bienvenue à Pierre DOYEN.

Encore et encore.

Il nous faut sur la blogosphère des acteurs de ce niveau et de cette qualité.

Bravo. Et encore.

Par bernard.kuchukian le 08/07/12

La nouvelle présentation générale de la blogosphère des avocats n'a pas que les inconvénients dont on l'a accusé. Qui n'étaient peut être pas grand-chose. Comme il est impossible d'avoir toujours les vrais chiffres, je ne sais pas.

Un petit avantage est dans la possibilité de savoir quels sont les barreaux des départements qui interviennent sur la blogosphère, et évidemment, aussi, la liste de ceux qui n'y sont jamais.

Je viens de faire ce travail et je suis abasourdi. J'ai en effet recensé 22 départements sur la centaine que compte notre pays, donc outre mer compris, dont les avocats n'ont jamais écrit un seul mot sur la blogosphère. Tous sont continentaux, et de tailles moyennes. Je ne cite pas les barreaux, on va encore l'accuser de quelque manque à la délicatesse.

Voici la liste de ces départements, donnée par le C.N.B., vous verrez pour les barreaux correspondants :

Alpes de Haute Provence

Ardèche

Ardennes

Ariège

Cantal

Cher

Eure et Loir

Finistère

Gers

Jura

Loir et Cher

Lozère

Manche

Haute Marne

Mayenne

Orne

Hautes Pyrénées

Haute Saône

Tarn et Garonne

Haute Vienne

Yonne

Territoire de Belfort.

Le silence des barreaux de trois départements me désole plus que les autres, parce que c'est la Gascogne que les Gascons sont réputés forts en gueule, et que je suis un peu (beaucoup) Gascon par ma mère qui s'appelait BéGUé. Le silence du Gers, des Hautes Pyrénées, du Tarn et Garonne. Boudiou...

Par bernard.kuchukian le 01/07/12

Il y a bien longtemps, son nom finira par etre oublié, notre confrère René FLORIOT avait un amour immodéré de la publicité.

Comme le conseil de son ordre le lui reprochait, il répondit le plus sérieusement du monde:

"Quand un de mes confrères plaide c'est une cause. Quand j'aborde la barre, c'est une information"'

Par bernard.kuchukian le 24/06/12

Il est regrettable que l'arret BILGER du 4 mai écoulé, ne suscite pas d'autrès commentaires que les miens, alorrs que c'est tout autre chose qu'un non évènement.

Parce qu'elle met en cause un célèbre avocat parisien, un très haut magistrat, la décision du conseil de discipline de Paris et que c'est une cassation.

Pourtant,, après réflexion, alors, moi j'en ajoute un nouveau . Très simple.

Si je comprends bien la Cour de cassation lorsqu'elle interprete la convention européenne des droits de l'homme dit ceci:

La liberté est totale lorsqu'on attaque l'institution, ou meme la personne dans ce qu'elle fait.

Elle n'existe plus lors que l'attaque est contre dans la personne dans ce qu'elle est hors sa fonction évidemment, puisque la fonction est couverte par l'immunité ci-dessus.

Ce raisonnement parait cohérent. On est quelque part revenu aux règles de la loi de 1881.

La Cour d'appel de Lyon nous dira. Mais l'affaire est loin de sa fin.