Par bernard.kuchukian le 08/12/18

Voici ce soir en en français le commentaire  de 16 H 45 en temps universel, de « recommandations aux voyageurs,  sur Internet du ministère canadien des affaires étrangères d’OTTAWA, à propos de la situation en France.

« « Niveaux de risque

Prenez les mesures de sécurité normales

Il n’existe pas de préoccupations importantes sur le plan de la sécurité. La sécurité générale est semblable à celle du Canada. Vous devez prendre les mesures de sécurité habituelles.

Faire preuve d’une grande prudence

Il existe des préoccupations sur le plan de la sécurité, ou les conditions de sécurité pourraient changer rapidement. Vous devez faire preuve d’une grande prudence en tout temps, surveiller les médias locaux et suivre les instructions des autorités locales.

IMPORTANT: Les deux niveaux ci-dessous constituent des avertissements officiels du gouvernement du Canada. Ils sont publiés lorsque la sécurité des Canadiens qui voyagent ou habitent dans le pays peut être compromise.

Éviter tout voyage non essentiel

Il existe des préoccupations particulières en matière de sécurité qui pourraient vous mettre en danger. Vous devriez reconsidérer la nécessité de vous rendre dans le pays, le territoire ou la région. Si vous vous y trouvez déjà, vous devriez déterminer s’il est vraiment nécessaire d’y rester. Si votre présence n’est pas essentielle, vous devriez envisager de partir pendant que vous pouvez encore le faire sans danger. Il vous incombe de décider ce que l’expression « voyage non essentiel » signifie selon les besoins de votre famille ou de votre entreprise, votre connaissance d’un pays, d’un territoire ou d’une région, ou tout autre facteur.

Éviter tout voyage

Il existe un risque extrême sur le plan de votre sécurité personnelle. Vous ne devriez pas voyager dans ce pays, ce territoire ou cette région. Si vous vous y trouvez déjà, vous devriez envisager de partir si vous pouvez le faire sans danger. » »

 

Je n’ai ni le temps ni le cœur ce soir de rechercher les commentaires du type « recommandations aux voyageurs » sur les sites Internet des ministères des affaires étrangères des autres pays.

Ca ne doit pas etre triste.

Par bernard.kuchukian le 08/12/18

 

Une des fâcheuses conséquences de ces manifestations inévitables,  dues à l’aveuglement général, vieux de quarante ans,  est que ce midi, je n’ai pu manger le couscous que je me  proposais d’offrir à mon épouse.

Notre restaurant tunisien préféré est au début de la rue de la République,  et la station de métro « Vieux Port » était fermée.

Par bernard.kuchukian le 06/12/18

 

A 72 ans cette année, pas de chance, Arménien et pied noir, il fallait le faire,  j’ai connu tout jeune  la guerre d’Algérie, avec ses conséquences en direct  sur le Forum d’Alger,  le 13 mai, avec le retour du général de Gaulle, puis le putsch, l’O.A.S., dans laquelle ont été très activement (si on voit ce que ça veut dire) des membres de ma famille, l’indépendance, l’exil, la haine des Français contre les pieds-noirs, les bouleversements sur la vie de la France, avec ensuite  l’immigration du tiers monde et notamment algérienne, sur laquelle il a été progressivement  si bon ton de s’épancher, qui  n’a pas terminé sa guerre face à une France laxiste, désormais sans courage.

J’ai connu à 21 ans mai 1968, tous les bons bourgeois du pouvoir gaulliste terrorisés et ne sachant que faire face aux émeutes de gauche. C’était  aussi le temps de la Russie soviétique, et du rideau de fer.

J’ai connu alors le sursaut du vrai peuple de France, la descente sur les Champs Elysées contre les émeutiers. Sans les banlieues, qui étaient encore dans leurs gourbis d’Algérie. L’obligation pour de Gaulle de gracier le général Salan, parce qu’il fallait désormais rameuter dans les rangs du pouvoir, toujours en leur bavant dessus cependant, les factieux, les fascistes, ma famille sociale et politique par mes événements familiaux.

Toute ma vie jusqu’ici, j’ai vécu ensuite l’ostracisme non seulement en vertu de mon nom de famille, mais aussi et surtout de mes idées politiques. Dans ma profession, tous ceux qui ont fait de la politique, tous pouvoirs en place de gauche comme de droite,  en ont tiré des avantages, moi je n’en n’ai eu que des inconvénients, des mises à l’écart. Au piquet.

Depuis longtemps, je sais, je dénonce avec des amis qui m’informent, la décomposition  télévisée de la société française, par cause d’immigration abusive, couteuse et dangereuse, tandis que les moralistes de bienpensance tendance Bisounours, m’a toujours montré du doigt.

Après avoir passé ma vie à payer de lourds impôts et surtout pas de profiter de la société et de ses avantages, je regarde aujourd’hui la situation ahurissante du pays.

Quoi, deux tiers de crétins qui ont élu  voici 18 mois l’actuel président de la République, deux tiers de cocus, puisqu’il les a compris sans qu’on ait jamais su ce qu’il avait compris. S’il a compris que ses électeurs étaient des imbéciles. A la mémoire courte, car ils n’ont pas choisi un président, ils ont voté au juste sans vraiment savoir pourquoi contre Marine LE PEN. Toujours le même refrain. Débile. 

Alors, on reprend toujours le même vocabulaire, on ment officiellement aux Français,  dont la naïveté constante politique est effrayante, et sera d’ailleurs ridiculisée une fois encore.

Tandis que je demeure dans l’autre tiers, désespéré à l’idée que de mon vivant, nous n’arriverons pas au pouvoir, en raison du formatage intellectuel du peuple français.

Le peule français, pétainiste sous Pétain, modestement gaulliste sous de Gaulle. Ebloui avant tout  par la  Rolex qu’il n’a pas, lecteur assidu de Gala et Voici. Si disposé à pleurnicher sur le sort des immigrés, sur le tiers monde, sans se rendre compte qu’ils le volent, le violent, en en veulent avant tout à ses personnes et biens. Par la peur. Et quand ce n’est pas assez, en allant casser. Servons nous.

En attendant la prochaine suite dont personne ne parle : le pacte de Marrakech. Entrez librement chez nous peuples du Tiers monde, on va vous payer pour cela, vous donner nos biens, nos femmes, et tout ce que vous voudrez. Et si on ne vous les donne pas, vous casserez et on vous le donnera.

 Car le  Français moyen est un trouillard de première. Alors il baisse la tète devant tout, l’impôt, le recul des libertés, le sauvetage inutile des autres, un comportement de riches quand il est pauvre. La compassion pour les autres alors que c’est avant tout pour eux-mêmes qu’elle devrait s’exprimer.

Sauf maintenant ces gilets jaunes, sortis de nulle part,  qui en ont marre de la situation, mais ont encore la langue de bois. Pour eux, Nicolas DUPONT AIGNAN a maintenant  trouvé la formule « cessez de nos emmerder ».

Que les casseurs cassent, ce seront toujours les mêmes qui paieront, les contribuables paieront pour eux. Pourvu qu’ils ne protestent même pas quand on leur expliquera que c’est encore la faute à l’extrême droite. J’écris cela à l’exact moment où le premier ministre parle des factieux. Ah, les factieux, vocabulaire contre l’Algérie française de mes 15-20 ! On a ressorti les vieilles marmites.

D’où il ne sortira rien : vous verrez les casseurs des banlieues casseront encore, et personne ne réagira. On a peur de l’Arabe, voici la vérité.

 

 

Par bernard.kuchukian le 05/12/18

 

Voici donc un an que le rocker est mort.

Moi, je dis à toutes celles et à tous ceux qui ont été si sensibles à son décès et le demeurent, tous organes du pouvoir en tète puisque le président était en personne à ses obsèques, qu’ils n’ont pas conscience que celui qu’ils enterraient chantait : « je vous mets le feu ». 

Quelque part, il était en avance. Personne ne l’a compris. Encore heureux que Marine LE PEN n’y soit pas allée (on l’avait refusée). Peut-être aurait-on du écouter ce sympathique sympathisant sosie chanteur de Johnny HALLIDAY, qui entre autres choses, était venu célébrer  avec nous la victoire de mon ami Gilbert COLLARD dans le Gard, l’an dernier.

Le feu c’est celui des gilets jaunes actuellement.

Par bernard.kuchukian le 02/12/18

Le monde entier a vu les Champs Elysées en feu et dévalisés.

Et ce n’est sans doute pas terminé.

Voici alors que le président de la République enfin rentré au pays, et  comme d’autres je reçois à l’instant une publicité en ligne pour une soirée au Lido, « sur la plus belle avenue du monde. »

C’est l’équivalent de la célèbre formule de Marie-Antoinette, puisqu’il n’y a pas de pain, qu’ils mangent des brioches.

Par bernard.kuchukian le 01/12/18

 

A vrai dire, j’attendais l’information. Nous savons ce soir. Il parait que le prix des gilets jaunes sur AMAZON est en forte hausse, marché très tendu à la demande.

L’affaire commerciale n’est donc pas perdue pour tout le monde.

Par bernard.kuchukian le 01/12/18

Née de l’augmentation délirante,   française et macronienne,  du prix du carburant à la pompe, la crise institutionnelle  a,   ce soir son paroxysme de vérité et aussi d’incohérence du pouvoir en place. Non pas dans les casseurs de l’avenue Kléber, mais sur les choses plus sérieuses. Le mensonge du pouvoir est patent.

 En effet, le cours du baril de pétrole est  désormais à 50 dollars, c’est-à-dire tout simplement  le cours le plus bas depuis 10 ans.

Ceci veut dire au moins que,   malgré les oukases américains contre l’Iran qui tient des réserves inouïes à disposition, et qui a besoin de les vendre, contrairement à ce nous racontent les verts partout, et les écologistes de tout poil,  du pétrole  le monde en regorge, qu’il n’est pas rare du tout,  qu’il ne va pas disparaitre.  Et je ne parle pas des réserves russes de toutes sortes de gaz, méthane compris.

Ceci veut dire aussi que les travaux de recherche  d’hydro carbures sont en péril.

Je me souviens d’une déclaration à la télévision française,  voici 15 ou 20 ans de Sid Hamed GHOZALI, un Algérien pas quelconque du tout (il est ingénieur  des Ponts et Chaussées) qui fut ministre du pétrole. Il disait à l’époque que toute recherche pétrolière était vouée à l’échec commercial en raison de son cout d’exploitation face à  un prix de pétrole sur le marché mondial à 50 dollars (de l’époque).

Au même moment, un des rares derniers fleurons de l’armement maritime marseillais est au bord de la faillite, le groupe BOURBON, propriétaire des remorqueurs L’ABEILLE, parce qu’il  s’était aussi diversifiée et avait investi considérablement  à tort  et désormais à pertes de  centaines de millions pour des navires de recherche pétrolière offshore,   désormais abandonnées, trop cher.

Ceci veut dire aussi,  et c’est nettement plus grave que la crise   économique latente algérienne, avec un budget constitué pratiquement par les  seuls  revenus d’un pétrole à 110 dollars le baril ne va surtout pas se régler prochainement.

Marseille est par la mer à 800 km d’Alger, je le rappelle. 

Par bernard.kuchukian le 09/05/18

Anéantis par les grèves, tout en savourant les ponts du mois de mai, quel bonheur, ne rien foutre et continuer à gagner de l’argent, l’attention des Français n’est même pas attirée sur la déclaration de la ministre des transports du moment. Il parait en effet que les économies dues à la réforme du statut des cheminots rapporteront 100.000.000 € par an. Diantre, si on compare ce chiffre au 40 milliards d’euros de dettes de la S.N.C.F., voila que ça signifie qu’il faudra 40 ans pour payer la dette.

Ainsi donc, nos enfants et petits enfants sont-ils appelés à payer cette dette là, aussi.

Dans deux  grands moments de lucidité, Jacques ATTALI a dit que la France n’avait pas besoin de migrants. Il a écrit aussi il y a deux ans que la France serait ruinée dans 10 ans.

On sait que même cassés, les pendules donnent l’heure exacte deux fois par jour.

Par bernard.kuchukian le 31/01/18

La  France a partiellement cédé à Eurostat. Depuis 2013, l'institut européen des statistiques demande aux pays du Vieux continent de comptabiliser le trafic de drogue et de la prostitution dans le calcul de leur produit intérieur brut (PIB).

À partir du mois de mai prochain, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) va «tenir compte de la consommation de stupéfiants et des activités liées à cette consommation sur le territoire national», a-t-il annoncé dans un communiqué. Cette prise en compte est destinée à aligner les statistiques françaises sur celles «des autres pays européens» et cela entraînera «une révision en très légère hausse du niveau du PIB», ajoute l'Insee.

Il parait que ce sera une révision à la marge ?   à rapporter aux 2.200 milliards d'euros du PIB français.

 Il parait aussi  que ça n'influera pas sur le chiffre de la croissance.

 Toutefois, sur ce point, les analyses varient en raison de la difficulté à calculer les activités liées au trafic de stupéfiants, par définition illégale. En 2013, l'Institut économique MOLINARI chiffrait à 219,2 milliards d'euros le marché souterrain de la drogue, soit... 10,8% du PIB.  Je n’ajouterai pas que dans certaines villes de France, ce taux est surement plus important encore…

Voici qui me rappelle le temps où un client,  liquidateur judiciaire d’un trafiquant de drogue par ailleurs en liquidation judiciaire, dont la drogue avait été saisie, imaginait tout simplement de  demander aux Douanes français le paiement de la cam. en question.

Comme quoi, les idées font leur chemin.

Par bernard.kuchukian le 21/10/17

Deux groupes d’informations sont données quasiment au même moment.

TUPPERWARE et COCA COLA vont fermer des installations en France.

Où la production correspondante passera-t-elle ?

Pour TUPPERWARE, on parle de la Grèce, du Portugal ou de la Belgique, où la firme américaine a déjà des implantations.

Pour COCA COLA, on parle de l’Espagne, et aussi, c’est un vague projet et  nouveau dans le paysage, de la Bulgarie.

A l’exception de cette dernière, tous les autres pays ont comme monnaie… l’euro. Comme nous.

L’euro n’est donc pas la cause des décisions de transfert. Il faut chercher ailleurs.

On peut alors penser que les décideurs américains se sont déterminés par exemple sur l’instabilité politique en France. De ce coté là, on est tranquilles pour un moment. 

Ou alors, l’insécurité, autrement dit sur la situation particulière de la France avec son islam. C’est peu probable.

Il ne reste plus enfin qu’une seule hypothèse, le modèle social français,  hors de prix raisonnable en cout de production, seule hypothèse valable puisque la monnaie des autres pays (sauf le projet bulgare).

Tout va bien.

Voici une troisième chose,  hors Union européenne. Pas loin.

On doit  aussi savoir que les machines à laver BRANDT,  vieille marque française,  sont désormais fabriquées à SETIF en Algérie dans une usine toute neuve  par le groupe kabyle   capitaliste CEVITAL qui a repris la marque en faillite.  Autrement dit, qui a tout simplement appliqué le plan de CONSTANTINE de 1959 du général de GAULLE pour sauver l’Algérie française.

Le plus cocasse est que ces géniaux Kabyles, car ils le sont,  là créent actuellement en Algérie une chaine de magasins de  distribution d’électroménager domestique, appelée BRANDT STORE (l’anglicisme passe mieux) … sur le modèle de DARTY.

 

.