Par bernard.kuchukian le 03/10/13

On va encore brasser du grand vent, défendre des grands principes, faire du grand n'importe quoi, plein de morale vertueuse ou de sanglots pathétiques, sans un instant s'intéresser à ce qui se passe ailleurs dans l'Union européenne.

Oui, nos chers élus dont nous payons les déplacements européens et mondiaux en congrès, agapes, et réceptions, ne nous ont jamais documentés sur une chose toute simple.

Quel est donc le régime de l'aide juridictionnelle dans les Etats membres de l'Union européenne ?

Ils gagnent combien les confrères européens et pour quel travail ?

En voilà de bonnes questions, sérieuse, permettant de discuter autrement qu'en calculant la baisse de 0, quelque chose.

On vous attend là encore les élus voteurs de grève et d'amusement de galerie.

Et pendant ce temps, les avocats parisiens, eux, ne parlent pas de grève. Ils n'en n'ont rien à faire. C'est bien assez d'avoir confisqué toute l'activité et toute l'intelligence du pays. Prudemment, le conseil de l'ordre parisien a donné le 1er octobre tous pouvoirs à sa batonnière " de prendre toute décision utile à la défense des intérêts des avocats du barreau de Paris, y compris par un recours à la grève générale, si le gouvernement persiste dans sa volonté de porter atteinte aux intérêts des avocats et des justiciables." Lisez bien, ça ménage tout le monde et ça ne veut rien dire.

Voici qui n'est pas un appel à la grève, dont l'exigence est d'ailleurs légalement impossible, et qui est tout au plus une menace.

A quoi répond actuellement le pouvoir par le rappel à l'ordre du président de la République aux ministres désobéissants, parait-il si nombreux.

Par bernard.kuchukian le 30/09/13

Ils ont arrêté des élus d'un mouvement d'extrême droite, ont trouvé chez eux une photo d'Hitler, ils vont faire voter une loi antiraciste.

Et hop, fini la crise ...

Ils sont impayables (le terme est bon) les Grecs.

P.S. Je signale la vente libre chez tous les brocanteurs et les marchés de tous les anciens pays de l'est, xdces portraitts et des statues d'HITLER, de LENINE, et de STALINE.

Et qu'en Italie, on peut acheter en toute tranquilité des bustes de MUSSOLINI. J'en ai meme offert un petit à un liquidateur judiciaire local qui est si fier en public d'avoir la meme date de naissance que le Ducc (sauf l'année bien sur), et qui ne me l'a surtout pas retourné.

Par bernard.kuchukian le 30/09/13

Pourquoi les journalistes généralement si bien pensants sont-ils dans l'ensemble des pleutres, sans courage, sans mémoire, aux ordres du moment ?

Enfin, il n'y en a aucun pour rappeler qu'il n'y a pas si longtemps, cette Madame Ségolène ROYAL, présidente de la région Poitou Charente à défaut d'autre chose, allait nous montrer au moins localement ce qu'elle savait faire, après avoir perdu l'élection présidentielle.

Alors, elle a envoyé de l'argent public, beaucoup d'argent public pour sauver HEULIEZ. On allait voir ce qu'on allait voir en économique socialiste moderne, blabla.

HEULIEZ (véhicules spéciaux) est en liquidation judiciaire cde jour.

C'est quand que prendront fin la prétention, le mensonge, l'incompétence et surtout l'irresponsabilité surtout la collective ?

Par bernard.kuchukian le 30/09/13

On apprend ainsi que le célèbre et sérieux groupe PARTOUCHE de casinos est désormais sous sauvegarde. Aie, c'est l'anti-chambre de quelque chose de beaucoup plus grave.

J'espère qu'il ne faudra pas aller jouer au casino pour le sauver.

Quoi qu'il en soit, celle-ci je ne voulais surtout pas la rater. Rien ne va plus chez PARTOUCHE.

Par bernard.kuchukian le 26/09/13

De KEYNES à SAINT SIMON.

Voici qu'en en revient aux vieilles méthodes du temps passé, qu'on croyait révolu. On bidouille les chiffres. Il parait que le nombre des chômeurs vient de baisser. Mais comme les bidouilleurs ont un fonds d'honnêteté, ou qu'ils savent qu'il n'y a pas que des gogos dans ce pays, heureusement, ils vous expliquent doctement qu'ils ne savent pas pourquoi.

Il existe donc des fonctionnaires de grande qualité supposée, censés nous fournir des statistiques mathématiquement exactes, qui se déclarent incapables de les expliquer, ce qui veut dire en amont comprendre ce qu'ils écrivent.

Pour autant que je me souvienne de ma jeunesse universitaire et des amis qui, au lieu d'étudier le droit étudiaient eux les sciences économiques, l'étudiant qui aurait l'auteur une telle déclaration en travaux pratiques de statistiques aurait justement été gratifié d'un joli zéro pointé. Comme il n'est pas sur qu'on me comprenne bien (non, c'est vrai, les stat. ça ne se lit pas dans Gala ou Paris Match), c'est au collège en mathématiques celui qui trouve juste avec des calculs faux.

La première vérité est que la France est devenue le pays du mensonge institutionnel. Tout le monde ment à tout le monde et bravo, jusqu'ici, ça marche encore.

La seconde vérité est beaucoup plus grave que cela. Car on ne ment pas par plaisir. On le fait par nécessité.

La nécessité est toute simple. Tous les gouvernants jusqu'ici, tous, et même l'opposition musclée du Front national, ne prétendent surtout pas toucher à LA chose fondamentale qui a ruiné notre pays, et nous amène tous tranquillement dans le mur.

Cette chose fondamentale est la détermination aveugle et folle à ne rien changer au prétendu modèle social français.

On est resté en 1945, qui n'est jamais qu'un accident de l'histoire, on ne veut pas changer.

Tant qu'on n'aura pas tué la sécurité sociale et tout le modèle social qui va avec, la situation continuera de s'aggraver et le mensonge de prospérer.

C'est-à-dire tant qu'on n'aura pas tué KEYNES, et enfin relu SAINT SIMON.

Par bernard.kuchukian le 22/09/13

On apprend ce matin une saisie record de cocaïne, sans doute à l'arrivée à ROISSY, dans un bel avion d'AIR FRANCE (1) en provenance de CARACAS.

Discrètement, oui parce que l'information ne fait pas la une.

Elle a commencé en ligne sur le site de Huffington Post, nouveau journal en ligne associé au Monde. Et je crois à l'instant où je mets en ligne qu'Europe 1 en a dit également un mot. C'est tout.

Pourtant, il parait que le ministre de l'intérieur, ce Monsieur VALLS, grand chevalier de l'ordre public, qui est de toutes les sauces, avait convoqué 30 journalistes pour les informer. Certains se seraient ils auto censurés ? La publicité d'AIR FRANCE est utile dans les journaux non ?

Voyons, une tonne trois cents kilos de cocaïne pure ce n'est pas rien. Et là, on apprend qu'elle était transportée dans une trentaine de valises.

Stop.

Je viens de vérifier le poids des bagages admis en soute sur AIR FRANCE (et les autres compagnies, c'est pareil, c'est une convention de l'I.A.T.A. MONTREAL).

Dans la meilleure des hypothèses, en première, en first comme le dit si élégamment le personnel de notre chère compagnie nationale, vous avez droit sur ces lignes à deux bagages de 32 kg chacun.

Mettons que les trafiquants aient enregistré en first.

Pas malin, on se fait repérer. Encore que, ici ...

On est cependant moins nombreux.

En economy, le poids aurait été seulement de 23 kg et une valise seulement. Il aurait fallu 56 valises. Au moins deux racks (je crois que ça s'appelle ainsi) en soute. C'est beaucoup.

Bon, admettons la first. Pour arriver à 1300 kg, il nous faut donc 40 valises.

Or, ici, on nous dit qu'il n'y en avait que 30. Ce qui fait des valises chargées à 43 kg 1/3 chacune.

Ce ne sont plus alors des valises. On est passé aux malles. Pas une. Trente.

Cette histoire ne peut que ne pas plaire. Elle me ne plait pas parce qu'au surplus, le commandant de bord, le pauvre, est responsable des bagages.

C'est dans le Code des douanes.

Ces anomalies n'auraient donc pas attiré son attention, au point qu'il aurait accepté d'embarquer ? Au surplus, il parait que la drogue aurait été dissimulée dans des valises, dont on a déjà vu le poids anormal, et même des valises qui ne correspondaient pas à des passagers à bord de l'appareil. Ah bon ?

Ne seriez vous pas alors en train de vous foutre du monde ?

Depuis LOCKERBIE, c'est en Ecosse, l'explosion en vol en 1988 du vol 103 du 747 de la PAN AM, on emmerde la terre entière des passagers honnêtes de l'aviation civile par des contrôles stricts. La règle minimum est la coïncidence stricte bagages de soute/passagers à bord. Je me souviens même, mais c'est vrai c'était sur un charter entre CORK et MARSEILLE, on nous avait fait descendre de l'avion sur le tarmac pour recompter les bagages...

Dites, les amis, même et surtout chez RYANAIR, vos ennemis à AIR FRANCE on est nettement plus sérieux que cela. Et les clients lambda d'AIR FRANCE qu'on sur contrôle régulièrement avec leurs bagages sont tout de même en droit de savoir comment on embarque 1300 kg de bagages, 30 valises de plus 43 kg chacune, sans s'en rendre compte.

Il parfait qu'il y en avait tellement à l'Office central de répression du trafic à Nanterre, qu'on avait poussé les pains de cocaïne contre les murs.

Mais ce n'est pas tout.

Lisez le Code des douanes(2) Sauf erreur de ma part, il faudrait saisir l'aéronef qui a transporté cette chose là en fraude et en quantités astronomiques.

Je n'ai pas vu que les douanes françaises aient saisi l'avion d'AIR FRANCE. Qui peut être ne lui appartient pas et est exploité en crédit bail. Ce qui au moment où la compagnie doit vendre ses avions pour redresser ses comptes ne change rien à la responsabilité financière finale.

Non, parce que si on se met à saisir les avions d'AIR FRANCE pour trafic de drogue, c'est non seulement la fin de la cocaïne mais aussi celle des haricots. Même si leur valeur est moindre que les 50 millions d'euros annoncés comme prix de revente.

Le tout est au moment où il parait que nos transporteurs de la cocaïne sont appelés à sauver ALITALIA.

Reste finalement ce pauvre Monsieur AFFELOU et la saisie de son (petit) avion. Pour des faits du même genre, on a saisi son appareil Et encore, il a prouvé qu'il ne l'exploitait pas directement, qu'il était donc dans la situation où peut se trouver actuellement la banque qui a peut être donné l'avion de CARACAS en crédit bail.

Les banquiers norvégiens sont d'ailleurs des spécialistes (3)

(1) Pauvres de nous, actionnaires d'AIR FRANCE. Heureusement, les miennes représentent en valeur le cout des sachets en plastique. Voir plus loin.

(2) Comme moi, qui viens de découvrir qu'il est question de dématérialiser complètement. Où sont les décrets.

(3) J'avais eu l'honneur de prêter mon concours à l'une d'elles, spécialiste en crédit bail de tous gros moyens de transport, avions, ou bateaux.

Par bernard.kuchukian le 21/09/13

Voici qu'après ses rapports dont personne n'a malheureusement tenu compte ou si peu, voici que Jacques ATTALI a écrit un nouveau rapport cette fois-ci sur la situation du monde dans 30 ans.

Il ne sera plus là. Moi non plus.

Il y préconise l'économie positive. Pour nos successeurs.

C'est long, compliqué, et pas très gai.

On sait ma sympathie fraternelle pour Monsieur ATTALI. Nous sommes en effet Algérois tous les deux.

Il m'a fallu attendre 19 ans et sciences po pour découvrir que je raisonnais comme un Saint-simonien. L'Algérie française, c'était en effet SAINT-SIMON, plus exactement ENFANTIN, son grand disciple. Il n'y a qu'une seule rue ENFANTIN en France, dans un coin du 20ème de PARIS. Et encore depuis une vingtaine d'année seulement. L'autre rue ENFANTIN était à ALGER... à deux pas de la bijouterie rue MICHELET du père de Jacques ATTALI.

Ils disaient quoi les Saint-simoniens ?

Qu'il fallait créer la richesse seulement par le travail et investir. Certainement pas dans l'immobilier. Mais dans ce qui permettait de produire d'autres richesses productrices elles-memes.

C'est un peu et même beaucoup ce que dit ATTALI : ainsi l'industrie, la développer, développer l'activité créatrice, pour que tous reçoivent la richesse et la répartissent ensuite.

On est loin de la société française actuelle de recherche forcenée de l'aide sociale pour l'aide sociale, sans exigence de contre partie. Et de a spéculation sèche.

A la fin de ce rapport, on en arrive à l'idée suivante.

Il faut supprimer le crédit immobilier. Complètement. Casser l'immobilier.

Et obliger le capital à s'investir en bourse, dans l'industrie et le commerce.

J'ai la conviction que quand il était petit, en passant rue ENFANTIN, Monsieur ATTALI est devenu Saint-simonien sans le savoir. Comme moi.

Par bernard.kuchukian le 19/09/13

On sait mes critiques régulières contre AIR FRANCE, enfin contre le parisianisme de cette société, qui conduit à son déclin. Sixième année consécutive de pertes au bilan. Comité central d'entreprise en faillite.

Aujourd'hui, on apprend que LUFTHANSA l'allemande achète plein d'avions nouveaux, et qu'AIR FRANCE qui a fait s gloire avec CONCORDE (on a vu la fin) va devoir bazarder ses vieux BOEING 747 trop couteux en carburant. Je suppose que pour tenir les lignes, elle en prendra en location de nouveaux. RYANAIR a déjà fait son plein d'achats l'an dernier.

Pendant ce temps, on va vous annonce à la télévision :

Que le service de la compagnie nationale est exceptionnel, mon oeil,

Que son personnel, y compris celui en sureffectif qu'on va devoir licencier, est exceptionnel,

Que son réseau, qui ignore totalement la province est exceptionnel,

Que RYANAIR est une société de négriers dont les avions à la différence de ceux d'AIR FRANCE seraient des tombeaux volants,

Que les droits de ceci ou de cela, pardon de ceux-ci ou de ceux -là

Qu' on va trouver des solutions palliatives au départ de province par telle compagnie TRANSAVIA, qui dans la réalité dessert surtout pour K.L.M. les Pays-Bas,

Qu'on va fermer l'escale de MARSEILLE pas rentable (sauf que RYANAIR et LUFTHANSA y trouvent leur beurre).

Et finalement, qu'on va laisser la place à la TURKISH AIRLINES, les Turcs par qui ont passera au départ de province, et par ISTANBUL.

C'est quand à la fin, que les crétins pontifiants qui dirigent ces boites à pertes cesseront de dire sans arrêt avec onction et solennité méprisante comme ils le font habituellement les plus gros mensonges de la terre ?

Par bernard.kuchukian le 15/09/13

En Grèce, où on nous dit qu'il avait bien fallu les arrêter pour éviter un apparent niveau dramatique de plus.

C'est que là-bas, il parait aussi que 8 ménages sur 10 sont propriétaires de leur logement, le plus souvent acheté à crédit. Or, c'est bien joli le social, mais les banques prêteuses aimeraient bien avoir leur argent pour payer leurs dettes. Les banques françaises, leurs associés et créanciers en savent quelque chose (voyez donc Groupama).

Alors il parait qu'avec le nouveau passage de la troïka européenne ces jours-ci à Athènes et ailleurs, on va débloquer les saisies immobilières locales.

Là, je mets un premier bémol, parce qu'en Grèce, moi j'y suis allé cet été : je n'ai pas eu du tout l'expression d'un pays en faillite et de misère dans les rues. Avis aux journalistes : bougez-vous un peu avant d'écrire.

Ensuite, cette information grecque nous interpelle sur la situation française.

On a en effet le sentiment ici que les banques lissent les recouvrements, comme elles lissaient trop souvent auparavant les provisions. J'adore d'ailleurs cette expression bancaire : « lisser ».

Lisser signifie en effet « camoufler ».

La vérité. Mentir quoi.

Par bernard.kuchukian le 14/09/13

Non, franchement, que dirait-on si on décidait au gouvernement de réduire de 10 % le cout de la consultation de base chez un médecin ?

Ce serait un tollé général, avec des déclarations solennelles et définitives sur ceci ou cela.

Bon, on va raboter la rémunération de l'aide juridictionnelle. Moins 10 %. Ca va râler un peu, et puis tout rentrera dans l'ordre. Républicain bien sur.

Après tout, de mon, temps, dans les dossiers d'assistance judiciaire, les avocats travaillaient bien gratuitement.

J'en connais même qui en sont fiers aujourd'hui. Enfin, qui s'en disent fiers, car je sais qu'ils récupèrent ailleurs quelques avantages substantiels. La sainte combine, quoi.

Je rappelle qu'un confrère dont je tairai le nom par charité l'a même plaidé lorsque je demandais à la déléguée de la première présidente de fixer des honoraires contre un liquidateur judiciaire. Il soutenait qu'il fallait être fier d'avoir ainsi travaillé gratuitement.

Le con.