Par bernard.kuchukian le 11/01/19

 

La mauvaise foi viscérale du « Monde » et des journaux du même bord,  bien pensant pulvérise,  ce matin,  tout qu’on peut imaginer.  Pour nous expliquer que les gouvernants italiens sont idiots,  on met en avant en effet deux seules mesures fiscales précises.

  1. La réduction de la  T.V.A. sur les truffes,  qui passe au taux réduit alimentaire de 5 %, nous dit-on sur pression des productions du produit, la truffe blanche d’ALBA (c’est dans le Piémont). Observation : où est le problème. Le crétin de journaliste qui a écrit son article n’a jamais mis les pieds,  en Italie notamment dans la région d’ALBA, et n’a jamais du fait un repas complet à base de champignons de production locale.  Comme c’est délicieusement le cas.
  2. L’autorisation d’instaurer un péage à l’entrée de VENISE. Observation : voilà une mesure qu’on aurait du prendre depuis des dizaines d’années. On paie bien pour entrer dans un musée. Et VENISE est mieux qu’un musée.

Remarquez, si l’horizon du « Monde » se réduit  à l’autoroute de l’ouest en fin de semaine pour snobinards parisiens…

Par bernard.kuchukian le 04/12/18

 

Tout est dit. Salut l’ami ! Et bravo.

Ne pas hésiter à soutenir qu toute contradiction signifierait une manifestation anti-juive. Le petit Jésus était bien juif, non ? Puisqu’il a été circoncis huit jours après sa naissance. Et moi qui me tue à soutenir qu’il manque un rabbin dans la crèche des santons marseillais, à coté du curé.

En attendant, voici la mienne de crèche.

Par bernard.kuchukian le 17/06/18

Le sport en lui même n’est pas traité sur blog avocats.

Il ne le sera pas ici, bien qu’il s’agisse de la rencontre  de coupe du Monde Iran contre Maroc, qui a vu les Perses triompher des Chérifiens par 2 à 1.

C’est la petite histoire qui va avec qui m’intéresse en effet.

Le Monde nous apprend  que les joueurs iraniens avaient été bien contents  avant la rencontre de pouvoir s’acheter des chaussures à crampon Nike en Russie, alors que l’embargo américain en interdit la vente chez eux.

Voici donc qui révèle que les affaires sont les affaires et que les grands donneurs mondiaux de leçons internationales feraient bien de calmer le jeu. Il y a solution à tout.

D’autant plus qu’il y a toutes les chances pour que les chaussures en question aient été fabriquées … en Chine.

La frontière arménienne étant à 200 km d’autoroute de Téhéran, je suppose qu’un marché  de contournement  de l’embargo va se créer s’il ne s’est pas déjà créé localement.

Tant que les commerçants seront les plus forts, nous serons sauvés.

 

Par bernard.kuchukian le 19/05/18

 

Le nouvel accident d’avion d’hier à Cuba  ne change rien,  malheureusement aux adorateurs inconditionnels  du communisme local, encore si nombreux en France, et même en expansion au Venezuela.

Comme les abominables capitalistes sont déjà plus humains et en tout cas plus respectueux simplement de la vie, les grands aéroports européens interdisent leur accès aux avions  cubains. Et quand ils sont affrétés, on dirait que les filtrages sont très sérieux.

Voilà qui me rappelle en effet  une histoire personnelle,  vieille d’une quinzaine d’années, non d’un séjour à Cuba (pour lui, j’avais voyagé sur un avion espagnol, et l’aéroport de La Havane est exploité par une société canadienne), mais d’une incroyable coïncidence.

L’indicatif téléphonique de la France est 33.

Celui de l’Espagne est 34.

Sur mon télécopieur  (0)491.54.16.64, à Marseille,  j’avais reçu à l’époque un message qui était destiné en réalité au même numéro, mais en Espagne. Qui était celui d’un service de l’aéroport de Madrid.

Par erreur l’expéditeur cubain avait composé le 33 491 54 16 64 au lieu du 34 491 54 16 64. Et c’est arrivé chez KUCHUKIAN.

C’était une réponse embarrassée  officielle cubaine au refus de l’aéroport madrilène de recevoir des avions de la compagnie cubaine, en raison d’un tas de choses,  dont  la non  justification d’assurance auprès d’une compagnie sérieuse reconnue internationalement.

 Et face,  aux Espagnols,  qui connaissaient évidemment très bien leur métier, le communiste cubain lui répondait qu’il existait à La Havane une compagnie nationale d’assurance.

Ce qui encore aujourd’hui, malgré les morts d’accidents locaux d’aviation,  doit bien faire rigoler les Madrilènes.

 

Par bernard.kuchukian le 15/05/18

Oui, pendant ce temps, Vladimir POUTINE vient d’inaugurer le pont de Crimée,  long de 19 km qui relie directement la Russie à la presqu’ile de ladite  Crimée, au dessus de la Mer d’Azov.

En Ukraine, on proteste, mais quoi faire. Alors on a alors perquisitionné les locaux de l’agence de presse russe R.T. ce qui parait avoir bien fait rigoler Margarita SIMONIAN sa patronne.

Par bernard.kuchukian le 12/03/18

Puisqu’il faut changer et  rassembler (on avait bien essayé avec le RASSEMBLEMENT BLEU MARINE de mon ami Gilbert COLLARD), et pour éviter la polémique, moi je propose, « RASSEMBLEMENT POUR LA NATION »

Ce qui ferait R.P.N.  Tout le monde serait content ainsi.

Le plus dur sera ensuite de le remplir.

Je ne propose pas « RASSEMBLEMENT POUR LA FRANCE » car ça ferait R.P.F.,  et que de GAULLE l’avait utilisé pour son « RASSEMBLEMENT (décidemment) du PEUPLE FRANÇAIS ».

Une constante : tous ces rassemblés doivent payer l’impôt pour les non rassemblés.  Alors on pourrait faire dans le « RASSEMBLEMEN CONTRE LES NON RASSEMBLES ». Bon, je m’égare

Par bernard.kuchukian le 06/03/18

 

On sait tous que les questions écrites des parlementaires aux ministres n’ont jamais de réponse dans des délais raisonnables. Si au surplus, le gouvernement n’a pas la même couleur politique que le parlementaire questionneur, on imagine que c’est pire. Mon ami Gilbert COLLARD en  ait quelque chose, lui qui met tant de soin (et il m’arrive de l’aider pour celles qui m’intéressent) à la préparation des questions qu’il pose.

Alors,  je retrouve la question écrite d’un sénateur non inscrit de la Moselle, Monsieur Jean-Louis MASSON le 25 avril 2013 (journal officiel Sénat, p. 1314) qui s’étonnait de ces lenteurs difficilement admissibles puisque les auteurs des questions sont tout de même les représentants du peuple français souverain (ouf, on s’étouffe).

Monsieur MASSON a bien reçu une réponse,  mais le 21 aout 2014 (soit 16 mois plus tard, dans l’art de se foutre du monde, c’est exceptionnel), c’est au journal officiel Sénat p. 1957.

Sans expliquer le retour de 16 mois à réponse à celle ici en cause, le ministre du moment signalait à l’honorable parlementaire (c’est moi qui écris honorable) que les autres questions écrites auxquelles il avait fait référence avaient reçu une première réponse soit  9  mois plus tard, et une seconde  8 mois plus tard.

Ceci s’appelle l’art constitutionnel de se foutre du monde.

Non ?

Par bernard.kuchukian le 25/02/18

Jusqu’à ce que la Banque Rothschild vienne d’acheter tout récemment la très catholique Banque Martin-Maurel de Marseille, je n’avais jamais remarqué.

Mais maintenant, la nouvelle banque  marseillaise,  qui s’appelle Rothschild Martin Maurel,   je l’ai sous mes yeux au bureau tous les jours, arbore un des éléments du blason des Rothschild. C’est une série de 5 flèche, s avec une sorte de joug   au milieu, que les flèches brisent ainsi.

Pour la banque marseillaise, on a  simplement enlevé  le joug.

Je constate que ces 5 flèches tenues par le milieu sont très exactement les mêmes en sens inverse  que celles des  armes de la Phalange espagnole de José Antonio Primo de Rivera, reprises dans les armes espagnoles du temps du général Franco.

Etonnant non ?

Je ne sais pas si tel ami correspondant répondra « Arriba ».

Par bernard.kuchukian le 11/02/18

Le 30 janvier 2018, en cassant  la décision d’une juridiction de proximité, la chambre criminelle de la Cour de cassation a statué ainsi :

Tout jugement ou arrêt doit comporter les motifs propres à justifier la décision et répondre aux chefs péremptoires des conclusions des parties ; que l'insuffisance ou la contradiction des motifs équivaut à leur absence

Pour déclarer M. X... coupable d'infraction au stationnement des véhicules, le jugement énonce qu'il résulte des débats de l'audience et des pièces versées à la procédure que celui-ci a bien commis les faits qui lui sont reprochés ; que le juge ajoute qu'en effet il résulte d'un arrêté municipal du 14 février 2005 que le stationnement est interdit [...]                    sauf aux riverains et que le prévenu a donc violé cette interdiction couvrant la totalité de ladite rue alors qu'il n'est pas riverain ;

Mais en prononçant ainsi, sans répondre aux moyens de défense contenus dans l'acte d'opposition à l'ordonnance pénale, qui étaient relatifs au fait que le stationnement interdit constitue une contravention instantanée,  qui ne cesse que par l'enlèvement volontaire ou forcé du véhicule et qui ne peut donner lieu qu'à une seule poursuite, cette dernière étant au demeurant éteinte par le paiement effectué au titre du dernier avis de contravention, la juridiction de proximité n'a pas justifié sa décision

 


Mais au juste, la réservation du stationnement aux riverains est-il conforme à la constitution ? Voilà une superbe Q.P.C. à traiter.

Par bernard.kuchukian le 01/10/17

MONA LISA, APPOLONIA, pourquoi donc notre région attire-t-elle les projets immobiliers fumeux, dangereux, à très hauts risques, dans lesquels,   directement ou indirectement,  des banques,  impliquent des épargnants ignares, mais riches,  en la  seule quête de bons rapports d’investissement, anormaux par rapport au marché ?

Dans des matières où ils ne connaissent rien, où des notaires font du n’importe quoi (des actes, plus des actes, pour faire des actes et prendre des honoraires).

C’est  ce qui rassure,   du moins dans un premier temps,  les médecins et membres du milieu médical qui ont bien voulu se faire abuser par APPOLONIA.   

Avant que les piles immenses   de  leurs dossiers hautement contentieux  et catastrophiques par rapport aux déceptions finales, ne viennent encombrer les couloirs du Tribunal de grande instance de Marseille.

Et voici maintenant,   depuis quelques jours,  l’affaire  MARANHATA.

Cette fois-ci, c’est un expert comptable local qui a transformé les épargnants en investisseurs  du  secteur hôtelier, matière pourtant si particulière,  dans laquelle on savait  jadis la sage prudence des banquiers préteurs.

Et la presse de nous apprendre,  qu’à défaut du Seigneur pour sauver la situation actuelle (en araméen, la langue du Christ, « maranhata » est l’invocation au Seigneur de venir), le Tribunal de commerce de Marseille,  peut être parce qu’il est présidé par un expert comptable,  a prudemment  mis le holà.

C’est que la société holding,  garante des si bons rapports et des si  bonnes fins hôtelières,  n’a plus de quoi payer.  Et garantir les rachats. Rendant au moins son  redressement judiciaire inévitable.

Elle  s’est même fait retoquer par l’A.M.F.,  sans compter les commissaires aux comptes,  qui ont dit non aux siens.

L’A.M.F.,   dont le rôle devrait une fois encore être accru, elle qui signale ces temps et aussi par ailleurs  les escroqueries au diamant de placement avec la profusion des sociétés spécialisées,  dont on ne  doit surtout pas attendre des miracles. Tout au contraire.

Décidemment, amen.