Par bernard.kuchukian le 29/06/17

Je m’amuse à me faire ma loi à moi,  elle est d’économie politique, qui consiste à constater que lors qu'aux Etats unis,  les démocrates sont au pouvoir, le dollar a tendance à monter par rapport à l’euro. Quand ce sont les républicains, c’est le contraire.

Au cours des dernières années, le cycle a été plus nuancé, sauf qu’il reprend maintenant. Voyons, l’arrivée de Monsieur TRUMP a fait monter le dollar contre à  peine plus d’un euro, tandis qu’il est désormais à 1.145 dollar pour un euro, soit une dépréciation  de la monnaie américaine de plus de 10 % en 6 mois.

Pratiquement pour autant que les nouvelles lois fiscales françaises ne nous volent pas encore plus d’argent pour le distribuer dans le tonneau des Danaïdes sans fond des prestations sociales, et du paiement de la dette pour financer les intérêts de la dette et le financement par la dette de l’absence de recettes fiscales par la perte d’activité économique, ceci veut dire qu’on va pouvoir aller plus facilement aux Etats unis. Moi voir mes cousins et cousines.

Ceci veut dire aussi que l’euro tient bon, non parce qu’il est bon, mais  aussi parce que les monnaies concurrentes comme le roi dollar n’en n’ont rien à foutre de leur valeur, si elle dope leurs (grandes) affaires.

Je crois comprendre que les  crétins d’économistes qui ont,  un temps,  conseillé Madame LE PEN sont à la trappe, comme elle aussi.

Tous qui nous ont tuer.

Quelque part, il vaut mieux qu’ils se taisent à défaut de se confesser publiquement sur leurs erreurs monumentales.

La vérité est  aussi que l’Allemagne fait ce qu’elle veut avec l’euro, car quel que soit son cours, elle est la plus forte à l’exportation.

Tout le surplus est digne de guignol, un mauvais guignol qui nous coute cher. Notamment à ceux qui ont été assez fous pour imaginer que les conneries front nationalesques sur le sujet avaient un sens quelconque.

Ce qui ne veut malheureusement pas dire non plus  que Monsieur MACRON a la vérité, car quel que soit le président ou la présidente, les problèmes de notre pays ne sont pas sa monnaie.

Mais une économie bouffée par des charges sociales débiles, des fonctionnaires à supprimer par centaines de milliers, et des immigrés qu’on continue encore à accueillir, alors qu’on sait très bien qu’on ne sait pas quoi en faire, notamment en terme d’emploi, sans compter la décomposition sociologique voire raciale du pays.

Tout le surplus est de la littérature à trois sous,  digne tout au plus des dames fleuristes des bénitiers dans les églises désertées par les fidèles.

Par bernard.kuchukian le 20/06/17

 

Au moment où mon ami Gilbert COLLARD veut essayer de protéger l’indépendance des rédactions, je lui dis qu’il ne va bientôt plus subsister que deux journaux en France.

Le journal officiel,  et surtout l’hebdomadaire Le Canard enchainé, dont la richesse considérable permet à la fois un prix dérisoire, et une indépendance à toute épreuve.

Par bernard.kuchukian le 15/06/17

 

Un décret paru au journal officiel ce matin dit ceci :

Article 1

Le Président de la République et les membres du Gouvernement ne peuvent compter parmi les membres de leur cabinet :

1° Leur conjoint, partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou concubin ;

2° Leurs parents, enfants, frères et sœurs ainsi que leurs conjoints, partenaires liés par un pacte civil de solidarité ou concubins ;

3° Leurs grands-parents, leurs petits-enfants et les enfants de leurs frères et sœurs ;

4° Les parents, enfants et frères et sœurs de leur conjoint, partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou concubin.

La violation de l'interdiction prévue à l'article 1er emporte l'illégalité de l'acte de nomination et, le cas échéant, la cessation de plein droit du contrat.

Article 2

Lorsqu'un collaborateur est employé en violation de l'interdiction prévue à l'article 1er au jour de la publication du présent décret, il est mis fin à ses fonctions dans un délai de deux mois après cette publication.

S'il a la qualité de contractuel, le collaborateur se voit notifier son licenciement par l'autorité de nomination avant l'expiration du délai mentionné au premier alinéa. Il bénéficie des indemnités de licenciement prévues par le décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 susvisé.

Par bernard.kuchukian le 03/06/17

 

J’étais abonné au site Internet de la campagne présidentielle de Donald TRUMP, que j’ai ainsi suivie chaque jour.

Apparemment, le fichier des destinataires n’a pas disparu, et réapparait ce matin à travers un long billet que je reçois comme évidemment des millions d’Américains pour défendre la décision présidentielle de retrait de l’accord de Paris sur le climat, avec force détails et explications.

Ce qui veut bien dire que la décision correspondante  de Monsieur TRUMP ne parait pas un coup de tête.

Il y a même un résumé ainsi traduit : L’accord de Paris est mauvais pour les Américains, en avant pour respecter la promesse des ouvriers américains d’abord.

Et on termine ainsi : « Merci d’être membre de notre équipe, Bernard. »

Par bernard.kuchukian le 30/05/17

 

Comme tout le monde, il m’arrive de tomber sur un exemplaire de « Point de vue », c’est le plus souvent chez le coiffeur ou dans la salle d’attente du médecin.

C’est l’édition moderne de « France Dimanche » de l’époque, mais c’est plus soft. Mais comme il faut bien se mettre au niveau du manant qui lit les exploits des gens célèbres à particules, on découvre des petites perles.

Ainsi, pour parler des aristocrates du temps,  partis de France à l’époque de la Révolution, on parle de retour des immigrés (au lieu des émigrés).

Encore plus savoureux. Sur des tableaux de photos de pseudo célébrités à particules en réunions de cocktails, à côté des comtes et comtesses de Machin Chose, on découvre, je l’ai lu hier Madame Duboudin, « de la Commission européenne ».

On a la noblesse qu’on peut.

Par bernard.kuchukian le 07/05/17

 

Comme un des derniers actes du quinquennat de Monsieur HOLLANDE, le journal officiel de ce matin publie un décret dont on ne manquera certainement pas de parler dans les mois à venir, il s’appliquera à compter du 1er aout prochain.

 

Car désormais, l’information de toutes les   subventions délivrées par les administrations publiques devra être mise en ligne sur Internet.

 

Vous verrez bientôt la suite.

 

Je pronostique deux choses :

 

  1. Une réduction du nombre accordé des subventions, mais là,  quel que soit  celle ou celui qui sortira des urnes ce soir, c’est normal, on est fauchés,
  2. Pour les subventions nouvelles, quelques jolies plaintes et jolis recours.

Et bien tant mieux.

Par bernard.kuchukian le 29/04/17

    

C’est la méthode turque qui interpelle actuellement.

Le temps ottoman n’est plus,  heureusement où on les aurait génocidés,  comme jadis on l’a fait en 1915 avec les Arméniens, les Assyro-Chaldéens,  et ensuite les Grecs,  et quelques autres en 1922,  avec le génocide pontique.

On   apprend  en effet qu’à ANKARA, le président ERDOGAN vient définitivement règler le sort des fonctionnaires  qui l’embarrassent ou le genent dans son action.

Il les a tout simplement révoqués. Par milliers.

Ah le droit administratif turc…

Par bernard.kuchukian le 21/04/17

 

Oui, ils l’ont belle tous ceux qui nous expliquent depuis des années que l’immigration est une chance pour la France, que l’islam n’est pas l’islamisme, que ceux qui dénoncent le laxisme, les grands principes à la con, la distribution des peluches et des bouquets de fleurs, les pleurs, sur le sort des victimes innocentes.

Ils l’ont belle tous ceux qui vous expliquent que eux savent mieux que vous, que vous n’avez rien compris aux gentils musulmans et à l’intégration si bien réussie,  parce que vous êtes de vilains colonialistes du temps, des racistes, j’en passe et des pires.

Tous ceux pour qui la mollesse distinguée  et inconsciente est une politique de dédain du peuple,  qui en en marre de ces crétins bons bourgeois -qui-savent-bien-ce-qu’il-faut-faire.

Fermez là, ici sur la blogosphère et ailleurs.

Les autres, je l’espère la majorité, vous savez ce que vous avez à faire dimanche.

Moi, il y a des lustres que je le sais parfaitement. 

Je crains qu’avec mes  amis de finir par perdre : le peuple français ne serait  pas descendu assez bas pour réagir, c’est dramatique.

Par bernard.kuchukian le 05/04/17

 

Les candidats à la prochaine élection présidentielle seraient  bien inspirés de s’interroger sur ce qui se passe actuellement en Guyane.

Parce la rue a bougé, le gouvernement lâche les milliards.

C’est TRES inquiétant pour la suite.

Par bernard.kuchukian le 31/03/17

 

Bonne question, non ? Jusqu’à présent, à chaque grande élection, nous avions droit à l’intervention des saltimbanques de la chanson, du théatre ou du cinéma, dans la campagne électorale, pour soutenir le plus souvent le candidat de gauche. J’allais écrire de goche.

Que voyons nous actuellement ?

Rien du tout, le désert.

Bon et bien tant mieux, parce que leur point de vue, ON S’EN FOUT.

Vive la  Marine.