Sep
02
Avocat n'est pas baveux!

A peine rentrée et me revoilà énervée.

Etre avocat ce n'est pas dire n'importe quoi.

Je ne suis pas un "baveux" selon le terme argotique.

Etre avocat c'est être juriste, c'est aussi être respectueux de l'humain.

Voilà une audience ou le confrère, je peste de devoir l'appeler ainsi, a systématiquement dit n'importe quoi juridiquement. Le juge le reprenait, lui indiquant que tel point n'était pas acceptable en droit, qu'importe. Sa seule réponse: "dont acte".

"Alors Maître vous vous désistez de votre demande?

Non, non Madame le Président, dont acte"...

Et sur les faits, itou. Il nie tout en bloc, n'hésitant pas à se montrer insultant pour mon client, quelle importance...

Il n'a pas lu les pièces, n'a pas communiqué de document, peu importe, il clame.

Ses demandes financières sont hallucinantes, aucune dépense n'est justifiée, et alors...

Je suis sortie écoeurée, un client en larme à mes côtés.

Je sais que le juge a fait la part des erreurs juridiques, a entendu les demandes de chacun et lira les pièces...

Mais les justiciables, ces êtres humains respectables, quelle image en retirent-ils de notre justice et de notre profession.

Lui c'est un baveux, moi un avocat, du moins je me bats pour!

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Valois
Site: 
http://

"Je sais que le juge a fait la part des erreurs juridiques, a entendu les demandes de chacun et lira les pièces..."

dites-vous ?

Au vu des "erreurs" constatées maintes et maintes fois, je ne suis pas certain que les juges lisent toujours le dossier qui leur est présenté.

Parfois les grandes déclamations de tel avocat, même dénuées de tout soupçon, de preuve l'emportent... sur la base d'une simple suspicion.

Nom: 
el pigeon
Site: 
http://

et ce ( mauvais ) confrére aura de plus creusé encore plus les rancoeurs au sein de cette famille , les séquelles s'en feront peut-être sentir dans 25 ou 30 ans.

Décidement pour être capable d'éprouver ce sentiment et surtout de l'exprimer publiquement devant des justiciables anonymes vous forcez le respect et donnez envie de croire qu'on puisse opérer en droit de la famille sans être cynique.

Merci pour ces moments de sincérité , et pour les avocats comme dans toute les profession "Y en a des biens ...."

Vous le savez, dans ce mot il y a "fraternité"...

Dès lors que vous avez affaire à un tel comportement, vous étes de facto amenée à sortir des règles traditionnelles, et à la grossiereté il faut répondre de manière symétrique. Bien sûr le juge peut en être agacé(e) mais le client n'aura pas l'impression que vous n'avez pas su réagir!

j'ai, évidemment, répondu mais cela n'enlève rien à ma propre colère

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Mon avocat aussi n'apprecie pas l'acharnement de son confrère qui n'a rien dans son dossier pour continuer de priver mes enfants de leur mère et les aliéner sévèrement contre elle, et qui pourtant "bave" sans complexe contre-vérités et déformations, pour ne pas dire plus sur moi . Son objectif ?

Faire plaisir a son client qui peut continuer a me maltraiter par sa bouche.

Sans se soucier de la souffrance des enfants victimes de cette strategie.

Je sais que le Juge des Enfants peut faire la part des choses, mais ces audiences sont très éprouvantes, on en sort malmené, sali .

Heureusement qu'on a à ses cotés un avocat , un défenseur pour tout dire, digne de sa mission.

Cette personne a pourtant sous les yeux un rapport de la Protection Judiciaire de la Jeunesse qui explique l'emprise perverse ( sic) de son client sur son ex-epouse et leurs enfants. Expertise qu'elle conteste contre toute evidence.

Et lorsque le Juge ordonne une expertise psychologique, cette "avocate" ne lâche rien. Son client fait appel.

Il y a des avocats qui vont a l'audience pour gagner, comme sur un ring. N'y a-t-il pas des regles deontologiques pour les obliger a rester fair-play ? Il y a des coups qui font mal. vraiment mal.

Nom: 
kasa
Site: 
http://

helas non, il s'agit là d'ethique et non de règle deontologique

l'ethique est la morale de chacun ,cela vous donne toute la grandeur des "baveux" en question.Maius surtout cela démontre que l'objectif principal des "baveux" (et non pas ds juristes) es d'encaisser des chèques peu importe les procédés utilisés tant que le chèque est là au bout gling gling n'entendez vous pas cet rgent?

Nom: 
garance
Site: 
http://

vous mettez un point d'honneur , Maître Bogucki ,à dénoncer les diarrhées verbales de vos confrères peu scrupuleux , mais j'ai pour ma part vécu pire que ça dans mon divorce , c'était un avocat qui faisait ses conclusions sur instruction de mon ex-mari , les conclusions étaient tout simplement entièrement rédigées par mon ex-mari et ce n'était pas une diarrhée verbale mais une diarrhée écrivassière en 40 puis 52 pages , avec 396 pièces au dossier dont un pyjama troué et 3 albums photos, amenés en cours d'appel dans un carton.Une pluie d'attestations vertigineuse dont 45 écrites par de parfaits inconnus de moi.

ça a fait ...un carton!au tgi...mais personne ne s'est soucié de l'état de torpeur dans lequel je me suis retrouvée quand j'ai reçu ces conclusions immondes et que j'ai commentées point par point à mon avocate , que j'ai d'ailleurs abandonnée en cours de route , elle n'aurait jamais du me transmettre ces conclusions "sur instructions" par courrier , ça a eu un effet totalement destructurant sur ma santé psychologique , et un effet DESASTREUX sur le peu de relationnel qu'il me restait avec mon ex.Jamais personne ne m'a signifié quoi que ce soit sur l'ignominie du procédé et ...les écrits restent!

interessant sujet garance, je vais faire un article dessus

Nom: 
PAPA DE 3 GARCONS
Site: 
http://

et il n'y a plus de justice... Car le menteur est rarement du bon côté.

Je ne vais pas tout reprendre, mais simplement, lorsque l'avocat adverse continue à dire que mes enfants ne sont jamais partis en vacances et n'avaient pas de jouets alors que je lui ai fourni des tas de photos qui prouvent le contraire, à lui et donc au Juge, et que ce dernier ose dire aussi que mes enfants ne partaient pas en vacances et n'avaient pas de jouets...

L'avocat a-t-il le droit de mentir volontairement ?

Le Juge a-t-il le droit de piocher ce qui lui plait ?

L'avocat adverse est malhonnête et le Juge est complice, car voir que ce qu'on veut, c'est insulter la justice, c'est insulter l'Homme. Le Juge qui ne punit pas l'avocat fait-il tout son travail ? L'avocat adverse fait-il le sien ?

Pendant ce temps, mes enfants pleurent sous les coups de la mère...

Nom: 
Yara972
Site: 
http://

Je ne sais pas si cela existe pour les juges mais dans votre situation je me serais targuée d'un courrier à l'ordre des avocats et un autre au ministère de la justice pour ce qui est du juge.

Comme le dit l'adage : qui ne dit rien consent.

Maitre, peux-être pourriez-vous nous en dire un peu plus lorsque l'on est mécontent du juge.

Bon courage à tous

Je pensais ma situation difficile, mais non. Je relativise grace à vous

Nom: 
el pigeon
Site: 
http://

mais comme l'a dit une intervenante ci-dessus il faut distinguer entre le code de déontologie et l'éthique. Un avocat peut avoir des comportements 100 % compatible avec la déontologie et éthiquement contestables ( l'éthique étant de plus personelle) . Et les JAF ont beau faire de leur mieux le viel air de la calomnie ou tout simplement l'amphigourie peut faire son effet surtout quand chaque JAf a tant de dossiers à traiter. la solution appartiendrait a mon avis au législateur si il voulait faire son travail ....

La on ne peut que se reposer sur l'éthique d'avocats tels Maitre Bogucki et de temps en temps un JAF un peu abasourdi devant tant de mauvais grand guignol en guise de travail sérieux dans le respect des valeurs fondant la profession d'avocat...

( je note aussi dans votre titre une confusion fréquente les avocats forment une profession libérale , les juges eux magistrats de l'ordre judiciaire sont des fonctionnaires inamovibles et indépendants : ils contribuent tous au fonctionnement de la justice mais pas du tout à la même place et dans la même philosophie ou avec la même déontologie . par exemple un avocat se doit de mentionner a son client les différents moyens d'action , le juge lui ne doit relever d'office que peu de choses finalement dans le cadre d'une procédure civile de divorce et ne doit pas aller au-dela ou en-deca de ce que lui soumettent les parties , tous ne sont pas de "braves gars et filles" pleins de bonne volonté pour trouver une solution de "bon sens" )

Nom: 
garance
Site: 
http://

de me témoigner de l'interet , Maître Bogucki ,cette histoire de conclusions dévastatrices n'a jamais interressé personne ,à part défrayer la chronique du tgi de ma petite ville morne,faire rire pour le contenu du carton et épuiser le fax de mon avocate (où ni le petit pyjama ni les 3 albums photos ne passaient) c'est bien la première fois qu'une personne du monde judiciaire s'interresse à l'effet que ça a eu sur moi, et je suis très flatée que ce soit vous.

Nom: 
Ken
Site: 
http://

Même si les textes qui suivent sont peu connus, ils permettent de faire sanctionner les calomnies ou diffamations prononcées lors d'une audience houleuse:

- l'article 41al4 de la loi du 29 juillet 1881

- l'article 24 du Code de Procédure civile

Une Cour d'appel a d'ailleurs appliqué ces textes et octroyé des dommages intérêts.

Petit rappel:

Les discours ou les écrits devant les tribunaux, même s'ils sont diffamatoires, injurieux ou outrageants, bénéficient de ce qu'on appelle une "immunité de plaidoirie" prévue par l'article 41, alinéa 3 de la loi du 29 juillet 1881.

Cette immunité s'applique aux parties, à leurs représentants et défenseurs (donc aux avocats)

Mais les tribunaux peuvent, (article 41, alinéa 4 loi 1881 et art.24 CPC) prendre des mesures pour prévenir et réprimer les abus commis dans l'exercice du droit de défense.

Donc on peut faire condamner à dommages intérêts pour propos diffamants à l'audience si le juge de l'audience (le JAF) estime que les outrages ou injures dépassent les bornes.

La Cour d'appel d'Angers a appliqué ces textes dans un arrêt du 25 OCTOBRE 2004 , publié sur légifrance, et dont voici un extrait:

"... Sur la suppression d'écritures

Aux termes de l'article 24 du Nouveau code de procédure civile, les parties sont tenues de garder en tout le respect dû à la justice. Le juge peut, suivant la gravité des manquements, prononcer, même

d'office, des injonctions, supprimer les écrits, les déclarer calomnieux, ordonner l'impression et l'affichage de ses jugements.

Ces obligations visent à maintenir le débat judiciaire dans les limites du respect et de la dignité que les parties doivent à l'institution, qu'elles doivent à leur adversaire et qu'elles se doivent à elles-mêmes. Elles ne font pas obstacle à ce qu'elles expriment, avec la vigueur utile, tous les arguments qu'elles estiment nécessaires au soutien de leur cause.

En l'espèce, les dernières conclusions de l'appelante font apparaître :

- page 7 A 1 un paragraphe dont il résulte que la décision a été rendue par un magistrat placé et que "dès lors est-il permis de se demander si cette décision, gravissime par ses conséquences, n'a pas été rendue par un magistrat inexpérimenté, ceci d'autant plus qu'elle n'a pas fait l'objet d'un délibéré, ayant, tout au contraire, été rendue sur le siège, immédiatement après l'audition des enfants ; cette simple constatation , déjà, incite à une extrême prudence".

Ce passage constitue simplement une attaque personnelle contre le magistrat qui a rendu la décision et non une analyse de celle-ci au soutien d'une critique constructive. Elle porte de surcroît atteinte à la confiance du justiciable dans l'institution judiciaire en insinuant que des affaires puissent être confiées à des magistrats de qualification inférieure et à la compétence incertaine.

La suppression de ce passage sera en conséquence ordonnée.

- en page 14 A 12 un paragraphe débutant par "assurément est assourdissant le silence gardé par l'intimé" et se terminant par "et qu'il fallait absolument en sortir la concluante et ses enfants" où l'appelante évoque tous les membres de la famille de son adversaire pour désigner les caractériels, suicidaires, dépressifs, consanguins,

autistes, drogués, délinquants, instables, pour en déduire "qu'elle était tombée dans une famille de fous".

Si l'appelante a un intérêt à démontrer les carences psychologiques du père chez qui la résidence des enfants a été fixée, elle ne peut justifier les attaques personnelles gratuites contre l'ensemble de sa famille.

Il y a lieu d'ordonner le retrait de ce passage et, faisant droit à la demande de dommages-intérêts formée par Monsieur Z..., de lui allouer une somme de 1.000 ç pour le préjudice moral qui est résulté pour lui des attaques personnelles contre l'ensemble de sa parentèle. - page 15 no14, Madame Y... rappelle le déroulement de la procédure de première instance devant le juge aux affaires familiales du MANS. Pour virulent qu'il soit, ce paragraphe ne fait que décrire la procédure et livrer les critiques que l'appelante forme à cet égard, au soutien de sa demande d'annulation de la procédure de première instance. Sa suppression ne sera pas ordonnée. "

Nom: 
garance
Site: 
http://

et c'est ainsi que , exactement de la même façon ,ma famille a été traînée dans la boue dans ces conclusions ,on m'y accusait d'être atteinte de manière héréditaire de la maladie bipolaire dont souffrait mon père fraîchement décédé (imaginez-vous un peu en plein deuil et accusée d'avoir la maladie de votre père pour qu'on vous enlève la garde de votre enfant?)

de plus ,on y considérait que mon fils était en danger dans mon entourage car j'hébergeait,le temps de sa formation, un homosexuel ...qui avait bien plus de decence que tous ces gens de justice qui n'ont jamais dénoncé l'ignominie du procédé , j'avais bien été au commissariat pour y porter plainte mais on m'y a répondu que les avocats sont libres de plaider n'importe quoi et que pour qu'il y ait calomnie il fallait que les choses soient dites sur la place publique ou par voie de presse.

ces conclusions m'ont coûtées de plus une fortune en traitement par mon avocate et ont débouchées sur une enquête sociale que j'ai dû payer de moitié ainsi que tous les dépens, la Cour d'appel a fini par statuer sur un élargissement du droit de visite au père et un sermon sur l'obligation des parents à s'entendre pour l'intêtret de l'enfant.

j'avais demandé à ce moment là quelle folie avait pris mon ex-mari de faire des conclusions pareille ,qui avaient dû lui coûter une fortune puiqu'il était parti chercher un avocat à Paris (150 km de chez nous), dans un quartier très renommé ,il m'a répondu en riant :

"ça me coûte beaucoup moins cher qu'à toi!"

depuis , le divorce est pronnoncé et mon ex-mari n'ayant pas eu la garde de son fils s'en est totalement désintéressé et n'exerce plus ses droits de visite.

Je sais que mon ex-mari est quelqu'un de difficile , mais je crois que si ces conclusions n'avaient pas existées sous cette forme ou avaient été sanctionnées , nous n'en serions pas là et mon fils ne souffrirait pas de cet abandon

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Effectivement, au final, ce sont les enfants qui sont les principales victimes de l'acharnement de certains avocats et de l'usage qu'ils font font des dispositions de la loi. Et qui alimentent et accompagnent une stratégie pourtant dénoncée par la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

Il devrait vraiment y avoir , dans le cadre des affaires familiales, un code de deontologie qui obligerait a ne pas depasser certaines limites.

Je sais bien que ce serait difficile mais il ne serait pas inutile qu'une instance comme l'Ordre des Avocats fasse un appel a la conscience envers ceux de leurs confreres qui jettent de l'huile sur le feu , faisant du conflit originel une lutte acharnée ou tous les coups sont permis pour pousser le conjoint au desespoir et broyer de malheureux enfants dans la machine judiciaire.

Il y a une déontologie, il y a aussi une nécessaire volonté de protéger la liberté de chacun.

Les lois citées ci-dessus par ken ne sont, et c'est fort heureux, utilisées que parcimonieusement.

Dans toutes les procédures de la famille, les propos tenus sont douloureux.

Dans toutes, les mots de l'avocat font mals et sont considérées comme attaques personnelles.

C'est inéluctable car c'est d'un couple qui se déchire que l'on parle et chacun à sa propre vision de leur histoire pourtant commune.

Ce qui m'insupporte c'est cet avocat qui manipule sa propre cliente, qui ne travaille pas son dossier, fait de grossières erreurs de droit, pérore, et invente au fur et à mesure, insidieusement.

Il lui faut néanmoins comprendre que son avocat était tenue de lui adresser les conclusions de son mari. Compte tenu de leur contenu, j'aurai opté la rencontrer pour lui soumettreces conclusions lors d'un entretien (cela aurait été moins brutal pour elle). En ce qui concerne le contradicteur de Maître BOGUCKI, l'avantage des petits barreaux est de connaître parfaitement les confrères. Nous avons notre lot de menteurs et affabulateurs (en minorité, Dieu merci) et le Tribunal ne s'y trompe pas. Néanmoins, j'avoue être parfois parfaitement choquée d'entendre des confrères qui plaident tout et n'importe quoi.

Nom: 
loulou
Site: 
http://@orange.fr

Insultée, diffamée, mensonges mettant à mal mon intégrité.

C est dur à supporter. Pour les enfants (et moi) je l ai fait.

J ai donc ignoré n ayant pas envie de gaspiller mon temps, mon energie, mon équilibre psychique déjà mis à mal.

Tant que ceux ci n atteignent pas à court, moyen ou long terme la vie, l équilibre de mes enfants, je ne relève pas.

Donc, les enfants ne doivent prendre pas connaissance ou entendre ces propos diffamatoires. Ce sont des propos d adultes, malsains certe, mais les enfants doivent ignorer ce qui relève de l' intimité d'adversaires qui se battent pour leur propre cause, parfois mal placée.

Seule la qualité de vie actuelle, le devenir et l'avenir des enfants devraient etre mise en avant de la scène.

Il faudrait apprendre à ignorer royalement le reste, ne pas s éparpiller en confrontations inutiles, en fin de compte.

Par contre, si un avocat depasse les bornes, je trouverais tout-a-fait légitime de le confronter.

Simplement, il vaudrait mieux parfois faire la sourde oreille et prouver le contraire des accusations par une attitude positive, stable, détachée, voire certificats médicaux (pour ken). La bipolarité n est pas une tare et seul un spychiatre peut la diagnostiquer. Bien suivi, un patient peu vivre normalement .

Heureusement, les juges savent à quoi s en tenir et faire le tri.

Du moins, je l espère pour la plupart.....

Nom: 
maruska
Site: 
http://

J'espère que la légèreté de cette intervention ne sera pas mal interprétée. Cher Confrère, je partage votre indignation! L'erreur juridique est possible, mais dans ce cas, on adopte profil bas...quant au manque de respect de la partie adverse, je m'étonne de voir certains de nos confrères partir en guerre personnelle dans des dossiers de divorce ou de prud'hommes!! et combien se présentent sans connaître le dossier, je n'évoquerai pas l'un de ces avocats médiatiques sudistes, qui a quand même réussi à plaider pendant 15 minutes avant de se rendre compte qu'il était sensé défendre l'épouse et non le mari...

Mais ce message avait un but plus anecdotique... j'ai été un véritable baveux! Et ce au plus grand plaisir du gynécologue qui suivait ma grossesse et qui a apprécié l'ironie d'un diagnostique d'hyper salivation gestationnelle chez un avocat... Je me suis donc présentée aux audiences pendant 5 mois avec une tasse, pour éviter de m'étouffer avec ma propre salive en plaidant sous les quolibets des magistrats et représentants masculins de mon Barreau mais avec la sympathie du sexe féminin (notamment en âge de procréer)...

Ce problème réglé, j'espère avoir retrouvé ma qualité de juriste pleine et entière!!

Nom: 
Dora
Site: 
http://@orange.fr

recevez ma sympathie......pour l imagination de ces plaidoiries m octroyant, en cet instant présent, un refoulement de ma gorgée de café......

Nom: 
roumignac
Site: 
http://

Je me permets cette précision destinée à Garance :

devant semble-t-il une augmentation des cas dans lesquels des avocats violent leurs engagements déontologiques, la jurisprudence commence à retenir le délit d'escroquerie au jugement (ou de tentative..) dès lors qu'un plaideur produit des pièces inutiles ou qu'il sait sans valeur pour obtenir gain cause, et ce en tentant de de détourner l'attention du Juge et de l'empêcher de procéder à une analyse personnelle !

D'où l'absolue nécessité d'être de la plus grande rigueur dans la préparation de l'audience et le respect du principe du contradictoire.

Le législateur a par ailleurs jugé nécessaire de faire préciser dans Règlement Intérieur National de cette profession "qu'à aucun moment l'avocat ne doit sciemment donner au juge une information fausse ou de nature à l'induire en erreur" !...

ire le Juge de dérive grandissante de

Nom: 
Fuchs Marie-Blandine
Site: 
http://

Bonjour Maître,

J'aimerais avoir une information : j'ai un enfant de 7 ans ; je suis séparée de son père depuis sa naissance et le JAF a écrit son ordonnance en 2003.

Le droit de visite du père de mon enfant est classique mais voici ma question : que puis-je faire si le père refuse de ramener l'enfant à l'heure. En effet, il a cherché l'enfant vendredi à 18 h 00 (au lieu de 19h00) et refuse de le ramener dimanche à 17h00 (au lieu de 18h00). Quel recours ai-je ?

Je sais que ça fait mesquin vu de l'extérieur mais c'est pour le principe. Nous avons tous les 2 des droits et des devoirs et il n'y a pas de raison qu'un des parents n'agisse pas en fonction de ses droits.

Merci

Nom: 
el pigeon
Site: 
http://

les juristes vont vous répondre , requête en interprétation, les tenants de la médiation payez pour une médication familiale, etc .... mais comme vous l'écrivez vous même il n'y a pas de solution miracle ( par exemple si le jugement dit juste un WE , ou aprés la classe .. comment interpréter ? ).

La bonne question à vous poser est "ai je envie d'aggraver la relation que j'ai avec cet homme ou pas" ? certes être ennuyé un WE sur deux à 2 ou 3 h est génant mais en faire un probléme formalisé et revenir en justice la dessus peut plus surement aggraver les choses que un epu de tolérance suivi d'une discussion directe.

Je sais que ca fait un peu gnan gnan ce que j'écris mais jamais un jugement ne résoudra ce genre de question.

Nom: 
information
Site: 
http://

d'engager une procèdure pour le principe seulement si ça ne déséquilibre pas votre enfant.

Vous prenez le risque de voir le conflit s'emplifier au détriment de l'intérêt de votre enfant. Dommage.

Nom: 
YARA972
Site: 
http://

... risque de vous renvoyer dans vos 22 (si vous me permettez l'expression).

Un delta d'une heure étant généralement consenti entre l'heure indiquée (si elle est indiquée) et l'heure effective.

Et puis tant qu'on y est, vous pourriez-demander à ce qu'il vous rammène votre enfant à la seconde près (il vous faudrait ainsi consulter l'horloge universelle pour être sur de l'heure exacte!!!)

Sans rire, les juges sont over-méga bookés. Essayez de ne pas en remettre une couche. Ils n'ont pas les remèdes de tous vos maux. SI votre ex vous em.... faites avec. la vie est beaucoup faites de frustations....

Nom: 
roumignac
Site: 
http://

Maître,

J'ai engagé une action civile contre le président d'une association pour faute personnelle.

Ce président s'est fait représenter en défense par un avocat.

C'est l'association qui a payé les honoraires de cet avocat.

Comme j'ai été débouté, j'ai dû payer une partie des frais irrépétibles du défendeur, qui a fait "don" de cette somme à l'association, lui restituant ainsi une partie des fonds sociaux abusivement détournés de l'objet social de cette personne morale !

Dois-je alerter le Bâtonnier de la faute commise par son confrère ou bien, sans attendre, porter plainte pour abus de confiance devant le Procureur, associant l'avocat et son client dans ce délit ?

Nom: 
dora
Site: 
http://@orange@.fr

il est possible que vous n obteniez pas de réponse...

Nom: 
garance
Site: 
http://

a dit :" il existe deux sortes d'avocats , ceux qui connaissent bien les juges et ceux qui connaissent bien les lois..."

j'ai vu ma première avocate changer litérallement de bord quand un nouveau jaf a été nommé ,elle m'a textuellement dit :"il n'aime pas les dossiers très conflictuels , ce serait dans votre intéret d'accepter une transformation du divorce pour faute en divorce amiable..." ,alors que trois mois plus tôt on frisait la plainte pour harcélement ...

Ce que Maître Coluche a dit aussi c'est que les premiers à lècher les bottes des forts sont aussi les premiers à enfoncer les têtes des faibles ! belle morale pour des gens sensés défendre leur client!

Nom: 
el pigeon
Site: 
http://

de voir écrit noir sur blanc

"il n'aime pas les dossiers très conflictuels , ce serait dans votre intéret d'accepter une transformation du divorce pour faute en divorce amiable..."

ce type de JAF devrait se poser la question de savoir quel argument s"oppose alors à un traitement contractuel devant notaire des divorces ....

la joie de se prêter a l'arbitraire souverain du juge du fond ou celle de bénéficier du ministère d'avocat ? ....

n'avouez jamais comme dit l'autre !

Certains raccourdis d'expression semblent assez révélateurs d'un curieux état esprit du monde judiciaire en matière de droit de la famille. Soit c'est un procés civil ou ce n'est pas un procés civil quoi ...

Sinon c'est n'importe quoi.

Nom: 
garance
Site: 
http://

cher Monsieur , sans avoir recours aux statistiques patentées je peux vous donner le pourcentage de "n'importe quoi"actuel en droit de la famille , les doigts dans le nez ! :

c'est au moins les trois quarts des dossiers , alors , en effet peut-être vaut-il mieux laisser cela aux notaires.

mais c'est dans l'air du temps tout ça.

Les compétences des hauts fonctionnaires sont soumises aux lois... ... ... du marché .

Nom: 
Information
Site: 
http://

On dit aussi que lorsque l'on aime la justice on devient Juge et non pas avocat...

En tout état de cause un avocat peut se faire de l'argent sur un divorce conflictuel lorsque les parties ont les moyens...

Quel intérêt pour un juge ? La JUSTICE rendue...

Il y a comme on dit "Conflit d'"intérêts"".

Nom: 
Nathalie
Site: 
http://

Je vous prie de m'indiquer la marche à suivre pour dénoncer l'avocat (de la partie adverse) pour pratiques non conforme aux lois . Elle a mis plusieurs pièces de faux dans le dossier du juge sans tenir au courant mon avocat ni l'avoué. ce sont des pièces passées sous silence mais que le juge à pris sa décision uniquement sur ces pièces. En dehors du faite aue j'ai plusieurs éléments de droits qui me permettent d'aller sans difficulté en cours de cassation; je voudrai faire une action de justice pour dénoncer les pratiques honteuses de cette avocate adverse. sachant toutefois qu'elle fait partie de l'ordre des avocats du bareau. et quelqu'un apparement d'influence.

2ème conseil que je vous demande; croyez vous utile de demander interprétation au juge qui a pris sa décision d'appel de divorce, sur des fautes de droit? et qu'on est sur que le dossier n'a même pas été lu. croyez vous qu'un juge reconnaîtra ses fautes et d'une telle gravité?

merci pour votre réponse .

Nom: 
Information
Site: 
http://

il existe de très bons et intègres avocats...

Nom: 
garance
Site: 
http://

celui que j'ai choisi après était droit , juste et intégre,il n'a aucune réputation en droit de la famille,mais il a été impécable , la première était très côtée en droit de la famille et en particulier dans les divorces conflictuels.

Je l'ai "congédiée "quand j'ai appris qu'elle avait accepté de défendre la femme qui est partie avec mon mari (qu'elle quittait ) alors que nous n'étions pas encore divorcés et qu'ils avaient déjà deux enfants nés de leur union... Combien de blogueurs suivent ?...

Vu tout l'argent que j'avais déjà dépensé pour ma défense , le filon de la seconde épouse de barbe bleue était à prendre ,je ne sais pas si elle défend actuellement la septième !

Nom: 
sissi
Site: 
@orange.fr

Mon mari a osé prendre comme avocat, suite à notre séparation, celui qui avait assuré ma défense quand j ai divorcé de mon ex-mari pour pouvoir me marier avec lui.

Quand à l 'avocat qui s'occupe de ce dossier actuel, il fait partie du meme cabinet que celui de l'avocat de mon ex-mari.

Ce n est guère mieux...

Avocats de la famille....

Nom: 
garance
Site: 
http://

on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs ,en effet , comme le dit Maître Bogucki , les mots d'avocats font mal mais mettre tous ses oeufs dans le même panier comporte des risques,quand ils se cassent adieu l'omelette!

Nom: 
jdm
Site: 
http://

Je suis en procédure de divorce "dit sans griefs" à la demande de mon mari que j'ai accepté pour éviter tout conflit.

Hors le soir de l'ONC : je découvre un paquet de pièces oubliées/mon avocate entre autre des attestations diffamatoires de la maitresse de mon mari et de ses copines que je ne connais pas!!!! nous avons eu une expertise pédo psy très douloureuse et j'ai demandé au psy de rencontrer cette maitresse trop imppliquée dans mon divorce "dit sans griefs" mais là : BOOMM : il a fait un rapport massacrant à mon encontre et celui de mon fils : par contre il écrit des choses très flatteuses sur cette maitresse !!!

QUI EST ELLE ? UNE JAF !!! et oui donc une juge qui peut lui donner du travail !!

MAIS QUELQU'un va dire me dire où est la JUSTICE SVP ?

A qui puis-je faire confiance ? Dois-je changer de Tribunal ? prévenir le Cabinet de Rachida Dati ?

Allons nous arrêter ses dégats qui coutent à tout point de vue !

J'ai une lettre de mon mari qui me disait qu'il voulait faire un divorce intelligent pour ne pas "engraisser les avocats et les notaires verreux" dixit lui !! hors depuis qu'il a rencontrer cette JAF sur innternet : ils veulent nous détruire ! car elle lui a dit qu'un divorce ne se passait jamais bien !!! Je suis une femme trop naîve : certes et je crois encore en l'Amour et la Justice (même si ma douleur est là) !! Ne peut-on pas se réunir, faire une pétition pour allèger toutes ses souffrances liès à des injustices virulentes qui conduisent à des drames : je suis sure que l'on ferai des économies !!! ALORS A QUAND ? ET A QUI ?

MERCI POUR VOTRE REPONSE

Nom: 
Dora
Site: 
http://@orange.fr

Que voulez-vous l'amour prend parfois de ces chemins.....

Mais tant que ce n est pas elle qui est amené à juger de votre dossier vous ne pouvez rien faire.

C est un avantage certain pour votre mari...dans le conseil...

Conservez bien ces attestations, elles pourront peut etre vous servir.

Elles mettent quand meme en evidence une "certaine amitié" dans leur relation (ce qui peut lui etre prejudiciable) + diffamation (eventuelle atteinte à la vie privée ?)+ faux devant la justice puisque vous ne connaissez pas les temoins.

Vu le début des hostilités, je vous souhaite bon courage !

Nom: 
odile
Site: 
http://

la maîtresse du mari est une JAF et bien... la maîtresse du mien est une conseillère conjugale qui fait des expertises ...

les prédateurs choisissent leurs proies en fonction des besoins de leurs appétits!

Nom: 
dora
Site: 
http://@orange.fr

Nom: 
dora
Site: 
http://@orange

c' est ainsi,

il y aura toujours des personnalités dominantes et des personnes dominées affectivement.

Rien n est indéniable. Chaque personne doit prendre connaissance de ses propres faiblesses et essayer de lutter contre elles pour casser ce cercle.

Nous recherchons souvent ce qui nous manque. Encore faut-il connaitre ce qui nous manque, ce qui nous a marqué et qui nous fait agir.

Avec tout ça nous mettons des enfants au monde.

Cette difference nous la transmettons par force de choses.

Je serai incapable de citer ici d'un traité de psychologie fiable traitant du couple et de la famille.

Nom: 
Victor Jeanrieux
Site: 
http://

Amoureux de l'argot parisien qui a donné "baveux" mais aussi "bavard", je voudrais rendre à Dédé ce qui appartien à Mimile.

En effet si "bavard", celui qui parle, est l'avocat, "baveux" est le journal avec son encre qui tache et donc "bave".

Ah, si San Antonio était parmi nous ...

Tiens au fait, je m'aperçois que je n'avais pas donné la finalité de l'histoire.

Madame le Juge a donné raison à mon client sur la quasi totalité de nos demandes... et n'a tenu aucun compte des délires du confrère.

Pourtant sa femme (à mon client) semble toujours avoir confiance en lui, vive l'esbrouffe

Nom: 
Grandnaïf
Site: 
http://

L'avocat n'est-il pas là pour être le 'baveux' professionnel et permettre à son client de garder pour la suite son statut de blanche colombe de la paix ?

C'est, du moins, l'impression que j'ai eu lors de la (non-)conciliation !

je m'explique :

Grandnaïf que je suis, j'ai concocté avec mon avocat des propositions de mesures provisoires qui permettraient à ma future-ex-épouse, et à moi, de vivre à des niveaux de vie similaires malgré notre importante disparité de revenus et malgré les dizaines de milliers d'euros qu'elle avait dépensé entre la séparation et la conciliation. Je dis celà avce un grande sincérité : j'ai pris comme ligne de conduite "il faut que si nos filles lisaient tout cela quand elles seront grandes, n'aient pas honte de leur parents"

Du coté de ma future-ex, introduction sous forme de débalage de grief (alors qu'il s'agit d'une procédure en 'demande acceptée')...abandon de famille, souffrances des enfants, maladie chronique...puis description de dépenses nécessaires sans justificatifs....et j'en passe...à la fin de ces conclusions, en additionnant, la pension, le devoir de secours, le logement gratuit, l'absence de remboursement des prêts...on arrivait à un chiffre qui dépassait mon salaire !

Le JAF a tranché entre les deux !

(pas besoin de faire des études de droit pour juger, il suffit de savoir faire des additions et des divisions !...mais là n'est pas mon propos !)

Interrogée directement concernant certains éléments totalement mensongers des conclusions de son avocat, ma 'future-ex' a simplement répondu "c'est mon avocat qui a mal compris ce que je lui ai dit"

FACILE !

Et si un jour, nos filles tombent sur ces papiers et interrogent leur mère "pourquoi tu disais çà ? pourquoi tu demandais tout le salaire de papa ?"...elle pourra répondre serinement sans l'ombre du moindre sentiment de culpabilité :

"CE N'EST PAS MOI, C'EST MON AVOCAT QUI DEMANDAIT CA !"

Pour la prestation compensatoire, elle remet çà : elle demande 30 ans de son salaire, 10 ans du mien, alors qu'elle n'a aucun besoin.

En prévision du jugement "mathématique", je me suis demandé si je n'avais pas intéret à demander de mon coté aussi un prestation compensatoire exorbitante de tel sorte que le résultat "juste" soit dans mes moyens...mais j'ai encore une fois suivi ma ligne de conduite en faisant des propositions me paraissant honnêtes !

Tout celà pour dire que l'avocat est un peu le tonton flingueur de son client, qui peut toujours dire par la suite "c'est pas moi, c'est mon avocat !"

Le crapaud baveux est là pour préserver la blanche colombe.

Nom: 
grandnaïf
Site: 
http://

A la relecture de mon post précédent je me suis fait quelques commentaires :

- tout d'abord, chers maitres qui lisez ces lignes, ne voyez pas dans mon terme batracien une conotation péjorative...c'était juste pour reprendre le terme 'baveux' en analogie avec l'adage "la bave du crapaud n'atteint pas..."

- tout ceci me rappelle les multiples fois où j'ai pu lire dans des forums (moins sérieux mais plus 'hargnieux') de divorcées : "Je n'en voulais pas de son f***u fric ; je ne veux pas vivre en parasite de ce type....mais mon avocat a insisté pour faire une demande de prestation compensatoire, alors maintenant que je l'ai, je vais tout de même le garder..."

- et un commentaire sous forme de question : un savant juriste sait-il si il y a un moyen d'éviter cette fuite de responsabilité ? d'éviter cette situation ou le créancier (la créancière dans 97% des cas) semble réussir à se déculpabiliser de ses demandes en disant simplement que c'est son avocat qui l'a presque forcé ? Est-il envisageable de demander qu'une telle demande soit écrite et signée par la personne elle-même et non pas simplement et presque impersonnellement imprimée et tamponnée par l'avocat ?

...Que le client (la cliente), assume une part de ce coté 'baveux' dont, habituellement, l'avocat accepte entièrement le rôle pour préserver son client ?

rappelez vous que la requête en divorce est toujours et nécessairement signée par l'époux demandeur.

Pour le reste, conclusions et assignations, je les envoies toujours à mes clients pour accord préalable.

Comme vous l'avez dit avec une certaine verve c'est donc une sorte de couverture, nul n'est dupe.

Nom: 
Patrick LERICHE
Site: 
http://

Nom: 
Escroquée
Site: 
http://

votre commentaire m'étonne:

mon ex a multiplié les manoeuvres frauduleuses,escroqueries au jugement,faux et usage de faux,récidive d'abandon de famille,j'ai porté plainte pénale le 12 juin 2009 au commissariat et .........AUCUNE NOUVELLE! bien que les magistrats aient été mis au courant de ma plain te (en cours de délibéré) et qu'ils auraient dû,parait il surseoir à statuer,en raison de la plainte en organisation d'insolvabilité (entre autres)

qu'en pensez vous?

Nom: 
pat
Site: 
http://

l'avocate qui connait le dossier et le droit et qui use de procédés monstrueux , en impliquant un enfant qu'il a fait venir au tribunal (mais que le juge refuse de voir) pour déstabaliser le naif qui se presente seul face a lui....

Cette avocate a demandé a la maman d'amener notre fille pour témoigenr contre ma demande de droit de visite lors de l'audience sachant pertinemment que le juge n'accepterait pas de la voir, et ne m'a révélé la raison de la venue de ma fille qu'au moment ou la porte du cabinet du juge s'ouvrait, alors que nous attendions cote à cote depuis deux heures dans le couloir.

Nom: 
Jessica
Site: 
http://

Mon mari a un fils de 17 ans, il a toujours payer la pension Alimentaire de 96€ qui a toujours été réviser chaque année pour son fils depuis 06/04/1994 à aujourd'hui.

A ce jour elle réclame une pension de 300€ alors que mon époux ne touche que 1300€ par mois, elle dit aussi qu'il ne prenait jamais son fils, qu'il ne payer pas la PA, il y a plus de 20 attestations de témoins mais rien que sa famille et des jeunes que mon mari ne connaît même pas...

Tous les documents ont été fourni à temps, mais nous avons reçu une lettre de l'Avocat de mon ex concubine qui dit que que sur la fiche de paye de Décembre 2010 il n'y a pas les heures supplémentaires, mon mari ne fait aucune heures supplémentaires, en plus étant moi-même très malade et reconnue par la COTOREP mais qu'à 50%, je n'ai aucun droit à la AAH, j'ai fourni les documents, mais elle dit que je ne donne aucune somme de ce que je touche, alors que je ne touche rien du tout, en plus elle veut avoir quel est mon état de santé, je pense que cela est confidentiel, et ne regarde que moi et les médecins qui me soigne ...

Je ne sais plus quoi faire, en plus elle envoie le courrier le 30 et on le reçoit le 03/05/2010, et on repasse le 06/05/2010 car L'avocat à demander une autre date d'audience, car elle n'avait pas eu les documents en main, ce qui est normal, elle avait envoyé le courrier à l'ex-concubine de mon mari qui n'en a rien dit, alors c'est certain que nous on avait rien reçu, alors jour de l'audience, on est reparti comme si c'était tout de notre faute.

Aidez-moi s'il vous plaît on ne sait plus quoi faire, en plus on n'a pas les moyens de se prendre un Avocat ...

Amicalement et Merci d'avant.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA