Apr
18
C'est pas moi, c'est l'avocat...

c'est une remarque récurrente qui m'étonne toujours.

"c'est le juge et les avocats qui ont fixé le montant de la pension, moi je n'y suis pour rien.."

Ah non alors! là je ne suis pas d'accord.

L'avocat est au service de son client, il n'a aucun droit de lui imposer quoi que ce soit.

Le juge est tenu par la loi, il ne peut prendre une décision que si on la lui demande et encore est-il limité par les propositions des parties.

Prenons un exemple pratique:

Vous allez voir un avocat pour divorcer. Il vous demande le montant de vos revenus, ceux de votre époux, l'état de votre patrimoine, vos dettes, vos charges et au regard du budget que vous avez, il vous demande ce que vous désirez obtenir de votre époux.

Vous lui demandez son avis, c'est bien normal, c'est son expertise que vous venez chercher.

L'avocat va donc vous proposer un montant qu'il lui parait, au vu de son expérience, possible d'obtenir. S'engage alors avec lui une discussion pour voir si ce montant vous convient, s'il vous parait raisonnable, et, si vous n'êtes pas d'accord avec sa proposition, vous devez le lui indiquer. Il vous expliquera ses arguments et vous laissera le temps de réfléchir et de prendre votre décision en toute connaissance de cause. Au final, c'est TOUJOURS vous qui aurez le dernier mot et il devra demander au juge ce que vous aurez décidé. D'ailleurs, la requête en divorce est signée par vous, preuve de votre accord sur les demandes qui y sont portées.

si votre conjoint n'est pas d'accord avec votre demande, il pourra faire une contre-proposition. Le juge devra trancher mais il ne pourra aller ni au delà ni en deçà des propositions de l'un et de l'autre. Si vous demandez 500 et que votre conjoint propose 300, le juge pourra fixer une somme entre 300 et 500 mais il ne pourra ni aller en dessous de 300 ni au dessus de 500.

Commentaires

L'exception, certains juges, ils sont rares, qui insistent alors pour suggérer que la note n'est pas assez salée.

Nom: 
kasa
Site: 
http://

Car l'un de vos client soutient que c'est VOUS qui imposez les choses et les inventez....et qu'il n'y est pour rien!

je suis plus encline à vous croire que lui.Etonnant non?

Pour ma part, je pense rester consciente que je ne suis pas juriste,mais qu'au final si je ne souhaite pas que telle ou telle chose soit mentionnée, je refuse qu'elles le soient.

Pardonnez mon ironie.

car cela prouve un vrai malaise relationnel

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

encore un rejet de sa responsabilité sur une autre personne. A l'heure actuelle, il est quand même navrant de constater qu'il faut toujours un responsable pour tout et que de plus en plus de personnes ne savent plus reconnaître leurs errreurs et cherchent toujours à blamer une autre personne. La mauvaise foi est partout. C'est désolant.

Nom: 
kasa
Site: 
http://

que je ne mets nullement en cause vos dires,mais plutot ceux du menteur patenté (ca en devient tellement gros que c'est risible).

Nom: 
kasa
Site: 
http://

j'ai mélangé les mots en tapant.

"Le menteur ne gagne qu'une chose: c'est ne plus jamais être cru."

Sawasrati: ce qui est encore plus désolant, c'est que ces gens-là sont tout d'abord crus,pris ausérieux(parla justice) ,et seulement ensuite, ils se devoilent tels qu'ils sont reelement....menteurs,point.

Nom: 
Vito
Site: 
http://

...à détriment de l'avocat, la plupart du temps c'est toujours les avocats qui sont accusés par leurs propres clients de les avoir conduits sur une mauvaise voie tout juste pour conclure l'histoire en peu de temps et ne plus devoir s'en mêler. Dans les litiges de famille, en plus, quand l'émotivité l'emporte, ça risque de tomber au pire...

Mon maître ne cesse jamais de me répéter qu'il faut se méfier davantage des clients plutôt que de ses adversaires...

une des premières leçons qu'on nous ait enseignées au CRFPA (à l'époque où il s'appelait encore comme ça) c'était qu'il fallait se méfier en premier lieu du client.....il ne dit jamais tout (comment le conseiller utilement alors!) même si on lui explique qu'il faut nousdire le pire (et même surtout le pire!) et est prompt, si la solution ne lui convient pas, à oublier ce qui le dérange et à incriminer l'avocat...mais il nous reste, après les ingrats, les reconnaissants....

Nom: 
kasa
Site: 
http://

un client ne peut donc jamais être honnête?

Nom: 
anicette
Site: 
http://

la "mauvaise foi est praout et la bonne foi nuelle part ?

Le problème, enfin, je crois, c'est que pour qu'il ait bonne ou mauvaise "foi, encore faut-il qu'il y ait la foi, or, aujjourd'hui qui à foi en sa justice ? et le bug est de taille non ?

Nom: 
bavard
Site: 
http://

comment un cleint peut-il être en confiance avec un maître qui , déjà, pose comme a priori la méfiance ? pas étonnant qu'il existe un vrai problème de dialogue entre les uns etles autres !!

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

si vous partez de ce principe, c'est sûr qu'il ne peut y avoir de dialogue. Personnellement, je n'ai jamais ressenti de méfiance à mon égard de la part de mon avocat et je lui fais pleinement confiance. J'aurais beaucoup moins confiance si l'avocat me suggérais de ne pas être de bonne foi, pour jouer le jeu de l'adversaire, comme il m'avait été dit une fois.

Nom: 
vito
Site: 
http://

y en a de toutes sortes, c'est normal on ne peut pas généraliser, mais je suis tout à fait d'accord avec Mlle Catherine quand elle dit que les clients ne te disent jamais tout même si on lui explique qu'il faut nous dire le pire... il n'ont pas à se plaindre après si le Juge leur donne tort à cause de qqch qu'ils devaient dire et qu'ils ont tenu caché...

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

C'est votre mari qui va en faire une de ces têtes, Maître de Valon, je suis sure qu'il va faire attention où il range son café désormais et va redoubler de gentillesse envers vous. :-)

chacun, que ce soit le client ou l'avocat a sa propre vision de la relation idéale et on ne peut pas généraliser.

la difficulté tient à ce que le client a parfois du mal à entendre ce qui lui déplait ou le choque et que l'avocat doit pouvoir justifier de l'avoir dit...

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

...à la question que tous les novices posent à un Avocat :

Si un client vous dit qu'il a tué son voisin, comment pouvez vous encore le défendre...?

Eh bien, la réponse est simple : il est préférable qu'il le dise à son Avocat plutot que de lui mentir car sa défense, contre toute attente, en sera facilitée.

D'abord parce qu'il ne sert à rien de nier l'évidence, ni les preuves qui vont certainement apparaitre dans le dossier.

Ensuite, tout le temps que l'Avocat utilisera pour s'interroger et chercher à savoir pourquoi le client ment, il ne le passe pas à faire autre chose, à trouver des arguments de défense efficace.

C'est une vraie perte d'énergie et celà vaut aussi pour les divorces, les accidents...

On dit tout à l'Avocat et c'est lui qui trie entre ce qu'il faut dire, et ce qu'il n'est pas utile de dire.

On observera au passage que dans la plus grande majorité des cas, l'Avocat ne ment pas...

Contrairement à ce que croient les client ou ce que véhicule la Légende.

L'Avocat et le mensonge : beau sujet non ?

d'autant qu'effectivement nous ne mentons guère

complètement d'accord

ça fait 2 fois qu'on est d'accord...Jack, faut fêter ça avec un bon café!!

non, mais la mauvaise foi est-ce du mensonge ? quand on croit à ce que l'on dit ;-)

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

Ouaf ! Ouaf ! la tête de Jean....!!!!

Nom: 
josynurse
Site: 
http://

bonjour,

je viens de lire une ONC où le juge s'est trompé de chiffre en citant que la femme encaissait 72000 euros de loyer alors qu'elle a 7200 !!! Ne peut on pas faire restifier par son avocate et la juge ?? plutot que d'aller en APPEL ? merci

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

devrait suffire, s'il ne s'agit que d'une simple erreur de frappe, sauf si le raisonnement qui en découle est basé sur les 72000 euros.

Nom: 
josynurse
Site: 
http://

malheureusement !!! puisque que comme vous l'imaginez cela a disprortionné les avoirs de cette personne a qui on a écrit qu'elle est déboutée de pension du fait des loyers !!!

J'ai vu les preuves comptables : c'est évident !

Que faire ?

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

voyez auprès de votre avocat, elle saura vous conseiller. Mais pensez vous que la motivation aurait été différente même s'il avait écrit 7200 euros, car il se peut que le juge vous ai débouté du simple fait des 7200 euros, et a commis par ailleurs l'erreur en indiquant 72000 euros, c'est difficile à dire

Nom: 
josynurse
Site: 
http://

Les chiffres que j'ai vu sur les dossiers comptables sont négatifs du fait de la différence : prets/loyers

Même moi qui ne suis qu'une infirmière : je sais compter ! il est inconcevable que des tableaux si explicites soient mal interprétés!!

Je transmet votre conseil à cette personne mais au fait : êtes vous vous même avocat ?

merci

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

je ne suis pas avocat

Nom: 
josynurse
Site: 
http://

juge ?

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

ni juge, ni avocat.

ou c'est une erreur de frappe et vous pouvez demander à l'avocat de faire une requête en rectification d'erreur matérielle ou c'est une mauvaise interprétation des éléments du dossier et la seule possibilité est l'appel

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

....si JosyNurse nous dit que le raisonnement du Juge a été fondé sur cette erreur ( cela a disprortionné les avoirs de cette personne a qui on a écrit qu'elle est déboutée de pension du fait des loyers !!! ).

Il n'est donc pas concevable de faire rectifier l'erreur sans critiquer l'absence de pension qui en découle ....

Seul un appel serait judicieux !

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

suggéré un recours en révision, mais l'appel semble le plus simple car rien ne dit que même si le juge s'était basé sur les bons chiffres il n'aurait pas pris la même décision.

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

Je doute un peu que nous soyons dans un cas de "recours en révision".

Mais je ne me souviens plus très précisément des règles légales : peut-être, Saraswati, pourriez vous m'aider à les décrire à notre JosyNurse ?

Celà permettrait aussi à la blogosphère de rafraichir ses connaissances juridiques...

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

le recours en révision suppose une erreur judiciaire et le recours doit être présenté devant le même tribunal dans les deux mois qui suivent la découverte de l'erreur. Mais dîtes moi donc Maître Jack Russel, c'est vous l'avocat, non ?

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

et notamment l'article 595 NCPC qui dispose :

"Le recours en revision n'est ouvert que pour l'une des causes suivantes :

1. S'il se révèle, après le jugement, que la décision a été surprise par la fraude de la partie au profit de laquelle elle a été rendue ;

2. Si, depuis le jugement, il a été recouvré des pièces décisives qui avaient été retenues par le fait d'une autre partie ;

3. S'il a été jugé sur des pièces reconnues ou judiciairement déclarées fausses depuis le jugement ;

4. S'il a été jugé sur des attestations, témoignages ou serments judiciairement déclarés faux depuis le jugement.

Dans tous ces cas, le recours n'est recevable que si son auteur n'a pu, sans faute de sa part, faire valoir la cause qu'il invoque avant que la décision ne soit passée en force de chose jugée."

Nom: 
josynurse
Site: 
http://

bonjour,

Bien je lis que ma question lance un débat ! bon j'ai transmis à cette personne de demander à son avocate de faire un recours , je vais lui rappeler l'art 593.

Pour ma part, j'ai lu cet ONC hier soir en y controlant les pièces : c'est incroyable de voir les fautes de reprise de chiffres : certains sont pris en euros (alors que le bail était en francs en 1999, d'autres avec un zéro en +.....)

Il est évident que ce dossier a été traité trop rapidement !!! mais le + grave c'est qu'il en découle des conclusions abérantes.

Donc imaginez cette personne ayant un endettement bien supérieur à ses gains devoir attendre un appel alors qu'il s'agit de défaut d'études du dossier!!!

Bon : imaginez la même chose en médical !! mais quand allez vous (système juridique général) HUMANISER ?

Je suis infirmière et croyez moi : les erreurs sont intolérables dans mon milieu : une erreur de dose et l'on peut tuer une personne : donc on fait ATTENTION ! mais surtout en cas d'erreur : on réagit très vite ! Alors pourquoi la JUSTICE ne fait elle pas pareil ??

SVP les "blouses noires" ayez le même respect que j'ai des gens avec ma "blouse blanche"

le MAL A DIRE entraine souvent une MAL A DIE !! alors pensez y et travaillons ensemble ! chacun son métier mais sérieux : merci

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

@Saraswati : oui, vous avez raison, c'est bien l'article 593 CPC qui concerne le recours en révision.

Mais je suis étonné que rien ne vous ai sauté aux yeux en le lisant....!!!

Pensez vous vraiment en le relisant qu'il est applicable au cas de JosyNurse ??

@JosyNurse : Madame, je vous conseille vivement d'oublier l'article 593 CPC sous peine d'entrainer votre amie vers une déception à votre égard.

Je vous invite également à lui dire que les renseignements qui vous ont été fournis sur internet sont issus d'un internaute non avocat - ici, une déesse dite de la blogosphère -- mais en aucun cas de l'Avocate titulaire du présent blog. Je suis d'ailleurs très étonné qu'elle ne soit pas intervenue pour corriger certaines inepties juridiques ....

Le Conseil, pardon pour cette affirmation totalement immodeste, c'est une "métier" !! A bon entendeur, salut.

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

Je n'ai jamais prétendue être avocat, d'ailleurs j'ai précisemment indiqué ne pas l'être. Pour ce qui est des conditions de l'article 593, je ne vois pas en quoi je pourrais dire qu'il s'applique ou non, je ne connais pas la nature des pièces sur lesquelles s'est basé le juge et je n'ai jamais dit que la solution résidait dans un recours en révision, j'ai au contraire indiqué à l'intervenant de se rapprocher de son avocat. La mention de l'article 593 NCPC faisait suite à votre demande. :-)

figurez vous que je suis très prises jusqu'à ce soir, j'ai pris l'avion hier dès potron minet pour la province et suis revenue, épuisée, le soir donc pas de blog.

quand à aujourdh'ui, 7 heures de train au programme et, si l'audience ne s'éternise pas, j'espère pouvoir rentrer à Paris ce soir

l'article 593 ne s'applique à mon sens pas ici car c'est un cas d'erreur d'interprétation, pas de fraude

donc je réitère que c'est l'appel

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

...de cette confirmation à Me BOGUCKI. JosyNurse, vous savez donc ce que vous avez à dire à votre amie.

Faudrait quand même pas que les blogs juridiques aboutissent à une décrédibilisation des Avocats... entre eux.

J'entends déjà l'amie de JosyNurse dire à son avocat : mais si, c'est l'article 593 CPC et c'est un recours en révision qu'il faut faire : c'est un avocat qui le lui a dit sur internet.

Je vois déjà la tête de l'Avocat que votre amie ira consulter.

Un ami à moi me dit toujours : Chacun son métier et les vaches (limousines) seront bien gardées.

Encore une fois : A bon entendeur salut !!!

NDR : A Romain, je précise que le blog de Me LORE comporte la photographie d'une vache...limousine. Ca, c'est un public joke et tout le monde peut comprendre car il s'agit d'un blog très consulté aussi...

Nom: 
josynurse
Site: 
http://

a vous lire ?? quelle JUSTICE ? bon j'avoue ne pas comprendre vos attitudes où chacun se renvoie la balle ! CE N EST PAS UN JEU.... La Vie des gens en dépens !! je pose une question et je lis plusieurs réponses!!

je sais : vous allez dire : on a pas le dossier !

J'en conclus que quand un juge prend un dossier et l'interprète d'une manière si légère surtout en se trompant (c'est des chiffres!!) il est évident qu'il doit reconnaitre ses erreurs sans obliger le cher client à redevoir payer pour lui ouvrir les yeux!! trouvez vous cela logique ? A une époque où tout évolue : il serait tant de détroner certains pouvoirs abérant pour le respect des gens

MERCI

comme vous l'a fait remarquer Jack Russel, vous êtes ici sur un blog, donc les commentaires sont faits par tous ceux qui le désirent, je suis la seule à m'engager.

je vous le confirme, en cas d'erreur telle que vous la décrivez, l'appel est la seule voie légale.

en outre rien ne vous empêche d'écrire au Ministre pour vous plaindre de l'incurie de ce magistrat.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA