Apr
24
charabia juridique

Il m'a toujours semblé que l'avocat a pour vocation de se faire bien comprendre de ses clients qui par essence ne sont pas des spécialistes de la matière qu'il traite.

Je fais particulièrement attention à ne pas "jargonner" inutilement et à être aussi vulgarisatrice que possible car il me semble inutile de transmettre une information incompréhensible.

Je m'aperçois avec regret que certains de mes confrères ne semblent pas partager ce souci et se moquent visiblement d'être compris.

Des amis (non juristes) ayant un problème spécifique sur un sujet particulièrement complexe et abscons ont fait appel à un spécialiste de la matière pour avoir une consultation précise.

Ils ont reçu une consultation de 27 pages parfaitement incompréhensibles. C'est un article digne d'être publié dans une revue juridique spécialisée mais certainement pas un document utilisable par le particulier.

Je ne résiste pas au "plaisir" douteux de vous faire partager la clarté du propos:

"il s'agit d'un arrêt de rejet: la portée d'un arrêt de rejet est bien moindre que celle d'un arrêt de cassation, notamment en raison de l'absence d'attendu de principe."

Alors, informé? eux non! et moi je suis furieuse de l'attitude de ce confrère que je considère comme irrespectueuse.

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

de la part de votre confrère, Maitre. Ce langage fait partie intégrante de leur vie et ils ne pensent pas forcément qu'il ne puisse pas être compris par des personnes non initiées. Pour être tout à fait honnête, et alors même que je ne suis pas professionnelle du droit, j'ai dû relire votre article une deuxième fois pour pouvoir comprende où vous vouliez en venir. L'utilisation journalière du langage juridique, à titre professionnel ou non fait que l'on s'y habitue sans même sans rendre compte. Mais je comprends ce que vous voulez dire quand je lis une recette de cuisine où je ne comprends pas la moitié des mots ou des expressions employés.

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

Si l'on en croit Saraswati, vous n'êtes donc pas claire dans vos propos....

Pourtant, si j'en crois les avis postés sur votre blog, l'ensemble de la blogosphère vous reconnait, entre autres, la qualité essentielle d'être claire dans vos propos.

Vous devriez essayer de parler en babouin ( c'est le langage utilisé par les babouins mais aussi les guenons ) : peut-être que vous serez plus comprehensible pour certaines.

Pour ce qui me concerne, ne changez rien. Surtout !

... qu'il faut bien se garder de faire de telles généralités...

Je dirait que certains arrêts de cassation n'ont pas de grande portée juridique et sont dépourvus d'attendus de principe.

Par contre, certains arrêts de rejet sont particulièrement important et ont un attendu de principe !

Donc, je dirait que ce qui est avancé est parfaitement faux !!!

Mais peut-être le paragraphe du confrére est sorti de son contexte ?

Nom: 
kasa
Site: 
http://

l'on ditqu'i lfaut parler aux patients avec lelangage de "concierge" et aux collègues, avec lelangage spécifique à cette profession;il doiten être de m^me chez "vous"!

j'imagine bien que ce confrère ne l'a pas fait volontairement mais c'est bien cela qui me semble grave.

nous savons que nous avons un langage spécifique puisqu'il nous a fallu l'apprendre.

il est de notre devoir me semble t'il de parler à nos clients de telle façon qu'ils puissent nous comprendre et de leur écrire de même.

@saraswati, qu'avez vous eu du mal à comprendre? j'aimerai améliorer ma communication

@nicolas (permettez que je vous appelle Nicolas), certes cette phrase est sortie de son contexte mais il n'y a aucun doute sur les propos du confrère qui assène comme vérité qu'un arrêt de rejet est par principe moins important qu'un arrêt de cassation

... Je vous permets !

(à condition que vous m'excusiez pour mon orthographe tout à fait déplorable dans mon commentaire...).

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

Ce n'est pas le fait que je n'ai pas compris, mais le fait que j'ai tout compris justement, sauf votre référence à ce qui paraissait incompréhensible. Je n'ai pas compris cette référence justement parce que je la comprenais, le langage juridique ne m'étant pas totalement étranger. Et comme cela n'a pas posé de problème pour moi, je n'ai pas imaginé une seconde que cela pourrait en poser pour d'autres. D'où ma remarque sur les professionnels maniant le langage juridique au quotidien et oubliant que tout le monde ne le comprends pas.

Donc contrairement à ce que pense Jack Russel sur le but de mes propos, tout est clair justement, mais bien trop clair.

je comprends ;-)

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

que par moment, je m'explique comme un pied !!!

parce qu'il est technique est aussi précis. Celà étant il existe des consultations qui paraissent faite au nombre de lignes...

La facture était-elle en lien avec la longueur?

Nom: 
kasa
Site: 
http://

C'est sur enfermé dans une chaussure on comprend beaucoup moinsbien un pied! ;-)

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

que je ne supporte pas les tongs :-)

Nom: 
kasa
Site: 
http://

Nom: 
anicette
Site: 
http://

Je ne peux que rejoindre Brigitte BOGUCKI. Combien de gens, de justicables sortent des audiences en ayant pas compris le moindre mot de ce qui leur arrivait, des décisions.

pourma part, je reconnais un avocat dans ses qualités de pédagogue auprès de leurs clients, celui qui prend le temps d'expliquer. elle a raison.

Savez-vous que le langage "charabia" a cette fonction parfois de'impressionner et de se positionner en dominateur du pauvre bougre qui, du même coup, se sent écrasé. La domination par le savoir, ça existe et je trouve cela plutôt méprisable. L'avocat qui a tout le temps le souci dela pédagogie est Grand, l'autre, le jargonneur est tout petit. C'est mon point de vue. Et combien de petits voudraient se prendre pour des grands? comment font-ils pour cela ? ils jargonnent

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

Tout en partageant l'analyse de notre hôte, j'y apporterai une précision qui me parait importante : l'Avocat évidemment doit se faire comprendre de son client.

Mais il doit en plus lui faire comprendre quelle est la situation juridique dans laquelle se trouve son dossier, ce qui n'est pas tout à fait la même chose....

On peut savoir expliquer beaucoup de choses, qu'il faut des preuves, des témoignages, qu'il y a plusieurs sortes de divorce, et. c.... mais on peut caler lorsqu'il faut expliquer ce qu'est un recours pour excès de pouvoir, ce que va apporter un référé par rapport à une affaire au fond, et surtout ( exemple idéal ) ce que va juger la Cour de Cassation en cas de pourvoi.

Récemment, mémoire d'un Avocat aux Conseils ( comme on dit ) sur un pourvoi relatif à l'interprétation par la Cour de la volonté que la défunte à voulu exprimer dans son testament. Le testament était, grosso modo, redigé de la manière suivante : je lègue à A tel immeuble, à B tel autre immeuble, à C les meubles et s'il reste de l'argent liquide, je le lègue à D, E et F. Le problème était que la pauvre mamie avait mis tout ses sous à la Caisse d'Epargne et que pour des raisons demeurées mystérieuses, l'argent était devenu.... un portefeuille d'actions, de SICAV, et.c..

La question était donc de savoir si ces titres étaient concernés par l'expression "argent liquide" ? Les Sicav monétaires étaient-elles "argent liquide" dans l'esprit d'une personne agée de 80 ans.

J'ai reçu le mémoire ampliatif de (notre) Avocat à la Cour de Cassation : je n'ai rien compris et je n'ai même pas pu le traduire aux clients !!!

Se faire comprendre, d'accord. Faire comprendre une situation juridique de ce genre... bonjour !

non seulement cette consultation était incompréhensible par le client mais en outre elle ne lui apportait (une fois traduite) que peu voire pas de clarté sur le problème pratique qu'il était venu tenter de résoudre.

des pages d'écritures inutiles pour rappeler l'état de tel ou tel pan non applicable du droit, et une facture en rapport.

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

telle est la question qui varie selon le dossier mais également selon le niveau de compréhension de chaque client. Outre que parfois, l'un comprend mais...pas l'autre !!

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

garagiste, plombier, couvreur, couturière, etc .... chacune de ses professions à son langage spécifique, sans même parler de termes argotiques pour certaines. La compréhension pour un néophyte n'est pas non plus aisée dans ces cas.

certes mais c'est le respect du client que de vouloir se faire comprendre, que ce soit un médecin, un avocat ou un couvreur...

Nom: 
jack Russel de Marseille
Site: 
http://

...que le garagiste, le plombier n'a que peu de choses à expliquer au client : ça marche ou ça marche pas. Ca fuit ou ça fuit pas.

Le commandant de bord ou le contrôleur aérien, pour compliquée que soit leur tâche, n'a pas grand chose à expliquer aux passagers.....

En revanche, un Président de la République, dont le prénom commence par N et le nom par S, doit être compris de la population.

J'ai trouvé qu'il avait été particulièrement convaincant et pédagogue.... Mais, en disant celà, je vais certainement déclencher la ire irrépressible de la déesse de service. Pourtant....

hors toute politique c'est ici la qualité de communicant indéniable de notre président que vous félicitez et sur ce point il est incontestable qu'il est très efficace.

il applique l'adage évident : lorsque l'on communique c'est pour être entendu, cru et suivi.

pas pour donner l'impression que l'on est un savant incompréhensible

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

ca marche ou ca marche pas, ca fuit ou ca fuit pas, l'avocat pourrait alors se contenter de dire, c'est défendable ou ca ne l'est pas. Le garagiste, tout comme le plombier ou l'avocat doit un minimum d'explication à son client. Quant à notre Président, on a vu ce qu'ont donné ses efforts pour être compris de la population avec son "casse toi pauvre ....", pour le reste, des promesses comprises et non tenues, alors dans ce cas, un langage un petit peu plus élaboré et un petit moins compris est préférable, au moins ca fait beaucoup moins de gens insatisfait. C'est mon point de vue, vous n'êtes pas obligé de le partager.

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

... avant même que vous ne l'exprimiez...! ;-)

C'est vous, Saraswati, qui mettez les Avocats au même niveau que les plombiers, couvreurs et autres couturières... Mais je n'ai jamais dit que les métiers manuels n'avaient pas besoin de fournir un minimum d'explication à leur client.

Mais le degré d'explication ne me parait pas être ni le même, ni de même nature : mais peut-être n'ai-je pas saisi toute les finesses du discours de mon garagiste lorsque je l'ai vu pour la dernière fois.

Saraswati : vous croyez connaitre le métier d'Avocat mais je n'en suis pas aussi certain que vous...

Quant à Nicolas ( Sarkozy, pas Creisson ), je n'admettrai pas que l'on dise qu'il a eu un discours de babouin : parce que ce n'est pas vrai !! Il a des défauts mais il sait s'exprimer et surtout se faire comprendre.

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

ait besoin de saisir toutes les finesse du discours du professionnel qu'il consulte, il a besoin de savoir ce qu'il en est, le pourquoi et le comment des choses, la finesse après ne s'apprécie que lorsque l'on a une bonne connaissance du métier. Il est certain que n'étant pas avocat moi-même, je ne saurais apprécié l'étendue des obligations, des droits, des devoirs, etc de ce métier, mais je crois néanmoins pourvoir en cerner une bonne partie. Quand à Monsieur Sarkozy, libre à vous de penser ce que vous voulez de lui, mais vous avez raison avec son "casse toi pauvre ....", il a clairement su se faire comprendre. Pour moi ce Monsieur, n'est pas digne de la fonction qu'il représente. Encore une fois, ce n'est que mon avis et je ne tenterais de convaincre personne de penser la même chose que moi.

merci d'avance

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

:-)

Nom: 
Jack Russel de Marseille
Site: 
http://

...je découvre dans le TLF qu'à l'origine, charabia correspond à un patois ...auvergnat !

Y at-il un Avocat auvergnat dans la salle ....

que les justiciables vont pouvoir initier via une borne électronique, une requête téléchagée et une explication sous forme de fiche vont clarifier tout cela...

Je ne suis pas certain en fait.

compte tenu de l'inflation législative, de la complexité que nous rencontrons nous mêmes pour combiner certaines règles de droit entre elles, voire pour être simplement à jour, cela risque de finir par une augmentation des recours contre les décisions qui seront rendues sur la base de demandes formulées par les justiciables dont ce n'est pas le travail...et une incompréhension croissante entre les citoyens et la justice.

Et allez récupérer certaines erreurs dans des dossiers! j'en ai fait quelques fois l'expérience en récupérant des dossiers où les justiciables s'étaient présentés seuls en première instance et où, souvent forts de leur bonne foi, ils avaient commis des erreurs parfois monumentales (par exemple des erreurs procédurales irrécupérables sur les exceptions à soulever in limine litis).

Il ne me viendrait pas à l'idée de toucher à mon installation électrique sauf pour changer une ampoule, je préfère, même si ça me coûte de l'argent, demander à mon électricien.

Il faudrait sans doute arrêter de laisser croire aux gens que tout est simple, sinon il faudra demander à Monsieur ATTALI de préconiser la suppression des conditions de diplômes et de réussite aux examens pour l'accès aux professions juridiques!

définition: avant toute défense au fond.

en clair, il y a des arguments juridiques extrêmement efficaces qui doivent être soulevés devant le juge avant de parler de quoi que ce soit d'autre, dès le début de l'audience et si ce n'est pas fait, c'est trop tard...

une amie très proche me racontait il y a quelques années sa fierté d'avoir réussi seule devant un juge d'instance à s'opposer à l'augmentation de loyer anormale demandée par son propriétaire.

elle a été très surprise d'apprendre qu'elle aurait pu, si elle avait su, demander une baisse de loyer et ce rétroactivement...

elle s'est apercue que cet argument lui aurait permis d'économiser beaucoup d'argent; en croyant faire l'économie des conseils d'un avocat, elle a en fait dépensé beaucoup plus

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

in limine litis, lesquels mettre en premier ? doit on opérer une hiérarchie au sein de ces moyens ?

Nom: 
Collaboratrice désabusée
Site: 
http://

Pendant quelques mois j'ai été collaboratrice chez un avocat qui considérait qu'il fallait toujours rédiger de longs documents, avec loi, jurisprudence et commentaires à l'appui.

Je me souviens que sur un litige de 1300 euros nous avions passé plus de vingt heures de travail. Ou plutôt, j'avais passé de longues heures à tenter de comprendre pourquoi ma consultation d'une page et demie ne suffisait pas, et le boss, d'autres longues à heures à comprendre ce que j'avais écrit (autre raison pour laquelle il fallait faire long : certaines choses, il fallait bien les lui expliquer) et à bouger les virgules.

Au finish, la consultation ne faisait que douze pages, c'était un peu léger à son goût.

Le client n'a rien dû comprendre. Surtout quand il a reçu une note d'honoraires largement supérieure à l'intérêt du litige.

Bref.

la taille de la consultation n'est pas en ce qui me concerne en cause, c'est la rédaction "jargonesque" qui me dérange, l'absence totale d'une explication compréhensible par le commun des mortels.

En ce qui concerne la doctrine et la jurisprudence, pourquoi pas mais à condition que le choix soit adéquat et nécessaire ET qu'elles soient expliquées.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA