Oct
18
Droits de visite médiatisés, la catastrophe est toujours là

Le principe même du droit de visite médiatisé est de permettre à un enfant de voir un de ses parents dans un environnement sécure quand ce parent est considéré par la Justice comme dangereux pour l'enfant.

La multiplicité des conflits parentaux a amené de nombreux parents, principalement des mères, à faire des demandes de droits de visite médiatisés correspondant souvent plus à leurs propres angoisses qu'à une réelle dangerosité envers l'enfant.

Devant l'ampleur de ces conflits, certains juges ont cru voir dans cette possibilité une alternative efficace aux remises difficiles et aux reprises de contact.

Depuis des années, les avocats attirent l'attention des magistrats sur le fait que ce système ne fonctionne pas, les centres médiatisés étant submergés et les personnels plus enclins à juger qu'à aider.

Absence de disponibilité, report des rendez-vous fixés, refus de prendre en compte la douleur des pères ainsi éloignés de leurs enfants... tout y est pour créer de véritables poudrières.

En outre les personnels de ces centres se montrent souvent très peu empathiques avec les pères concernés, les considérant comme des coupables et se comportant comme des gardiens de prisons.

Résultat, des pères rendus fous furieux par l'institution.

La Cour de Cassation a déjà plusieurs fois statué pour rappeler que l'on ne peut priver un père de son droit de visite et d'hébergement que pour autant qu'il soit dangereux de façon avérée envers son enfant.

Encore faut-il que les magistrats tiennent compte de la réalité de ce que sont ces centres et limitent leurs décisions aux cas les plus graves.

Quand aux associations gestionnaires de ces centres, il conviendrait que la DDASS et le Minisitère de la Justice se penchent un peu plus sur leurs compétences.

Commentaires

Nom: 
pat
Site: 
http://

puissiez vous être entendue

Nom: 
HELMAS
Site: 
http://

Bonjour,

Que les juges sortent de leurs bureaux surchauffés et qu'ils aillent sur le terrain pour "juger" de la réalité de leurs décisions absurdes et stupides !

Nom: 
justine
Site: 
http://

Les violences physiques ou verbales, l'alcool, la drogue sont des violences avérées envers les enfants. Il en faudra des générations d'enfants cassés pour le comprendre.

Nom: 
pat
Site: 
http://

Les violences sexuelles, physiques ou verbales, l'alcool, la drogue dénoncés pour faire obstacle a l'autre parent sont des monstruosités auxquelles il ne faut pas donner d'autre suites qu'une sanction vigoureuse contre le parent qui les profère. Cela détruit aussi les enfants par ricochet. Il existe de nombreux cas ou la preuve est faite de la fausseté de l'accusation, il existe aussi de nombreux cas ou il n'y a aucune preuve qui étaie l'accusation. Certains veulent condamner sur la parole d'un parent c'est monstrueux.

Nom: 
justine
Site: 
http://

Combien sont-ils à refuter ce qu'ils ou elles sont ? L'homme violent dira de lui qu'il est sanguin, la femme alcoolique parlera quant à elle de consommation occasionnelle, etc ... L'entourage, bien évidemment, minimisera ... et ces hommes et femmes, jamais, ne se remettront en question. Dans la continuité, ils ou elles trouveront bien des oreilles compatissantes à leurs malheurs.

Rien n'arrive sans rien dans la vie. Le plus généralement, lorsque "l'autre" est respectueux vis à vis de nous, le respect en retour est de mise. Ces personnes-là n'ont pas "besoin" de recourrir aux lieux médiatisés ou aux centres de médiation. Tous ces pères qui montent sur les grues, croyez-vous franchement que ce soit des saints ?

Et puis l'idée très répandue qu'un conjoint ou compagnon violent ne l'est pas envers ses enfants est bien ancrée. Et le parent qui soulève ses craintes se fait accuser de SAP. Et pourtant les répercussions sur les enfants sont terribles ET avérées.

Bien évidemment, la présomption d'innocence doit toujours être de mise.

A mon humble avis, la seule façon de pouvoir remédier à toutes ces situations de fausses accusations, parce que je ne nie pas qu'elles existent, est déjà dans un premier temps pour l'homme ou la femme accusé(e) de pouvoir se remettre en question. "Et si c'était vrai ce que l'on me reproche".

Combien font cette démarche ? Bien peu.

Et quand bien meme. En cas de harcèlement, par exemple, plus de 2 appels téléphoniques par jour, alors que le parent qui a les enfants ne le souhaite pas, reconnaitront-ils les faits des harcèlement ? Non. Alors qu'on les reconnait volontiers lorsqu'une société de recouvrement de créance émet le meme nombre d'appels à la meme fréquence. Dans les 2 cas pourtant, il s'agit bel et bien de harcèlement ... là où certains parleront de fausses accusations de harcèlement en matière familiale...

Nom: 
pat
Site: 
http://

Bon cela dit, on ne peut pas grand chose si l'on a pas de preuves.....attention le SAP ce n'est absolument pas les fausses accusations, c'est la manipulation qui amène l'enfant a rejeter un parent, sans raison objective grave.

La seule solution qui me semble efficace c'est celle de la méthode de Cochem

Nom: 
jenny
Site: 
http://

Je confirme ce que dit Me Bogucki.

Le père de mes enfants s'est servi de cette structure de la Sauvegarde de l'Enfant non seulement pour m'imposer cette épreuve mais pour ajouter à ma détresse et ma frustration en n'amenant pas mes enfants aux rendez-vous et pire, en les faisant appeler l'éducateur AEMO chaque fois après 15 minutes d'attente et d'espoir, pour dire, l'un après l'autre que "non, ils n'avaient pas envie..."

Tous les mercredis pendant 3 mois, je me suis rendue dans ce lieu exigu, froid, tout à fait impersonnel, voire paralysant, au fond d'un dédale de couloirs. J'apportais un grand sac plein de tissus de couleurs, nappe, jeux, livres, petite hifi , cds et un goûter afin d'humaniser ce parloir tandis que des familles avec enfants en poussette pleurant et hurlant de fatigue faisaient la queue dans le couloir, il n'y avait même pas de salle d'attente, en attendant leur tour. Je n'imaginais pas imposer à mes enfants de venir dans un tel lieu, rencontrer ces familles en grande détresse sociale .

Ce recours à l'AEMO peut être instrumentalisé. Le père de mes enfants s'en est servi avec délectation pour enfoncer encore davantage mes enfants dans le rejet absolu et irrationnel de leur maman. Rejet qui laisse encore des traces indélébiles chez deux de mes enfants, 6 ans après.

Nom: 
fairbank
Site: 
http://

Ma femme souffre d'une grave dépression et s'est autopersuadé que je pouvais etre dangereux pour mes enfants (ce que nul n'a jamais relevé ap art dsans ses délires) et je me suis retrouvé à voir mes enfants dans un centre appelé CECCOF dont l'imcompétence et la dangerosité doivent etre dénoncé.

Un jour mon fils qui présentait un enorme hématome au front m'explique (et sa soeur de facon décorrélé) que c'est leur nounou qui l'a brutalisé. Lorsque j'ai fait remarqué au centre la blessure et ce que disait les enfants elle s'en ai lavé les mains néconutant m^me pas les enfants et disant que c'est le problème de la mère.

Criminelle négligeance ? Lorsque j'ai interpellé par écrit leur directrice elle a nier en bloc (blessure observép ourtant parp lusieurs témoins) menacant dem 'empecher de voir les enfants...

Je suis prneeur d'autre témoignages sur ladangerosité de ce cECCOF

Nom: 
fairbank
Site: 
http://

Ma femme souffre selon sonp ropre medecin d'une grave dépression et s'est autopersuadé que je pouvais etre dangereux pour mes enfants (ce que nul n'a jamais relevé a part dans ses délires) et je me suis retrouvé à voir mes enfants dans un centre appelé CECCOF dont l'imcompétence et la dangerosité doivent etre dénoncé.

Cet endroit est totalment inadapté (quelques activité pour enfants en bas ages, strictement rien d'intéressant opour un garcon actif de 6 ans et une fille de 9 ans) ce qui ne les empeche pas de gronder les enfants des qu'ils bougent un peut trop pour leur trnasquillité.

Un jour mon fils qui présentait un enorme hématome au front m'explique (et sa soeur de facon décorrélé) que c'est leur nounou qui l'a brutalisé. Lorsque j'ai fait remarqué au centre la blessure et ce que disait les enfants elle s'en ai lavé les mains n'écoutant même pas les enfants et disant que c'est le problème de la mère, pas le miens ni le leur

Criminelle négligeance ? Lorsque j'ai interpellé par écrit leur directrice elle a nié en bloc (blessure observé pourtant par plusieurs témoins, plusieurs semaines après) menacant de m'empecher de voir les enfants...

Je suis preneur d'autre témoignages sur la dangerosité de ce CECCOF

Xavier

Nom: 
burie
Site: 
http://

J'ai subit un centre appelé CECCOF...si c'est le m^me il étiat tenu par deux harpie qui passaient leur temps à papoter entre elle s'en s'occuper de ce qui se passait autour d'elle ne sortant del eur létargie que pour gronder des nefants qui jouaient normalement mais avait le malheur de genr leur conversation

Nom: 
laurence
Site: 
http://

et quand c'est la mère qui est jugée dangeureuse parceque parce que...les services sociaux l'ont jugée ainsi (manque de docilité maternelle devant les inepties proférées par ces femmes sensées être impartiale qui surprotége le père disparu de la circulation pendant des années, sans contribuer à rien bien entendu...). Quand à l'"éducatrice";, une femme imbue de pouvoir qui me traite devant ma fille d'immature, irresponsable, de mauvaise mère, etc.

Nom: 
cornu
Site: 
http://

je suis dans cette situation par la manipulation desap par le pere et souhaite une garde exclusive et comment sortir de cette spirale infernale.

Nom: 
cheriet

bonjour

merci me contacter au 06 79 633 187

Nom: 
Test
Site: 
test

test

Nom: 
Guibert

Il semble évident, madame, que vous ayez été prise d'un sentiment de pitié envers l'un de vos clients pour écrire un article si partial.

Nom: 
Nat

Bonjour,

Dites ça à mes enfants, victimes de la perverssion narcissique de leur père, violent physiquement et moralement ! Mes enfants ont été incapables de continuer à voir leur père dans le cadre de droits de visites "de base" !!! Monsieur leur bourrait le crane de mensonges et médisances, et comme ils sont grands, ils ne se sont pas laissés faire. Ma fille ayant raconté les coups et menaces de son père a été simplement abandonnée par celui-ci et mon fils de 10 ans a décidé de ne plus voir son père après que celui-ci nous ait poursuivi en voiture et l'ai menacé physiquement devant la police. Oui, il y a des situations ou le point rencontre est la dernière solution !

 

Bonjour

​c est moi le client.....comment peut on faire du mal a mes enfants et a moi même.?

je suis coupable d avoir trompé infligé une gifle a mon ex femme....pas a mes mômes..!!! Je suis coupable de vouloir refuser l éducation musulmane que mon ex veut imposer. honte a justice et a la république française..........

Nom: 
SM

Bonjour, 

je suis d'accord avec votre crainte du CECCOF.

Je suis à votre dispostion à cette adresse email (tamatoutou@gmail.com) pour échanger (expérience,attestations) sur ce dangereux établissement.

Cordialelment, 

Parent lésé par le CECOF

Bonjour, avez-vous les références de la jurisprudence évoquée?

Nom: 
GILLES

Bonjour,

J'ai dans mon entourage un ami qui a été accusé mensongèrement d'attouchements sexuels à l'encontre de son fils. L'affaire a pris une tournure pénale. Placé en position de témoin assisté mais jamais mis en examen, la justice au terme d'une procédure de plus d'un an a prononcé un non-lieu le lavant de tous soupçons et soulignant dans l'ordonnance le caractère "histrionique" (soit hystérique) de la mère.

Or, malgré ce jugement, la justice aux affaires familiales, arguant de son indépendance a maintenu les dispositions conservatoires prises lors de l'instruction de la plainte pénale à savoir l'obligation pour le père de ne voir son fils que 2 heures tous les 15j dans une structure médiatisée.

Ce véritable déni de justice relèverait-il des cas où la Cour de Cassation a été amené à casser des décisions prises par des cours d'appel trop conciliantes (doux euphémisme) vis à vis des postures de mères à qui par ailleurs rien n'est absolument reproché - du point de vue pénal - au titre des graves allégations mensongères colportées pour faire condamner un conjoint dont elles veulent se débarasser?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA