Jun
25
Emmener les enfants

Me BOGUCKI répondait ce lundi sur France Info à un auditeur dont la femme, sous l'emprise d'une secte, souhaite emmener les enfants loin du domicile familial et le menace, s'il refuse, d'attaquer pour violences conjugales.

Vous pouvez écouter cette intervention ci-dessous

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Gpacompris
Site: 
http://

le fichier audio proposé en lecture ne correspond pas à ce qu'annonce votre billet.

voilà c'est réparé, désolée

Nom: 
jenny
Site: 
http://

J'ai trouvé ce commentaire intéressant chez un de vos confrères:

http://www.divorce-avocat.com/divorce-avocat/divorce-separation/enfant-d....

Le voici:

Dans le cadre de mes expériences d'avocat, spécialiste du divorce, j'évoque, dans cette chronique le problème de la domiciliation d'enfant en cas de déménagement vers des destinations lointaines, au travers d'une décision de Justice utile à tous.

Déménagement vers des destinations lointaines et domiciliation d'enfant : une décision utile

Nous nous sommes trouvés confrontés à des nombreuses reprises à des situations de départ de l'un des parents, en particulier celui chez qui l'enfant vivait, pour des destinations parfois très lointaines.

Dans un nombre non négligeable de décisions, les magistrats ont décidé que la domiciliation de l'enfant devait être transférée au profit de l'autre.

Il y a quelques temps, un père me téléphone un matin en m'indiquant qu'il venait de recevoir une correspondance dans laquelle la mère de l'enfant indiquait qu'elle avait quitté la Métropole pour s'installer à ST DENIS DE LA REUNION depuis 8 jours.

Il avait appelé son avocat qui lui avait indiqué qu'il n'y avait plus rien à faire.

J'ai naturellement soulevé la difficulté de l'opération mais je lui ai dit qu'il fallait à tout prix réagir et tenter de lancer une procédure.

C'est ce qui a été fait et nous venons d'obtenir une décision du Tribunal d'OUTRE MER qui transfère la domiciliation d'une petite fille de deux ans et demi au profit de son père.

Voici la motivation de cette belle décision :

« Aux termes des articles 373-2-1 et 373-2-8 du Code Civil, il appartient au juge aux affaires familiales de désigner le parent chez lequel le mineur aura sa résidence et de déterminer les modalités d'exercice du droit de visite et d'hébergement de l'autre parent, étant rappelé que ce droit de visite et d'hébergement ne peut être refusé que pour motifs graves.

Il résulte de l'article 373-2-11 du Code Civil, que lorsqu'il se prononce sur les modalités d'exercice de l'autorité parentale, le juge prend notamment en considération l'aptitude de chacun des parents à assumer ses devoirs et respecter les droits de l'autre.

Il convient en conséquence de rappeler qu'il incombe à chaque parent le strict respect des principes fondamentaux dont sont en premier lieu la recherche permanente de l'intérêt de l'enfant et le respect du droit de l'autre parent avec lequel il partage l'exercice de l'autorité parentale.

En toute hypothèse, dès lors qu'aucun motif grave n'est relevé à l'encontre de l'un des parents, il est nécessairement de l'intérêt de l'enfant d'être en contact le plus souvent possible avec chacun de ses parents.

Ce rappel d'obligations avant tout naturelles bien plus que juridiques semble s'imposer en l'espèce dès lors qu'il résulte des éléments du dossier que de manière manifeste ; Madame ... a entendu passer outre ces principes.

En effet, il résulte de façon extrêmement claire de la décision du Juge aux Affaires Familiales du 07 FEVRIER 2008 que fin 2007, le père de l'enfant a pris l'initiative de l'assignation de Mme ... devant le Juge aux Affaires Familiales « aux fins principalement de voir fixer la résidence de l'enfant à son domicile, notamment en vu du projet de la mère de partir s'installer à la Réunion. » Devant ce même magistrat en JANVIER 2008, Monsieur ... a exposé « avoir peur » du départ de la mère vers le département d'Outre Mer « lorsque le jugement serait rendu ».

De ce fait, « il ne s'opposait pas à ce que la résidence habituelle de l'enfant soit fixée chez la mère tant qu'elle est en METROPOLE mais demande qu'elle soit fixée à son domicile si elle partait à la Réunion.

Le magistrat alors saisi avait expressément indiqué qu'il ne peut perte prévu dès à présent de statuer pour l'avenir en fonction d'un éventuel changement de résidence de Mme ... mais avait attiré l'attention des parties sur le fait que tout élément nouveau était de nature à justifier la saisie du Juge aux Affaires Familiales.

Les dispositions de l'article 373-2 du Code Civil selon lesquelles tout changement de résidence de l'un des parents dès lors qu'il modifie les modalités d'exerce d'autorité parentale doit faire l'objet d'une information préalable et en temps utile de l'autre, étaient également rappelées aux parties.

Il résulte de ces éléments qu'en quittant la METROPOLE pour venir s'installer à LA REUNION dès avril 2008, soit seulement deux mois après la décision sus visée, Mme ... a manifestement ignoré tous les droits du père et les obligations pesant sur elle en sa qualité de titulaire conjointe de l'autorité parentale. Elle ne peut formuler la moindre contestation à ce constat dès lors qu'elle s'est contentée d'informer le père de son départ seulement deux jours avant la date, par voie postale alors qu'elle ne pouvait ignorer que ce dernier réclamait la résidence de l'enfant dans l'hypothèse d'un tel départ.

Ce départ dans ces circonstances témoigne en conséquence d'une volonté manifeste de nier les droits du père.

En outre, Mme ... ne peut arguer de l'intérêt de l'enfant pour justifier de son installation à la REUNION dès lors que les seules conséquences de cette situation pour l'enfant sont la rupture du lien paternel et plus largement de l'ensemble des attaches familiales et environnementales. Ce bouleversement dans la vie de la petite fille n'est en contre partie justifié par aucune nécessité professionnelle de la maman.

Il résulte en conséquence de ces éléments, eu égard à une capacité éducative équivalente de chacun des parents, que la résidence de l'enfant doit être fixée au domicile du père, la mère devant bénéficier d'un droit de visite et d'hébergement dans les termes qu'elle a elle-même sollicités et qui seront repris dans le dispositif.

Afin de permettre une mise à exécution dans de bonnes conditions de la présente décision, le changement de résidence de l'enfant interviendra au plus tard au 15 JUIN 2008. »

Cela prouve que l'on ne peut plus faire tout et n'importe quoi.

Il est important que cette décision soit diffusée le plus largement possible d'où l'intérêt que j'ai trouvé à la publier pour que vous puissiez l'utiliser.

Me Franck MEJEAN

Nom: 
Dora
Site: 
http://@orange.fr

Il y a rupture du lien maternel....

Elle n a que 2 ans. et aura plus de mal à tisser ses liens d origine réunionnaise, dans le cas d un rapprochement familial de la mère. De plus, elle n a pas l age scolaire et sera peut etre placée en nourrice ou en crèche, quand son père travaillera.

Inversion des roles :

Il faut 8h d avion pour l Ile de La Réunion. C est loin et cher. La mère savait qu elle partirait à La Réunion et perdrait peut etre la résidence de son enfant, alors elle a essayé.... Quand au père, il savait celà aussi ; raison pour laquelle il a laissé faire, plutot que d accepter que son ex parte et trouver un compromis pour les voyages de l enfant au moment de la séparation ( frais de voyages partagés, vacances d été intégrales pour lui )...Non, il refusait le domicile de leur enfant chez la mère hors de la Metropole.

Connaissant les projets de la maman, je présume qu il a organisé son action.

Rebatir sa vie n est pas facile en présence d enfants.

On ne peut pas couper un enfant en deux.

Merci Me MEJEAN.

Nom: 
seleo
Site: 
http://

est tout aussi précieux qu'il soit maternel ou paternel !

En s'éloignant autant, la mère a décidé sciemment de couper cette petite fille de son père... ça lui est retombé dessus, c'est dommage pour la petite mais la mère en est seule responsable.

Le père ne l'a pas prise en défaut puisqu'il avait clairement exprimé devant le juge son intention de demander la garde de l'enfant si la mère partait dans les DOM.

Elle est partie quand même à peine 2 mois après ! Elle a perdu la garde de sa fille, je trouve que pour une fois la justice a fait au mieux.

En effet on ne peut pas couper un enfant en deux.

C'est pourquoi le parent qui s'éloigne devrait systématiquement en assumer les conséquences, qu'il soit le père ou la mère.

Nom: 
Dora
Site: 
http://@orange.fr

Si le père a demandé la garde c est qu il savait que la mère partait dans peu de temps. C est une évidence.

Lui aussi profite de la situation pour couper le lien maternel en la retournant à son avantage. Il n a pas proposé un compromis ou une organisation dans le cas où la mère partirait. Non, il a été catégorique et il a laissé faire.

La mère est peut etre repartie dans sa famille. Esperons que la petite reverra sa mère malgré la distance et le cout.

La justice fait au mieux en appliquant la loi. Seuls les parents restent entièrement responsables de l évolution, de l affectif, et de l éducation de leurs enfants.

Mais, dans l immédiat, la petite perd sa mère au quotidien alors qu elle n a que 2 ans.

Nom: 
seleo
Site: 
http://

elle aurait été coupée de l'un de ses parents quoiqu'il arrive, du fait que sa mère a déménagé à plusieurs milliers de km !

Alors je ne vois pas en quoi on peut reprocher au père que la petite "perde sa mère au quotitien"... ce n'est pas lui qui est parti.

Vous avez une drôle de lecture des évènements, rien n'indique que la mère ait rejoint sa famille, par contre il est bien précisé qu'en s'éloignant ainsi elle avait coupé l'enfant de "ses attaches familiales et environnementales".

Nom: 
CHANCELLE

RETOUR AFFECTIF DE DE MON EX ET PLUS.  J' AI RETROUVER MON SOURIRE GRACE A CETTE HOMME
JE M APPEL CHANCELLE 
il y a de cela deux ans, j'avais une vie très misérable et très soucieux , après mes recherches sur le net je suis tombé sur un GRAND CHEF  VOYANCE MAGICIEN  MARABOUT: MAKANDJOU_OLA qui a totalement changé ma vie. aujourd'hui j'ai un bon travail, mon fiancé qui m'avait quitté est revenu, mes enfants sont devenus très brillants a l'école et ce qui m'a plus motivé chez lui, il a fait une porte monnaie magique à mon mari,Et un portable magique pour demander des sous.
 je vous assure que depuis ce temps, on ne s'est plus plaigne de l'argent, nous avons une vie très heureuse. je vous prie de prendre contact avec ce marabout si vous voulez vraiment finir avec la pauvreté et tous sortes de problème.
Voici de quoi il est capable.

Retour Affectif - Retour de l'être aimé en 2 jours /  Porte feuille magique / -Bague, magique & Chaine magique pour gagner au LOTO PMU etc / Portable Magique pour demander des sous -/ Se rendre invisible / devenir star-/ gagner aux jeux de hasard-/parfum ou savon qui donne le montant voulue par jours/-BIC magique pour réussir a sont examen-/ -Avancement au bureau-/envoûtements -/ affaire, crise conjugale- /dés-envoûtement -/ protection contre les esprits maléfices/- protection contre les mauvais sorts /-chance au boulot évolution de poste au boulot / ,chance en amour  / - chance partout / - la puissance sexuelle /abandon de la cigarette et de l'alcool / .- prendre sont sperme après ou avant avoir enfanté pour se faire richesse./miroir magique/ -amulette contre accident /poudre amaigrissement /devenir champion
Résultat efficaces. Travail rapide et double efficacité.

contactez le et vous allez revenir témoigner, je vous le promet.

voici ces contacts :
E-mail :   olaitanvodounongan@hotmail.fr
TEL   :    002 29 98 56 93 10

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA