Nov
26
enfant non voulu, inégalité homme-femme

Je reçois régulièrement des hommes qui souhaitent connaître leurs droits car un enfant est né d'une relation alors qu'ils n'avaient pas de désir d'enfant et que leur partenaire leur a fait croire qu'elle prenait un contraceptif.

La femme a décidé seule de faire un enfant et de le garder, et leur impose ce choix.

Je leur explique que légalement, elle peut les obliger à reconnaître l'enfant, à verser une pension alimentaire pour lui et qu'en outre cet enfant sera leur héritier réservataire.

Devant leur surprise, voire leur colère face à ce qu'ils considèrent comme une escroquerie, je leur explique que la loi se place du point de vue de l'enfant et de lui seul et que cet enfant a droit à un père.

Mais dans ce cas, comment justifier que l'accouchement sous X soit autorisé? Qu'une femme puisse décider, alors que l'enfant est né, qu'elle n'en veut pas et qu'elle n'aura jamais aucune obligation envers cet enfant?

J'avoue que je ne comprends pas. La cohérence juridique me semble manquer car où est l'intérêt de l'enfant ici? Pourquoi cette différence entre les deux sexes? Pourquoi le père est-il obligé d'assumer et pas la mère?

Commentaires

Nom: 
Tagada
Site: 
http://

la différence réside dans le fait que l'accouchement sous X a été maintenu pour éviter que les femmes en situation de détresse ne bazardent le bébé dans une poubelle ou se fassent tuer en rentrant chez elles. La société trouve moins coûteux d'organiser l'accouchement sous X que de donner aux femmes les conditions nécessaires pour qu'elles élèvent leur enfant.

Ce n'est pas juste pour l'enfant en effet qui à mon sens se voit priver de l'accès à sa vérité biologique.

Ceci dit, pourquoi ces messieurs se reposent sur leur compagne pour assurer leur contraception?

PS. "est-il obligÉ d'assumer"

certes il est clair que ces messieurs n'ont qu'à assumer leur choix, s'ils veulent être certains qu'ils n'y aura pas d'enfant, ils doivent gérer eux-même la contraception au lieu de la déléguer à Madame.

certes, si c'est la femme qui gère la contraception, elle a un pouvoir absolu et l'homme le sait.

Mais elle n'est pas obligée d'abuser de ce pouvoir en outre dans une relation suivie il faut bien à un moment se faire confiance.

je n'ignores pas les raisons, que tagada rappelles utilement, de l'accouchement sous X

toutefois je ne comprends pas pourquoi dans ce cas particulier, la femme est ainsi favorisée, au détriment de l'enfant qui pourtant est, dans le reste de notre cadre juridique, mis en avant comme le centre de la préoccupation judiciaire.

considérerait on que la femme est plus violente que l'homme et qu'elle tuerait pour ne pas avoir de responsabilité alors que l'homme ne le ferait pas?

personne n'ose dire qu'un enfant puisse trouver un intérêt quelconque à tout ignorer de son ascendance, bien au contraire.

de nos jours, pour un homme comme pour une femme, il est relativement aisé de ne pas avoir d'enfant.

alors si l'enfant naît, bien sûr les parents peuvent l'abandonner mais pourquoi la mère peut-elle le priver d'identité?

pourquoi peut-elle l'abandonner unilatéralement, se retirer de toute responsabilité alors que l'homme n'a pas le droit de le faire?

Nom: 
JP
Site: 
http://

je ne peux être que d'accord avec le constat que vous faites Brigitte.

Néanmoins, reporter le problème à la responsabilité de la contraception est totalement hors sujet. Dans la plupart des cas, il y a bien un abus de confiance. Dans d'autres types d'affaires, l'abus de confiance est passible de sanctions pénales (lors d'extorsion de fond etc....), bizarrement pas quand une femme fait un enfant dans le dos à un homme, celui-ci est alors condamné à payer alors que c'est lui qui se fait abuser.

Il y a de toute évidence un déséquilibre entre l'obligation de responsabilité que doit supporter un homme et la liberté d'assumer et de faire porter la responsabilité à l'homme que la femme à entre ses mains.

De même, de plus en plus nombreuses sont les femmes qui décident d'avoir un enfant seul en le "volant" à un homme non informé, simplement pour combler leur désire égoiste de maternité tout en méprisant le besoin pour l'enfant d'avoir un père. Pour celles-là il y a les banques du sperme.

Nom: 
kasa
Site: 
http://

"en le volant à un homme"..pardonnez mon ignorance,mais le gant en plastique existe si monsieur veut etre certain de ne pas encourir le risque de concevoir un enfant!

La contraception est uneaffaire d'hommeET defemmes! Pourqui serait ce à madame d'ingurgiter son petit comprimé systematiquement (en tout cas c'est ainsi que nombre d'homme le retranscrivent)

ah mais oui ,j'oubliais l'adage populaire:

-un homme à femme estun don juan..

-une femme à homme est une salope ou une putin!

vous voyez là combien les hommes se CROIENT libres ettout pouvoir sur les femmes.

Alors cetes il existe des femmes qui usent des lois (RP),mais reconnaissez quedepuisla nuit des temps celui des deux qui s'octroieledroit de selaverles mains des conséquences d'un rapport,sont bel et bien les hommes.

Il suffit pour s'en convraincre de comparer le nombre d'hommequi s'enfuient dès l'annonce dela grosse, et celui des accouchements sous X .

Aucun parti pris dans ce que je dis,juste un constat,un triste constat.La femme porte l'enfant et doit en clair s'en débrouiller qu'il pleuve,;neige ou vente;en revanche ces messieurs ont tout loisir de disparaitre dans la nature et definitivement (carl a RP c'est bien beau,mais la procédure dure...fort longtemps,elle est très honéreuse).

Je n'aborde meme pas la demande de subsides qui me parait d'un autre age tant le fric ne donnera JAMAIS un parent à un enfant.

J'ai envie de préciser qu'il faut arrêter de mettre en avant le droit à la vérité biologique, de tout temps,de toute culture le don d'enfant a existé et existe toujours.Ce qui devrait être normal c'est que l'enfant connaisse son histoire,mais cela n'a rien à voir avec la judicarisation de la chose.

Nom: 
JP
Site: 
http://

votre commentaire ne change rien à la réalité des faits, l'homme est légalement obligé d'assumer mais pas la femme. Il y a bien un écart injustifié dans une société qui prone l'égalité homme / femme dans tous les domaines.

Pour les histoire de gant en plastique, je persiste , le débat n'est pas là et il s'agit bien souvent d'un abus de confiance. La contraception est bien sur une histoire d'homme et de femme, mais quand l'homme se fait abuser par la femme, ce n'est plus un problème de contraception mais bien un problème d'abus de confiance. Dans tous les cas, ce pb de contraception n'a rien à voir avec l'obligation légal pour l'homme d'assumer et est clairement hors sujet.

Vous parlez des hommes qui fuient à l'annonce de grossesse, je peux vous parlez des femmes qui font le chantage à l'enfant pour gardez un homme. C'est la triste réalité, les femmes oublient souvent qu'un enfant doit être voulu par les deux parents et qu'il ne s'agit pas d'un caprices comme celui d'avoir un chien ou une tortue ni d'un moyen de faire du chantage...

Les hommes sont souvent clair sur ce point avec leur compagne et souvent les compagnes veulent les mettre face au fait accompli, qui n'assume pas ses responsabilités ?? Qui procéde à un abus de confiance ?

Malgré cela, la loi va clairement dans un sens favorable à la femme...vous ne m'avez pas démontré le contraire.

encore cette gueguerre.

La chose est simple JP, si un homme ne veut pas d'enfant il gère son désir, de même qu'une femme.

Imaginez une femme qui désire un enfant et un homme qui refuse et met un préservatif...il n'y a pas d'enfant

Nom: 
adelyce
Site: 
http://

Le Comité Nationale de l'Ethique atteste que la filiation sociale est plus importante que la filiation biologique.

Pourtant les tribunaux établissent le lien de filiation à la seule vue du test ADN positif.

La loi dit agir dans l'intérêt de l'enfant, mais est-ce bien pour l'enfant d'avoir un père qui ne veut ni l'aimer ni s'investir dans son éducation ?

Il faut dissocier le lien biologique du lien juridique !

- au biologique la connaissance des origines sans devoir, ni droit

- au juridique l'acceptation et l'engagement du père, qui peuvent d'ailleurs pris au moment de la déclaration de grossesse.

Nom: 
kasa
Site: 
http://

peux tu me donner les references de ceci s'il te plait? ;-)

Nom: 
adelyce
Site: 
http://

???

Tu veux dire concernant l'avis du comité d'éthique ?

Il s'agit des articles 90 et 100

le texte exact : "l'erreur est de laisser penser qu'en retrouvant le gène la filiation serait atteinte. La filiation passe par un récit, une parole, pas par la science."

Le CCNE prend acte que progressivement les amendements successifs prennent de plus en plus en compte de la notion de famille, telle que définie par le droit français."

Quant à l'idée de dissocier le lien biologique du lien juridique, elle est de la sociologue Martine Gross.

Nous avons un blog "paternité imposée" où j'ai indiqué quelques une de mes références.

De toutes façons je crois que tout cela va bouger au fûr et à mesure ... j'ai déjà remis "mon texte" entre de bonnes mains je crois.

en ce qui me concerne, c'est la loi autorisant la naissance sous X et surtout son corollaire de secret absolu qui me semble à réformer d'urgence.

la paternité génétique a aussi des conséquences, médicales et physique et entraîne des besoins de reconnaissance de l'enfant.

Nom: 
Adelyce
Site: 
http://

Je suis d'accord avec vous brigitte.

Chacun devrait connaître ses origines génétiques parce que cela correspond à une aspiration de notre époque : l'enfant né sous X fantasme sur ses origines inconnues

Ce qui dommage c'est que l'on donne à ces origines une importance capitale, alors qu'à l'intérieur d'une même espèce, cette importance n'est que secondaire.

Nous sommes des êtres humains aimants, pensants, façonnés par notre environnement, l'affection et l'éducation que l'on nous donne .

L'héritage génétique n'est qu'un potentiel, qui n'est, même lorsqu'on est élevé par ses parents biologiques, que rarement exploité, car en réalité c'est un potentiel ignoré.

Il faut remonter la généalogie sur plusieurs siècles pour espérer l'approcher.

Quant à l'aspect médical : la plupart des maladies génétiques peuvent être détectées dès la naissance ;quant aux autres maladies génétiques elles n'apparaîssent qu'en fin de vie.

Savoir que les géniteurs étaient porteur d'une tare c'est souvent trop tard qu'on le sait.

Les généticiens le disent, les psychologues aussi.

Enfin, moi je suis pour que tout le monde connaisse ses origines biologiques, mais pas pour servir à l'établissement de liens de filiations forcés, lesquels ne peuvent être que source de pertubations psychologiques et de conflits.

Nom: 
kasa
Site: 
http://

Faire la différence entre direla vérité ,ce qui me semble indispensable,le moindre du respect de l'enfant, et le fait de judiciariser tout cela.

Le lien filial n'a rien à voiravec la génétique mais estuevolonté,etuiquementcela.C'estcette volontéquifaitdechacun de nous des parents.

je ne pense pas nécessaire de judiciariser nécessairement mais seulement de ne pas interdire à un enfant d'avoir connaissance de la réalité de ce qu'il est.

la naissance sous X me semble être issue d'un autre siècle, d'une époque ou être fille mère était inacceptable.

Nom: 
JP
Site: 
http://

Imaginez qu'une femme contracte le virus du SIDA lors d'un rapport sexuel. Il se passe qu'elle portera plainte pour empoisonnement et elle a toutes chance de gagner si elle parvient à démontrer que l'homme avait connaissance de sa maladie. On est bien d'accord ? Personne ne viendra lui dire "ecoute ma grande tu n'avais qu'à te protéger en imposant le préservatif ou en gérant ton désir" et on dira "quel pourri celui qui t'a filer le sida", on est toujours d'accord ?

L'homme qui se trouve dans la situation ou la paternité lui est imposé n'a qu'a fermé sa gueule. Je ne dis pas qu'un enfant c'est le sida, mais les conséquences pour un homme sont de devoir payer des dizaines de milliers d'euros et se priver toute sa vie à cause d'une merdeuse qui l'a piégé, vous trouvez que c'est normal ?? Certainement, puisque votre position est bien de mettre en cause le fait qu'il ne se soit pas protégé.

Je me demande bien comment vous pourriez défendre un criminel, votre logique serait de lui dire qu'il n'avait qu'à pas tuer et qu'il n'aurait pas de souci...

A contrario, la femme peut se permettre d'accoucher sous X , rien à assumer....

En ce qui concerne ce type d'affaire, le parti pris pour la femme est évident aussi bien en ce qui concerne les lois que dans les idées communément admises (surtout par les femmes). Malheureusement, il semble qu'en droit familiale la représentation féminine soit majoritaire chez les avocats, je vous laisse imaginer les conséquences....

Nom: 
Adelyce
Site: 
http://

Ce ne sont pas les avocats qu'il faut incriminer ce sont les lois et les juges!

A ma connaissance, le procès est perdu d'avance : il suffit qu'une femme fasse une demande de R.P pour que l'homme soit condamné, même si de toute évidence il a été piégé.

Et qu'on ne me dise pas que c'est dans l'intérêt de l'enfant !

Que l'enfant connaisse ses origines biologique : pourquoi pas, mais établir la filiation juridique sur ce seul lien : non !

Que de dégats dans la vie de ce géniteur, de sa famille et de cet enfant à cause de ces lois barbares !

Nom: 
JP
Site: 
http://

ce sont les lois qui sont en causes.

Le procés est plus que perdu parcequ'un homme ne peut attaquer en justice un femme qui lui a imposé la paternité en le piégeant, il est condamné à payer si la femme le souhaite.

Ma remarque concernant les avocats est là pour mettre en évidence que non seulement la loi mais aussi que "la bonne pensée" chez l'avocat F consiste à dire que l'homme est quand même responsable de sa paternité et qu' il n'avait qu'a maitriser ses désir (come le déclare M Bogucki). Je rajouterai que c'est quand même bien mal connaitre les moeurs sexuels de notre époque....

En surplus, quand on prend un avocat pour ce genre d'affaire, ce n'est pas pour s'entendre dire qu'on avait qu'à mettre un préservatif et que maintenant il n'y a plus qu'à assumer...Comportement intolérable de la part d'un avocat.

Cependant, je conçois bien que le problème vient d'abord de la loi qui comme d'habitude évolue avec plusieurs trains de retard sur les pratiques de la vrai vie d'une société. Et comme vous le dites, dégats partout.....

Nom: 
kasa
Site: 
http://

madame,

il evite der etrouver des cadavres de nouveaux-nés dans les poubelles par exemples....

entre ne pas connaitres ses origines biologiques et l'infanticide quelle est la solution la moins pire?

Nom: 
JP
Site: 
http://

Bizarrement on ne parle jamais d'avortement et le débat se réduit à soit l'homme doit s'assurer de la contraception soit il y a naissance ce qui justiefirai selon vous cet distorsion de traitement par rapport à la loi.

Il me semble qu'au cours des dernières décennies il y a eu légalisation de l'avortement et l'arrivée du RU486. Ne pas utiliser ces possibilité reflète bien souvent qu'il s''agit d'un piège et un choix unilatéral .

Concernant la contraception avec préservatif, vous m'avez l'air bien naive au point d'ignorer que c'est un obstacle bien faible pour une femme qui veut pièger un homme. Ca ne change rien, l'homme doit asumer même dans le pire des guets apens..

La problématique ne tient évidemment pas dans la contraception utilisé ou non par l'homme mais bien dans les responsabilités et dans l'intention de la femme d'avoir un enfant sans le consentement de l'homme qui se retrouve légalement obligé d'asumer.

Je me répète, la femme n'a aucune obligation d'assumer une naissance. Pire, la femme et libre de mettre en place une demande de RP des années aprés une naisance en faisant irruption dans la vie d'un couple qui n'a ni connaissance de cet enfant ni moyen d'assumer finacièrement.

pour mémoire, le thème de ce billet est enfant "non voulu, inégalité homme-femme", et non pas responsabilité de la contraception qui est totalement hors sujet et qui n'apporte pas les réponses nécessaires à cette question.

Nom: 
Adelyce
Site: 
http://

Depuis sa mise en place cette loi a évoluée.

- Dans le mauvais sens

. en supprimant toutes barrières quant à la moralité de la femme.

. en considérant l'ADN comme justification de la filiation

. et aujourd'hui en retardant largement les délais de possibilité de demandes R P et subsides.

- Dans le bon sens

. aux autres niveaux de la filiation où elle tient compte de la possession d'état.

. et aujourd'hui l'éventualité d'un statut juridique pour les personnes qui aiment et éduquent l'enfant.

Restent ces lois sur les paternités imposées. Pourquoi ?

Oui il y a incohérence partout ...

et inégalité entre hommes-femmes car on sait depuis toujours le pouvoir des femmes et la faiblesse des hommes dans ce domaine.

Hormis le préservatif,

La femme possède divers moyens anticonceptionnels.

Après, pour ne pas avoir un bébé à mettre à la poublle, elle a plusieurs possibilité pour rectifier sa faute, l'homme non .

Pour un moment d'égarement sa vie se trouve boulversée, à cause de la décision, ou de la négligence d'une femme. ...

Je reviens à mon idéee fixe : si la filiation biologique était séparée de la filiation juridique , il n'y aurait plus de raison pour que des enfant naissent sous X.

je ne m'oppose pas à l'abandon d'enfant, juste à sa naissance sous X.

c'est un point de vue purement moral et qui me semble le corollaire nécessaire à l'obligation de reconnaissance du père.

Comme je l'ai indiqué dans une autre rubrique, ICI, le rôle de l'avocat passe pour moi impérativement par un grand pragmatisme et une honnêteté dans l'avenir de la procédure.

lorsqu'un père vient me voir parce qu'il a eu une relation sexuelle non protégée, qu'un enfant est né et que la mère le poursuit en reconnaissance, je me dois de l'informer que la loi française actuelle est telle que s'il est le père il perdra.

Que j'entends ses propos concernant l'escroquerie morale dont il a été l'objet mais que cela ne changera pas la décision finale.

Ensuite nous voyons ensemble ce que nous pouvons faire pour minimiser et éloigner les conséquence.

Je suis étonnée JP que vous ne soyez pas favorable à ce que l'avocat dise ainsi une vérité juridique.

Nom: 
kasa
Site: 
http://

que pensez vousde ces hommes qui osent débarquer desa nnées après avoir abandonné mère et enfant et demandent à se voir reconu "père"au mépris de l'enfant?Actuellement la loi en fin decompe le permet (il suffit deconstater qu'un homme peut reconnaitre mini de sa simple pièce d'identité un enfant quel que soit son age).

qu'en pensez vous?

(adelyce et moi-meme nous connaissons parailleurs et cela n'est que pur hasard que nous nous retrouvions ici)

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

Que penser également d'un père qui se sentant vieillir, ayant besoin de finances, va reconnaître un enfant aux seuls fins de s'assurer une vieillesse paisible en vertu d'une obligation alimentaire que les enfants doivent également aux parents ?

alors même que cet enfant était forclos après ces 28 ans pour engager une action aux fins de subsisdes !!!

je vous rappelle que le texte prévoit une exonération de cette obligation alimentaire en cas justement de comportement de ce type

je fais partie de ceux qui reconnaissent à chacun le droit de changer et de se redonner une chance.

la loi prévoit des délais précis, ce qui fait que le père génétique ne peut agir que dans ces délais, pas plus.

Nom: 
kasa
Site: 
http://

Ai je posé la question du point devue des laches?

NON du seul point de vue de l'enfant,mais bon certains croient qu'un enfantc'estdu "jetable",on prend ,on jette pi non on reprend...

Remarquez à fiche en l'air à loisir les repères fondamentaux des enfants...cela vous fera des dossiers supplémentairesd'ici une bonne 10aines d'années ma foi,vous savez coté délinquants privés de repères stables et constants!

au fait,et une mère qui abandonne son enfant,elle a 5ans aussi pour dire "ah ben non finalement je le veux!"?

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

Je conçois fort bien qu'il puisse y avoir une exonération, mais c'est le juge qui décide.

Mon propos était relatif au fait qu'une exonération soit prévue ou non par la loi, un père peut à tout moment de sa vie reconnaître un enfant, ne serait ce que parce qu'il a l'espoir de s'assurer une vieillesse heureuse, mais que la même démarche est fermée à l'enfant après ses 28 ans, alors même que celui-ci peut être dans le besoin.

Si on l'autorise pour l'un, on devrait l'autoriser pour l'autre.

attention le père ne peut reconnaître l'enfant que si celui si n'a toujours aucun autre homme ne l'a reconnu, sinon le délai fonctionne.

pour le reste, Saraswati, je partage votre point de vue même si ce blog n'est sans doute pas un lieu très efficace de débat à ce sujet

bien entendu l'intérêt de l'enfant est primordial mais la loi considère que l'enfant a toujours interet a ce que son père le reconnaisse, et veuille le voir, le connaître, le rencontrer... n'en déplaise à la mère abandonnée qui aura sans doute plus de mal que l'enfant a accepter.

quand aux droits des femmes, elles peuvent accoucher sous X, c'est considérable non?

C'est à l'évidence un débat sans fin.

JP est convaincu que la Justice est acquise aux femmes et Kasa qu'elle est faite par et pour les hommes.

Chacun voit "midi à sa porte" et il me semble que les arguments ont été échangés.

L'objet de ce billet était d'attirer l'attention sur certaines incohérences, vous en avez soulevé d'autres et c'est très interessant.

Nom: 
christ2
Site: 
http://

Cher Maître,

merci pour votre blog, passionnant et bien d'actualité...En effet je trouve, comme vous si j'ai bien compris, que la loi sur l'accouchement sous X est une aberration.On connaît bien les souffrances de ces personnes qui recherchent leur mère toute leur vie et à qui on oppose un refus administratif: quoi de plus injuste?

On dirait bien aussi(ou faut-il dire "à l'inverse"?) que certains hommes ont soudain besoin d'un bâton de vieillesse et peuvent alors faire valoir des droits de paternité sur un enfant dont le "hasard" les a faits père.Si un autre homme a reconnu l'enfant ils peuvent alors attaquer et demander des dommages et intérêts, et il y a là un délai de30 ans,puisqu'ils y "ont intérêt", comme le dit la loi.

Dire aux femmes qui élèvent leurs enfants seules et qui sont donc à la merci de ces attaques soit disant "dans l'intérêt de l'enfant" que leur droit à elles est d'accoucher sous x (ou d'avorter) sera forcément mal compris, puisque, justement, elles ont voulu garder cet enfant, ce ne sont donc pas les mêmes personnes.Les accuser d'abus de pouvoir est aussi injuste, car ce n'est pas forcément le cas on a l'impression que l'alternative est toujours d'être assimilée, soit à une p..., soit à une s...Les hommes qui considèrent l'avortement comme un moyen de contraception existent encore, et on dirait que "dans l'intérêt de l'enfant", la femme n'aurait plus alors qu'une solution: l'avortement pour se soumettre à la volonté de l'homme: pourquoi ne demande-t-on pas à ces hommes de signer un "renoncement" à l'enfant (comme pour l'accouchement sous x) qui libèrerait la femme et l'enfant du risque de poursuites "à vie"?

Please pas d'insultes ni de vitupérations...On aimerait bien faire avancer le schmilblick..

Nom: 
olivia
Site: 
http://

j'aimerai vous exposer le problème d'un ami, car j'ai pu remarquer dans tous ces commentaires, que l'on ne parle que d'homme et de "coup d'un soir"...

voila mon ami est marié depuis 5 ans, avec une vie commune de 13 ans...il a décidé de divorcer l'année dernière mais quand il lui a annoncé sa décision avait de pouvoir partir de chez lui, elle l'a harcelé, trainé dans la boue devant leur fils, insulté, et forcé à avoir des relations sexuel...et elle avait omis de préciser qu'elle avait arrêté la pilule depuis leurs problèmes de couple...voila...en plein divorce (parce que l'annonce de la grossesse n'a évidemment pas permis à cette femme de récupérer son mari, bien au contraire) elle a accouché...

que pensez vous de ca? un homme, même marié, n'aurait il pas le droit de choisir sa paternité? son premier enfant été voulu, et aimé, mais que deviendra celui ci??

il y a des choses a revoir dans la loi, une femme peut choisir d'avorter sans l'accord de son mari, alors comment se fait t'il qu'un mari ne puisse choisir sa paternité? pourquoi l'homme n'a pas son mot a dire? et ici, il n'est pas question de "protection" ou de "préservatif"...faire confiance à sa femme n'est il pas le fondement même du mariage?

De plus le viol dans le couple est reconnu mais uniquement pour la femme...et même pour la femme c'est encore assez fébrile...

Nom: 
YARA972
Site: 
http://

Vous ditres "forcé à avoir des relations sexuel". J'ai un peu de mal là : sans vouloir rentrer sur un terrain mou ...

Pour qu'il y ait viol, il faut qu'il y ait pénétration (avec n'importe quoi). Donc oui, un homme peut être "violé".

Vous dites encore "Elle a omis de préciser qu'elle avait arrêté la pilulle". Et le préservatif, il ne connait pas?? un proverbe africain dit que lorsque le chasseur revient bredouille, il s'en prend à son arc ou sa flèche.

Parce que franchement "...faire confiance à sa femme n'est il pas le fondement même du mariage" dans ce cas où il a demandé le divorce, c'est que le mariage est mort!!!!!

Pour en revenir à la paternité, je trouve effectivement qu'il y a une différence de traitement entre les hommes et les femmes : sur le plan legislatif : les hommes doivent assumer une paternité qu'il ne veulent pas et les femmes ont le choix.

Mais encore une fois, nous sommes au XXIème siècle et TOUT existe pour qu'un seul ne devienne pas père contre sa volonté. Après c'est l'utilité qu'il en fait ...

Nom: 
olivia
Site: 
http://

pour répondre à vos doutes:

effectivement, dans le cas présent il ne s'agit pas d'un "viol" mais d'une "agression sexuelle" puisque c'est un acte non consentie sans pénétration.

En guise de réponse quant au port du préservatif, connaissez-vous beaucoup d'époux mettant un préservatif ? De plus dans le cas présent, il s'agit de rapport forcé (non par violence physique mais par violence morale)...pensez vous qu'une personne subissant ce genre de choses (homme ou femme) puisse dire entre deux sentiments de honte : "attend chéri, avant laisse moi mettre une capote!" ?

En effet le mariage est mort, mais ce n'est pas parce que l'amour n'est plus la, ou que la cohabitation n'est plus possible, que le mensonge et la haine doit pointer le bout de son nez.

Et pour donner mon avis sur ce sujet, je ne pense pas en savoir assez sur le sujet pour dire qu'il n'existe qu'un cas sur des milliers d'hommes qui ne souhaitaient pas de paternité...en effet il n'y a pas de chiffres.

Mais aujourd'hui, après la découverte du phénomène "hommes battus" et des accusations mensongères sur des pères, je ne peux que douter de la parole de certaine femme...

C'est pourquoi il est anormal que des femmes puissent accoucher sous X sans l'avis de leur conjoint, comme pour moi il est inconcevable qu'une femme puisse obliger un homme à avoir un enfant, en dedans ou en dehors du mariage.

Nom: 
YARA972
Site: 
http://

Pour qu'il y ait conception, il faut qu'il y ait rapport sexuel. Et je n'ai jamais vu un organe sexuel masculin réussir à pénétrer un organe sexuel féminin alors qu'il est ... mou.

Donc en résumer il faut avoir une erection ... Et d'après vous des violences morales arrivent à une érection!!! j'ai du mal!

Et pusi vous nous dites "époux", sur le papaier peut être mais dans la réalité, il ne l'est plus.

En ce qui concerne la mort de l'amour et la cohabitation, oui, je suis d'accord avec vous mais si cela se passe comme vous le souhaitez, la séparation se passe "bien" et on arrive pas à des situations comme vous le décrivez.

Nom: 
olivia
Site: 
http://

si vous aviez fait un peu de biologie vous ne vous questionnerez pas sur le "mou". un organe sexuel est avant tout un organe...les sentiments n'ont pas souvent grand rapport...faites des recherches madame! Et si vous voulez savoir, si demain on vous oblige à avoir des relations sexuel, cela n'emperchera pas votre organe "même sans sentiments" de faire des sécrétions vaginales !

Et quand à son statut d'homme marié ou non, je ne vois pas le rapport, ce n'est pas parce que quelqu'un est en divorce que l'autre doit lui cracher à la gueule !

il serait peut être bon de voir l'absurdité de vos propos "En ce qui concerne la mort de l'amour et la cohabitation, oui, je suis d'accord avec vous mais si cela se passe comme vous le souhaitez, la séparation se passe "bien" et on arrive pas à des situations comme vous le décrivez."

Bien sur qu'un divorce peut se passer bien mais il est aussi évident que pour des milliers de personnes (hommes ou femmes encore une fois) les divorce ne se passent pas bien...si le votre à été une joie tant mieux pour vous, mais respectez au moins les gens qui ont des problèmes...

Je n'essayais que de donner un "cas" dans ce débat, servant à faire connaître la condition de vie de certaines personnes, afin de plus entendre des âneries type "il avait qu'a mettre un préservatif, c'est de sa faute!!". C'est à cause de personne comme vous que des femmes, et encore plus les hommes, ne vont pas porter plainte pour harcellement, violence sexuelle, ou morale par peur d'être incompris...

Nom: 
Attention
Site: 
http://

1) si votre ami vous a fait "avaler" qu'il a mis son ex femme enceinte sans la pénétrer ou contraint et forcé, il y a moults chances qu'il vous prenne pour bien naive !

2) si'il n'aimait plus cette femme, et quelqu'en soit la raison, il avait en effet à prendre des précautions pour ne pas transformer un "petit plaisir" en paternité !

ou alors il faudrait admettre que les pulsions sont si vives chez les hommes qu'elles ne pourraient jamais être contrôlées ......On voit où de tels postulats nous entraineraient.......

En conclusion :

il s'est peut-être fait "avoir" mais il l'a bien cherché.

Nom: 
bon sens
Site: 
http://

en tout cas votre vision tout en nuance et d'application génrale ne se dément pas c'est fabuleux de distribuer des jugements à l'emporte piéce en sachant si peu de gens et des situations.

heureusement que vous siégez dans ce tribunal blogesque et tout a fait virtuel.

Croyez vous aidez les gens avec vos interventions, qu'ils soient homme ou femme ? les divorces sont des drames pour tout ceux qui les vivent , le paternités non désirées aussi, particuliérement pour les enfants qui en sont les fruits.

Quand au désir masculin comme le désir féminin il méne le monde ou au moins perpétue aussi l'humanité pour le meilleur et pour le pire.

Nom: 
Attention
Site: 
http://

vous paraissez en manquer pourtant terriblement !

Les histoires de " m'dame, elle m'a fait un enfant dans le dos" commencent à être sérieusement indigestes !!

Et pendant qu'on y est, pourquoi pas des femmes qui diraient " m'dame il m'a fait un enfant dans le dos ! il m'a dit qu'il avait mis un préservatif, j'ai pas vérifié et c'était pas vrai " On voit d'ici la réaction de stupéfaction et d'hilarité que ça provoquerait !

Donc si ces messieurs veulent "tirer leur coup" sans en payer les conséquences, ils font le nécessaire et doivent cesser de considérer encore aujourd'hui que la contraception n'est qu'une affaire de "bonne femme" !!!

Si le désir mène le monde, considérer son assouvissement comme irrepressible, c'est ravaler l'Homme à un animal en rut; J'ai personnellement plus de respect pour l'être humain que vous ne paraissait en avoir.....

Nom: 
Aourken
Site: 
http:/paternite-imposee.blogactifs.com/

Elle peut refuser une relation sans préservatif, elle peut prendre la pilule du lendemain, avorter, accoucher sous X, plus tard, elle peut confier l'enfant à la DASS et faire en sorte qu'une procédure d'abandon soit ouverte.

Elle peut aussi faire reconnaître ou adopter son enfant par son nouveau conjoint.

Nom: 
Aourken
Site: 
http://

Loin d'être si simple !

Si une femme veut un enfant et que sa nature s'y prête, il y a de forte

chance qu'elle réussisse.

Il vous suffit d'aller sur les sites de la prostitution pour voir les mises en garde, et comprendre qu'un préservatif peut être volontairement percé par des aiguilles (avant usage), ou par des bagues,des ongles (au cours de l'acte)...

Il vous suffit d'aller voir sur les sites de l'insémination artisanale pour voir qu'un

préservatif peut être récupéré après usage ...

Il vous suffit d'imaginer, que bien que prévu avec préservatif, la femme peut

s'arranger pour se faire féconder avant la mise en place du précieux condom ...

http://paternite-imposee.blogactifs.com/

Nom: 
Aourken
Site: 
http://

Finalement je me demande si l'accouchement sous X et le statut géniteur sous X

n'est pas préférable, parce qu'il s'avère que les enfants X ou IAD ... continuent, au fond d'eux-mêmes, à penser que leurs seuls vrais parents sont leurs géniteurs...

ce qui est une erreur fondamentale parce que nous sommes des êtres humains qui nous construisons au jour le jour en fonction de notre environnement ...

Il y a encore trop de fantasmes liés à l'ADN

http://paternite-imposee.blogactifs.com/

Nom: 
Aourken
Site: 
http://

Je suis totalement d'accord avec JP

D'ailleurs ce sont, non seulement des femmes, mais des enfants majeurs qui surgissent dans la vie des hommes

Voici le cas d'un homme qui vient de vivre un procès en recherche de paternité

émanant d'un enfant de 27 ans. Cet homme ne se rappelait même pas de la mère. Quatre ans de cauchemar, une famille bouleversée ...

Je serais très curieuse de savoir, exactement, qui sont ces personnes qui font des procès... grosso modo, 1500 procès en recherche de paternité par an + 400 procés en demandes de subsides lesquels obligent les enfants légitimes du géniteur à être responsables de la "faute" de leur père.

http://paternite-imposee.blogactifs.com/

Nom: 
Tout

La loi a maintenu les responsabilités du père (le fameux 'bon père de famille' du code Napoléon, mais ne tient guère compte des privilèges croissants octoyés à la mère.

Une femme peut unilatéralement chosir d'arrèter à sa contraception, avorter ou abandonner l'enfant.

Ou encore mentir à son compagnon, qui devra suivant la loi subvenir aux besoins d'un enfant qui n'est pas le sien à partir du moment ou il l'a reconnu, même si la vérité se fait jour plus tard.

Ou encore garder les préservatifs usagés pour s'auto imprégner. Même si le cas est avéré, cela sera sans conséquences juridiques, sauf pour le père.

Ne parlons même pas des droits de gardes, de pension alimentaire ou de visite...cela est déprimant et hors sujet.

L'écrasante majorité des responsabilités juridiques sont pour les pères, qui ont de moins en moins voix au chapitre en la matière.

Remarquons également que 70% des divorces sont demandés par l'ex épouse. Et qu'un couple sur 2 divorce.

Nom: 
Bourcier

Un ami français a quitté sa copine. Elle lui annonce une semaine après qu elle est enceinte alors qu'il lui avait dit ne pas vouloir d enfant. Elle a 45 ans et lui 48 et est même grand père. Elle a soit disant oublié sa pilule mais ne l a pas prévenu. Elle est suisse. Quels sont ses droits pour lui. Ils travaillent tous les 2 dans la meme entreprise suisse. Il crains les conséquences et à peur de vivre l enfer et de perdre son travail, mais le veut pas de cet enfant. Pouvez vous nous conseiller

Nom: 
je_te_recadre

Je serais très curieuse de savoir, exactement, qui sont ces personnes qui font des procès...

=> Des enfants qui ont tenté un rapprochement en vain... et qui dégoutés par ce géniteur qui les laisse au placard, décident (avant leur 28 ans) de faire une action en justice. Prevue que ce n'est pas pour l'argent.

 

faut être un peu débile pour se poser cette question. T'as jamais vu de reportages ?

Esprit étroit va.

Je fais très attention car le système judiciaire est avec la femme, sous couverture du bien de l'enfant. J'ai évité à une manipulation, cette dernière voulait me présenter sa soeur, qui cette dernière m'avait caché qu'elle était mère célibataire. J'ai fouillé dans son passé, dur de faire confiance à une femme avec peu de jugeote, de plus, je ne l'aimais pas du tout. J'ai mis à terme à son stratagème, plus aucune nouvelle, la vérité et que, elle voulait me faire un enfant dans le dos. Les hommes vous aussi soyez plus malin et arreter de penser avec votre pénis.

Je vous signales que l'auto insémination par préservatif est la nouvelle méthode adoptée par certaines femmes de nos jours pour tomber enceinte, et ce parfois sans le consentement de l'homme. Donc si ce n'est pas de l'abus de confiance ou du vol, je qualifierais ça de viol alors...

Nom: 
nature 2017
Site: 
https://blogavocat.fr/space/bogucki/contents

Bonjour j'ai apris avant une rupture que ma compagne "sous pillule " ! etait enceinte de 4 mois .J'ai reconnu l'enfant . Trois ans apres en detresse pour organiser  sa scolarité et le partage de sa garde , elle m'invite chez elle nous avons un rapport ,me dit qu'elle a des problemes gynecos et sera hospitalisée ,que je devrait prendre l'enfant en charge pendant ce temps ! je suis inquiet elle me fais croire a une ablation totale de l'appareil genital! quelques mois apres elle me dit que lors de notre rapport elle etait en preparation de PMA a l'etranger qu'elle est enceinte et qu'elle ne sait pas qui est le pere !!! 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA